Aller au contenu
Flashy

Sarkozy : une dérive sécuritaire?

Messages recommandés

Heimdall ce que tu dis est vrai. La grosse délinquance (attaque des fourgons de police à la kalachnikov, braquages toussa) est malheureusement un mal "déjà existant" : des solutions auraient du être mieux prises dans les dernières décennies comme KvG l'a rappelé plus haut, mais malheureusement le mal est fait, il faut réagir, ne fût-ce que pour protéger les populations locales.

 

A partir de là 2 choses et je pense que c'est là que nos avis divergent :) :

 

1) Avant d'envoyer les rafales à Saint-Denis, il faudrait quels type d'interventions seraient menées. Oui à des unités spécialement entraînées pour appuyer la police lorsque nécessaire, non à l'assimilation totale de ces interventions à une guerre. L'instauration d'un tel climat serait contreproductif, il animerait la délinquance dans une guerre sans merci et l'inciterait à faire plus de mal encore (ne sous-estimons pas leurs moyens, comme les prises d'otage, les bombes posées à l'Elysée ...) et obligerait l'armée à répondre de manière trop violente, nécessairement en dehors des procédures légales (en temps de guerre, pas besoin d'un mandat pour défoncer une porte et saccager un appart)

 

2) la mise en place de ces solutions draconniennes anti-délinquance doivent se faire conjointement à la mise en place de solutions d'avenir pour ces quartiers. Sinon 20 après ça recommence. Ces solutions d'avenir sont même plus importantes que l'intervention de l'armée.

Modifié par ze_snake

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'approuve entièrement ce qu'à dit ze_snake. En effet, l'assimilation à une guerre fera réagir les habitants de ces quartiers comme s'ils étaient attaqués. Ca ne peu rien apporter de bon.

 

J'ajouterai juste une chose. Il faut aussi que ceux qui ne viennent de ces quartiers arrêtent de mettre dans un seul paquet tous leurs habitants et de croire qu'il règne un climat de guerre en leur sein. Combien de fois, lorsque des gens apprennent que je viens de Seine-Saint Denis me regarde avec des yeux immense ? Généralement, c'est de la pitié : comme si je vivais dans un taudis, et que je me faisais agresser tous les soirs. Ca m'énerve, mais ça passe encore.

D'autres fois, c'est de l'incompréhension : comment une fille issu des banlieues peut être à Assas, jouer du clavecin et aimer aller au Louvre ? La seule chose qu'ont me dit dans ce cas c'est "mais de toute manière, tu n'es pas une vraie du 93". Et pourtant, j'y vit depuis ma naissance, je ne m'en porte pas plus mal. Ze_snake et Nis pourront témoigner que je ne passe pas ma vie à écouter du rap et tenter de voler un fourgon de transport d'argent.

 

Une fois, j'ai accompagné une classe cham à l'opéra de Paris. Les enfants avaient entre 11 et 13 ans. On avait obtenu des places au 1er balcon, au beau milieu des plus riches. Avec leur prof, on les avait bien prévenu qu'il faudrait être sage, ne pas faire de bruit et respecter les autrs autour. Nous sommes arrivés, nous les avons répartis à leur place. Vous savez ce que j'ai vu ? Une petite madame dans son grand manteau de fourrure regarder fixement un des garçons s'asseoir à côté d'elle. Elle a serré bien fort ses deux petits enfants dans ses bras en disant "Dégage" à l'enfant de notre classe. Il n'avait pourtant rien fait, pas dit un mot. Il était juste venu s'asseoir, en étant heureux d'aller à l'opéra, et même à Paris pour la première fois de sa vie. Comment voulez-vous qu'il y retourne après avoir subi ça ?

Si on ne change pas tous les clichés que tous les gens qui n'ont jamais côtoyé d'habitants des quartiers difficiles, comment voulez-vous qu'ils aient envie de s'intégrer. Ils doivent toujours prouver que non, ils ne sont pas tous des délinquants. En permanence. Quel que soit le lieu où ils sont. Et je peux vous dire que c'est épuisant. A chaque fois qu'ils rencontrent quelqu'un de nouveau, cette personne a peur d'eux, de ce qu'ils peuvent faire, et la plupart du temps ne leur laisse même pas une chance de montrer qu'ils ont décidé de s'en sortir et de se comporter totalement normalement.

C'est surement une solution de facilité, mais je comprend aussi que dans ce contexte, la plupart renonce et reste dans ces quartiers d'où ils ne sortiront jamais à faire ce que tout le monde attend d'eux : caillasser des policiers et voler.

 

 

Ensuite, Heimdall, j'aimerai juste revenir sur un point : les médias ne parlent que de la Seine Saint Denis ou de Marseille, ce qui est très différent de la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ cembalista : je maintiens sur les zones de non-droit : il n'y a guère qu'à Marseille où des jeunes se permettent de prendre un parking et de racketer des automobilistes. Les médias n'en n'ont pas parlé car c'était )à Marseille, mais ils en ont ont parlé car c'es proprement ahurissant. :snif: Ils en auraient parlé dans tout autre endroit.

 

Ces 2 zones sont particulièrement problématiques aujourd'hui, bien davantage que d'autres zones, je suis navré, mais c'est une réalité.

 

Moi, je ne comprends pas que quelqu'un puisse comprendre que l'on caillasse des policiers et pompiers et que l'on vole : la réponse de l'Etat doit être adaptée au degré de menace, et pour moi, ces comportements constituent un degré de menace considérable. D'ailleurs, je conteste tout à fait fois le raisonnement "de classe" (ce n'est pas péjoratif) le lien que tu établis entre un comportement idiot d'une personne dans un opéra (moi aussi j'en vois des comportements similaires à celui que tu évoques, il faut pas s'arrêter à l'imbécilité d'une personne sinon on n'en sort plus), que tu généralises (pour ne citer que mon domaine, du contentieux en droit du travail, j'en fais à Bobigny et le contentieux sur le thème de la discrimination, il est fréquemment totalement pipeau juridiquement parlant) et les comportements de certains dans les quartiers.

 

En clair, je trouve qu'il y a une tendance excessive à la victimisation de certaines personnes des quartiers dits difficiles : à un moment donné, je trouve qu'il y a là comme un argument de facilité. Il y a des gens qui souffrent bien plus que ne souffrent les jeunes des quartiers, il faudrait peut-être qu'ils comprennent cela (pour ceux qui caillassent); ils n'ont pas le monopole de la tristesse et des difficultés dans la vie. Mais il est certain qu'il est plus facile d'être dans un discours "c'est la faute de la société et de ses préjugés racistes" que dans un discours de responsabilité individuelle.

 

Par ailleurs, les habitants de ces quartiers n'ont pas à se sentir attaqués : les forces de l'ordre sont là pour appliquer la loi, point barre. Si ces habitants ne sont pas contents qu'on applique la loi, le problème vient d'eux, uniquement. La question ne se pose pas de savoir si la loi doit être appliquée : elle doit l'être, pour tout le monde de la même manière ('est une autre problématique, mais fondamentale évidemment).

 

@ ze_snake : je ne souhaite évidemment pas une guerre civile. Mais si les zones de non-droit viennent à se développer et se multiplier, à un moment donné il faut une riposte ferme. La police paraît débordée, et la gendarmerie, on peut tout à fait l'envoyer (d'ailleurs, ils ont des blindés, des canons à eau aussi, très efficaces, utilisés partout en Europe sauf en France toujours la peur de la bavure).

Sans sous-estimer les dégâts susceptibles de survenir, le rapport de force est clairement en faveur de l'Etat, s'il décidait véritablement d'intervenir sans avoir peur de la casse qu'il peut infliger (le potentiel de destruction de l'armée française est évidemment supérieur à tout ce dont disposent les délinquants).

Mais de petites opérations coups de poing menées par des commandos ne me choqueraient pas (au fond, que sont les GIGN, GIPN, RAID et autres unités de gendarmes/polices d'intervention, si ce n'est des sortes de commandos).

Mais je te rejoins sur un point : quelle que soit l'action qu'on envisage de mener, il faut qu'elle soit planifiée de manière cohérente à la base. Sinon, mieux vaut encore ne rien faire. :D

Et je te rejoins également lorsque tu fais allusion à la nécessité d'actions sociales ; mais à mon sens, celles-ci nécessitent qu'un certain nombre de délinquants aient été neutralisés pour qu'ils ne s'y opposent pas.

 

Je pense que le préalable à tout est le respect de la règle : les types qui tiennent un discours "la règle ne me convient pas, donc je casse", pour moi toute discussion est stérile, l'Etat ne doit même pas perdre son temps avec ces gens-là.

 

Je rejoins tout à fait Flashy dans son propos (d'autant plus que je ne suis pas un libéral, mais que je prône l'intervention, le rôle de l'Etat social) : il y a des inégalités sociales, c'est l'évidence. Elles doivent, et c'est un impératif au moins aussi important que la résorption d'une dette, être combattues.

Mais il y a aussi, comme il le souligne, des gens qui n'essaient pas, qui se complaisent dans la contestation du système sans faire le moindre effort pour s'en sortir, ça aussi c'est une réalité.

Modifié par Heimdall

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mouais...encore convient-il de déterminer si le peuple se reconnaît dans les voyous, et si ces voyous se reconnaissent comme une composante du peuple. Dans un cas comme dans l'autre, j'ai des réserves.

 

L'armée intervient en outre fréquemment : les gendarmes, c'est l'armée. Le GIGN qui abat les 4 terroristes dans l'avion à Marseille en 1993, ou les gendarmes parachutistes qui tuent Kelkal en 1995, s'en sont-ils pris à l'ensemble du peuple ? je ne crois pas. Des gendarmes qui poursuivent et tirent sur des voleurs qui viennent d'abattre un gosse ou une vieille dame s'en prennent-ils au peuple ? Pour des gens qui se définissent comme appartenant à des mouvances anarchistes, la réponse sera positive. Pour les gens qui ont un pensée plus saine, la réponse serait négative.

 

Déployer des unités pour combattre le crime, ce n'est pas combattre le peuple, c'est le protéger. Faudrait voir à ne pas excessivement éprouver davantage de compassions pour des bandits que pour les honnêtes citoyens qui souffrent encore plus de ces agissements barbares.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rapport de force en faveur de l'état ? Un potentiel de destruction de l'armée française supérieur à tout ce dont disposent les délinquants, je n'en suis pas si sûr. C'est avec une confiance comme la tienne que les américains sont arrivés en afganistan. Sauf qu'on ne sera pas sur un champs de bataille, le Charles de Gaulle et les rafales contre leurs fusils à pompes.

 

Ce n'est pas la guerre des rouges contre les blancs, ce serait trop facile. Ici on a affaire à un ennemi invisible qui dispose de moyens insoupçonnés. Vois quel mal se donne l'armée française pour abattre des ennemis simplement armés de mitraillettes en pleine ville. Or, c'est bien de ça qu'il s'agirait.

 

On parle de la grande délinquance, de mafias parfois liées à des réseaux internationaux de grand banditisme. Il leur suffit de prendre 15 otages un peu partout et d'envoyer régulièrement des vidéos où les otages se font couper les doigts aux grandes chaînes et l'armée sera paralysée. De même, une vague d'attentat pourra survenir, contraignant l'armée à des opérations de grandes envergures qui contraindront à des sacrifices de vies innocentes, destructions de quartier, climat de peur pire encore, et opérations conduites au mépris de la loi. Il ne s'agira plus d'abattre un bandit dans la rue ou de descendre trois terroristes dans un avion mais d'empêcher 17 prises d'otages, 123 tirs sur des commissariats, préfets, juges ... et 14 attentas à la bombe par semaine, et ce partout en France (cette guerre dépassera sûrement le cadre géographique du 93 pour atteindre la rue d'Assas et la Place du Panthéon). Pour résumer, je ne pense pas que l'armée parvienne à éradiquer ces réseaux en deux semaines à coups de blitzkrieg tous les 2 ans. Cela coutera des vies et des moyens et sera, je pense, inefficace, outre qu'on serait empêtrés dans une sorte de guerre en afganistan, sauf qu'au lieu d'être à 10 000 kilomètres de Washington, elle serait à 300 mètres de l'Elysée.

 

Je pense plutôt à un appui sur le long terme de l'armée dans les opérations les plus risquées. Un appui raisonné et circonstancié, en clair une simple augmentation du pouvoir de la police, mais pas une modification de ses prérogatives. Et parallèlement, la mise en œuvre de solutions concrètes pour enrayer ces réseaux de délinquances à la racine, en offrant des alternatives aux défavorisés et éviter que ces derniers ne se tournent vers le banditisme. Petit à petit, on débarrasserait les quartiers de non-droit des mafias. Cette solution est sans doute plus compliquée à mettre en oeuvre, mettrait un certain temps avant d'atteindre le but fixé (plus de zones de non droit), mais serait bien plus efficace, bien moins risquée, bien plus légale et bien moins couteuse que la guerre civile dite "des cités" (ça sonne bien remarque, je te l'accorde :D)

 

 

Ze_snake et Nis pourront témoigner que je ne passe pas ma vie à écouter du rap et tenter de voler un fourgon de transport d'argent.

 

Menteuse, tu joues du 50 cents sur ton clavecin !

Blagues à part, j'approuve totalement ce que tu dis. Je ne sais pas en matières de discriminations sur les lieux du travail, mais le patron d'un bar dans lequel j'ai l'habitude d'aller (un ancien légionnaire actuellement instructeur dans un foyer de réinsertion) reçoit régulièrement 3 jeunes qu'il a réussit à sortir de l'échec et de la délinquance. Ils sont aujourd'hui parfaitement honnêtes, payent leurs impôts, font du bénévolat mais se font jeter de tous les bars du quartier (odéon, saint-michel, toussa) sauf celui-là justement. Parce qu'ils sont noirs, qu'ils ont une capuche sur la tête et qu'ils écoutent du rap. Donc la discrimination existe. Elle sert certes d'arguments à de mauvais avocats et aux travailleurs qui en abusent mais surtout, elle dessert ceux qui en sont victimes. Cembalista ne généralise pas, ce type d'histoire est extrêmement fréquent. Moi-même pour avoir fait du bénévolat dans des quartiers difficiles j'en ai à la pelle. Se garder d'exagérer la discrimination existante ne doit pas conduire à la nier et à la réduire à ce qu'elle n'est pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pardon, en effet, je me suis mal exprimée. Non, je ne comprend pas qu'ils caillassent les policiers. Je comprend qu'ils suivent les autres, l'exemple qu'ils peuvent voir. Mais je pense que le problème est très compliqué.

La discrimination dont je parle est beaucoup plus importante que tu ne penses :

- un jour, une amie a emmené le même type de classe à la salle pleyel. Le bus s'est garé, les élèves sont descendus, il n'a pas fallu 30 secondes pour que le store métallique du magasin le plus proche se ferme, et rouvre dès que la classe se soit éloignée.

- dans ce même sujet, KvG estime que leur culture n'en mérite pas le titre, que c'est une contre culture. Je ne comprend toujours pas en quoi il y aurait une vraie culture et une mauvaise, une fausse ou je ne sais quoi.

Il existe encore bien d'autres exemples.

 

Ensuite, pour s'en sortir, ils devront prouver à tout instant qu'ils sont meilleurs que les autres, simplement parce que sur leur CV sera inscrit qu'ils viennent d'Aulnay-sous-bois ou de Clichy. Déjà, j'ai eu la chance d'y échapper, mais pour faire une fac de droit, leur fac de secteur est celle de Villetaneuse. Je ne sais pas si l'un d'entre vous y est déjà allé, mais c'est un véritable parcours du combattant. Et en sortant, leur licence ne sera jamais considérée comme celle d'Assas. Et pour intégrer des facs parisiennes, ils doivent passer par des procédures dérogatoires, plus longue et plus sélectives. Je sais que le système est ainsi, qu'il est impossible que tout le monde aille à Assas ou La Sorbonne, mais tout de même, c'est une difficulté supplémentaire sur leur chemin.

J'ai passé mon bac à Paris, ce qui m'a permis d'intégrer directement Assas, mais je connais un ami, qui est hyper bosseur, qui voulait vraiment réussir. Seulement, il a passé son bac à Aubervilliers, et n'a pas été pris à Paris. Il a passé sa licence à Villetaneuse, a tenté de passer son master à La Sorbonne, mais s'est planté (et ce n'est vraiment pas faute de travail). Les enseignements qu'on leur offre ne sont pas de la même qualité que dans les établissements des beaux quartiers de Paris.

Ma sœur a été dans un collège public à Pantin. Tous ses profs (ou presque) avaient moins de 25 ans, sortaient tout juste de la fac, et ne savait pas comment gérer une classe. Ces élèves sont réputés comme particulièrement difficiles. Pourquoi ce sont forcément des profs sans expérience qui doivent les gérer ?

Et les parents n'ont pas tous les moyens d'offrir un lycée privé parisien à leurs enfants...

 

Alors, oui, il faut faire revenir l'ordre dans ces quartiers, oui, pour cela, il faudra obligatoirement une intervention armée. Mais deux choses :

- ces interventions ne doivent pas être présentées comme étant là pour sauver les pauvres gens qui sont sous le joug de ces jeunes. Parce que ces jeunes aussi ont besoin d'aide à mon avis. Et ce n'est pas en disant qu'on va les nettoyer qu'ils vont accepter cela. Quand tu donnes un coup de poing à quelqu'un, il va répondre par un autre coup de poing. Une amie juge des enfants à Bobigny m'a raconté que dès qu'elle parlait de son métier, personne ne comprenait pourquoi elle ne les jetait pas tous en prison, pourquoi elle ne les faisait pas tous disparaitre. C'est sur que ce serait plus simple si tous ces jeunes n'existaient pas. Mais ils existent, ils sont là, et à mon sens, on ne peut pas les laisser tomber sous le seul prétexte qu'ils en ont fait le choix.

- et ces interventions doivent être menées en même temps que la prise en charge de tous ces jeunes qui sont à la rue. Tous les jeunes qui ont fait parti de ces gangs s'accordent sur le fait que, tant qu'ils n'ont pas une raison de sortir de la rue, ils y restent, et font les mêmes actes que les autres. La plupart s'arrête le jour où ils ont des enfants. Les autres s'arrêtent le jour où ils trouvent une formation ou un employeur qui veut bien d'eux. Si on pouvait éviter dès le début que ces jeunes se retrouvent à la rue, il serait bien plus facile de stopper cette violence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans même parler de citoyens qui interviennent en employant la force, il pourrait être mis en place des patrouilles de 2 ou 3 citoyens lambdas patrouillant à pied, en permanence, la voie publique, avec pour fonctions :

- s'ils assistent à une agression (ou à un accident), alerter et guider les secours;

- recueillir l'identité des témoins;

- s'ils sont formés pour, dispenser les premiers soins aux victimes;

- informer les victimes dans leurs démarches ultérieures (où porter plainte, où obtenir des soins...);

- informer la police sur le signalement des agresseurs.

 

Si on regarde l'ensemble de la population majeure résidant en France, en bonne condition physique, sans casier judiciaire, et qu'on lui impose de consacrer environ deux heures par semaine à cette activité, on devrait pouvoir obtenir une présence continue de plusieurs dizaines de milliers de patrouilleurs, l'équivalent des actuels "voisins vigilants" à une échelle bien supérieure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et à terme légaliser le retour des milices armées? :D

 

 

Plus sérieusement tout le monde devrait appeler la police dès qu'une agression, vol, etc... se produit, ça permettrait d'interpeller beaucoup plus d'auteurs. Mais comme la plupart des gens s'en foutent tant que ça ne les touche pas... d'où l'intérêt des cours d'éducation civique, pour sensibiliser les gens si c'est encore possible.

 

Ensuite plusieurs problèmes:

 

On créer ces groupes, il faut donc leur donner un statut, quel est-il? le même que pour le citoyen lambda? dans ce cas retour au point de départ.

On leur accorde des droits supérieurs aux autres? Dans ce cas on a déjà un truc appelé Police.

Un entre deux n'est pas possible, les agents de police judiciaire n'ont que deux droits de plus que le péquin lambda: le contrôle d'identité (article 78-2 du code de procédure pénale) et le contrôle routier (article R 233-1 du code de la route). (je ne compte pas le permis de port d'arme qui correspond à une autorisation et non à un cadre légal ou un cadre d'intervention)

Par ailleurs, en créant de tels groupes, les autres personnes vont se conforter dans l'idée qu'il y a "déjà des gens prévus pour ça", et qu'ils n'ont donc par conséquent besoin que de vivre leur petite vie tranquille en regardant en l'air quand quelqu'un se fait agresser à deux mètres d'eux...

Autre point annexe, mais de grande actualité: le financement de ce genre de projet? quand bien même on instaurerait ça comme un équivalent de service militaire, il faut une énorme logistique pour gérer tout ça...

 

Bref, laissons le peu de citoyenneté qui reste encore dans ce pays être l'affaire de tous et non pas l'apanage de quelques désignés volontaires, probablement plus attirés par la castagne que par la sécurité publique.

 

Edit: sinon personne n'a un service de couteaux, quelques bâches, du scotch, des sacs poubelles et un bateau? :D

Modifié par Gen_Mah_Sakai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par ailleurs, en créant de tels groupes, les autres personnes vont se conforter dans l'idée qu'il y a "déjà des gens prévus pour ça", et qu'ils n'ont donc par conséquent besoin que de vivre leur petite vie tranquille en regardant en l'air quand quelqu'un se fait agresser à deux mètres d'eux...

 

Je ne vois pas le problème: par exemple, dans le domaine du secours médical, coexistent à la fois des professionnels à temps plein (SMUR, pompiers pro), des personnes rémunérées à temps partiel (pompiers volontaires), des bénévoles (assos de protection civile...), dispositifs qui n'excluent pas, par ailleurs, l'obligation légale pour toute personne de porter assistance.

 

Autre point annexe, mais de grande actualité: le financement de ce genre de projet? quand bien même on instaurerait ça comme un équivalent de service militaire, il faut une énorme logistique pour gérer tout ça...

 

Ca coûterait combien, comparé au coût des méfaits ainsi évités ? Ou à l'équipement de la population en armes de chasse (avant que ce matériel ne soit interdit) ?

 

Deux infos récentes:

 

Saint-Ouen : ces locataires qui luttent contre le trafic de drogue

Une poignée de retraités mobilisés depuis plusieurs mois multiplie les actions pour tenter de trouver une solution

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111104.OBS3840/saint-ouen-ces-locataires-qui-luttent-contre-le-trafic-de-drogue.html

 

Un décret au conseil des ministres propose que les citoyens qui le souhaitent puissent accéder à la réserve de la police nationale.

 

http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2011/11/01/gueant-dessine-le-citoyen-policier

Modifié par apokrif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ceci m'avait échappé:

 

Le projet n’en est qu’au tout début de son existence législative, dans les bureaux de l’Assemblée nationale, mais il fait déjà parler de lui. Le député UMP Patrick Calmejane (Seine-Saint-Denis), à déposé début mars une proposition de loi visant à mettre en place des « comités citoyens de surveillance », dispositif permettant d’associer les habitants d’un quartier à la prévention de la délinquance.

 

En dehors de cette proposition officielle, des victimes de l'insécurité sont spontanément demandeuses, exemple:

http://iphone.leparisien.fr/serv/IPParisien?com=newsiphiphfrXHT1785143&cid=2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La gauche confrontée à l'insécurité de groupe :

Violences à Amiens, 16 policiers blessés

 

Seize policiers ont été blessés lors d'une deuxième nuit de violence consécutive dans un quartier sensible d'Amiens, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture de la Somme.

Une centaine de jeunes ont affronté les forces de l'ordre, les policiers essuyant des tirs de chevrotine et des jets de projectile, a-t-on précisé de même source.

Plusieurs bâtiments dont une école communale ont été incendiés ainsi que plusieurs véhicules.

La tension ne cesse de monter dans les quartiers Nord d'Amiens, classés en "zone de sécurité prioritaire", depuis un contrôle routier auquel la population s'est opposée dimanche soir.

Alors comme ça, on peut refuser les contrôles, tirer sur la police...je vois que le message de la gauche de présomption de police constamment fautive dans les contrôles est bien passé auprès des jeunes, ainsi que les propos de Taubira sur le trop-plein de répression.. Résultat à attendre lors de prochaines élections : la montée de l'extrême-droite (qui sera tout sauf une surprise) ; c'est le revers de la médaille d'une présidence normale qui renvoie à un laxisme qui ne dit pas son nom.

16 policiers blessés, aucune interpéllation. Les consignes ont été remarquablement respectées par les forces de l'ordre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, oui, c'est vrai: les violences en banlieue, ça date du jour de l'élection de François Hollande :fufufu:

Franchement, Heimdall, c'est mignon de détester tout ce qui s'apparente de près ou de loin au PS, mais là, c'est franchement exagéré (j'oserais pas dire ridicule).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis pas une grande fan de taubira, mais la droite non plus n'a eu aucun résultat en matière de sécurité ! (pour moi la diminution de la violence faite aux objets, ça compte pas hein...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nina_Chabal, quand tu es ministre de l'Intérieur, que tu vas à Amiens, et que ta première phrase c'est "je ne suis pas là pour passer le quartier au karcher", tu envoies un message aux délinquants : tu leur dit : allez-y, frappez les petites vieilles, frappez les pompiers, lancer des coktails molotov et des pierres sur les les flics et les militaires et brûlez les ÉCOLES DE LA RÉPUBLIQUE putain de merde. Une école de la République, le symbole par excellence (qui plus est, soit disant une priorité socialiste) : tu t'en fiches sans doute. Moi pas. Mais alors vraiment pas. Ca s'appelle de la guérilla urbaine, et c'est l'un des éléments d'une guerre civile dans tous les pays où, malheureusement, cela existe.

 

Les mecs ont été élus et continuent de se définir par rapport à Sarkozy !! Mais c'est dingue !! On attend qu'ils mènent leur politique, pas qu'ils se réfugient derrière le méchant Sarkozy.

 

Les socialistes ont mis des coups à la droite pendant 5 ans, va falloir qu'ils en prennent à présent, et des forts, des coups.

 

2) Lorsque dans un programme tu as le message comme quoi désormais les contrôles s'effectueront contre récepissé, et que tu dis que c'est parce qu'il y a des contrôles aux faciès : tu poses une présomption de faschisme de la police française. Cela, plus que tout, est totalement inacceptable. J'observe au demeurant qu'il existe un désaccord entre le ministère de l'intérieur et celui de la justice sur ce point.

 

3) Quand tu envoies Taubira à la justice, tu envoies un message aux délinquants : allez-y, il n'y aura plus de prison pour personne. Quelle que soit la gravité de vos actions, c'est la faute de la société. Inacceptable, encore une fois.

 

Le seul tort de la droite est de n'avoir pas mis en pratique son discours ; de ne pas avoir assumé. Je suis désolé, mais depuis que Hollande est élu, quasiment pas une semaine ne se passe sans que l'on n'entende qu'un type bourré a percuté une mère et ses gosses en les tuant. J'avoue que ça me pose comme un petit problème. Peut-petre est-ce simplement une loi des séries...ou pas.

 

Ce qui est ridicule, donc, c'est de nier le fait que les socialistes sont laxistes, et que leur laxisme va coûter un nombre de vies humaines considérable pendant 5 ans, outre les conséquences financières naturellement...mais on est pété de thune, donc on reconstruira les bâtiments, et les délinquants ne paieront rien, eux...

Modifié par Heimdall

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nina_Chabal, quand tu es ministre de l'Intérieur, que tu vas à Amiens, et que ta première phrase c'est "je ne suis pas là pour passer le quartier au karcher", tu envoies un message aux délinquants : tu leur dit : allez-y, frappez les petites vieilles, frappez les pompiers, lancer des coktails molotov et des pierres sur les les flics et les militaires et brûlez les ÉCOLES DE LA RÉPUBLIQUE putain de merde. Une école de la République, le symbole par excellence (qui plus est, soit disant une priorité socialiste) : tu t'en fiches sans doute.

 

Quand tu es ministre de l'Intérieur, tu as pour mission de veiller à la sécurité sur le territoire et de diriger les forces de l'ordre, pas de gesticuler comme un débile en disant que tu vas passer du Kärcher. Le Kärcher c'est bon pour le jardin, pas pour régler des problèmes d'insécurité.

T'es déjà allé à Amiens? Si non, vas-y, tu verras que le problème là-bas dépasse les moulinets de bras. Le scandale est déjà qu'il y ait 45% de chômage dans ces quartiers. S'ils avaient un boulot, ils auraient probablement autre chose à faire que brûler des écoles. Pour connaître ce coin, franchement, ce qui s'est passé là-bas ne m'étonne absolument pas. Mais si on n'anticipe pas, on se retrouve forcément à hurler comme un veau, en disant "oh la la, faut du Kärcher". Si ça rassure les petits vieux, tant mieux, tu me diras, mais le boulot du ministre de l'Intérieur c'est pas de rassurer les petits vieux.

 

Et par ailleurs, oui, je m'en cogne complètement qu'on brûle des écoles. En fait, j'adore ça même: le feu, c'est joli à regarder surtout avec un verre de Martini et des olives à côté.

 

 

2) Lorsque dans un programme tu as le message comme quoi désormais les contrôles s'effectueront contre récepissé, et que tu dis que c'est parce qu'il y a des contrôles aux faciès : tu poses une présomption de faschisme de la police française. Cela, plus que tout, est totalement inacceptable...

 

Attends, tu veux dire que c'est scandaleux de contrôler le boulot d'un flic? Mais c'est scandaleux! Tu sais qu'on contrôle aussi le boulot des commissaires aux comptes, on demande de la paperasse de routine aux avocats, tout ça, mais alors le flic, comme il est flic, c'est Dieu sur terre, et si on lui demande des comptes, c'est qu'on le traite de fasciste? Oh la la les pauvres, c'est vraiment pas juste. Tu crois qu'ils sont traumatisés?

S'ils ne supportent pas qu'on contrôle leur boulot, qu'ils changent de taf.

 

 

3) Quand tu envoies Taubira à la justice, tu envoies un message aux délinquants : allez-y, il n'y aura plus de prison pour personne. Quelle que soit la gravité de vos actions, c'est la faute de la société. Inacceptable, encore une fois....

 

Ah bon, elle a dit qu'on fermerait les prisons? On doit pas parler la même langue alors.

 

Le seul tort de la droite est de n'avoir pas mis en pratique son discours ; de ne pas avoir assumé. Je suis désolé, mais depuis que Hollande est élu, quasiment pas une semaine ne se passe sans que l'on n'entende qu'un type bourré a percuté une mère et ses gosses en les tuant. Ce qui est ridicule, donc, c'est de nier le fait que les socialistes sont laxistes, et que leur laxisme va coûter un nombre de vies humaines considérable pendant 5 ans, outre les conséquences financières naturellement...mais on est pété de thune, donc on reconstruira les bâtiments, et les délinquants ne paieront rien, eux...

 

Ah bah ça va: suffit de bien voter à droite la prochaine fois, et y'aura plus de délinquance, plus de meurtres, tout ça. D'ailleurs, sous Chirac et Sarkozy, je n'ai jamais entendu d'histoire de meurtre. Même Fourniret ou Dutroux, c'était pour rire: en fait, c'est juste quand il y a un président socialiste que ça foire. Faut dire que comme les socialistes sont des gens bizarres, ils encouragent des gens bizarres qui font des conneries.

Enfin, heureusement, quand il y aura un président de droite, on pourra fermer les prisons, et licencier les fonctionnaires de la pénitentiaire: ça nous fera plus de sous pour détruire les cités au Kärcher.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le seul tort de la droite est de n'avoir pas mis en pratique son discours ; de ne pas avoir assumé. Je suis désolé, mais depuis que Hollande est élu, quasiment pas une semaine ne se passe sans que l'on n'entende qu'un type bourré a percuté une mère et ses gosses en les tuant. J'avoue que ça me pose comme un petit problème. Peut-petre est-ce simplement une loi des séries...ou pas.

 

Mais sous sarkozy il se passait quoi dans ces cas là ? On mettait une nouvelle loi sur la récidive (la 23e) et tout allait mieux après ? Moi aussi j'aimerai bien que les choses bougent sur ce sujet, mais force est de constater que ni la droite ni la gauche n'ont la moindre idée de comment s'y prendre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais ça n'arrivait pas sous Sarkozy, voyons :fufufu:

Tu as mal lu: c'est depuis Hollande que tout va de mal en pis. Visiblement, la délinquance est en plus très spécifique: à en croire Heimdall, il s'agit essentiellement de mecs qui conduisent bourrés en tuant des gens. Je suppose que pour aggraver leur cas, ces mecs bourrés sont évadés des quartiers populaires d'Amiens et du 93, roulent avec une voiture volée, sont encartés au Parti socialiste, et tuent exprès des femmes et leurs enfants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais ça n'arrivait pas sous Sarkozy, voyons :fufufu:

 

Sous sarkozy, la peur d'être passé au karcher empêchait les délinquants de commettre des atteintes aux personnes. La preuve, leur pourcentage avait largement diminué avant que François Hollande ne relâche tous les méchants. Ho wait.

 

(c'est en partie de l'humour, merci de pas le prendre mal!)

Modifié par Kamia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'étais plus que d'accord avec le discours "sécuritaire" de Sarkozy, et donc avec Heimdall. Mais quand, via le parlement, on permet aux délinquants condamnés à deux ans de prison (ceux qui pourrissent la vie des braves gens) de ne pas y aller, je trouve que ça c'est scandaleux. Je commence à critiquer plus l'UMP que le PS, alors que je suis plutôt d'accord sur pas mal de sujets avec eux.

 

Je trouve que les leçons de morale sont pitoyables, d'autant plus qu'Hollande vient d'arriver, laissons-lui le temps d'attendre et évitons de tomber dans la critique systématique et finalement inaudible. Quand la droite parle de laxisme de gauche, mais j'éclate de rire! Et puis ils sont aussi nuls les uns comme les autres en politique internationale, ce qui n'a pas grand' chose à voir avec le sujet mais ça c'est pour le côté "vitrine" du pays. Ceux qui ne pensent qu'à s'opposer éternellement avec un parti supposé adversaire portent la responsabilité du marasme dans lequel nous nous enfonçons.

Modifié par Monsieur H

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nina_Chabal : si tu avais lu mon post, tu aurais vu que je reproche à la droite de n'avoir fait que du blabla. Le problème, c'est que Sarkozy a parlé mais pas agit. Donc on ne peut pas dire, non seulement qu'il y a eu une politique sécuritaire sous Sarkozy, mais même qu'il y ait eu une politique de sécurité, sauf en de rares occasions.

Les gens qui disent avoir vécu sous le règne d'une politique sécuritaire me sont franchement marrer, et pitié également.

 

Sous Sarkozy, Kamia, il n'y a eu que du blabla. Il eut fallu AGIR. Appliquer les textes existants, par la contrainte à l'égard de l'administration si nécessaire. JUSTE APPLIQUER LA LOI. Just do it. :D Et éventuellement refondre le Code pénal pour avoir des dispositions beaucoup plus dures, ainsi que la formation d'un certain nombre de magistrats. Et, s'interroger (là encore, en prenant des mesures très dures si nécessaire) sur la politisation de magistrats...d'un côté comme de l'autre d'ailleurs. Un magistrat, ça doit juger en droit, quel que soit le domaine, pénal ou civil. On sait bien (et je l'ai vu de l'intérieur) que ce n'est partiellement plus le cas aujourd'hui.

 

Je te rejoins donc, Monsieur H : ce n'est pas parce que je critique la gauche que j'approuve l'absence de mesure dans les années précédentes. Mais là, il y a dès le départ, visiblement des désaccords entre le ministère de l'intérieur et celui de la justice, et je crois que c'est très grave lorsque ça survient dès le début de mandat...entre Valls le "modéré" (ou le mou, c'est selon) et Taubira d'extrême-gauche.

 

Allez, une illustration : une Cour d'appel qui met 2 ans avec sursis à un chauffard, ivre, sans permis, en état de récidive, qui rend une personne invalide à vie..d'un autre côté, un tribunal vient de condamner un type ayant torturé son chien à 8 mois de prison ferme. J'avoue que ça me pose un problème. La prison ferme, je la voyais davantage pour le 1er cas (en fait, j'aurais mis beaucoup plus, ça va de soi). Je trouve curieux que l'on protège davantage un chien qu'un être humain (je précise que je n'aurais pas mis du sursis dans le second cas....). Et ça, c'est la résultante d'une formation politisée, doublée d'une incompétence certaine, et lié à un refus non de soumission à un autre pouvoir, mais à un refus de l'idée même d'avoir des comptes à rendre aux citoyens (sachant que l'idée d'être mis en cause uniquement par ses pairs sur un plan disciplinaire est dans une démocratie normale, totalement risible...seul des organes indépendants, donc extérieurs, sont à même de contraindre des magistrats à rendre des comptes). Je pense que cela est extrêmement grave, et nous mènera à la catastrophe, d'ici 15 /20 ans.

 

Et effectivement, je pense qu'avec le pouvoir socialiste, les choses vont considérablement se dégrader. C'est inéluctable. Aucune société humaine ne peut fonctionner sans sanction (et en matière d'insécurité routière, faut pas venir me sortir des conneries comme quoi il n'y a jamais eu de prévention, ça fait 30 ans qu'on ne fait que ça...notamment sur l'alcool). Je sais bien que certains aimeraient que ce soit le cas, mais ils vivent dans le monde de Mickey et des bisounours.

Modifié par Heimdall

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai plutôt tendance à être d'accord avec toi. 2 ans de sursis pour un chauffard récidiviste (sachant que les fous au volant, ya rien qui m'énerve plus) ça me semble surréaliste, complètement fou, impensable. Si je m'écoutais j'irais le crever avec une fourchette, et je prendrais 30ans.

 

Mais lui coller 10ans ferme, ça l'empêchera de recommencer selon toi? On a un bel exemple aux états unis, ça ne marche pas la répression, c'est un fait... Je demanderais que ça mais il faut se rendre à l'évidence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nina_Chabal : si tu avais lu mon post, tu aurais vu que je reproche à la droite de n'avoir fait que du blabla. Le problème, c'est que Sarkozy a parlé mais pas agit.

 

J'ai bien lu ton post. Tu as bien écrit que le ciel allait nous tomber sur la tête parce qu'un président socialiste avait été élu. Je suppose donc qu'a contrario, pour toi, un président de droite qui gesticule est préférable.

 

Tiens, puisque l'insécurité te travaille, je m'étonne que tu n'aies pas cité cet article http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/08/16/le-racisme-anti-arabes-se-banalise-dans-le-gard_1746745_3224.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.