Aller au contenu

drannoc

Members
  • Compteur de contenus

    947
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de drannoc

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 06/06/1966

core_pfieldgroups_1

  • Website URL
    http://11gdp.nuxit.net

core_pfieldgroups_2

  • Gender
    Male
  • Location
    DTC
  • Interests
    La gencive de porc.
  1. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Le Sonisphere d'Amneville 2013, ben c'était chouette. http://vimeo.com/68217124
  2. drannoc

    RIP - Topic unique

    Ça me fait bien chier. C'était ma pause du jeudi soir où France2 diffusait les Soprano après le journal de la nuit et avant de m'attaquer à mon TD de droit de la famille pour la séance moins de 8 heures plus tard. Ça passait super tard mais c'était juste immanquable. Pourquoi? Parce que http://www.wam-poker...-est-mort-92892 Crédit à Benjo R.I.P Godfather.
  3. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    ll y a même celui du Sonisphere en entier sur youtube. Pour moi il vaut 10 fois celui du SDF.
  4. drannoc

    Topic livres - A lire ou à laisser

    Je réiterre. Pour ce livre je laisse passer volontiers. Pour autant d'heures de lecture, amis lecteurs vous pouvez rencontrer d'autres auteurs, plusieurs même, qui pour le même nombre de pages vous évaderont bien plus loin en voyage. Ce livre n'est pas d'une richesse folle parce qu'il n'aborde qu'un axe, la réussite personnelle à quelque niveau que ce soit. Je ne généraliserais pas mon propos en utilisant le pronom impersonnel "on" pour vous affirmer que je ne me suis pas surpris à sourire, que je n'ai pas pris un plaisir fou. J'aurais tant aimé avoir juste un peu de plaisir à lire un bouquin aussi "challenging", mais non, le rendez-vous a été manqué. Je l'ai lu une fois et c'est plus que suffisant.
  5. drannoc

    Topic livres - A lire ou à laisser

    L'attrape-cœur reste une énigme pour moi. Pourquoi des jeunes s'identifient à ce bouquin. C'est d'un ennui. Dans l'ennui, Proust se pose là, j'ai lu 500 pages d'A la recherche. Je ne sais pas si je rouvrirai ce livre. Là fois ou je me suis dit j'arrête au prochain point, que j'ai trouvé 50 pages plus loin m'a déglingué. Voyage au bout de la nuit, que "l'amour c'est l'infini à la portée des chiens que je lui réponds". Je reconnais le talent mais je suis passé à côté du livre. Cet ouvrage est réputé comme l'un des meilleurs pour décrire la big apple. Je ne saurai vous conseiller New-York de Morand. Le passage relatif au pont de Brooklyn est prodigieux. Philip Roth, il y a à boire et à manger. Complot contre l'Amérique est très bon, Portnoy et son complexe moins. La tâche ne m'a pas non plus laissé un souvenir impérissable. Alors pour Atlas Shrugged, si vous passez votre chemin, je ne vous en voudrais pas. Ayn Rand est une russe juive athée qui s'est caletée assez tôt vers les Etats Unis. Elle a vécu le bolchévisme et ça l'a vacciné à vie. C'est une philosophe qui prône la liberté, la raison et la recherche du bonheur individuel comme éthique. Elle affirme que pour trouver son bonheur il faut user de sa raison, de son travail et ne pas compter sur les autres. Si les autres nous aident ce doit être au mérite, ou par un échange équitable et mais jamais par assistanat. Elle est à l'origine du courant libertarien. Un certain James Hetfield revendique cette pensée. Elle a écrit Atlas Shrugged. Ce livre a été le leitmotiv de Steve Jobs (Apple toussa toussa). Ce livre pèse une tonne, c'est un gros format, il y a presque de 1100 pages à se coltiner et c'est écrit en tout petit. Très inconfortable à lire aussi bien dans un pieu que dans les transports. L'histoire est un essai philosophique romancé. Ce n'est pas daté mais on peut penser que l'histoire s'inspire de la crise de 1929 et après puisque la télévision existe. Les Etats-Unis sont en déclin. Elle compte pourtant dans ses rangs des forces vives comme des ingénieurs, des inventeurs de haut vol ainsi que des capitaines d'industrie hors du commun (Steve Jobs a du fantasmer et chercher à confondre en lui plusieurs de ces hauts personnages). Malgré leur qualité, un groupe va vouloir mettre main basse sur la richesse de ces inventeurs et capitaines en tirant le fruit de leurs inventions et de leurs productions. Ce sont les "pillards". Les pillards sont à la tête de l'Etat et sont habiles dans le racket organisé. Ils lobotomisent l'opinion publique. L'économie nationale est plombée et pour sauver les apparences, au nom de l'intérêt général, ils pillent encore plus et collectivisent tous les biens. Ça a un écho particulier avec l'actualité où F. Hollande veut taxer à plus de 75% les plus hauts revenus en France. Les inventeurs et les industriels vont devoir choisir entre sauver leur droit de propriété ou renoncer à tout, à accepter d'être pillés, et de plus en plus, pour continuer de faire vivre leurs entreprises et donner du pain aux familles des ouvriers ou entrer en grève. L'exemple donné au travers d'une entreprise ferroviaire est un bon symbole. Pendant ce temps là, la situation économique s'enfonce dans un bourbier gigantesque. Un peu comme si les états européens remboursaient leurs emprunts en contractant de nouveaux crédits et augmentant ainsi par le jeu des intérêts leurs déficits. Ca fait réfléchir. Il y a un passage moralisateur vers la fin de 60 pages plus que chiant. C'est la description de la pensée libertarienne sous un ton professoral, péremptoire avec son présent de vérité général. Ce passage "je sais tout" m'a agacé. Faut lire ce livre quand on a rien d'autre à faire parce que le lire un peu, le laisser puis le reprendre, vu le volume, l'impression de ne pas avancer est assez usante. Le reproche que je pourrais faire à ce livre, c'est pourquoi l'auteur n'a pas fait des Etats Unis une république ou tous les états auraient fusionné ou bien auraient été "collectivisés". Autant aller jusqu'au bout du raisonnement à centraliser le Pouvoir. Je n'ai pas pris mon pied, très clairement mais je m'en sors un peu grandi par la réflexion qu'il apporte, c'est son mérite. C'est un livre bavard. Les personnages sont intéressants, leur caractère aussi. C'est un livre intéressant sans être passionnant. Allez pour finir sur une bonne note je vous conseille deux livres: Zonzon d'Alain Guiard Alain Guiard est un champenois de la Champagne pouilleuse donc on a droit à la "baille". Il est prof de philo et se retrouve à enseigner les grands principes de la vie aux tolards. Ca claque il raconte des histoires avec Socrate, Spinoza, Heidegger, Rousseau, Sartre, le tout en argot. Faut dire que le zozo est tatoué: RIEN sur les bosses d'une main, TOUT sur les bosses de l'autre. Il se fout de la gueule de son amie, plan cul avec l'esthéticienne et son côté superficiel. Il raconte les tronches des cellules. Mais le style ça envoie, un vrai langage d'arsouille. Du Audiard dans le texte avec brio et talent. On sait que le mec maîtrise les mots, il manipule aussi bien la grammaire, que les formes de style, que le vocabulaire. Il se permet cette liberté de parler un joli argot. Ca détonne. Moi je lui aurais donné le Renaudot sans problème, c'est bien plus vivant et tripant que Limonov. Une belle surprise avec du sens et une histoire en toile de fond. Enfin, pour boucler la boucle, un livre qui se passe à New-York: Le choix de Sophie par William Styron. Synopsis: Stingo à 22 ans en 1947, il a fait la seconde guerre mondiale dans le Pacifique. Il quitte son état du sud pour s'installer à NY. A la big Apple, il quitte son job de gratte papier et va s'installer à Brooklyn dans une maison ou la tenancière est juive. Il a deux mois d'argent devant lui pour trouver une idée de livre et l'écrire en grande partie. Stingo le protestant va faire connaissance en particulier de deux autres locataires de chambres, un juif Nathan Landau, très cultivé mais au caractère pour le moins versatile. Il va se lier aussi avec la petite amie de Nathan et aussi locataire d'une chambre. Elle est polonaise, elle a les chiffres tatouées sur son poignet. Elle est juive. Non elle est catholique malgré toutes ces apparences. C'est Sophie. Tout le long du livre, Sophie va livrer ses secrets au compte goutte à Stingo, sa vie à Varsovie, sa rafle qui l'emmène à Auschwitz et la vie au camp. On va d'ignominies en ignominies. Au delà du racisme allemand et polonais, Stingo le sudiste est confronté à New-York, surtout par Nathan, au racisme des yankees envers les sudistes accusé de racisme envers les noirs et l'esclavage du siècle précédent. Quand une forme de racisme accuse un autre racisme. C'est un livre long, bavard. Il aurait pu être plus court, mais c'est un livre qui prend son temps, et vu le thème abordé, ce n'est pas superflu même si certains passages sont un peu longuets et qu'on voudrait savoir plus vite. Il est parsemé d'anecdotes morbides des nazis. On vit aussi les désillusions libidineuses de Stingo et les sentiments pures qu'il éprouve pour Sophie ou sa beauté fait l'unanimité et sa gentillesse "l'humanité?". Stingo raconte le monde nazi vu par Sophie 30 ans plus tard. On sait dès le début qu'il n'est pas avec Sophie au moment du récit. Mais qu'est-il arrivé à Sophie qui a traversé un océan pour quitter l'horreur en Europe? Comment a-t-elle réussi à survivre à Auschwitz-Birkenau, et comment fait-elle à New-York pour cohabiter avec tout ce qu'elle a vécu sur le vieux continent? La fin est très forte. Tout le long du livre, Sophie est confrontée à des choix qui vont crescendo. De choix en choix, elle mène une vie qui se résume au choix de Sophie. Le dénouement est d'une rare intensité. Un livre qu'on se souvient d'avoir lu. Un livre qui marque les esprits.
  6. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Adrenaline Mob à La Maroquinereie le samedi 24 juin. Combo composé entre autres de l'ancien batteur de Dream Theater, Mike Portnoy (un patronyme à la con qui me fait bien rire et bien moins chiant que le livre Portnoy et son complexe de Philippe ROTH). Mike Portnoy est loin d'être un manchot avec des baguettes entre les mains, et c'est un doux euphémisme. Le genre, c'est plus groovy et plus recherché que Stone Sour sur la chanson de leur clip. Dans d'autres chansons plus heavy et trashy, il y a un son bien lourd à la Black Label Society.
  7. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Mon fond d'écran: http://www.freeimagehosting.net/tedn7
  8. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Blacksad, c'est Hell and back, chanson 2è fois chantée en live. Ils ont plein de chansons de garage dans leurs cartons.
  9. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Drôle d'impression pour ce concert. Faudrait que je fasse une review plus détaillée. Je suis parti hier vers 13 heures, je suis de retour depuis une demi heure. Ma meilleure virée à un concert, le before et l'after avec des spécimens. Bonne trouvaille des mets de jouer le black à l'envers. Début du live super violent, Ca faisait une pige que je n'avais pas ressenti cette telle violence, La dernière fois, ce devait être le 11 juin 2003 au Batcalan. C'est simple j'ai grindé le 6è rang avant Ecstasy. On a bourré comme des cons à Gojira. On a du expliquer qu'on était à concert de metal et pas à celui de Chantal Goya, le truc chiant à se justifier à chaque fois parce qu'à MetallicA ça sera 10 fois pire. The Kills c'est mauvais, ça me casse les couilles qu'à chaque fois la maison de disques impose des groupes en première partie qui sonnent faux avec la tête d'affiche. MetallicA. De Hit the lights à la moitié de No remorse, je n'ai rien vu de la scène. J'étais totalement rincé avant le premier quart d'heure, une flaque qui pissait de la sueur à grosses gouttes. Des bons mouvements de foule bien trashy comme une lame de fond. Après j'ai atteint le 3è rang pépère bien placé en face, de l'air pour respirer(merci l'enceinte). J'avais les sapins au bout des doigts dès master of puppets. Bien sympa d'avoir joué l'intro de Battery. Les mecs de la sécurité (boîte Opisel ou un truc dans le genre) des incompétents comme j'en ai jamais vu. Les français sont mauvais, ils s'étaient vachement améliorés au Sonisphère (normal plus on s'approche de la frontière allemande, plus les mecs de la sécurité s'inspire sur l'Europe de l'est dans l abonne gestion de ce genre d'évènements), ils repoussaient les slameurs au lieu de les récupérer. Il y en a même un qui a mis sa main sur la gorge d'un slameur, j'ai reconnu un de mes potes d'ailleurs. Pour en revenir au concert, la set list moyenne, le groupe pro comme d'hab mais je les ai connu meilleurs, le rappel un peu rapide et convenu avec seek and destroy. C'est passé trop vite. Il y a des petits moments où j'ai vraiment compris que ça avait un sens d'être là. MetallicA rentrait dans mes esgourdes et tous les trous mon corps le recrachaient. C'était viscéral, c'était bon. Toujours cette impression que je suis The voice au karaoké géant de One. Je me défends aussi sur Enter Sandman. J'aime cette sensation parce que je sais qu'une je suis un chibre en chant. Toujours prêt pour les voir une dixième fois en live.
  10. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Je ne pense pas qu'ils vont finir par seek, ils l'ont tellement fait, peut être Dyers Eve, the 4 Hoursemen ou une de Kill'em all. Je mise sur creeping death, Battery, ...And Justice for all ou Blackened après Ecstasy histoire de mettre tout le monde d'accord. 432€ la place, moi j'en vends deux pour 150;" pas chèèèèr pas chèèèèr.
  11. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    MetallicaaaaaaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA (A mon avis ils vont lancer quelques chansons avant de set lister l'album éponyme surnommé le "Black album". Je suis chaud patate).
  12. drannoc

    Présidentielles 2012

    Jeudi dans le journal 20 minutes: Citation : Mickaël Vendetta qui affirme par ailleurs qu'il quitterait le pays s'il gagne. Champagne!
  13. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Blacksad, je confirme tes propos d'hier entre deux coupes de champagne, t'es mon "kôpain" quand tu fais le service , My friend of Misery va sonner drôlement en live. Hâte de ressentir l'ambiance qu'elle va dégager, j'en frissonne déjà. MISERYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY!!! Et attention les pains de Kirk. J'ai envie de me reprendre une rincée sur creeping death et de faire le con dans la fosse avec les vilains qui m'accompagnent.
  14. drannoc

    Metal - Topic Unique - niark !

    Pour les met's j'ai deux places en rab, gradins bloc C4 places 24 et 25. S'il y a des intéressés, envoyez-moi un mp. Le seul avantage que je tire d'avoir deux belles places sur les bras, c'est de ne pas faire mon pilier à la buvette avant le concert et d'arriver en état. Je sais toujours comment j'y vais mais jamais comment se passe le temps d'attente. Holier than thou, Struggle within et the God that failed...
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.