Aller au contenu
Flashy

Présidentielles 2012


Messages recommandés

Il est possible d’envisager la création d’un certain nombre de pôles mais je ne suis pas certain qu’une compartimentation de l’industrie soit une bonne chose. Créons un espace de libertés intérieures, que ce soit pour les hommes ou pour les capitaux, et mettons en place de solides frontières extérieures. Les grands projets communs doivent se concentrer sur les secteurs où les synergies sont indispensables. Il est aberrant qu’il n’y ait aucun projet de Silicon Valley européenne par exemple. On se moquait de l’économie russe sur les pages précédentes mais force est de constater que certains géants européens (EADS, Alstom, Siemens, Ericsson) investissent dans Skolkovo, faute d’alternative européenne de la même envergure.

 

Le protectionnisme déguisé est par ailleurs bancal pour une raison simple : il ne s’assume pas et ne peut donc être utilisé comme un réel outil stratégique. C’est bien beau d’élaborer de nouvelles normes environnementales, mais si c’est pour pénaliser le bois russe dans des proportions similaires au bois chinois, c’est idiot. Pour ce qui est des convergences salariales, elles ne peuvent se concrétiser que par l’adoption d’une monnaie commune. Je ne suis pas certain qu’il soit pertinent ou même envisageable d’élargir l’EZ par les temps qui courent. Seule la Suède pourrait sans doute y prétendre.

 

Quatremer, et toujours concernant les régions européennes, ferait mieux de se demander pourquoi les ländern ont 10 fois plus de personnel dans leurs représentations permanentes à bxl, et on peut se dire d'influence, que l'ile de france, l'aquitaine ou la PACA

 

Parce que les présidents de régions sont des petits notables locaux sans aucune vision internationale ? Et comme l'exemple vient du haut, désormais... J'imagine qu'ils préfèrent le folklore et la fête à la saucisse au lobbying. Un exemple, totalement au hasard : http://rencontresafricainestulle.over-blog.fr.

Modifié par Ketchup vs Genocide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne s'agit pas de se moquer de l'économie russe, mais je vois mal comment on peut comparer l'Union Européenne et les Etats-Unis à la Russie en l'état actuel de leur économie et de leur développement. Même d'un point de vue humain, les conditions de vie des Russes sont largement inférieures aux normes françaises ou allemandes.

Sinon, c'est sûr que tous les membres du gouvernement actuel sont abrutis et n'ont aucune vision, et sont obnubilés par le beurre poitevin. D'ailleurs, il est certain que sous les 10 ans écoulés de la droite, entre de Villepin, Douste-Blazy, Bachelot, Morano et Estrosi, on avait là des gens ouverts, adaptés à l'international, et avec une grande vision. J'ai toujours été époustouflée par la vision internationale de Douste-Blazy. Il était réellement impressionnant.

 

Pour la question des régions, c'est une excellente question. Cela dit, c'est rarement la promotion de s'occuper des fonds structurels européens et ce genre de trucs. C'est un peu le truc où tu moisis. Donc, bon, c'est sans doute à chercher dans ce sens-là.

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la question des régions, c'est une excellente question. Cela dit, c'est rarement la promotion de s'occuper des fonds structurels européens et ce genre de trucs. C'est un peu le truc où tu moisis. Donc, bon, c'est sans doute à chercher dans ce sens-là.

 

bah alors clairement et comme le dit KvG ça montre un manque de vision, les fonds structurels c'est quand même des sommes collosalles et un moyen facile de moderniser sa région et de privilégier ses entreprises. Ils s'en rendent pas compte dans les hotels de région?

 

sérieusement voila la PermRep du Bade Wurttemberg, et toutes les grandes boites du Land, Mercedes et cie, ont leur bureau la

 

Presentation_of_BW_in_Brussels.jpg

 

la PermRep de l'ile de france doit être à peut près 10 fois plus petite et, je crois, n'a que des fonctionnaires de la région, les entreprises du CAC ont leurs bureaux ailleurs et, j'imagine, communiquent peu ou pas du tout avec les gens de la région...mais effectivement la top priorité ça doit être que les 1500 pages d'un rapport de la Commission soient diffusées au même moment en Français et en Anglais...

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, ce n'est pas un problème de vision: les fonctionnaires territoriaux ne sont pas des abrutis non plus. Mais ce n'est juste pas la promotion de s'occuper de ça. Il faudrait demander ça en détail aux fonctionnaires des régions, mais trancher que ce sont des notables locaux sans vision, c'est du jugement à l'emporte-pièce déconnecté de la réalité.

Et il ne faudrait pas oublier non plus que les régions françaises sont LOIN d'avoir la marge de manoeuvre des Länder allemands. Malgré la décentralisation, la France reste un Etat où beaucoup de choses se passent à Paris et en Ile de France.

 

Et sur le fond du propos, à savoir que la Commission utilise l'anglais comme langue principale et fasse la publication de ses rapports d'abord en anglais, je trouve ce procédé assez étrange dans la mesure où à ma connaissance, la France représente le deuxième pays en termes de population au sein de l'UE, et à terme, le premier pays toujours en termes de population (d'ailleurs même en termes de territoire, et de loin). Je veux bien que leur langue de travail soit l'anglais, mais il est très curieux de l'établir en langue commune de fait, alors que les locuteurs anglophones sont minoritaires au sein de l'UE, et de la zone euro encore davantage.

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

tu viens de pointer la raison, c'est leur langue de travail, que ce soit dans l'inter-service au sein de la Commission ou quand ils communiquent avec l'extérieur, que ce soit les représentants des pays, de l'industrie, les journalistes....l'immense majorité de ces gens ne parlent pas notre langue. Ceci dit je trouve ce débat franco-français injuste vis-à-vis de Bruxelles: le français est l'une des trois langues de travail des institutions, avec l'anglais et l'allemand, ce qui veut dire en réalité que de très très très nombreux documents sont systématiquement traduits dans ces trois langues alors qu'ils ne le sont pas dans des langues tout à fait anecdotiques comme l'espagnol ou l'italien...Si les français voulaient vraiment défendre l'usage du français ils devraient augmenter le budget de la Commission pour démultiplier les moyens de son département traduction. Mais dès qu'il s'agit de payer il n'y a plus personne.

 

Quant aux fonctionnaires des régions, la France est un Etat centralisé mais c'est justement aussi pour cette raison qu'ils devraient voir les fonds structurels comme une top priorité: avoir une représentation importante à Bruxelles c'est un moyen radical de contourner l'interventionnisme de l'Etat sur les politiques locales: il y a des institutions à Bruxelles, que ce soit la Commission, en général, le département des régions ou le comité des régions, qui sont en mesure de financer pour des dizaines de milliards d'euros de programmes et d'infrastructures. Les régions se plaignent en permanence de ne pas avoir les moyens adéquats mais ils voient le fait de travailler sur ces questions comme une absence de promotion? franchement si c'est pas un manque de vision je vois pas ce que c'est. Par cuirosité je suis allé sur le site d'une région (aquitaine) j'ai eu 147 noms de fonctionnaires quand j'ai fait une recherche sur le département culture, et 31 pour les affaires européennes, avec seulement 5 numéros de téléphone commençant par 0032...

 

edit: je viens de regarder sur leur site, ou plutôt sur la page dédié à cela sur le site général de la région, ils ont 6 personnes à la représentation permanente dont une secrétaire et un stagiaire, c'est juste une blague...Et après ils vont se plaindre quand Bruxelles imposera des régulations X et des directives Y sur les vins de Bordeaux

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En réalité, je ne pense pas que les régions françaises aient réellement l'envie de se couper de la tradition française: quand elles ont besoin de sous, c'est l'Etat central qui intervient, et qui paie. La politique européenne se fait au niveau central.

C'est une tradition très solidement ancrée en France. Quand on va représenter la France au Conseil de l'UE, on envoie les représentants centraux, pas les représentants des régions, parce qu'en réalité, c'est à Paris que ça se passe (au contraire de l'Allemagne, je crois, où on peut envoyer sur certaines questions des représentants des Länder).

Je ne sais pas si c'est un manque de vision ou un profond atavisme français. On décentralise pour dire aux régions de payer et pour soulager les caisses de l'Etat artificiellement, mais au fond, personne ne tient réellement à ce qu'on leur donne trop trop d'autonomie.

Ce que je reprochais au jugement en question, c'est de dire que les fonctionnaires territoriaux ne comprennent rien: je pense surtout que l'Etat en France fonctionne comme ça. On peut le déplorer ou pas, mais c'est solidement ancré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bah c'est une tradition de merde :D qui leur fait perdre des opportunités d'avoir des fonds structurels et de l'influence. Les gens du ministère à Paris auront une bien moins bonne connaissance des problématiques du vin de bordeaux et des actions à prendre vis à vis de régulations européennes que quelqu'un de la région...

 

Ca pose encore une fois la question de la décentralisation. On a un président du même bord politique que les présidents de région, qui lui même fut président d'un conseil régional, peut être qu'on va enfin avoir une réforme digne de ce nom sur ce point la aussi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois assez mal comment on peut résoudre le problème des convergences salariales.

Le salaire horaire du travail en 2006 au Danemark c'est 35 dollars. En Allemagne 34. En France, 24 dollars. En Hongrie, 6 dollars. Et sans doute qu'en Roumanie, c'est encore un peu moins (d'après le Bureau of Labour Statistics).

 

C'est là une différence énorme.

 

 

D'ailleurs, un petit point amusant : le coût du travail en France est un petit peu plus élevé qu'en Allemagne malgré la différence de salaire horaire. La différence est due à la pression fiscale. Ce qui m'amène à une observation :

-La France peut aisément diminuer son coût du travail en diminuant la pression fiscale.

 

Dernière remarque : j'aimerais prendre l'exemple de l'Irlande. Conservateur sur le plan sociétal, très très libéraux sur le plan économique, ils sont pourtant dans la mouise.

Pourquoi?

Car ils ont sauvé leurs banques (un plan d'un montant de 20% de leur PIB). Leur déficit public est de 32% pour 2010, leur dette publique équivaut à 100% du PIB. Parce que leur marché immobilier dérégularisé a connu plus ou moins le même retournement de situation qu'aux USA (autre pays trop "gauchiste" j'imagine qui a connu des difficultés...).

La conséquence : les industries se cassent. Où? En Pologne et dans les pays de l'Est, c'est-à-dire à l'intérieur de l'UE...

 

Du coup, je reformule ma question : en quoi un saut fédéral empêcherait cela de se produire à nouveau, ou résoudrait les problèmes? Comment peut-on harmoniser au niveau fiscal ou social alors que les systèmes de protection sociale ou le rôle de l'Etat diffèrent très largement d'un pays à l'autre?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

le marché unique n'empêche pas de tels mouvements Ouest-Est de l'Europe mais je ne suis pas certain qu'il le favorise non plus, il y a beaucoup plus d'entreprises européennes qui partent en Chine qu'en Pologne, les frontières et les barrières douanières n'empêchent pas cela. En revanche le marché unique et l'élevation du niveau de vie à l'Est offrent des possibilités importantes pour les produits d'Europe de l'ouest. C'est un marché unique de 500 millions de consomateurs ou nos entreprises ont un avantage au départ, à eux de faire leurs preuves ensuite.

 

Concernant le coût du travail ce qui m'interesserait ça serait de voir l'évolution sur la durée avant et après l'adhesion à l'UE, il est trop tot pour voir à l'est mais l'Espagne par exemple a beaucoup évoluée sur ce point depuis son adhésion en 1986, même si en ce moment c'est pas glorieux...

 

Maintenant le but du saut fédéral n'est pas d'aligner les couts du travail, l'idée est beaucoup plus 'profonde' que cela, ça a un rapport à la paix, à l'unité du continent, que sais-je encore. Concernant la crise un saut fédéral permettrait en partie de rassurer les investisseurs quant à la solvabilité de certains Etats qui se retoruveraient d'un coup beaucoup plus soutenus par les autres

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne s’agit pas d’affirmer que la Russie est dans un parfait état. Elle doit encore se remettre des séquelles politiques, économiques et morales héritées de plus de 70 ans de socialisme. C’est la comparaison des tendances qui est intéressante, plus que celle des points de départ. La croissance russe ? Supérieure à la croissance française, de loin. Le chômage ? Inférieur. Le pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté ? Inférieur. Les autres indicateurs sont également bons : la natalité est en hausse, la mortalité en baisse, le gouvernement a compris que les PME et l’innovation doivent à terme prendre le relai des énergies fossiles et le pays se démocratise lentement mais sûrement sans pour autant sombrer dans les travers décadents propres à l'Occident. Plus important encore, les Russes n’ont pas renoncé à peser dans l’histoire et n’entendent pas laisser leur nation disparaître. Ils ont une soif de vie -certains diront de puissance- qui pourrait faire un bien fou à l’Europe entière.

 

L’Europe restera d’ailleurs un nain politique tant qu’elle ne mettra pas la Russie au coeur de ses ambitions stratégiques. Il est illusoire de vouloir peser face aux États-Unis ou à la Chine sans elle. François Hollande ne l’a pas compris et a montré une méconnaissance inquiétante de ce pays. Le jugement de la diplomatie russe sur le nouveau gouvernement français était sévère avant la visite officielle de Vladimir Poutine. Les effets de manche grotesques du petit président normal n’ont pas contribué à améliorer les choses. Si Nicolas Sarkozy s’était comporté de la sorte, tout le monde aurait crié à la faute diplomatique. À croire que normalité est synonyme d’arrogance en France. Gideon Rachman, le soir du second tour, a prédit que cette normalité surjouée finirait par lasser les Français. Je suis également prêt à en faire le pari. Pour le reste, je ne vois pas en quoi la médiocrité des uns justifie celle des autres. Mickey d’Orsay est un guignol, comme tous les chiraquiens, et il l’a encore prouvé à l’occasion du second tour. Cela n’enlève rien au fait que le gouvernement Ayrault est composé d’amateurs sans envergure, à l’exception notable de Fabius.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est une comparaison relativement malhonnête. Quand on part de si bas, il n'est pas insurmontable d'avoir un bon taux de croissance. De même, quand l'espérance de vie est basse, avoir une amélioration sensible n'est pas non plus très difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour information, la Russie se classe 66ème pour l'IDH (indice de développement humain) derrière Cuba et la Libye....La Russie reste par ailleurs un pays corrompu, très inégalitaire, avec une forte délinquance,et avec une liberté d'expression limitée. Tu parles d'un modèle.

Modifié par talking heads

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne s’agit pas d’affirmer que la Russie est dans un parfait état. Elle doit encore se remettre des séquelles politiques, économiques et morales héritées de plus de 70 ans de socialisme. C’est la comparaison des tendances qui est intéressante, plus que celle des points de départ. La croissance russe ? Supérieure à la croissance française, de loin. Le chômage ? Inférieur. Le pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté ? Inférieur. Les autres indicateurs sont également bons : la natalité est en hausse, la mortalité en baisse, le gouvernement a compris que les PME et l’innovation doivent à terme prendre le relai des énergies fossiles et le pays se démocratise lentement mais sûrement sans pour autant sombrer dans les travers décadents propres à l'Occident. Plus important encore, les Russes n’ont pas renoncé à peser dans l’histoire et n’entendent pas laisser leur nation disparaître. Ils ont une soif de vie -certains diront de puissance- qui pourrait faire un bien fou à l’Europe entière.

 

L’Europe restera d’ailleurs un nain politique tant qu’elle ne mettra pas la Russie au coeur de ses ambitions stratégiques. Il est illusoire de vouloir peser face aux États-Unis ou à la Chine sans elle. François Hollande ne l’a pas compris et a montré une méconnaissance inquiétante de ce pays. Le jugement de la diplomatie russe sur le nouveau gouvernement français était sévère avant la visite officielle de Vladimir Poutine. Les effets de manche grotesques du petit président normal n’ont pas contribué à améliorer les choses. Si Nicolas Sarkozy s’était comporté de la sorte, tout le monde aurait crié à la faute diplomatique. À croire que normalité est synonyme d’arrogance en France. Gideon Rachman, le soir du second tour, a prédit que cette normalité surjouée finirait par lasser les Français. Je suis également prêt à en faire le pari. Pour le reste, je ne vois pas en quoi la médiocrité des uns justifie celle des autres. Mickey d’Orsay est un guignol, comme tous les chiraquiens, et il l’a encore prouvé à l’occasion du second tour. Cela n’enlève rien au fait que le gouvernement Ayrault est composé d’amateurs sans envergure, à l’exception notable de Fabius.

 

Ben voyons. La Russie, c'est formidable. Vu le taux de croissance actuel en Europe, je peux te citer je ne sais combien de pays en Afrique ou en Amérique du Sud qui ont un taux de croissance supérieur au nôtre. Par ailleurs, vu d'où partaient les Russes, j'espère pour eux qu'ils vont finir par dépasser les 60 ans en espérance de vie pour les hommes.

On peut dans le même esprit faire un comparatif avec l'Argentine aussi non? Ah non peut-être pas, parce que les Kirchner sont peut-être pas assez libéraux? Ou même, que vois-je? La Bolivie a un taux de croissance de 5%? Un taux de chômage de 7%? Mais c'est inférieur au nôtre! Mais précipitons-nous sur le modèle bolivien! Tu me diras, ils sont peut-être pas assez à droite là-bas, et Morales n'est pas connu pour être un grand libéral, m'enfin, leur taux de croissance est toujours plus élevé que le nôtre.

Non mais sérieusement.

La médiocrité des uns n'excuse pas celle supposée des autres, mais quand on a eu des gouvernements aussi brillants sous la droite que ceux que j'ai cités, il est difficile d'être crédible en accusant la gauche. Honnêtement, si Morano et autres guignols ne t'empêchaient pas de dormir, c'est difficile d'avoir l'air crédible en moquant le gouvernement actuel. Parce que niveau amateurisme, je crois qu'on a eu des champions sous Chirac et Sarkozy. Et niveau arrogance, on aura du mal à battre de Villepin...

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et niveau arrogance, on aura du mal à battre de Villepin...

 

sur ce point je place beaucoup d'espoir dans notre sympathique ministre du redressement industriel ou je ne sais pas quoi :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois qu'il n'existe pas plus d'arrogance française que d'arrogance allemande, russe ou américaine pour ma part. Je sais que les Français aiment bien se flageller en se disant qu'on est arrogants dès qu'on parle un peu fort, mais à supposer que le gouvernement actuel le soit, on est loin d'être isolés dans le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème n’est pas de parler fort mais de parler pour le plaisir de pérorer. Quand les Allemands ou les Russes haussent le ton, il faut leur reconnaître une certaine détermination. L’Europe ne peut se construire qu’autour de la France, de l’Allemagne et de la Russie mais force est de constater que la France est hélas devenue le maillon faible de cette chaîne. La Russie est en pleine renaissance morale et économique. L’Allemagne est encore peu certaine de sa volonté de puissance mais est solide économiquement. La France doute de tout, y compris de son avenir. Que signifie être français à l’heure actuelle ?

 

Pour le reste :

 

- Quel rapport avec le libéralisme ? La Russie n’est, à ma connaissance, pas un modèle de libéralisme mais tout le monde n’est pas obsédé par l’idéologie.

- Pourquoi isoler un seul indicateur alors que j’en cite une bonne douzaine, ce qui rend la comparaison autrement plus pertinente ? C’est d’une mauvaise foi certaine.

- Comment assimiler Chirac à un homme de droite ? Je n’ai aucune réponse pour le coup.

- Comment mettre dans le même lot les hommes d’expérience du premier gouvernement Fillon avec les petits notables de province sans expérience du gouvernement Ayrault ? Oui, ce gouvernement comportait des tocards avérés (Dati, Yade, Hortefeux, Morin) mais Fillon, Juppé, Borloo, MAM, Pécresse ou Lagarde possédaient un tout autre pedigree. Le seul à posséder un profil équivalent au sein du gouvernement Ayrault, c’est Fabius. Ce n’est pas un jugement sur les hommes -je n’aime pas Juppé, Borloo et MAM- mais sur leur envergure.

 

Pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, nous avons un exécutif qui n’a jamais occupé la moindre fonction ministérielle auparavant. J’ai de la peine pour l’image de la France lorsque je vois Hollande aux côtés de Merkel ou de Poutine. Il n’a toujours pas quitté ses habits étriqués de président du conseil général de Corrèze. Je n’aimais pas Villepin mais il avait une autre allure et sa seule réelle manifestation d’arrogance survint face à des menteurs : Powell et ses petites fioles grotesques. Quant à Sarkozy, il respirait le désir de puissance. Cela compensait aisément son manque de prestance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

- Pourquoi isoler un seul indicateur alors que j’en cite une bonne douzaine, ce qui rend la comparaison autrement plus pertinente ? C’est d’une mauvaise foi certaine.

 

Pas plus que de comparer la Russie à l'Union Européenne. Ce qui compte, comme tu le dis, ce n'est pas tant le point de départ que les indicateurs actuels. Franchement, la Bolivie a des indicateurs favorables, et l'Argentine aussi. Et franchement, ce sont des pays plus démocratiques que la Russie.

 

- Comment assimiler Chirac à un homme de droite ? Je n’ai aucune réponse pour le coup.

 

Peut-être parce qu'il était le chef du RPR?

 

- Comment mettre dans le même lot les hommes d’expérience du premier gouvernement Fillon avec les petits notables de province sans expérience du gouvernement Ayrault ? Oui, ce gouvernement comportait des tocards avérés (Dati, Yade, Hortefeux, Morin) mais Fillon, Juppé, Borloo, MAM, Pécresse ou Lagarde possédaient un tout autre pedigree. Le seul à posséder un profil équivalent au sein du gouvernement Ayrault, c’est Fabius. Ce n’est pas un jugement sur les hommes -je n’aime pas Juppé, Borloo et MAM- mais sur leur envergure.

 

Pour la première fois dans l’histoire de la Vème République, nous avons un exécutif qui n’a jamais occupé la moindre fonction ministérielle auparavant. J’ai de la peine pour l’image de la France lorsque je vois Hollande aux côtés de Merkel ou de Poutine. Il n’a toujours pas quitté ses habits étriqués de président du conseil général de Corrèze. Je n’aimais pas Villepin mais il avait une autre allure et sa seule réelle manifestation d’arrogance survint face à des menteurs : Powell et ses petites fioles grotesques. Quant à Sarkozy, il respirait le désir de puissance. Cela compensait aisément son manque de prestance.

 

Non, ce n'est pas la première fois. Vu le système français où l'alternance est rare et où l'opposition n'est pas organisée en gouvernements fantômes comme en Grande-Bretagne, c'était déjà le cas en 1981 (si on excepte Mitterrand qui avait été ministre sous la IVe République, Jobert qui était un transfuge et Gaston Defferre qui était un rescapé de la IVe comme Mitterrand).

Cependant, l'expérience locale qui a été acquise par la gauche est loin d'être négligeable et inutile. Toi, tu les vois comme des petits notables locaux. Moi, je pense au contraire que tu acquiers des compétences non négligeables à la tête d'exécutifs locaux.

De plus, tu oublies vite que les ministres ne font pas en réalité le travail de fond: ce sont les équipes de hauts fonctionnaires qui font le travail de fourmi. Et je n'ai aucun doute sur la compétence des fonctionnaires français.

Quant aux gens que tu cites, je suis très sceptique: on sanctifie Lagarde parce qu'on l'a envoyée au FMI, mais elle ramait bien sur ses dossiers économiques au départ. Pécresse n'a rien fait d'exceptionnel dans son Ministère, à moins que tu ne sois en admiration devant la loi LRU, ce qui est ton affaire. Quant à Borloo, je n'ai jamais compris ce qu'on trouvait à cet individu, et sa dégonflade minable aux présidentielles n'a certainement pas redoré sa crédibilité.

Je t'accorde Michèle Alliot-Marie, mais ça ne fait pas lourd à côté des tocards que ce gouvernement comportait (et qui étaient en plus à des postes importants: Dati à la Justice, Hortefeux à l'Intérieur... Je passe sur l'inénarrable Douste-Blazy sous Chirac que ce dernier avait foutu au quai d'Orsay).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

me dit pas que c'est la photo officielle

 

edit: je précise pourquoi je demande: autant le cadre, pas le cadrage hein, est bien, les drapeaux français et européens ont une signification interessante mais qu'est ce que c'est que cette posture de merde?

 

et puis l'élysée est à moitié caché et beaucoup trop blanc.

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce sont les bras décollés du corps et les jambes qui donnent l'impression qu'il est en mouvement qui font bizarres je pense (enfin c'est ça qui me fait bizarre en tout cas).

 

Pour le reste ça ressemble pas mal à celle de Chirac :

 

photo_officielle_jacques_chirac.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La pause a un rendu particulier et le contraste est un peu fort mais l'idée de la prendre en extérieur est plutôt sympa. Depardon est un excellent choix. Ma préférée reste toutefois celle de Chirac. C'est injuste mais il est plus facile de passer pour un grand homme, l'espace d'une photo, lorsqu'on est un homme grand.

 

@Nina_Chabal

 

Pour faire simple, l'urgence est à l'avenir. Où allons-nous ? Où souhaitons-nous aller ? La droite répond bien à la première question mais est incapable de répondre à la seconde. La gauche répond mal aux deux questions. Autant dire que les choses sont loin d'êtes bien engagées !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.