Aller au contenu
Astor Vlataflou

Quand la gauche s'éveillera...

Messages recommandés

Il me paraissait clair, au vu de mon post précédent, et du lien que j'ai posté, que quand je parle de faible portée, c'est bien sûr de faible portée pour les consommateurs. Et je confirme ce que je disais dans mon premier post : "mais à un prix qui me paraît bien trop faramineux au regard des enjeux".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu importe que la mesure soit de faible portée: politiquement, ce qui compte, c'est que le ministre des Finances se soit penché sur la question.

Valls est plutôt populaire alors qu'il gesticule plus qu'il n'agit sur le fond: les gens ne passent pas leur vie à décortiquer la Tribune (les journaux les plus vendus en France c'est l'Equipe et le Parisien). Il suffit qu'il y ait un gros titre avec marqué "l'essence va baisser". Un peu comme les promotions en magasin: c'est souvent de l'arnaque, mais on a l'impression de faire une bonne affaire.

Sinon 1 milliard pour le budget de la France c'est pas non plus le bout du monde, surtout si le rendement de l'ISF est amélioré (ainsi que la hausse de la CSG, et la fin de la défiscalisation des heures sup'). Valls propose également de supprimer les sous-préfectures: rien qu'avec ça, le coût de la baisse de l'essence est neutralisé.

Reste à voir si ce sera rentable politiquement: c'est surtout ça la question.

(oui parce qu'on fait de la politique, pas des finances publiques appliquées).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1 milliard ou 1 milliard et demi c'est pas le bout du monde mais ça reste une somme importante en temps de crise et alors que le gouvernement annonce par ailleurs vouloir trouver 30 milliards d'économie, c'est tout simplement 5% de cette somme. Si on compare cette somme avec certains postes budgétaires (le budget du ministère de la culture qui est de 7,5 milliards par exemple), on se dit que c'est loin d'être anodin. C'est par ailleurs quand même pas rassurant de voir qu'une des premières mesures fiscales du nouveau gouvernement est de décider une baisse qui va couter cher sans aucun impact positif pour des raisons purement politiciennes et de communication. Ca me fait penser à la baisse, critiquée par la gauche à juste titre, de la TVA dans la restauration.

 

Ont ils l'intention de revenir sur cette baisse de la TVA d'ailleurs? Voila un bon moyen de récupérer facilement plusieurs milliards d'euros.

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais ce ne sont pas les premières mesures fiscales du gouvernement :mmh:

Il y a déjà eu une loi rectificative. Les premières mesures fiscales c'était la défiscalisation des heures sup, la hausse de la CSG et la révision du barème de l'ISF (et aussi en matière de droits de succession).

Cette histoire d'essence est complètement anecdotique à côté de ce que je viens d'énoncer. La CSG rapporte par ex 80 milliards d'euros à l'Etat, pour donner un ordre d'idées.

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une des premières j'ai dit, pas la première

 

et puis la CSG rapport 80 milliards de manière générale, c'est pas une mesure du gouvernement qui génère 80 milliards de recettes nouvelles, alors que cette mesure concernant l'essence, elle ajoute cette somme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

j'aime bien quand on parle de mesurette à propos d'un truc à 1,5 milliards :D

 

Annuler cette mesure et ramener par ailleurs la TVA sur la restauration à son taux 'normal', ça rapporterait plus de 4 milliards, voir 5, tu trouves peut être ça faible mais c'est de 15% de l'ensemble des économies que ce gouvernement compte trouver l'année prochaine, c'est en fait important.

 

Surtout que je doute que les autres mesures prises auront un impact gigantesque sur les finances publiques, je ne pense pas par exemple que le relèvement de l'ISF va rapporter 4 milliards sachant que l'ensemble de cet impôt en rapporte pour le moment un peu plus de 3.

 

Il n'y a pas de petites économies à faire (enfin peut on parler de petites économies quand cela se chiffre en milliards), ce gouvernement l'a montré en baissant le salaire des ministres, il gache tout en prenant ce genre de mesures populistes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne crois pas que c'était INDISPENSABLE si c'est la question, mais ça faisait partie des promesses de campagne de Hollande. Il essaie de les tenir, tant mieux (ou tant pis selon le point de vue).

Ce qui est important, je suppose, c'est si ça va rapporter politiquement: si non, il sera toujours temps de l'annuler (ou d'espérer que l'euro cesse de dévisser, mais c'est pas pour demain).

Par ailleurs, je ne pense pas qu'on puisse comparer avec la baisse du salaire des ministres, qui est surtout de l'ordre du symbole.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hollande n'a pas promis la lune pendant la campagne : je suis d'accord. Mais il n'a pas non plus dit qu'il ferait baisser immédiatement le net des Français. Et dans certains secteurs impérativement liés à des heures sup, ça craint (je prends l'exemple du transport routier).

 

Pour le reste, j'ai apprécié l'intervention de la socialiste marseillaise qui a prôné l'intervention de l'armée à Marseille contre les trafiquants : ça montre que le gestionnaire de gauche, local, n'est pas un idéologique comme son cousin l'est au niveau national (et puis ça me choque pas : la gendarmerie, c'est l'armée... :D ).

 

Bon, les contrats d'avenir et de génération, à peu de choses près ce sera du pipo total, on a déjà 80000 contrats aidés, on passe notre temps à les modifier, les simplifier, en rajouter, en supprimer, en re-créer...visiblement, ça amuse beaucoup nos politiques, des deux bords je souligne. Néanmoins, l'idée d'essayer de lier jeunes et seniors n'est pas, il faut le dire, tout à fait inintéressante. Bon, ça ne fonctionnera pas car la situation ne l'autorise pas vraiment et que ces contrats de génération devront faire l'objet d'une négociation au niveau interprofessionnel qui sera à mon sens peu fructueuse, mais bon...les contrats d'avenir, en revanche, c'est du pur traditionnel, et ça ne marche pas. ET ce sera essentiellement pour le secteur non-marchand, qui ne peut certainement pas porter le poids de l'économie globale sur lui...

 

Hollande baisse déjà : il ne tiendra pas sur le plan national. C'est déjà fini pour lui. La crise va durer, le chômage va augmenter, et ses scores vont automatiquement diminuer...s'il engage la France dans un conflit armé en Syrie, je vous dis pas l'état des finances publiques ! :D

 

Ah oui, un oubli concernant la gauche éthique et morale :

La polémique a enflé ce jeudi, après que le Nouvel Observateur a révélé que Lazard France a été choisie pour conseiller le gouvernement au sujet de la création de la future Banque publique d'investissement, promise par François Hollande lors de sa campagne électorale. La banque d'affaires est dirigée par Matthieu Pigasse, qui est aussi le propriétaire des Inrockuptibles et le patron d'Audrey Pulvar, la compagne du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, fraîchement embauchée.

Pour lever les soupçons de conflits d'intérêts, Bercy a confirmé dans la journée avoir confié un mandat à Lazard mais dément toute implication de la part d'Arnaud Montebourg ou de son ministère dans ce choix. Selon Bercy, c'est l'Agence des participations de l'Etat (APE), sur laquelle Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg exercent leur cotutelle, «qui a proposé de passer un contrat avec Lazard pour (les) assister». La décision a été prise par Pierre Moscovici, «car c'est lui qui est en charge du dossier de la Banque publique d'investissement», et pas par Arnaud Montebourg.

 

C'est fou ça. La droite comme la gauche ne peuvent pas s'empêcher de se retrouver dans ce type, je ne dirai pas d'affaires (pas encore), mais de polémiques. Consternant.

Modifié par Heimdall

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voulais établir un bref bilan des six premiers mois de gouvernement socialiste mais je ne sais pas par où commencer tant le sujet est vaste -je reconnais avoir un petit sourire en coin. Deux constantes semblent pourtant se dégager : échec et renoncement. Le rapport Gallois, qui avalise la politique économique du candidat Sarkozy, est le dernier épisode de cette mauvaise blague. Il est dommage que tous les Français paient pour l'erreur de seulement 51 % d'entre eux. La démocratie est plus que jamais absurde mais j'imagine qu'il fallait en passer par là pour forcer l'adoption des réformes structurelles nécessaires au redémarrage du pays. Laissons donc Hollande user un Premier ministre, puis un second avant d'avoir peut-être le sursaut salvateur qui consisterait à dissoudre l'Assemblée nationale. Inaugurer les chrysanthèmes, voilà une tâche à sa hauteur. Je ne vois une bonne nouvelle à cela : nous serons bientôt débarrassés de la gauche pour 15-20 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah tiens, Ketchup vs Genocide, tu nous avais manqué :dydy:

 

Non, le rapport Gallois ne prouve rien du tout, puisque le débat compétitivité hors coût et compétitivité prix n'a toujours pas été tranché, et pour cause.

Quant à la politique économique de Sarkozy, on ne sait pas vraiment s'il y en avait une, vu que Sarkozy naviguait à vue.

Quant à la gauche, il y en aura toujours une, je ne vois pas ce que le gouvernement Hollande change à cette affaire.

Et si l'avenir du pays, c'est Copé et ses pains au chocolat (ou Longuet et ses bras d'honneur à l'Algérie), je crois qu'on n'est pas sortis du bois.

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si l'avenir du pays, c'est Copé et ses pains au chocolat (ou Longuet et ses bras d'honneur à l'Algérie), je crois qu'on n'est pas sortis du bois.

 

+1, et pourtant j'aime pas non plus la gauche. Ils me font tous gerber en fait...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le rapport Gallois, qui avalise la politique économique du candidat Sarkozy, est le dernier épisode de cette mauvaise blague.

 

Il l'avalise tellement que ce rapport soulève l'échec de la politique économique menée en France depuis 10 ans. Soit la période ou NS a été successivement ministre de l'économie puis Président de la République. :bienjoue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Manu86

 

J'ai parlé du "candidat Sarkozy", celui qui proposait de baisser les charges patronales et d'augmenter la TVA. Nous avons bien assez discuté de son bilan économique -il manquait d'ambition et de courage mais avait au moins le mérite de ne pas aller dans le mauvais sens. Nous pouvons désormais observer celui de Lui-Président. La correction économique à venir d'ici un an s'annonce violente. Ce gouvernement ne connaît rien à l'entreprise. Ils en sont tout de même à s'étonner que le capital-investissement se soit effondré en France depuis le début de l'année du fait des perspectives électorales alors même qu'ils proposent de taxer le carried interest à des niveaux indécents.

 

Comme prévu, et en dépit des mensonges socialistes, c'est bien le programme de Sarkozy qui finira par être appliqué (même mal, comme avec cette volte-face grotesque et inefficace sur la TVA sociale) car il n'existe aucune autre alternative. Les socialistes le paieront lors des prochaines élections mais le pays aura perdu de précieuses années. Je savoure avec un sadisme certain chaque seconde qui nous sépare de 2017. L'agonie des socialistes s'annonce longue et douloureuse.

 

@Nina_Chabal

 

Les questions d'immigration ne sont pas l'alpha et l’oméga de la politique française, n'en déplaise à Copé, Le Pen mais aussi à l'ensemble de la gauche. On s'en fout de cette histoire de pain au chocolat ou du droit de vote des étrangers, cette fabrique à électeurs socialistes. Le projet de loi de finances est bien plus inquiétant. Fillon fera l'affaire en attendant le retour de Sarkozy.

Modifié par Ketchup vs Genocide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, on s'en fout pas qu'un ancien ministre de la Défense fasse des bras d'honneur à un de nos principaux fournisseurs en gaz, et alors même qu'on a besoin en ce moment de la coopération de l'Algérie, faut arrêter de raconter n'importe quoi de temps en temps.

 

Et si tu arrives à faire des bilans au bout d'à peine six mois, bravo, tu es devin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'Algérie ne fera rien, au contraire : cette réaction un peu idiote conforte la propagande gouvernementale. Je ne crois par ailleurs pas que la France soit plus dépendante des importations algériennes que l'Algérie n'est dépendante des exportations françaises.

 

Le sujet du gaz n'est d'ailleurs pas le meilleur sujet à aborder pour défendre le gouvernement actuel. Le gaz de schiste représentait une occasion unique de réduire la dépendance énergétique de la France, de redynamiser notre industrie et d'attirer des capitaux étrangers.

Modifié par Ketchup vs Genocide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

déjà si désabusée ?

 

Oui... A 23 ans, belle perf les mecs :bienjoue:

 

Ils méritent tous une tarte à la crème dans la gueule. Dommage que je fasse du droit, j'aurais pu partir en croisade sinon :bobbie:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le sujet du gaz n'est d'ailleurs pas le meilleur sujet à aborder pour défendre le gouvernement actuel. Le gaz de schiste représentait une occasion unique de réduire la dépendance énergétique de la France, de redynamiser notre industrie et d'attirer des capitaux étrangers.

 

Sans entrer dans le débat pour ou contre le gaz de schiste, il y a une réelle problématique de compréhension de la position du gouvernement sur son interdiction d'exploitation.

 

Aujourd'hui, ce qui est interdit, c'est l'exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique, car cette méthode présente de réelles menaces sur l'équilibre écologique, sans compter que ça demande une dépense d'eau incroyable... Or, il s'avère qu'à l'heure actuelle, il s'agit de la seule manière connue d'exploiter les gisements de gaz souterrain. Le gouvernement n'a aucunement interdit purement et simplement son exploitation, et les recherches pour trouver un moyen écologiquement "neutre" (soyons fou...) ou du moins "pas-trop-nocive" abondent. Si ces nouvelles méthodes sont acceptables, alors nous pourrons exploiter notre gaz.

 

Pour combien de temps, c'est là encore une autre question.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans être un écologiste convaincu, -Cécile Duflot, je te hais-, il me paraît intéressant de penser à la transition énergétique.

C'est dommage qu'on ne profite pas de ce rapport pour y penser. Ainsi que repenser une remise à plat fiscale -ce qui est peut-être un peu trop demandé, ça demande du courage et une certaine indépendance à l'égard des lobbys-.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les efforts à long terme sur les énergies renouvelables ne doivent pas masquer les arbitrages à court et moyen terme : ou bien nous continuons d'importer du gaz, ou bien nous tentons d'exploiter nos propres réserves gazières afin de réduire la part des importations -ce qui sera bon pour les données macroéconomiques.

Modifié par Ketchup vs Genocide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A l'inverse, les arbitrages à moyen terme ne doivent pas remettre en cause les efforts de long terme sur la transition énergétique (débat qui n'est pas juste intéressant, mais absolument primordial). L'exploitation de notre gaz peut avoir des effets bénéfiques à moyen terme en matière d'indépendance énergétique, mais les conséquences à long terme risquent d'être désastreuses sur le long (voire très long) terme.

 

La transition énergétique est à mon sens le débat des prochaines décénies : il ne faut pas aujourd'hui se retrancher sur des arguments économiques (et géopolitiques) de courts terme, car nous risquons de le regretter très fort dans les prochaines années - en termes d'environnement, de concurrence, de compétitivité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il existe des techniques alternatives qui sont en cours d'expérimentation, notamment une méthode avec un arc électrique si j'ai bien compris qui est étudiée par l'université de pau. Elle réduit significativement la consommation d'eau mais elle est très gourmande en électricité, ce qui risque de ne pas beaucoup plaire à nos chers amis les verts non plus.

 

La question des gaz de schiste n'est pas uniquement la question de la transition énergétique, elle porte au moins sur deux autres points:

 

-l'indépendence énergétique de la France: ne plus dépendre, ou en tout cas moins dépendre, du gaz russe, algérien et qatari, c'est quand même aussi un point non négligeable, essentiel même.

 

-l'amélioration de la compétitivité: j'ai lu quelque part que la facture énergétique des entreprises américaines a baissé de 20% grâce au gaz de schiste, c'est la aussi un point qui est absent du débat.

 

Enfin, imposer un moratoire sur les permis d'exploitation ne doit pas, ou ne devrait pas en tout cas, vouloir aussi dire qu'aucune étude sur le potentiel gazier de la France ne peut être réalisée

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est on ne peut plus juste. On soulignera d'ailleurs que dans le même temps les États-Unis visent l'indépendance énergétique totale d'ici 2030 grâce au... pétrole. Je ne vois pas pourquoi nous renoncerions à exploiter dès maintenant une énergie prometteuse pour continuer d'engraisser des dictatures.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.