Aller au contenu

talking heads

Members
  • Compteur de contenus

    791
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5

talking heads a gagné pour la dernière fois le 27 septembre 2011

talking heads a eu le contenu le plus aimé !

À propos de talking heads

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 14/03/1989

core_pfieldgroups_2

  • Gender
    Male
  1. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Plutôt des choix de cadre alors. Le montage c'est l'agencement entre plusieurs scènes/plans.
  2. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Je vois pas trop le rapport entre le montage et les gros plans de Kechiche. Les gros plans sont la signature de Kechiche, c'est son style qui n'est pas du tout celui de la majorité des cinéastes français qui optent pour la plupart pour la cadre moyen. C'est une façon de coller aux sentiments des personnages, de traquer la moindre émotion sur leur visage, ce qui peut produire un effet d'apnée sur le spectateur. Je trouve que ça colle parfaitement à une histoire d'amour où les affects se lisent sur les visages des actrices et sont particulièrement puissants. Pour en revenir au montage, celui de Kechiche est violent car brutal et en cela complètement inédit dans le cinéma français. Kechiche filme très peu ou pas du tout des scènes de transition, il filme tout ce qu'il peut produire de l'intensité. C'est ce qu'il fait que malgré ses 3 heures il n y a aucune scène en trop dans le film (ce qui ne veut pas dire que toutes les scènes soient réussies). On va directement à l'os. On peut ne pas aimer Kechiche mais on doit au moins lui reconnaître sa radicalité et sa singularité dans le cinéma français. Quant à une interdiction aux moins de 16 voire aux moins de 18, je la trouverais particulièrement absurde : on ne va pas interdire à des ados de voir un film dont ils sont le sujet. Et je pense que tous les ados ont déjà des scènes de cul beaucoup plus hard que celles de la vie d'Adèle.
  3. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Vie d'Adèle (spoiler) : J’aime bien le film sous de nombreux aspects, je le trouve très incarné, plein de vie et d’intensité (c’est un peu bête à écrire je sais) mais à mon avis gâché par sa lourdeur sociologique éléphantesque. Kechiche veut faire un film d’amour marxiste dans lequel les classes sociales sont présentes, très bien. Mais faut-il à ce point grossir le trait comme dans les scènes de repas chez les différentes familles dignes des scènes d’un vie est long fleuve tranquille? Faut-il à ce point souligner le poids des classes sociales dans une histoire d’amour à travers des détails aussi grossiers (la scène de réception préparée par Adèle à base de spaghettis)? Cette obsession sociologique explique à mon avis pourquoi la scène de dispute entre Adèle et Emma sonne si faux, surtout s’agissant du jeu et des dialogues de Seydoux. On sent que Kéchiche aimerait que l’engueulade fasse émerger une différence de classe qui rendrait impossible toute réconciliation, sauf que Seydoux est hésitante, la faute à un dialogue mal écrit (« t’es qu’une petite traînée » « je veux pas de petite menteuse chez moi », sérieusement?). Beau film, porté par Adèle, mais qui pèche par son surmoi marxiste pas très fin.
  4. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Je déconseille fortement Jeune et Jolie du bon élève François Ozon qui raconte l'histoire d'une adolescente de 17 ans qui se prostitue sans raison. C'est appliqué, donc un peu chiant (tout est propre, rien ne dépasse, c'est sobre mais pas trop...), ça se veut amoral, sans discours surplombant (la lycéenne qui se prostitue demeure complètement opaque) mais du coup on ne sait pas trop où Ozon veut en venir. Et puis c'est aussi un film français ayant pour décor naturel Henri IV et le sixième arrondissement, où les bourgeois sont cools mais pas trop. On a ainsi le droit à des scènes de famille sans aucun intérêt qui essaient de provoquer un trouble ou un semblant de sens, en vain. Bref, un somnifère bourgeois. Je suis également allé voir Elysium. Si je voulais être méchant, je dirais que c'est une sympathique merde. Le film a quelques idées (l'exosquelette de Damon, le personnage de Kruger et...puis c'est tout en fait), il est relativement efficace dans ses scènes d'action mais sinon c'est "same old shit", à savoir : des scènes publicitaires (les scènes d'enfance du début), un personnage christique, des bons sentiments, des personnages caricaturaux. J'ai aussi du mal avec le message pseudo-politique qui sert surtout à s'acheter une crédibilité auprès du public en torchant un scénario qui surfe sur la lutte des classes. Matt Damon est bon, évidemment, sûrement un des meilleurs acteurs américains actuels. Je précise que j'avais aimé District 9.
  5. talking heads

    Topic séries - Des séries et des hommes

    @@Roman : j'ai commencé à regarder Arrested development (j'en suis déjà à la moitié de la saison 1!). Tu as raison c'est très bien écrit et bien joué, souvent drôle, mais je ne l'ai pas trouvé génial non plus. Ca reste vraiment en dessous d'un the office (version US), qui m'arrachait fréquemment des éclats de rire. Les acteurs d'AD, même s'ils sont très bons, ne sont pas aussi géniaux que ceux de the office (en même temps Steve Carell est un vrai génie comique, difficile à concurrencer donc) et les situations sont un peu répétitives (les persos sont tellement singuliers qu'ils réagissent un peu tout le temps de la même façon). Ca reste tout de même une très bonne découverte, c'est clairement supérieur à la moyenne (notamment d'HIMYM dont je ne comprends toujours pas le succès).
  6. talking heads

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Ok je vais regarder ça, merci.
  7. talking heads

    Topic séries - Des séries et des hommes

    @@Roman : je reproche à Sorkin de construire ses scénarios comme de pures démonstrations, sans rien laisser d'irrésolu ou de mystérieux. J'ai l'impression à la fin des films qu'ils scénarisent d'avoir affaire à une grille de mots croisés remplie, sans aucun trou et donc sans intérêt. A chaque fois Sorkin part d'une énigme, d'un problème, qu'il résout entièrement à la fin du film. Exemple : dans the social network l'énigme est Zuckerberg et la création de Facebook ; pourquoi Zuckerberg crée Facebook? Parce qu'il s'est fait larguer par sa copine et qu'il veut pouvoir la "stalker" tranquillement. La personnalité de Zuckerberg demeure ambigu un peu avant la fin du film? Pas grave, un personnage va se charger de donner la clé au spectateur par une sentence définitive ("you're not an asshole Mark, you just try so hard to be"). Idem pour "les hommes d'honneur" et "la guerre selon charlie wilson". Pas vu Arrested Development mais j'en ai lu que du bien.
  8. talking heads

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Ouais on est d'accord. J'ai regardé 3 épisodes de the west wing, à l'arrache et dans le désordre, et j'ai trouvé ça assez chiant et surtout complètement masturbatoire (tout le monde est brillant dans la série, tout le monde a des réparties bien senties, c'est un peu lourd au bout d'un moment). Faudrait que je le regarde plus sérieusement pour me faire un vrai avis, mais sur le moment j'avais vraiment l'impression de regarder la série la plus surestimée du monde. Je trouve d'ailleurs qu'on en fait des tonnes avec Sorkin (le créateur de la série et le scénariste notamment du social network) qui est certes virtuose mais qui a tendance à verrouiller ces scénarios. EDIT : je me rappelle d'une interview dans Tech du créateur de The good wife qui décrivait West wing comme un doux rêve humide de démocrate, c'est exactement ça.
  9. talking heads

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Mad men est remarquablement dialoguée, mais au niveau de la structure narrative, je trouve pas ça incroyable, voire franchement poussif par moments. Je serais un peu moins enthousiaste que toi sur House of cards : ok Spacey est génial (comme toute la distribution d'ailleurs) mais c'est vraiment pas original. On est encore dans la mythologie de l'homme politique tout puissant et machiavélique avec Richard III comme influence principale. Et puis le personnage de la journaliste-ambitieuse-qui-n'a-pas-de-vie, on l'a vu cent fois. Sinon, Breaking bad est toujours génial.
  10. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    On peut trouver que the avengers est un film divertissant, mais penser que c'est un grand film ou un chef d'oeuvre c'est être un blaireau, je maintiens.
  11. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Oui, esthétiquement, le film est déjà une vraie claque : tout est exagéré, en plein excès (les ralentis, les couleurs, les personnages). Ca donne un côté "trip" au film, sans être tapageur comme, au hasard, chez Danny Boyle. Et surtout ça a un vrai sens, c'est une façon de produire des images à partir du vulgaire, d'une pure laideur et en même temps par son exagération le film montre la bêtise et la vacuité de ces gens. Il nous fait ressentir ce monde là, mille fois mieux qu'un clip MTV tout en utilisant certaines de ses règles. C'est un film de moraliste pour moi, l'opinion du réalisateur découlant de la mise en scène sans pour autant que l'on nous assène un message. Sinon le film a obtenu de très bonnes critiques dans mes souvenirs, évidemment pas dans la catégorie spectateurs d'allocine qui regroupe un nombre incalculable de blaireaux pour qui the avengers est ce qui se fait de mieux en matière de cinéma.
  12. talking heads

    Topic films - Plein les bobines

    Moi j'ai beaucoup aimé Spring breakers, je trouve que c'est un très beau film qui trouve une distance parfaite avec son sujet.
  13. talking heads

    Revue de presse

    "Blablabla".
  14. talking heads

    Sarkozy : une dérive sécuritaire?

    S'ils mentent c'est parce que ce sont des islamo-gauchistes : ironie, second degré toussa toussa
  15. talking heads

    Sarkozy : une dérive sécuritaire?

    Sans doute parce que ce sont des islamo-gauchistes...
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.