Aller au contenu
Flashy

Mariage homosexuel et adoption par les couples homosexuels

Messages recommandés

Il y a un siècle, on s'inquiétait du fait que les femmes travaillent et par conséquent deviennent "homme", ce qui bouleverserait la famille.

 

Il y a 50 ans, les enfants de divorcés étaient discriminés car ils n'étaient pas dans la norme.

 

Aujourd'hui, on débat, souvent violemment malheureusement, sur le fait que des couples de même sexe puissent avoir des enfants. Et vu la virulence des propos rapportés dans les médias, beaucoup d'enfants de familles homoparentales doivent souffrir en ce moment, tout comme nombre de jeunes homosexuels qui les entendent (car oui, dans la construction d'un adolescent, lire ou entendre des messages qui vous nient l'accès à la "norme" sont douloureux).

 

La famille a toujours évolué, et après la dépénalisation de l'homosexualité en 1982, il est évident que les homosexuels cherchent à accéder aux mêmes droits que les hétérosexuels.

 

On parle souvent "d'intérêt de l'enfant", de "l"altérité nécessaire des sexes", de "désir égoïste d'enfant". Or j'espère sincèrement que les hétérosexuels désirent avoir les enfants qu'ils font. Toute naissance dans un couple hétérosexuel n'est pas le résultat d'un accident de la nature. C'est un désir légitime pour un couple homosexuel d'avoir un enfant, c'est ce qu'il se passe dans la majorité des couples (même les couples stériles ont recours à la science car ils désirent avoir un enfant), pourquoi ne serait-ce pas le cas des couples homosexuels ? L'intérêt de l'enfant, c'est aussi d'avoir des parents mariés pour sécuriser les liens de filiation. Il est absolument impensable par exemple que la compagne d'une mère ayant élevé un enfant pendant de nombreuses années se trouve privée de voir l'enfant en raison de leur rupture. L'intérêt des dizaines de milliers d'enfants dans des familles homoparentales, c'est d'avoir des parents mariés que la loi reconnait comme les enfants des couples hétérosexuels. Enfin l'altérité des sexes ne se construit pas nécessairement au sein de la famille nucléaire mais par des substituts. Et cela arrive même dans les familles dont les parents sont hétérosexuels.

 

Alors oui, certains considèrent que refuser l'accès au mariage pour les couples de même sexe est homophobe. Et ils n'ont pas tout à fait tort dans le sens où cela révèle de l'hostilité à l'égard des homosexuels : les empêcher d'accéder à la norme. Car finalement, pour eux, les homosexuels sont mieux à la marge.

 

Moi, ce que je déplore, c'est la violence des propos tenus même par les politiques. Et ça va durer encore plusieurs mois. Dans quelques années, on trouvera vraiment ce débat complètement dépassé. Comme la prohibition du mariage entre couples d'origines ethniques différentes nous paraît d'un autre temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sécuriser quels liens de filiation? :pixie:

 

Je prends mon dictionnaire juridique.

 

La filiation c'est : "lien de parenté unissant l'enfant à son père ou à sa mère ; plus largement tout lien de parenté en ligne directe ; parfois synonyme de descendance".

La parenté c'est : "le lien qui existe soit entre deux personnes dont l'une descend l'une de l'autre, soit entre personnes qui descendent d'un auteur commun".

 

Il ne peut donc pas y avoir, en logique, de liens de filiation à l'égard de deux hommes ou de deux femmes. Il n'y a aucune discrimination là-dedans. C'est juste le sens des mots. Il n'y a donc strictement rien à sécuriser.

 

Être un tiers à la conception, c'est être beau-père/belle-mère. Pas père ou mère.

 

Alors après, on peut vouloir transformer le sens du mot filiation, du mot parent (en remplaçant "parenté" par "parentalité", avec le beau concept de "co-parentalité" où on peut construire à 5 ou 6 un "projet co-parental". C'est bô), supprimer les mots pères et mères, vider le mariage de sa substance -en vidant la présomption de paternité de son sens-, déconnecter l'adoption du modèle naturel, mettre fin au caractère essentiellement médical de la PMA et ouvrir la GPA le plus possible. Soit. Mais je me réserve le droit de ne pas être enthousiaste face à tout cela. Et à être mécontent de voir qu'on veut passer en force là-dessus. Si des adolescents mal dans leur peau veulent se pendre à cause de mon manque d'enthousiasme, qu'ils le fassent. Mais c'est peut-être un peu excessif.

 

Sinon, tu as oublié la lutte contre l'esclavage et l'appartheid, dans tes comparaisons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand une personne en couple, avec un parent biologique, a élevé l'enfant pendant de nombreuses années, la meilleure façon de protéger l'enfant (son sacro-saint intérêt), c'est de permettre au compagnon ou à la compagne du parent biologique d'adopter l'enfant. Parce que le projet parental a pu être conçu à deux, mais malheureusement, un seul des "parents" est actuellement reconnu.

 

Et non, l'ouverture du mariage aux couples de même sexe ne vide pas le mariage de sa substance mais le renforce au contraire. Puisque des gens qui désirent se marier et fonder une famille pourront y accéder. C'est dommage de nier la notion de famille à des couples qui ne peuvent concevoir d'enfants (qu'ils soient homosexuels ou hétérosexuels stériles). Le droit de la famille est destiné à évoluer et il le fait constamment.

 

Qui veut passer en force la dessus ? Il y a de nombreux débats d'experts à la commission des lois sur le mariage pour tous. Mais on préfère faire de la publicité à ceux qui réagissent dans l'émotion. La majorité des français est pour depuis plusieurs années maintenant. Et un président a été élu le 6 mai dernier avec dans son programme l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe. Il ne fait qu'appliquer son programme. Donc aucun passage en force.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a de nombreux débats d'experts à la commission des lois sur le mariage pour tous.

 

on peut ajouter que cela existe quand même depuis déjà 12 ans aux Pays Bas, la France est loin de jouer les apprentis sorciers sur ce dossier, elle peut bénéficier de l'experience et du retour de ce qui se pratique déjà dans de nombreux pays occidentaux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

on peut ajouter que cela existe quand même depuis déjà 12 ans aux Pays Bas, la France est loin de jouer les apprentis sorciers sur ce dossier, elle peut bénéficier de l'experience et du retour de ce qui se pratique déjà dans de nombreux pays occidentaux

 

Exactement. Et on entend malheureusement pas assez les enfants élevés dans des familles homoparentales françaises.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quand une personne en couple, avec un parent biologique, a élevé l'enfant pendant de nombreuses années, la meilleure façon de protéger l'enfant (son sacro-saint intérêt), c'est de permettre au compagnon ou à la compagne du parent biologique d'adopter l'enfant. Parce que le projet parental a pu être conçu à deux, mais malheureusement, un seul des "parents" est actuellement reconnu.

 

On peut être beau-père pendant des années, on reste beau-père. C'est un argument en carton, ça. Le père, même s'il n'est plus en couple avec la mère (ou inversement), reste le père. C'est souffrir d'une grave confusion mentale que d'effacer complètement le géniteur de la vie de l'enfant.

Pour ma part, si je devais me marier puis divorcer, je refuserai l'adoption simple au nouveau conjoint :dydy:

 

Et non, l'ouverture du mariage aux couples de même sexe ne vide pas le mariage de sa substance mais le renforce au contraire. Puisque des gens qui désirent se marier et fonder une famille pourront y accéder. C'est dommage de nier la notion de famille à des couples qui ne peuvent concevoir d'enfants (qu'ils soient homosexuels ou hétérosexuels stériles). Le droit de la famille est destiné à évoluer et il le fait constamment.

 

Le sens n'a rien à voir avec la statistique. Et je ne vois pas quels familles ils vont fonder. Ils seront des couples, oui. Ils l'étaient déjà avant. Mais à part vider la présomption de paternité de son sens en la transformant en pure fiction juridique -changeant le fondement du mariage, qui reposait sur une vraisemblance, pour le faire reposer sur une fiction-, je ne vois pas ce que cela changera dans leur quotidien.

Ils veulent être normaux. Et pour cela, ils transforment la norme car elle ne leur est pas adaptée.

 

Qui veut passer en force la dessus ? Il y a de nombreux débats d'experts à la commission des lois sur le mariage pour tous. Mais on préfère faire de la publicité à ceux qui réagissent dans l'émotion. La majorité des français est pour depuis plusieurs années maintenant. Et un président a été élu le 6 mai dernier avec dans son programme l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe. Il ne fait qu'appliquer son programme. Donc aucun passage en force.

 

On a présenté le projet de loi tel quel dès septembre. C'est-à-dire avant même toute forme de discussion.

Et on annonce déjà la volonté de vouloir déposer des amendements sur la PMA. Qu'importe le débat.

Dès lors, on récolte ce que l'on sème.

Et si le gouvernement estime que l'on peut faire ce que l'on veut car on a été élu à une courte majorité, grâce à l'anti-sarkozysme et y compris par des gens de droite, il a tort. S'il s'entête, ainsi soit-il. Il en subira les conséquences.

 

@ Ririx : le fait qu'il existe d'autres modèles n'implique pas qu'il faille changer le nôtre. Il nous dit que la pluriparentalité existe ailleurs. Très bien. Ce n'est pas une raison pour l'adopter chez nous. Surtout que nous n'avons pas le même rapport à l'enfant, je le rappelle. Ni aux femmes. Comparaison n'est donc pas raison. Je cite Wikipédia sur les Baruyas :

 

"Les mythes expliquent que c'est le sperme de l'Homme qui permet aux Femmes d'avoir du lait. Il faut donc que les femmes absorbent le plus souvent possible ce sperme, en particulier par la pratique de fellations régulières. L'enfant à naître est, de même, nourri par le sperme du père, ce qui justifie pour les baruyas la multiplication des rapports sexuels pendant la grossesse.

 

Godelier, qui qualifie les baruyas de « société la plus machiste du monde », précise que les femmes sont écartées des hommes lorsqu'elles ont leur cycle menstruel ; que des maisons réservées aux femmes et réservées aux hommes sont construites dans les villages barruyas ; que certains sentiers sont réservés aux hommes et d'autres aux femmes (les sentiers des hommes étant plus grands que ceux destinés aux femmes et situés plus en hauteur par rapport à ces derniers)."

 

Cela nous permettra de réfléchir sur la valeur de l'exemple des Baruyas.

 

Ensuite, il voit la PMA comme un moyen d'éviter la stérilité. Très bien. Mais il ne va pas assez loin : la PMA est un traitement médical visant des stérilités médicalement pathologiques.

 

L'homosexualité n'est pas une pathologie.

 

Là, il voit la PMA comme instrument pour se donner une descendance car la descendance, dans notre société, valorise l'adulte. Sincèrement, je n'aime pas du tout l'idée de voir la technique utilisée ainsi pour fournir des enfants à tous (car il faudra faire sauter la condition de stérilité médicalement constatée pour l'étendre aux homosexuels)...et donc mettre plein d'embryons surnuméraires au congélateur.

 

Ce sont que des embryons, oui. Mais cela pose des questions éthiques. Je n'aime pas qu'on modifie la bioéthique pour faire plaisir à une minorité qui refuse d'accepter la réalité.

 

D'ailleurs, il le signale jamais : l'homoparentalité et l'homosexualité institutionnalisée, ça n'a jamais existé. Ceux qui disent qu'il faut à tout prix aller le plus vite possible devraient prendre en compte cela.

 

En matière familiale, c'est en générations que l'on compte, pas en années. Nous verrons dans quelques générations les conséquences de cela, si l'idéologie n'empêche pas de mener des études à ce sujet.

De mon côté, si le projet de loi passe, je vais militer pour

1) La suppression du mariage civil

2) Son remplacement par une union civile quelconque, avec autant de partenaires qu'on veut et qui on veut, sans avantages fiscaux quelconques (ceux qui seront contre seront de gros réactionnaires).

3) La liberté de se marier religieusement sans union civile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour Femen, je viens de constater une grosse manipulation par les médias.

 

On dit qu'elles auraient été direct poursuivies par l'extrême-droite puis tabassées.

 

A noter qu'avant ça, il s'est passé ça :

 

http://www.france2.fr//jt/20h/

Allez au dimanche 18 novembre, c'est vers le milieu du journal.

 

On voit clairement les militantes de Femen, à poil (chose illégale) manifester sans permission (chose illégale) avec des extincteurs, arme par destination (chose illégale) attaquer le cortège (chose illégale).

 

J'en conclus que leur but c'était bien de se faire tabasser. On arrose pas des enfants, des poussettes et des extrêmistes avec des extincteurs en s'attendant à ce que tout se passe bien.

 

EDIT : et j'ai checké sur plusieurs médias les slogans qui ont choqué pour Civitas. Outre les "la famille c'est sacré", qui ne sont pas fondamentalement répréhensibles (j'ose le croire...), ce qui a choqué c'est : « Non à l’homofolie ».

Pour Femen, j'ai checké. Outre le "In Gay we trust", qui était plutôt rigolo, on avait des trucs plus offensifs du type :"Fuck Church", "Un-e hétéro, une balle ; une famille, une rafale", "La sodomie, ça ouvre l’esprit", "Bébé dans le congélo, c’est pas réservé aux hétéros".

Pour le coup, l'indignation est inexistante.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Ils veulent être normaux. Et pour cela, ils transforment la norme car elle ne leur est pas adaptée.

 

Ok, donc selon toi, les homosexuels ne sont pas normaux. (merci de pas tenter un raisonnement vaseux en définissant la norme en France, i.e l'homme blanc hétérosexuel).

 

 

On a présenté le projet de loi tel quel dès septembre. C'est-à-dire avant même toute forme de discussion.

Et on annonce déjà la volonté de vouloir déposer des amendements sur la PMA. Qu'importe le débat.

Dès lors, on récolte ce que l'on sème.

Et si le gouvernement estime que l'on peut faire ce que l'on veut car on a été élu à une courte majorité, grâce à l'anti-sarkozysme et y compris par des gens de droite, il a tort. S'il s'entête, ainsi soit-il. Il en subira les conséquences.

 

Alors sous prétexte que d'après toi, Hollande a été élu grâce à l'anti-sarkozysme et par une courte majorité, il ne pourrait pas mettre en oeuvre son programme ? Il n'y a aucun passage en force à établir un projet de loi conforme à son programme et qui sera discuté à l'Assemblée. C'est aussi le cas des amendements qui ne passeront pas forcément. Et actuellement, il y a un travail important fait en commission des lois.

 

 

En matière familiale, c'est en générations que l'on compte, pas en années. Nous verrons dans quelques générations les conséquences de cela, si l'idéologie n'empêche pas de mener des études à ce sujet.

De mon côté, si le projet de loi passe, je vais militer pour

1) La suppression du mariage civil

2) Son remplacement par une union civile quelconque, avec autant de partenaires qu'on veut et qui on veut, sans avantages fiscaux quelconques (ceux qui seront contre seront de gros réactionnaires).

3) La liberté de se marier religieusement sans union civile.

 

Mais quelles seraient les conséquences sur la famille ? Il y a des milliers d'enfants en France qui vivent dans des familles homoparentales, c'est déjà le cas. Sauf qu'on les laisse dans la précarité en refusant la protection juridique qu'offre le mariage. Et ce n'est pas un scoop que de dire qu'ils sont en bonne santé et aussi épanouis que dans n'importe quelle famille de parents hétérosexuels.

 

Sois rassuré, il y aura toujours autant d'hétéros, ça ne changera strictement rien à la famille. C'est comme le PACS, les familles hétérosexuels représenteront toujours plus de 95% des familles.

 

N'oublie pas de militer pour la zoophilie et l'inceste en plus de la polygamie hein :dydy: Ca confirme que tu n'es pas du tout dans l'émotion et l'homophobie cette acharnement sur 16 pages.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mais quelles seraient les conséquences sur la famille ? Il y a des milliers d'enfants en France qui vivent dans des familles homoparentales, c'est déjà le cas. Sauf qu'on les laisse dans la précarité en refusant la protection juridique qu'offre le mariage.

 

Déjà, tes chiffres tu les sors d'on ne sait où. C'est d'ailleurs une constante des promoteurs du mariage homosexuel, d'inventer des chiffres. Les uns parlent de 40 000 enfants dans des familles homoparentales, les autres (comme Eric Walter dans Libération) nous disent 400 000. Pourquoi pas 3 millions?

Ensuite, tu iras me consulter les articles 377 du Code Civil et l'article 403 alinéa 2.

L'enfant est protégé. Pas besoin d'inventer de nouvelles règles pour la filiation en disant qu'un chat est un chien.

 

Sinon oui, les homosexuels veulent entrer dans la norme. Je me fonde sur les débats en commission, notamment l'intervention des 3 sociologues interrogées le 8 novembre 2012. Leur principale volonté c'est d'être "comme tout le monde".

Après, peut-être que les homosexuels sont homophobes en voulant cela. Je n'en disconviens pas.

 

Si tu veux ma source, c'est Irène Théry, à voir ici

 

 

Et ce n'est pas un scoop que de dire qu'ils sont en bonne santé et aussi épanouis que dans n'importe quelle famille de parents hétérosexuels.

 

Affirmation sans preuve. Les "études" à ce sujet souffrent de biais méthodologiques si énormes qu'elles sont absolument irrecevables. C'est d'ailleurs très divertissant de constater cela.

 

Et je constate la tentative finale de discréditer l'interlocuteur plutôt que d'avancer des arguments en faveur du mariage homosexuel. Chose désormais habituelle et unique moyen d'argumenter de beaucoup de promoteurs de cette loi.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Et je constate la tentative finale de discréditer l'interlocuteur plutôt que d'avancer des arguments en faveur du mariage homosexuel. Chose désormais habituelle et unique moyen d'argumenter de beaucoup de promoteurs de cette loi.

 

C'est pas toi qui expliquait il y a trente minutes que tu allais militer pour la polygamie si le mariage pour tous était voté ? Relis toi.

 

Pour le reste, je connais des enfants qui ont deux mères, et ils sont très heureux. Sauf en ce moment en raison des discours de haine qui s'acharnent sur leurs mamans :)

 

C'est sûrement parce que les études sont unanimes sur la question qu'elles sont biaisées Flashy.

 

Et les démographes de l'Ined et l'Insee s'accordent à dire qu'il y a entre 24 000 et 40 000 enfants dans des familles homoparentales en France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais ce que j'ai écris.

Et je maintiens.

Je préfère un système cohérent, qui va au bout de sa logique, à un patchwork incohérent dépendant uniquement du poids de tel ou tel lobby.

Si on place le consentement seul au pinacle du mariage, en éliminant les autres conditions (sauf l'âge, j'ose croire, corrélé au consentement), il n'y a aucune raison logique pour interdire la polygamie et la polyandrie entre adultes consentants égaux en droits.

 

Quant aux études, renseigne-toi un petit peu. Si tu ne désires pas faire l'effort, je peux t'apporter chacun des biais méthodologiques de chacune de ces études (notamment la française, la pire de ce point de vue-là) ainsi que les décisions de justice qui en discréditent certaines suite au refus de leurs auteurs de fournir les explications méthodologiques.

 

Une fois éliminés ces "études" (lol) et l'histoire du "cadre protecteur" qui est un peu de la bullshit puisque le cadre existe déjà, il ne reste plus qu'une question de principe et de définition.

 

Et là, on attend toujours autre chose que l'argument "c'est discriminatoire", ce qui, au vu de la définition de ce qu'est la filiation et la parenté, est un non-sens.

 

EDIT : en somme, je préfère l'argumentation d'un Jacques Derrida :

 

« Je viens de dire “laïcité”. Permettez-moi ici une longue parenthèse. Elle ne concerne pas le voile à l’école mais le voile du “mariage”. J’ai soutenu de ma signature sans hésiter l’initiative bienvenue et courageuse de Noël Mamère, même si le mariage entre homosexuels constitue un exemple de cette belle tradition que les Américains ont inaugurée au siècle dernier sous le nom de “civil disobedience”: non pas défi à la Loi, mais désobéissance à une disposition législative au nom d’une loi meilleure – à venir ou déjà inscrite dans l’esprit ou la lettre de la Constitution. Eh bien, j’ai “signé” dans ce contexte législatif actuel parce qu’il me paraît injuste – pour les droits des homosexuels -, hypocrite et équivoque dans son esprit et dans sa lettre.

 

Si j’étais législateur, je proposerais tout simplement la disparition du mot et du concept de « mariage » dans un code civil et laïque. Le « mariage », valeur religieuse, sacrale, hétérosexuelle – avec vœu de procréation, de fidélité éternelle, etc. -, c’est une concession de l’État laïque à l’Église chrétienne – en particulier dans son monogamisme qui n’est ni juif (il ne fut imposé aux juifs par les Européens qu’au siècle dernier et ne constituait pas une obligation il y a quelques générations au Maghreb juif) ni, cela on le sait bien, musulman. En supprimant le mot et le concept de « mariage », cette équivoque ou cette hypocrisie religieuse et sacrale, qui n’a aucune place dans une constitution laïque, on les remplacerait par une « union civile » contractuelle, une sorte de pacs généralisé, amélioré, raffiné, souple et ajusté entre des partenaires de sexe ou de nombre non imposé.

 

Quant à ceux qui veulent, au sens strict, se lier par le « mariage » – pour lequel mon respect est d’ailleurs intact -, ils pourraient le faire devant l’autorité religieuse de leur choix – il en est d’ailleurs ainsi dans d’autres pays qui acceptent de consacrer religieusement des mariages entre homosexuels. Certains pourraient s’unir selon un mode ou l’autre, certains sur les deux modes, d’autres ne s’unir ni selon la loi laïque ni selon la loi religieuse. Fin de la parenthèse conjugale. (C’est une utopie mais je prends date.) »

 

« Je suis en guerre contre moi-même », Le Monde, 19 août 2004, propos recueillis par Jean Birnbaum.

 

au mélange d'égalitarisme niais et béat, à ce flot d'anathèmes et de terrorisme intellectuel et à la confusion globale qui règne sur la question actuellement.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

J'en conclus que leur but c'était bien de se faire tabasser. On arrose pas des enfants, des poussettes et des extrêmistes avec des extincteurs en s'attendant à ce que tout se passe bien.

 

 

ça n'explique pas que Caroline Fourest, qui n'était pas à poil, qui n'est pas une Femen mais une journaliste faisant un reportage pour France 2, se soit faite tabasser

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

provoquer d'un côté et tabasser de l'autre ce n'est pas tout à fait la même chose, et provoquer un groupe auquel on s'oppose et s'attaquer à un tiers, journaliste ou autre, c'est également bien différent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne le nie pas. Je nuance simplement la façon dont l'histoire a été raconté, qui ressemblait fort à "elles sont venues déguisées, et on les a tabassé". On a oublié un petit épisode, à savoir leur attaque sur la manifestation, qui explique sans doute la réaction violente -qui était disproportionnée-.

 

Si on zappe cet épisode, on ne comprend pas pourquoi des membres de Civitas ont porté plainte.

Et on fait montre, si on oublie cela, d'une trop grande indulgence à l'égard de Femen qui est un groupement qui a pour mode normal d'action des actions illicites.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les femen sont des folles dangereuses, et la plainte n'est pas injustifiée,

 

mais vu la disproportion dans les actes (provocation v. violence physique et attaque de journalistes), on ne peut certainement pas dire comme cela a été fait plus haut et comme cela a amené à ma première réaction sur cet incident que:

 

'Les plus ardents défenseurs du mariage gay font au pire du terrorisme intellectuel alors que les opposants sont au pire homophobes.'

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'était pas de l'homophobie en l'espèce -bien que je ne doute pas que ces militants-là soient totalement homophobes-. Ils n'ont pas attaqué parce qu'elles étaient homosexuelles ou pour le mariage homosexuel -chose qu'on aurait pu croire si elles avaient été attaqué uniquement parce qu'elles étaient là-, mais parce qu'ils ont été provoqué (le terme est faible puisque se prendre de la neige carbonique dans la gueule, c'est un peu agressif quand même...).

 

Cela ne justifie pas la violence de leur réaction, totalement démesurée -y a eu des dents cassées-. Qu'on dissolve Civitas ne me fera ni chaud ni froid. Je tiens simplement à ce qu'on n'occulte pas certains faits tendant à démontrer que Femen est un groupement qui lui aussi devrait être dissout ou interdit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les femen sont des folles dangereuses, et la plainte n'est pas injustifiée,

 

mais vu la disproportion dans les actes (provocation v. violence physique et attaque de journalistes), on ne peut certainement pas dire comme cela a été fait plus haut et comme cela a amené à ma première réaction sur cet incident que:

 

'Les plus ardents défenseurs du mariage gay font au pire du terrorisme intellectuel alors que les opposants sont au pire homophobes.'

 

Pourquoi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Flashy: C'est beau de renvoyer à Irène Théry tout en martelant des pages durant que le fondement du mariage c'est la présomption de paternité.

Justement parlons-en de ce fameux fondement du mariage: cette même Irène Théry (qui n'est, me semble-t-il, pas une sombre bouse en la matière) s'est évertuée à exposer de quelle façon le fondement du mariage était passé de la conception de Carbonnier (i.e. la fameuse présomption de paternité) à un nouveau fondement: le couple.

Ne t'en déplaise Flashy, le mariage est totalement indifférent à l'enfant biologique (si heureux avec un papa et une maman) qui bénéficie des mêmes liens de filiation avec ses parents que ces derniers soient mariés ou non.

Et très franchement, c'est une évidence.

Les couples hétéros prennent la décision de se marier, indépendamment de la décision d'avoir (ou non!) des enfants.

Si par fondement tu entends "l'idée qui initialement se cachait derrière..." c'est bien sûr la paternité qui est le fondement du mariage, mais c'est une vision totalement anachronique! Et je ne suis pas là pour plaider la modernité, ça ne date pas de 2012 qu'on puisse être parent sans être marié et inversement.

 

Le fondement du mariage c'est le couple et le mariage traduit une volonté d'engagement public-devant l'Etat- du couple.

Maintenant on peut arguer du fameux "oui mais, le Code civil il le dit hein, le mariage c'est un homme, une femme". Jawohl, sauf que si on empêche toute modification du Code civil en se fondant sur des définitions tautologiques, ça va devenir compliqué.

Bien sûr le mariage sera modifié, sa définition sera élargie. Mais sa modification et ouverture aux homosexuels n'est, à mon sens, que la conséquence logique de la prise en compte de ce qu'est le véritable fondement actuel du mariage (rappel: le couple). Sauf bien sûr, à penser que les couples homos n'en sont pas des vrais ou qu'ils sont incapables d'engagement etc etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je constate simplement qu'on veut remplacer le concept de parenté par celui de parentalité.

 

http://www.adfh.net/

 

Leur position est très claire là-dessus.

 

Et je constate que le présent projet de loi va dans ce sens.

Donc oui, dire qu'on peut avoir deux pères ou deux mères, c'est modifier les sens du mot filiation et parenté. Tu as raison de souligner, Rumpel, que cela dépasse la seule question du mariage. Pour le mariage, je me bornais à faire état de la présomption de paternité. Pour la filiation, c'est bien plus grave puisque cela concerne absolument tout le monde. Le souligner ainsi est une bonne chose.

 

Et dois-je rappeler les propos d'Elisabeth Guiguou (affreuse réactionnaire, n'est-ce pas?) en 1999 sur le PACS et le mariage? (Ce qui pour Talking Heads doit être l'équivalent de 1804)

 

A moins que l'intention du législateur ne compte en rien, bien sûr, et ne permette en rien d'éclairer les finalités des institutions qu'il institue.

 

Quoiqu'il en soit, le but du jeu actuellement est de déstabiliser autant que possible le Gouvernement. Non pas pour le faire reculer sur le mariage ou l'adoption -même si ça serait du temps de gagné et une défaite plaisante des lobbys LGBT- mais pour l'effrayer assez pour qu'il ne songe même plus à la PMA et à la GPA.

Et avec un Premier Ministre aussi faible que J-M Ayrault et une Gauche divisée entre communistes, EELV et un PS avec une très très courte majorité au Sénat, il suffit de peu pour rendre l'avancée périlleuse.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien sûr le mariage sera modifié, sa définition sera élargie. Mais sa modification et ouverture aux homosexuels n'est, à mon sens, que la conséquence logique de la prise en compte de ce qu'est le véritable fondement actuel du mariage (rappel: le couple). Sauf bien sûr, à penser que les couples homos n'en sont pas des vrais ou qu'ils sont incapables d'engagement etc etc.

 

C'est quoi, un couple ? (c'est une véritable question)

Modifié par Ketchup vs Genocide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc l'essence du mariage, c'est le couple.

 

Autrement dit, il aurait la même "essence" que pour le PACS, le concubinage, etc.

En somme, avec la même finalité, on prévoit des traitements différents.

C'est ça, la modernité : on sélectionne les finalités pour paraître plus progressiste alors que c'est, de fait, créer par là des discriminations.

 

Le doublon PACS/Mariage est un non-sens si on avance cet argument boîteux.

Conclusion : supprimons le mariage civil.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.