Aller au contenu

SophieC

Panthéon ASSAS.NET
  • Compteur de contenus

    4 070
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5

SophieC a gagné pour la dernière fois le 10 octobre 2011

SophieC a eu le contenu le plus aimé !

À propos de SophieC

  • Rang
    En reconversion
  • Date de naissance 14/07/1992

core_pfieldgroups_2

  • Gender
    Female

Visiteurs récents du profil

1 481 114 visualisations du profil
  1. @@Drytoverydry si c'est la charge de travail qui t'inquiète, tu peux foncer les yeux fermés L'école de commerce c'est le club med à côté du droit
  2. Hello, Je peux juste te confier ce qu'un ami m'a dit (je ne m'y connais pas vraiment, j'ai quitté le monde du droit) : chez certains cabinets (White par exemple), on ne te met pas en rémunération grande école si tu as un Ms... (mais chez Gide si, ça dépend donc) Je crois que les conditions d'accès aux Ms sont moins sélectives, mais toujours est-il qu'un tage à 200, c'est très faible, il faut au moins viser 300 !
  3. SophieC

    Le Collège de droit, un réel plus pour la suite ?

    Honnêtement ne te prends pas trop la tête non plus. Avec tout l'amour que je porte aux gens du Magistère (et ils le savent!), ils ont un bon anglais sans que le niveau soit inatteignable ! Essaye de préparer des tests type TOEIC, TOEFL et IELTS à la limite pour appuyer ton bon niveau d'anglais le moment venu (@@Strawberry Fields pourra mieux répondre que moi)
  4. SophieC

    On change de sujet(sondage)

    Répondu, mais je n'ai pas du tout trouvé mon bonheur pour le mot "civique" !
  5. SophieC

    Déprime à la fac

    Bonjour melinette, Ton témoignage est très touchant et le premier qui oserait te dire "si t'es pas contente, va en province", je crois qu'il ne mériterait que notre indifférence ou notre dédain car cela relèverait de l'insensibilité et de la stupidité. J'étais aussi très angoissée à l'idée d'assister à certains Tds avec certains chargés (d'ailleurs si certains professeurs ou chargés lisent ce message et pouvaient y répondre, je pense que ce serait encourageant !) et à l'approche des résultats, c'était aussi souvent l'enfer ! La L2 c'est un peu un cap à passer, alors la seule chose que je peux te dire, en premier lieu, c'est : Accroche toi ! Ensuite, il y a des solutions possibles : 1) Je connais des personnes qui se partageaient les fiches d'arrêt, qui discutaient ensemble des plans de dissertation. Essaye, si tu peux, de te trouver un groupe de travail avec des personnes aussi sérieuses que toi. C'est déjà plus motivant. 2) Autre point : ne jamais sortir et t'enfermer dans cette spirale infernale de travail, c'est peut-être aussi un problème. Ton cerveau a besoin de repos. Si tu veux rester concentrée et travailler efficacement, il faut te changer les idées de temps en temps. Ca fait peur, mais il est scientifiquement prouvé que tu gagnes en productivité ! Par ailleurs, il y a pleins d'associations à Assas: essaye peut-être de t'y intéresser ? 3) Pour tes questions: - Des personnes avec des résultats bien plus catastrophiques que toi (là tu galères seulement pour une fonda sur trois en termes de notes !) ont réussi à passer. Tout est possible. Tout. Avec de la volonté, du travail (et parfois un peu de chance, c'est vrai), tu peux t'en sortir et valider tranquillement. - En L3, la charge de travail s'intensifie. En M1, elle s'intensifie encore. Mais la différence, c'est que tu choisis déjà un peu plus les matières vers lesquelles tu veux t'orienter, donc c'est plus motivant ! - Et pour prendre du recul par rapport au td, je ne sais pas trop quoi te dire puisque personnellement je n'ai jamais vraiment réussi Ce qui m'a vraiment aidée pendant mes quatre années à Assas c'est d'avoir de super amis et d'appartenir à une association étudiante qui me donnait sincèrement envie de me rendre tous les jours à la fac. J'espère que nos différents messages pourront t'aider ou au minimum, te rassurer. Bon courage
  6. SophieC

    RIP - Topic unique

    Et pourquoi pas l'humour aussi Au nom de la connerie humaine !
  7. SophieC

    Grands système de droit contemporain

    Un petit conseil, méfiez-vous : autant l'an dernier quand elle nous a donné 4 parties de cours à voir, c'est bien tombé dessus ; autant il y a deux ans ils se sont fait baisés, ils ont eu une question sur l'intro !
  8. Université d’accueil : Queen Mary Pays : Angleterre, Londres Durée : 1 semestre Année de départ : M1 L’admission : 1) Quelles destinations avez-vous privilégié lorsque vous avez postulé et pourquoi ? J’ai postulé exclusivement pour le Royaume Uni, Queen Mary était en réalité mon second choix, j’avais au départ postulé à Oxford et UCL. 2) Comment la sélection s’est-elle déroulée ? (N’hésitez pas à raconter les détails : contenu de l’entretien, contenu du dossier, nécessité d’avoir le TOEIC/TOEFL, est-ce que la sélection est élevée etc.) Note préliminaire : Ces informations correspondent à la procédure en vigueur en janvier 2014. Elles sont susceptibles d’avoir changé depuis. J’ai tout d’abord postulé par dossier rempli en ligne sur le site de l’université auquel j’ai joint mes relevés de notes du bac, de L1 et de L2, une lettre de motivation et de tout autre document afin de justifier mon niveau d’anglais. Les résultats du premier semestre de L3 étaient également pris en compte pour la sélection. J’ai par la suite été convoquée à un entretien de sélection pour Oxford et UCL pendant lequel Monsieur Cavallini pour Paris II et Monsieur Cartwright pour Oxford m’ont interrogée sur mes motivations mon projet professionnel, ce que j’avais fait pour améliorer mon niveau d’anglais, ect les questions posées variaient selon les candidats. Au départ je n’étais sélectionnée ni pour oxford ou UCL ni pour Queen Mary mais suite à un désistement, j’ai finalement été prise à Queen Mary 3) Quel était votre dossier ? (moyenne globale, niveau d’anglais etc.) Je n’avais pas un dossier excellent mais je me défendais : - L1 obtenue avec mention bien - L2 obtenue avec mention assez bien - 1er semestre de L3 validé à 12,5 J’étais également au Collège de droit en filière internationale depuis la L2 Je pense que c’est mon niveau d’anglais qui n’était pas suffisant : je n’ai eu que 12 au bac et mes notes d’anglais à la fac tournaient autour de 6/7 et je n’avais aucun autre document du style Toeic ou TOEFL pour le justifier. 4) Quand avez-vous obtenu une réponse ? Ayant été sélectionnée tardivement j’ai obtenu une réponse que début mai par téléphone mais sinon la sélection des candidats est annoncée juste avant les vacances de pâques. Démarches administratives : 5) Quelles démarches administratives avez-vous effectué ? Comment s’y prendre ? (visa, sécurité sociale, assurance etc.) Etant ressortissante de l’Union Européenne je n’ai pas eu à demander de visa. Avant mon départ, il m’a simplement fallu demander ma carte européenne de sécurité sociale et me renseigner auprès de ma banque française pour d’éventuels accords avec des banques locales pour éviter de payer des frais à chaque achat. 6) Avez-vous bénéficié d’une aide financière ? (bourses etc.) J’ai bénéficié d’un montant de 600 euros au titre de la Bourse Erasmus +, soit 200 euros par mois. 7) Avez-vous éprouvé des difficultés pour trouver un logement ? Quelle(s) solution(s) conseilleriez-vous ? Il faut savoir que bien que Queen Mary dispose de chambres sur le campus, en tant qu’étudiant erasmus, nous ne pouvons en bénéficier et la fac ne nous aide absolument pas dans la recherche de logement. A Londres le marché de l’immobilier est très fluctuant, il y a beaucoup d’offres sur le marché et elles partent très vite bien que se loger à Londres soit hors de prix. J’ai donc débarqué deux semaines avant la rentrée, je connaissais quelqu’un sur place pour m’héberger et j’ai visité de nombreux appartements après une bonne vingtaine de visite en 3 jours j’ai trouvé une chambre en colocation pour un budget d’environ 950 euros par mois. Les cours : 8) Quand commencent les cours ? Les cours à proprement parlé ne commencent que la dernière semaine de septembre La semaine précédente est consacrée à l’accueil des étudiants, la visite des locaux, l’organisation d’évènement d’intégration… 9) Dans quelle langue les cours sont-ils enseignés ? En Anglais. 10) Quelle est la quantité de travail ? Elle est relativement faible comparé à Assas mais varie sensiblement au cours du semestre. Il n’y a que 4 matières qui se composent de deux heures de cours et 1 à 1h30 de TD toutes les deux semaines. Le plus gros du travail consiste en de la lecture personnelle parce que la prise de notes en cours ne suffit pas. N’ayant qu’une seule session d’examen en juin, nous sommes évalués sur des devoirs maison, à savoir 2 essays par matière donc huit au total. Le dernier mois est donc très intense car les sujets ne sont donnés que début novembre et sont à rendre autour du 10/12 décembre. 11) Quelle est l’ambiance ? De façon générale, l’ambiance est beaucoup plus détendue qu’à Assas. Les enseignants sont tous à fait accessibles et aucune compétition n’est ressentie entre les étudiants. L’ambiance est également excellente entre les erasmus. 12) Y’a-t-il beaucoup de français ? Il y a énormément de français à Londres mais pas tant que ça à Queen Mary, nous étions 5 à partir de Paris II, nous en avons rencontré quelques-uns surplace mais sans plus, je crois d’ailleurs que nous étions les seuls erasmus français en droit. La plupart des erasmus en droit étaient belge Flamand et Néerlandais La ville : 13) Avez-vous aimé étudier dans cette ville ? J’ai adoré vivre et étudier dans cette ville ! La vie y est très agréable et l’ambiance excellente. Londres est une ville plein de ressources et qui permet de voyager rien qu’en passant d’un quartier à l’autre. Le seul regret que je peux avoir c’est que 4 mois est définitivement une période trop courte pour tout voir ! 14) Quelques bons plans à conseiller ? Endroits à visiter ? Evidemment les classiques dans le centre à savoir Westminster, buckingham, covent garden… En terme de musée pareil les classiques : le british museum, le tate modern, la national gallery, le musée d’histoire naturelle. Pour ce qui est des sorties, Shoreditch est, selon moi, le meilleur, c’est un quartier très jeune et qui bouge beaucoup. Camden est également très sympas. 15) Est-ce une ville étudiante ? D’un côté Londres est une ville très étudiante et accueille de grandes universités mondialement renommées mais d’un autre côté, au regard du style de vie et au coût de la vie, c’est plus une ville adaptée au jeune travailleurs d’environ la trentaine. Londres est cependant une ville vraiment vivante avec des animations de rue tout le temps, une vie nocturne très animée et de nombreuses activités culturelles. 16) Comment avez-vous fonctionné pour les transports ? Je me suis acheté un vélo d’occasion sur place. Les transports sont en effet très chers à Londres (150 euros par mois pour une carte illimitée) et pas très pratique entre la fac et chez moi même si le réseau de transport londonien est très développé. Rouler en vélo à Londres est cependant très dangereux mais je ne prenais pas les grandes routes et je faisais toujours très attention, je n’ai donc eu aucun problème. Coût de la vie : (cher, abordable etc.) Le coût de la vie à Londres est très cher, cela doit être une des villes les plus chère mais en faisant attention, on s’en sort très facilement. Finalement ce qui pèse le plus dans le budget ce sont les sorties. Logement : hors de prix. Pour une chambre en colocation dans un appartement que je partageais avec deux autres personnes et sans salon je payais environ de 950 euros par mois. Transports : Pour se déplacer à Londres hormis la marche et le vélo, les transports en commun sont très pratiques. Pour les utiliser, il faut se procurer une oyster card en la prenant soit illimitée soit en pay as you go en la rechargeant au fur et à mesure. Le choix entre les deux options dépend du fait de savoir si vous allez ou non souvent prendre les transports. En effet ils sont très chers et n’étudiant que 13 semaines et non 14, on ne peut pas bénéficier de la réduction étudiante. Activités sportives : L’université propose de nombreuses activités sportives et un accès à une salle de sport à tarif préférentiel mais ne m’étant pas inscrite aux sports je ne suis pas trop renseignée. Sorties : Tout dépend des endroits et de savoir si c’est la semaine ou le week end. Les boites et les bars ferment cependant très tôt : la plupart des boites ferment à 3h30 les week end et à 1h la semaine parce que les anglais sortent très tôt. Alimentation : Mon alimentation n’était pas très variée ni très saine mais plus parce que je n’ai pas tellement fait d’efforts pour beaucoup cuisiner. Livres de cours : L’université dispose d’un book store sur le campus. Je n’ai pas acheté beaucoup de livre parce qu’on se débouillait pour en trouver à la bibliothèque et on pouvait le réemprunter indéfiniment. Pour les livres que j’ai achetés, on les a commandés à deux sur amazon avec les autres français et on se les passait les semaines où en avait besoin. Bilan : 17) Comment a évolué ton niveau de langue ? Mon niveau s’est nécessairement amélioré notamment au niveau de la compréhension écrite et orale, l’expression est quant à elle plus approximative mais je suis loin d’être bilingue. 18) L’immersion a-t-elle été rapide ? Je me suis très rapidement faite à la vie anglaise, Londres est tellement cosmopolite qu’on s’y adapte très rapidement et on prend très vite ses repères. De plus tout est fait à l’université pour permettre aux étudiants étrangers de s’intégrer (soirée barbecue…) mais nous n’avons quasiment pas rencontré d’anglais que ce soit à la fac ou même en dehors. 19) Que retenez-vous de cette expérience ? La conseilleriez-vous ? Je ne sais pas si je peux résumer ce que je retiendrais de cette expérience. C’est assez unique à vivre, on est dans un bulle du début à la fin, rien de nous atteint, nous sommes loin du stress que l’on peut ressentir à Paris. C’est cependant une expérience très éphémère mais finalement c’est surement ce qui fait que l’on veut en profiter un maximum. Se retrouver tout seul à l’étranger, être confronté à une autre culture, une autre langue fait nécessairement murir et relativiser plein de choses Merci à Pauline
  9. Bonjour à tous, Pour tous les étudiants AST qui ont envie d'avoir une idée de la note qu'ils pourraient avoir en dossier à l'EM Lyon, voici quelques exemples de profils réels (avec note de Tage Mage mais attention, elle ne compte pas pour le dossier !). Ces personnes ont été admises sur titre cette année. Profil 1 Double diplôme Bachelor international economics & management mention Bien à Abertay Dundee en Ecosse Licence d’économie-gestion option finance internationale de l’UVSQ mention Bien Association Save the children en Ecosse Uniquement jobs d’été, pas de stages Note dossier : 11 (Pour information : Note de Tage Mage 417) Profil 2 Master 1 droit des affaires, Sorbonne Pas de mentions. Pas d’associatif. Pas d’expérience à l’étranger. Activités artistiques diverses à niveau avancé Note de dossier : 17 (Pour information : Note de Tage Mage 403) Profil 3 Master 1 Droit des affaires, Assas Collège de droit – filière internationale Mention en L1, 12 de moyenne les autres années Nombreuses expériences associatives Pas d’expérience à l’étranger Pratique sportive de neuf années Un stage, peu de jobs d’été Note de dossier : 16 (Pour information : Note de Tage Mage 247) Profil 4 Master 1 Droit international des affaires, Paris 1 Mention AB Expérience associative de trois ans 1 an au Pays-Bas (sabbatique) Jobs d’été tous les ans orientés finance, droit, traduction Note de dossier : 16 (Pour information : Note de Tage Mage 320) Profil 5 Master 1 Sciences Po Aix Pas de mention Présidente d’association de négociations internationales 1 an de stage à l’étranger Jobs d’été tous les ans Beaucoup de voyages Note de dossier : 16 (Pour information : Note de Tage Mage 400) Profil 6 Master 1 Audit et contrôle de gestion Dauphine Mention AB Bureau d’association chaîne de télé étudiante Pas d’étranger Deux mois de stage en contrôle de gestion 1 job d’été un mois Beaucoup de voyages Note de dossier : 16 (Pour information : Note de Tage Mage 370) Profil 7 Licence éco gestion à la FLSEG classe Sup Catho Lille Associatif : représentation de son école Douze ans en Belgique, 4 ans à Prague, 1 an à Montréal, voyages réguliers à Milan Un mois de stage à Miami, un mois de stage à Cofidis Pas de jobs d'été Note de dossier : 13 (Pour information : Note de Tage Mage 383) J'éditerai avec de nouveaux profils prochainement
  10. SophieC

    Virus sur site Assas.net

    Bizarre chez moi il n'y a aucun problème :/
  11. Concernant l'EM Lyon, les modalités d'accès en admission sur titre et via prépa ont changé, je vous copie le mail de notre scolarité : Courage à tous !
  12. SophieC

    Topic films - Plein les bobines

    Je valide, ça vaut vraiment le coup de payer sa place de ciné !
  13. SophieC

    Topic films - Plein les bobines

    J'y vais demain, apparemment c'est top !
  14. Université d’accueil : Université d'Utrecht Pays : Pays-Bas (ville d'Utrecht à 30 mn d'Amsterdam) Durée : 1 année (du 01/09/12 au 30/06/13) Année de départ : L3 L’admission : 1) Quelles destinations avez-vous privilégié lorsque vous avez postulé et pourquoi ? 1) Pays-Bas parce qu’une amie en Erasmus à Utrecht m’avait conseillé d’y postuler en me disant que c’était une super ville et qu’elle était un peu moins sélective car peu connue en France malgré son excellente réputation à l’étranger. 2) Danemark…parce qu’il fallait bien un second choix 2) Comment la sélection s’est-elle déroulée ? (N’hésitez pas à raconter les détails : contenu de l’entretien, contenu du dossier, nécessité d’avoir le TOEIC/TOEFL, est-ce que la sélection est élevée etc.) Note préliminaire : Ces informations correspondent à la procédure en vigueur en janvier 2012. Elles sont susceptibles d’avoir changé depuis. Ma sélection s’est faite par dossier uniquement. Ce dernier comprenait : - un dossier Erasmus retiré au bureau des programmes d’échanges (au centre Panthéon) et rempli avec mes infos de base, les destinations demandées, etc… - un CV (en français) - une lettre de motivation (en français) - mes relevés de notes de chaque année universitaire. Ces derniers ont servi de justificatifs pour mon niveau d’anglais (pas besoin de TOEIC/TOEFL pour Utrecht) - mon relevé de notes de BAC - Deux lettres de recommandations. Pas demandées mais avec le dossier que j’avais, je voulais mettre toutes les chances de mon côté. Néanmoins, au moment de déposer mon dossier on m’avait signalé qu’elles ne seraient pas prises en compte dans la sélection. A mon époque, les Pays-Bas n’étaient pas une destination très demandée. 3) Quel était votre dossier ? (moyenne globale, niveau d’anglais etc.) J’avais un dossier vraiment moyen à part d’excellentes notes de BAC et un bon niveau d‘anglais : - L1 obtenue aux rattrapages à un peu plus de 11 - Redoublement en L2 - Bon premier semestre lors de ma deuxième L2. Du coup j’avais demandé à mes chargés de TD de me faire une lettre de recommandation pour appuyer ma candidature (même si au final elles n’ont pas vraiment servi). - Très bon niveau d’anglais (quasi bilingue). 18/20 au BAC + bonnes notes à la fac. 4) Quand avez-vous obtenu une réponse ? J’ai reçu un mail de la fac début avril, quelques semaines avant les résultats officiels de Paris 2. Démarches administratives : 5) Quelles démarches administratives avez-vous effectué ? Comment s’y prendre ? (visa, sécurité sociale, assurance etc.) (réponse à venir) 6) Avez-vous bénéficié d’une aide financière ? (bourses etc.) Oui, de la Bourse Erasmus qui est une allocation octroyée à tous les étudiants Erasmus qui en font la demande (le dossier de bourse est à retirer au bureau des programmes d’échange). Je ne sais plus trop à combien elle s’élevait car elle m’avait été versée en deux fois (d’abord les 2/3 puis 1/3 à la fin du séjour) mais il me semble que c’était de l’ordre de 150€/mois (peut être un peu plus). 7) Avez-vous éprouvé des difficultés pour trouver un logement ? Quelle(s) solution(s) conseilleriez-vous ? Pas du tout car j’ai opté pour une chambre en résidence universitaire et ai pu effectuer toutes mes démarches en ligne avant même d’arriver aux Pays-Bas, grâce à un accord entre l’université d’Utrecht et SSH, l’organisme qui gère les résidences étudiantes à Utrecht. Je n’ai eu qu’à récupérer les clés le jour de mon arrivée et m’installer en toute tranquillité. C’est l’option de logement que je recommande car c’est la plus simple et je pense qu’elle facilite aussi l’intégration. En vivant en résidence, on rencontre dès le premier jour d’autres étudiants en échange, ce qui permet de ne pas se sentir trop seul et déboussolé au début. En revanche, il faut s’y prendre assez rapidement pour réserver une chambre, car elles sont limitées en nombre. Autre précision concernant les résidences étudiantes, il n’y a que peu de chambres en centre-ville. La plupart sont sur le campus en périphérie, ou dans les quartiers sud/est de la ville, assez loins du centre. Or, les cours pour les étudiants en droit se déroulent exclusivement dans le centre. Quelques conseils à ceux qui n’auraient pas été assez rapides ou préfèrent tout simplement un logement dans le privé. 1) Faites le déplacement à Utrecht. Vous ne trouverez rien à distance si ce n’est des arnaques 2) Justement, faites attention aux arnaques sur les sites type Kamernet.nl. Elles sont nombreuses ! Privilégiez plutôt les groupes facebook d’expats, d’Erasmus et de recherche de logement à Utrecht. 3) Armez-vous de patiente car trouver un studio privé ou une chambre en colocation à Utrecht peut relever du parcours du combattant mais ce n’est pas mission impossible. Les cours : 8) Quand commencent les cours ? Les cours ne commencent que la deuxième semaine de septembre. La première semaine est une semaine d’introduction avec pas mal d’événements organisés pour les étudiants Erasmus, à la fois par la fac (discours de présentation, visite de la bibliothèque…) et les associations étudiantes (découverte de la ville, soirée de rentrée…). 9) Dans quelle langue les cours sont-ils enseignés ? En Anglais. 10) Quelle est la quantité de travail ? Elle est relativement faible comparé à Assas mais varie sensiblement selon les cours et le niveau d’anglais de chacun. Certains de mes amis et colocataires qui avaient un niveau d’anglais plutôt moyen, passaient pas mal de temps à reprendre leurs cours, surtout au début de l’année. Donc si votre niveau est trop juste, vous aurez certainement à fournir un peu plus d’efforts en début d’année pour vous adapter aux cours en anglais. La charge de travail est différente d’un cours à l’autre car certains cours ne sont que magistraux, alors que d’autres ont des TD (seminars/tutorials) avec ou non des devoirs à rendre, et chaque matière a ses propres modalités d’examens. Certaines matières n’ont qu’un examen final ; qui peut être un écrit classique ou un devoir à rendre (dossier ou autre) ; alors que d’autres sont notées sur la base de plusieurs exams et devoirs à rendre tout au long du semestre. De façon générale, le système néerlandais fait appel à une plus grande indépendance des étudiants. Le travail écrit et rendu est moins important et régulier qu’en France, mais on attend des étudiants un certain investissement et travail personnel. Notamment beaucoup de lectures. Quant au rythme des cours, il est loin d’être aussi soutenu qu’à Assas. L’année est divisée en deux semestres qui sont eux-mêmes subdivisés en deux périodes. Il n’y a que deux matières par période et on en change à chaque nouvelle période. Le nombre d’heures de cours, bien que relativement faible, varie selon les matières et les périodes. Pour vous donner un exemple, j’avais en 3e période 8 heures de cours hebdomadaires réparties sur 4 jours contre 4 heures réparties sur 2 jours en 1re période. 11) Quelle est l’ambiance ? De façon générale, l’ambiance est un peu plus détendue qu’à Assas. Elle n’est pas spécialement compétitive, est plus participative et la hiérarchie prof/élèves y est un peu moins marquée. Les professeurs sont plus accessibles et prennent vraiment le temps d’écouter leurs élèves et leurs opinions. 12) Y’a-t-il beaucoup de français ? Oui, c’était dans ma promo l’une des nationalités les plus représentées (avec les américains, australiens, britanniques, espagnols et italiens). En revanche, je n’avais que peu de français dans mon cercle proche d’amis, ce qui n’était pas voulu mais m’a été bénéfique car beaucoup de français ne restaient qu’entre eux ce qui a considérablement limité leur exposition à la langue anglaise et par conséquent, leurs progrès. Alors un conseil aux futurs Erasmus : mélangez-vous ! Votre expérience culturelle et humaine n’en sera que plus enrichissante et votre niveau d’anglais que meilleur ! La ville : 13) Avez-vous aimé étudier dans cette ville ? J’ai adoré vivre et étudier dans cette ville ! La vie y est très agréable et l’ambiance excellente. Il s‘agit vraiment d’une ville à échelle humaine. On en fait vite le tour mais on n’y manque de rien et comme elle est très jeune et étudiante, on ne s’y ennuie pas. Utrecht est beaucoup plus calme et authentique qu’Amsterdam, qui est trop touristique à mon goût. La vie y est plus paisible et en même temps, elle n’est qu’à 30mn en train d’Amsterdam ce qui permet d’y aller souvent et profiter de tous les avantages de cette grande ville sans avoir à en subir l’agitation. Je vivais en centre ville et c’était un bonheur de pouvoir me déplacer partout à vélo en toute sécurité et d’avoir tout à proximité dans un rayon de moins de 10mn à vélo. Et n’avoir à faire de nouveau que 15/20mn à vélo pour me retrouver à la campagne ou du moins retrouver des paysages plus champêtres. Une vraie bouffée d’air frais, bien loin du stress parisien. 14) Quelques bons plans à conseiller ? Endroits à visiter ? (réponse à venir) 15) Est-ce une ville étudiante ? Oui, c’est une ville très étudiante car l’université d’Utrecht est la plus grande université des Pays-Bas avec près de 30 000 étudiants, soit 20% de la population ; ce qui est énorme pour une ville d’à peine plus de 300 000 habitants. Et Utrecht accueille également d’autres établissements universitaires. Cette ambiance étudiante se ressent énormément en ville, et notamment dans le centre où se trouvent beaucoup de bâtiments de l’université et où vivent beaucoup d’étudiants néerlandais, dont ceux appartenant à des fraternités et sororités (particulièrement fêtards). On croise ainsi des étudiants à peu près partout en centre-ville, que ce soit à la salle de sport, au supermarché, dans les cafés et bien entendu dans les nombreux bars de la ville, et notamment dans leurs endroits de prédilection : Nobelstraat, Janskerkhof, Neude et l’Oudegracht. Les associations étudiantes sont également très actives à Utrecht (ESN, Buddy go Dutch, associations sportives et culturelles…). 16) Comment avez-vous fonctionné pour les transports ? Comme les 99% des étudiants d’Utrecht…à vélo. Plus qu’un mode de transport, le vélo aux Pays-Bas est un vrai mode de vie ! Tous les Utrechtois se déplacent à vélo, qu’il pleuve, vente ou neige. La ville s’y prête d’ailleurs bien car il y a très peu de circulation à Utrecht, et des pistes cyclables quasiment partout. Le centre-ville peut aussi se faire facilement et rapidement à pieds. Enfin, Utrecht est bien desservie en bus mais ce mode de transport peut à la longue revenir assez cher, et passée une certaine heure, les bus se font rares. J’ai donc opté pour le vélo, acheté dès ma première semaine dans l’un des nombreux « bike shop » de la ville (cf « Coût de la vie » pour les prix), et pris le bus pour quelques trajets exceptionnels. Pour tous mes autres déplacements en dehors d’Utrecht et notamment pour visiter un peu le pays, j’ai pris une carte de transport OV-chipkaart auprès de la NS, la « sncf » néerlandaise avec un abonnement « Dal Voordeel 2e klaas ». Cet abonnement m’a permis d’avoir accès à l’ensemble des transports en commun du territoire néerlandais (trains, bus, trams), à tarif réduit (cf « Coût de la vie »). Le réseau ferroviaire aux Pays-Bas est assez bien développé ce qui permet de se déplacer à peu près partout dans le pays, et les trains sont relativement réguliers. Coût de la vie : (cher, abordable etc.) J’ai trouvé la vie de tous les jours à Utrecht globalement moins chère qu’à Paris mais pas de façon radicale. L’alimentation, le logement et les sorties y sont moins chers, et le vélo permet aussi d ‘économiser sur les transports (enfin, pour ceux qui avaient une carte imagineR à Paris). En revanche l’habillement et les sorties en restaurant sont tout aussi chères, à une chose près : il y souvent des mini-soldes à Utrecht. Ce qui coûte cher, ce sont tous les « extras » et notamment les voyages et sorties que les étudiants Erasmus multiplient. Logement : Légèrement moins cher qu’à Paris mais peut varier considérablement selon le type de logement (chambre simple ou double en résidence étudiante, colocation dans le privé, studio…) et sa situation. Peut aller de 350€ pour une chambre en coloc dans les quartiers sud/est, à 1000€ pour un grand studio dans le centre. En résidence étudiante, les prix se situent plus autour de 375/650€. Transports : - vélo : entre 45€ (en général en très mauvais état ou volé) et 120€ pour des vélos de seconde main + chaîne/cadenas (indispensable !) Attention à ne pas acheter de vélo volé car en cas d’arrestation par la police ou de vol de vélo, il vous faudra présenter votre facture/ticket d’achat. - transports en commun (trains, bus, tram). Pour utiliser les transports en commun aux Pays-Bas, il est conseillé d’acheter une carte de transports OV-chipkaart. Il en existe deux types : · carte anonyme sans abonnement (bleue) : Elle s’achète à la gare en guichet, à 7,50€ et est rechargeable. · carte personnalisée avec abonnement (jaune) : l’abonnement que je conseille est le « Dal Voordeel 2nd klaas » qui permet de bénéficier de -40% sur tous les transports en commun pour le détenteur du titre +3 personnes l’accompagnant. L’abonnement est à 50€/an mais je l’avais eu en promotion à 25€. En revanche, il ne s’achète qu’en ligne, sur le site de la NS (attention, la page est en néerlandais). Comme l’autre OV-chipkaart, ce pass se recharge en gare aux guichets ou bornes, et dans certains supermarchés. A titre d’exemple, un trajet aller-retour Utrecht Centraal-Amsterdam Centraal est de 8,40€ avec l’abonnement « Dal Voordeel 2e klaas». - bus : Les tickets de bus s’achètent directement dans le bus et sont à 1,60€ en centre-ville et 2,40€ dès qu’on dépasse le centre. Ces tickets sont valables une heure et permettent de faire autant de trajets que possible dans ce délai. Les détenteurs d’une OV-chipkaart peuvent valider directement leur pass à l’entrée du bus. Activités sportives : L’université propose de nombreuses activités sportives et un accès à une salle de sport à tarif préférentiel. Néanmoins, toutes se trouvent sur le campus de De Uithof en périphérie de la ville. Cette offre ne vaut vraiment le coup que si vous y habitez. Ceux qui habitent en centre ville ont plus intérêt à s’abonner à une salle en ville. Celle que je conseille est Trainmore à Janskerkhof qui propose un abonnement assez complet à 4,95€/semaine (cours en commun + accès aux plateaux cardio et musculation + sauna). Sorties : moins chères à Utrecht, notamment grâce à la carte ESN qui permet une entrée gratuite les mardi et jeudi soirs dans certaines boîtes de nuit et offre des tarifs réduits sur les boissons dans ces même boîtes de nuit et dans certains bars. Alimentation : J’ai trouvé les fruits et légumes moins chers qu’à Paris. Ou du moins, là où j’avais l’habitude de faire mes courses. On trouve pas mal de barquettes de fruits à 0.99€, 1,50 ou 2€. En outre, il y a tout le temps des promotions sur des produits choisis qui changent tous les jours (ou au moins plusieurs fois par semaine). C’est surtout le cas à Albert Heijn, première enseigne de supermarchés aux Pays-Bas. En prenant une carte Albert Heijn (gratuite) on peut bénéficier de toutes ces réductions et économiser en moyenne 3/4€ par panier. Livres de cours : L’université dispose d’un study store ; avec une boutique en ville et une sur le campus de De Uithof ; où l’on trouve tous les livres de cours, mais ils y sont assez chers. Pour des livres bon marché, vous pouvez vous rendre au local de l’association de droit JSVU qui vend des livres de seconde main, ou les commander sur amazon. J’avais acheté la plupart de mes livres sur amazon.de car ils y étaient jusqu’à deux fois moins chers que sur le study store, et les frais de ports y étaient offerts. En plus des livres de cours, vous devrez acheter pour certaines matières des « reader », sortes de dossiers reliés regroupant toutes les lectures du semestre. Il est important de les avoir car vous en aurez besoin pour les préparations de certains TD et vous aurez le droit de les utiliser pour les examens en « open book ». Les « reader » sont uniquement disponibles sur un site de la fac, avant le début de chaque période (http://www.redangels.nl/en). Attention, ce site n’accepte que les paiements par carte néerlandaise. Si vous n’en disposez pas, il faudra vous rendre au study store pour payer autrement. Bilan : 17) Comment a évolué ton niveau de langue ? Je maîtrise mieux les subtilités de la langue anglaise, j’ai appris pleins d’expressions que je n’aurais jamais appris autrement, et je peux maintenant comprendre quasiment n’importe quel accent (écossais, néo-zélandais, accent du sud des Etats-Unis…). C’est l’avantage d’avoir vécu en résidence internationale avec des anglophones de différents pays. 18) L’immersion a-t-elle été rapide ? Elle s’est faite en deux temps et à deux niveaux. Si mon immersion dans un univers anglophone a été immédiate, j’ai du faire un réel effort pour essayer de m’intégrer à la vie néerlandaise. Les étudiants en échange et les étudiants néerlandais ne se mélangeant qu’assez peu, je n’avais au début dans mon entourage, que des Erasmus. Après un semestre passé aux Pays-Bas, ma connaissance de la langue néerlandaise se limitait donc aux quelques mots que j’avais pu entendre à la salle de sport et déchiffrer sur les emballages de supermarché, et aux quelques expressions que les néerlandais s’amusent à apprendre aux étrangers (pour les curieux, vous chercherez à l’occasion « neuken in de keuken »). J’ai alors pris pour résolution de m’intégrer le plus possible à la vie locale et en apprendre plus sur ce pays et ses traditions en me faisant plus d’amis néerlandais, en profitant de mon abonnement de train pour découvrir un peu plus le pays au lieu de voyager à l’étranger, et en prenant des cours de néerlandais. Au début de l’année, je m’étais inscrite au programme Buddy go Dutch qui m’avait attribué une marraine néerlandaise que je n’avais vu que peu jusque là. Je l’ai alors recontactée et commencé à la voir plus souvent et en parallèle je me suis inscrite de nouveau à ce programme pour avoir un second parrain, ainsi qu’à un programme de « mentoring » sur le même principe, organisé par l’association ESN Utrecht. Cette démarche m’a permis de rencontrer beaucoup plus de néerlandais. N’hésitez pas à vous inscrire à plusieurs programmes de parrainages. Vous rencontrerez beaucoup plus rapidement des « locaux ». 19) Que retenez-vous de cette expérience ? La conseilleriez-vous ? (réponse à venir) Merci à Aliya, actuellement en MBA Marketing et communication à l'ISC (part-time) ainsi que chef de stratégie et directrice de clientèle chez Eliott et Markus
  15. SophieC

    Téléréalité, encore...

    Répondu !
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.