Aller au contenu
Flashy

Mariage homosexuel et adoption par les couples homosexuels

Messages recommandés

Guys, même en commission des lois l'opposition a laissé tombé la rengaine sur la GPA. Bien sûr qu'il ya des gens pour parmi les gays, parmi les membres du gouvernement et parmi les gens auditionnés par la commission (2 personnes sur 102 d'ailleurs...houlala). Mais la plupart d'entre eux ont le bon sens de parler en leur nom propre et la GPA ne figure pas dans le texte. Elle ne pourra pas être accordée sur le seul fondement de l'égalité puisqu'elle est actuellement interdite pour tous (on est sur un forum de droit, je ne vous fais pas l'insulte de vous rappeler le cours de L1). Personne ne défend ce projet de loi au nom de la GPA donc, comme le disait très justement je ne sais plus quel député durant le débat en commission: il serait bon pour débattre de s'accorder sur le sujet du débat et de ne pas s'égarer dans des fantasmes qui ne sont pas d'actualité du tout.

 

@Ouga: l'IAD interdite aux lesbiennes steriles (parce qu'elles ne sont pas épargnées par les problèmes croissants d'infertilité pathologique hein), t'en penses quoi ?

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Infertilité pathologique médicale. Y a trois mots.

Infertilité.

Pathologique : ce qui exclut la ménopause ou l'homosexualité

Médicale : ce qui exclut les détenus ou les homosexuels.

 

Redéfinir la PMA, c'est de fait non pas l'étendre mais la libéraliser. C'est bel et bien le but poursuivi, la libéralisation de la PMA...et ce hors de tout cadre bioéthique (rappelons qu'on veut en parler dans le cadre de la famille, pas de la bioéthique...c'est très éclairant, je trouve).

 

Quant à la GPA, on veut la rendre efficace en créant le lien de filiation vis-à-vis de la mère d'intention -qui n'est PAS la mère, la mère étant la mère "porteuse". C'est le "progrès".

 

En outre, rappelons l'instrumentalisation de l'adoption par ceux ayant recours à la PMA/GPA à l'étranger : en Suède, en 2009, quelques centaines d’adoptions d’enfant de conjoint-cohabitant avaient été prononcées en faveur d’un homosexuel alors qu’aucune adoption conjointe par un couple de personne de même sexe n’était recensée : Libération, 12 nov. 2009.

C'est très éclairant aussi, comme donnée, n'est-ce pas?

 

C'est là encore un grand progrès de permettre aux pratiquants du dumping éthique de pouvoir rentabiliser leurs investissements à l'étranger. Il y a de bons forfaits dans les cliniques en Espagne pour produire un enfant.

 

EDIT : pour mémoire, je rappelle qu'en août on me disait que je délirais complètement pour la PMA, que ce n'était pas à l'ordre du jour, que c'était la "pente glissante", des fantasmes, etc.

Là, on y est. On en parle en Mars (en supposant qu'EELV ne pose aucun amendement).

 

Pour la GPA, force est de constater qu'on veut la rentabiliser.

 

Une fois qu'on aura passé cette étape-là, on va nous resservir les mêmes arguments :

 

1) les enfants nés par GPA existent, il faut fournir un cadre protecteur

2) Ils sont discriminés par rapport aux autres enfants

3) Seul l'amour compte, pas le moyen de conception (on promeut les "moyens alternatifs"...)

4) Les autres pays sont en avance sur nous

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Flashy, je répète, il y a des homosexuelles qui - en tant qu'elles sont des femmes et ont un système reproductif- qui ont une stérilité pathologique médicalement diagnostiquée. Je ne m'y connais pas très bien mais il me semble que c'est fréquent (pour les femmes en général) d'avoir des problèmes voire une absence d'ovulation en cas de troubles alimentaires par exemple. Donc ma question c'est: que pensez-vous de l'interdiction de l'IAD (avec ou sans FIV) pour les lesbiennes qui répondent pourtant au critère de la sacro-sainte "stérilité pathologique"?

 

Il y a de bons forfaits dans les cliniques en Espagne pour produire un enfant.

Qui servent aussi aux couples hétérosexuels infertiles qui souffrent malheureusement du retard considérable en terme d'efficacité dans les cliniques et hôpitaux français dans ce domaine.

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le dumping éthique et le law shopping ne deviennent pas, par miracle, chose estimable lorsque c'est pratiqué par des hétérosexuels. D'ailleurs, la libéralisation de la PMA vise aussi les hétérosexuels (les célibataires ; les couples hétéros, par contre, devraient continuer à souffrir d'une pathologie médicale...ce qui est crée une discrimination).

 

Sinon, ça ne change rien Rumpel. La stérilité a pour cause première une stérilité "sociale" ; la circonstance qu'il y ait une stérilité pathologique médicale est ici accessoire.

Ainsi, prenons un détenu stérile. Il ne pourra pas non plus avoir recours à la PMA : il ne peut pas avoir d'enfants d'abord parce qu'il est en prison -comme tous les autres détenus- ; la question de sa pathologie médicale se posera uniquement lorsqu'il sera libéré. En somme, la question de la pathologie médicale ne se pose que lorsqu'on est en mesure de procréer ; lorsqu'on ne l'est pas, on n'a pas à se poser la question.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca contredit l'argument du simple traitement en réponse à une pathologie si on prend en compte l'infertilité sociale alors qu'on est en présence d'une infertilité pathologique. Et si on suit ce raisonnement il faut dépasser la simple affirmation du "la PMA c'est quand on est malade, les homos sont pas malades, (tellement on les aime et ils sont normaux et s'ils veulent la PMA c'est qu'ils sont homophobes)" et s'interroger sur la pertinence de faire droit au désir d'enfant dans un cas et pas dans l'autre.

Personnellement je ne crois pas à l'argument médicalo-pathologique et je trouverais absurde d'accorder la PMA à une lesbienne infertile mais pas aux lesbiennes (en couple) en général. L'iAD n'est pas à strictement parler un traitement de la personne infertile. Ce qu'on traite c'est plus généralement le couple infertile en faisant primer sur le fonctionnement des organes la finalité recherchée: l'enfant. Sinon on limiterait la PMA à la FIV sans donneurs et autres traitement divers pour tenter de résoudre l'infertilité de l'homme ou de la femme. Quand on fait intervenir un donneur, on ne guérit pas l'infertile. On contourne l'infertilité pour permettre au couple d'avoir un enfant.

Le désir d'enfant d'un couple en IAD est-il égoïste? Ne devrait-il pas se contenter des traitements stricto sensu de l'infertilité et se résoudre, si rien ne marche, à ne pas franchir le pas de l'intervention d'un donneur?

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui l'article de Têtu que m'avait ressorti Flashy (décidément tous les opposants au mariage gay sont des lecteurs de Têtu), on est dans du lourd là, aujourd'hui les trouples, demain la polygamie, c'est évident, c'est le début de la fin.

 

Le début de la fin je sais pas, mais nier le rapport entre trouple / polygamie, c'est osé.

Ce qui me fait marrer c'est surtout les cris d'orfraie poussés par ces gus là quand on parle de polygamie, et BIM un article sur le trouple juste après... what's the différence, seriously ?

 

Quand à l'argument "la GPA est interdite pour tous et ne pourra donc pas être autorisée"... euh... se marier avec une personne du même sexe est interdit pour tous non ?

Modifié par baloo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand à l'argument "la GPA est interdite pour tous et ne pourra donc pas être autorisée"... euh... se marier avec une personne du même sexe est interdit pour tous non ?

 

Non, l'argument c'est "la GPA est interdite pour tous et ne pourra donc pas être autorisée sur le fondement du mariage ouvert aux couples de même sexe". Autrement dit, rien n'empêche qu'un débat s'organise autour de la GPA ou qu'une proposition de loi sur la GPA (projet j'en doute, en tout cas pas avec le gouvernement actuel) soit un jour déposée. Simplement, il n'y a pas de lien de causalité automatique entre GPA et mariage ouvert aux homos.

Etre contre l'ouverture du mariage parce que contre la GPA n'a pas de sens. L'un n'inclut pas l'autre et réciproquement.

 

EDIT : Et d'ailleurs pour reprendre l'argument en vogue qui consiste à diffuser une vidéo de Guigou sur le PACS: il est faux de dire que le PACS a engendré le projet de loi actuel. Le projet de loi actuel ne repose pas sur l'existence du PACS (au contraire puisqu'un des arguments "pro" consiste justement à dire que le PACS n'est pas une réponse aux attentes des couples homos qui souhaitent se marier. Et c'est logique puisque le PACS n'a pas affecté le nombre de mariage hétéros mais le nombre de simples concubinages, c'est bien qu'il ne correspond pas à la même chose que le mariage). Sous un gouvernement de droite il est probable qu'il ne serait toujours pas question de mariage ouvert à tous les couples, en dépit de l'existence du PACS. Donc à l'avenir, sous un gouvernement défavorable et une éthique inchangée, l'existence du mariage ouvert à tous les couples n'engendrera pas par elle-même la question de la GPA.

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le début de la fin je sais pas, mais nier le rapport entre trouple / polygamie, c'est osé.

Ce qui me fait marrer c'est surtout les cris d'orfraie poussés par ces gus là quand on parle de polygamie, et BIM un article sur le trouple juste après... what's the différence, seriously ?

 

Quand à l'argument "la GPA est interdite pour tous et ne pourra donc pas être autorisée"... euh... se marier avec une personne du même sexe est interdit pour tous non ?

 

Bah oui le ménage à trois ultra marginal et que Têtu redécouvre ce n'est pas la même chose qu'un homme qui a plusieurs femmes et plusieurs familles.

Encore une fois pour la GPA, il n'y a aucun projet de loi dessus, aucun amendement, donc restons calmes.

L'essentiel de l'argumentaire des antis repose sur ce genre d'affirmations "si on autorise ça aujourd'hui alors demain on autorisera nécessairement ça ou ça". On est toujours dans la "pente savonneuse", "le doigt dans l'engrenage", "c'est la porte ouverte à n'importe quoi", ça serait bien de discuter ce qui est vraiment envisagé et pas les hypothétiques demandes des assos homosexuelles qui résulteraient de la réforme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quant à la PMA je ne vois pas vraiment le problème : aujourd'hui c'est réservé aux couples hétérosexuels qui ne peuvent pas avoir d'enfants (d'où l'exigence d'une stérilité pathologique, pour être sûr que cela répond bien à une impossibilité d'ordre naturelle ou médicale) et on veut en faire bénéficier des couples homosexuels qui sont de fait dans l'impossibilité de procréer. La situation d'un couple hétéro stérile et d'un couple homo est la MEME au regard de la capacité à procréer donc pourquoi faire bénéficier l'un plutôt que l'autre?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Parce que le principe est qu'on utilise les gamètes du couple (ce qui est fait à plus de 90%, il me semble) et que le recours à l'IAD n'est que l'exception? Que l'ouverture aux couples homosexuels (et aux célibataires !) questionne très sérieusement le principe et l'exception? Et que la principale cause de leur stérilité, s'ils se marient, c'est bien leur fidélité à une personne du même sexe, et que dès lors l'éventuelle pathologie médicale est indifférente puisqu'elle n'aura guère d'influence?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu le nombre de couples concernés (aka. les couples lesbiens mariés ou justifiant d'une vie commune de plus de blabalabla avec désir d'enfant etc) je pense qu'on reste LARGEMENT dans le domaine de l'exception.

Mais en fait ce qui est dérangeant dans ta vision Flashy, c'est qu'il y aurait des stérilités plus acceptables que d'autres et des désirs d'enfants plus légitimes. Encore une fois je comprends qu'on soit opposé totalement à la PMA (même si je suis farouchement pour) mais pas qu'on veuille faire une distinction entre les couples hétéros et les couples homos dans son bénéfice.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Parce que le principe est qu'on utilise les gamètes du couple (ce qui est fait à plus de 90%, il me semble) et que le recours à l'IAD n'est que l'exception? Que l'ouverture aux couples homosexuels (et aux célibataires !) questionne très sérieusement le principe et l'exception?

Et?

 

Et que la principale cause de leur stérilité, s'ils se marient, c'est bien leur fidélité à une personne du même sexe, et que dès lors l'éventuelle pathologie médicale est indifférente puisqu'elle n'aura guère d'influence?

 

?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est énorme le nombre d'acertations non fondées dans cette discussion.

 

« La structure familiale optimale implique l'altérité biologique, le père et la mère »

 

Pourquoi cela ? Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, je ne m'attends pas vraiment à des réponses, mais pour un débat auquel vous semblez accorder autant d'importance, le défaut de sources m'est… perturbant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, l'argument c'est "la GPA est interdite pour tous et ne pourra donc pas être autorisée sur le fondement du mariage ouvert aux couples de même sexe". Autrement dit, rien n'empêche qu'un débat s'organise autour de la GPA ou qu'une proposition de loi sur la GPA (projet j'en doute, en tout cas pas avec le gouvernement actuel) soit un jour déposée. Simplement, il n'y a pas de lien de causalité automatique entre GPA et mariage ouvert aux homos.

 

Etre contre l'ouverture du mariage parce que contre la GPA n'a pas de sens. L'un n'inclut pas l'autre et réciproquement.

 

Oui c'est un peu ce qu'on dit en fait.

Ce sera pas automatique, mais on y viendra quand même si les couples mecs le réclament, au nom du sacro-saint principe d'égalité (et je ne doute pas qu'ils le réclament perso).

 

 

EDIT : Et d'ailleurs pour reprendre l'argument en vogue qui consiste à diffuser une vidéo de Guigou sur le PACS: il est faux de dire que le PACS a engendré le projet de loi actuel.

 

Tout à fait.

En revanche le pacs était un début, le mariage est une suite, la GPA est la suite prochaine et logique. Non ?

 

 

Bah oui le ménage à trois ultra marginal et que Têtu redécouvre ce n'est pas la même chose qu'un homme qui a plusieurs femmes et plusieurs familles.

 

Donc le mec qui a 2 mecs c'est pas pareil que le mec qui a 2 femmes ou que la femme qui a 2 mecs ? Pourquoi ?

 

 

L'essentiel de l'argumentaire des antis repose sur ce genre d'affirmations "si on autorise ça aujourd'hui alors demain on autorisera nécessairement ça ou ça". On est toujours dans la "pente savonneuse", "le doigt dans l'engrenage", "c'est la porte ouverte à n'importe quoi", ça serait bien de discuter ce qui est vraiment envisagé et pas les hypothétiques demandes des assos homosexuelles qui résulteraient de la réforme.

 

Tout à fait d'accord sur le début de ton propos.

C'est 50% de l'argumentation (le reste étant la protection de l'enfant pour qui il est considéré meilleur d'avoir un référent masculin et un référent féminin... mais passons).

La peur de l'effondrement des barrières morales est présente et n'est à mon avis pas totalement injustifiée... on peut même voir que ça commence à tomber pour les mariages à 3, la vaginoplastie d'enfants de 12 ans et la GPA. On me dira que ça n'a aucun rapport avec le mariage des homos... je sais pas, j'ai l'impression qu'on remet en cause tout ce qui a pu être établi comme interdit moral, souvent sous prétexte que ça vient de l'Eglise.

 

Alors ptêt qu'il ne faut pas être trop alarmiste... mais ptêt aussi qu'il faut se poser la question non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce sera pas automatique, mais on y viendra quand même si les couples mecs le réclament, au nom du sacro-saint principe d'égalité (et je ne doute pas qu'ils le réclament perso).

 

Puisque ça n'est pas automatique, ni justifiable sur le seul fondement du principe d'égalité je ne vois pas pourquoi on en parle dans le cadre du débat sur le mariage et l'adoption.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Donc le mec qui a 2 mecs c'est pas pareil que le mec qui a 2 femmes ou que la femme qui a 2 mecs ? Pourquoi ?

 

Sérieusement, tu ne fais pas la différence entre un ménage à trois, c'est à dire une situation strictement privée dans laquelle l'Etat n'intervient pas entre 3 personnes, et la polygamie, reconnaissance par l'Etat de mariages et de constitution de familles multiples?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas justifiable parce que le principe d'égalité c'est à situation égale (au regard des critères pertinents) traitement égal par le droit.

En terme de location du corps humain le critère pertinent c'est "l'humanité" donc pour tout être humain, la patrimonialisation du corps humain est interdite.

Donc pas de discrimination.

Là où le mariage peut être revendiqué sur le fondement de l'égalité parce qu'il est le fait d'un couple (et que le critère pertinent revendiqué est celui du couple seul et non du couple hétérosexuel) , la gestation pour autrui est le fait d'une personne seule et elle n'est autorisée pour personne.

Enfin je n'arrive pas à concevoir comment la GPA pourrait être revendiquée de façon crédible et rigoureuse sur le fondement de l'égalité. D'autant plus qu'il y a une différence fondamentale entre étendre un droit et abolir une interdiction. Le mariage et la PMA pour les couples de même sexe ne sont pas à proprement dire interdits, ils ne sont pas prévus. La GPA est prohibée (et pour cause, les valeurs défendues sont bien plus fondamentales: dignité de la personne humaine, indisponibilité du corps humain...).

 

 

Sur la distinction trouple/polygamie de Talking heads, je n'ai pas lu l'article mais je suppose qu'il y a une différence de degré entre une situation amoureuse de fait (sans obligations conjugales réciproques) et la polygamie = fait de contracter plusieurs mariages.

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans ce cas je ne peux rien pour toi, cela revient à ne pas différencier l'Etat et la société, l'intime et le public.

Je te ferais quand même remarquer que rien n'interdit actuellement de vivre une histoire d'amour à trois, ce qu'on interdit c'est de demander à l'Etat d'en prendre acte.

Modifié par talking heads

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas justifiable parce que le principe d'égalité c'est à situation égale (au regard des critères pertinents) traitement égal par le droit.

En terme de location du corps humain le critère pertinent c'est "l'humanité" donc pour tout être humain, la patrimonialisation du corps humain est interdite.

Donc pas de discrimination.

Là où le mariage peut être revendiqué sur le fondement de l'égalité parce qu'il est le fait d'un couple (et que le critère pertinent revendiqué est celui du couple seul et non du couple hétérosexuel) , la gestation pour autrui est le fait d'une personne seule et elle n'est autorisée pour personne.

Enfin je n'arrive pas à concevoir comment la GPA pourrait être revendiquée de façon crédible et rigoureuse sur le fondement de l'égalité. D'autant plus qu'il y a une différence fondamentale entre étendre un droit et abolir une interdiction. Le mariage et la GPA pour les couples de même sexe ne sont pas à proprement dire interdits, ils ne sont pas prévus. La GPA est prohibée (et pour cause, les valeurs défendues sont bien plus fondamentales: dignité de la personne humaine, indisponibilité du corps humain...).

 

 

Sur la distinction trouple/polygamie de Talking heads, je n'ai pas lu l'article mais je suppose qu'il y a une différence de degré entre une situation amoureuse de fait (sans obligations conjugales réciproques) et la polygamie = fait de contracter plusieurs mariages.

 

 

En gros c'est un couple qui a le droit de se marier, et non une personne qui a le droit de marier une autre personne, ce qui change la perspective, c'est ça ?

 

Oui il y'a une différence de degré.

Une situation de fait est permise et largement approuvée. La situation contractée est interdite et répréhensible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je répète que je n'arrive pas à imaginer quel pourrait être l'argument pro GPA fondé sur le principe d'égalité.

Si c'est "on veut aussi pouvoir faire des enfants en donnant les gamètes de l'un (ou l'ovule de l'une...c'est aussi possible)" ça ne tient pas sur le principe d'égalité puisque personne n'a le droit d'avoir des enfants via la GPA (contrairement à la PMA autorisée pour les hétéros où il n'est pas incohérent d'en demander les bénéfices pour les couples de lesbiennes).

Au-delà de ce raisonnement simple j'insistais effectivement sur les raisons qui rendent la GPA plus difficilement revendicable que de simples extensions de droit (comme c'est le cas pour le mariage ou la PMA). La GPA faisant l'objet d'une interdiction et non d'une simple restriction.

 

Edit: et oui, selon moi le critère pertinent d'égalité concernant le mariage c'est le couple et non la personne (ce dernier donnant lieu à l'argument absurde du "les homos peuvent se marier avec une personne du sexe opposé" -> ce qui ne fait aucun sens puisque le principe même du mariage c'est d'être une démarche commune, donc une démarche de couple. D'ailleurs ça transparaît dans la rédaction actuelle des articles dédiés)

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Niveau logique et droit, je ne vois pas de faille à ton raisonnement. Après je ne suis pas sûr que cette logique juridique suffise à ce qu'on ne voit jamais légaliser la GPA. On verra bien...

 

Mais c'est la première fois que vois ça assez clairement exposé comme tu viens de le faire !

 

TH, pour en revenir à cette histoire de trouple / polygamie / polyandrie. La différence serait finalement celle ci : situation de fait / situation de droit. C'est cela ? Ok, je te suis.

Partant de là, n'est ce pas également l'un des arguments pour le mariage homo ? Régulariser des situations de fait ?

Et finalement, cela ne revient il pas au même en soit ? Un trouple aura une vie à 3. Un polygame avec 2 femmes aura une vie à 3. Bien sûr, le fait que ce soit régularisé a des conséquences légales et pratiques. Mais le problème quand on parle de polygamie semble simplement moral. C'est choquant ! C'est une horreur. Or quelle est la différence dans les faits, entre les 2 situations ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non mais la PMA n'est pas "autorisée aux hétéros".

Elle est autorisée aux couples hétérosexuels remplissant certaines conditions d'âge (âge de procréer (pourquoi ça, d'ailleurs? Hein? Y a peut-être un lien avec la procréation, non?), de stabilité (mariage/deux ans de vie commune) et surtout respectant les finalités de la PMA (les finalités sont médicales, rappelons-le).

 

Si on se fonde sur le droit positif, il n'y a strictement aucune discrimination à ne pas "étendre" la PMA aux homosexuels (ou aux détenus !). La CEDH l'a rappelé plusieurs fois.

 

NB : ils ne veulent pas une extension mais une totale refondation de la PMA. Prétendre à une extension, c'est de la pure intox. Il s'agit d'abandonner la finalité médicale, voire l'exigence d'un couple. Et pourquoi pas ne pas abandonner la limite d'âge, tant qu'on y est? Ce qui est à l'oeuvre c'est bien une forme d'ultra-individualisme militant.

 

Par ailleurs, pour répondre partiellement à TH : en quoi l'Etat devrait-il s'immiscer dans la procréation? N'y a-t-il pas une confusion entre l'intime et le public? La procréation, pour toi, ça fait partie du domaine de compétence de l'Etat?

Oh, wait...L'Etat interdit la GPA. Cela signifierait-il que l'Etat se mêle de ce qui ne le regarde pas? On devrait suivre ton raisonnement, comme on l'a fait en Belgique, et autoriser la GPA qui relève de l'intime, de la procréation et de la liberté contractuelle.

 

Moi, je constate que les homosexuels ont la liberté sexuelle et la liberté de procréer. L'Etat, ni quiconque, ne les empêche de vivre leur vie. Si une lesbienne veut faire "un enfant toute seule", rien ne l'en empêche. Alors pourquoi diable l'Etat devrait-il mettre à disposition des "services publics" et des moyens importants de production d'enfants au service des uns ou des autres? Parce qu'on le peut?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Niveau logique et droit, je ne vois pas de faille à ton raisonnement. Après je ne suis pas sûr que cette logique juridique suffise à ce qu'on ne voit jamais légaliser la GPA. On verra bien...

 

Mais c'est la première fois que vois ça assez clairement exposé comme tu viens de le faire !

 

TH, pour en revenir à cette histoire de trouple / polygamie / polyandrie. La différence serait finalement celle ci : situation de fait / situation de droit. C'est cela ? Ok, je te suis.

Partant de là, n'est ce pas également l'un des arguments pour le mariage homo ? Régulariser des situations de fait ?

Et finalement, cela ne revient il pas au même en soit ? Un trouple aura une vie à 3. Un polygame avec 2 femmes aura une vie à 3. Bien sûr, le fait que ce soit régularisé a des conséquences légales et pratiques. Mais le problème quand on parle de polygamie semble simplement moral. C'est choquant ! C'est une horreur. Or quelle est la différence dans les faits, entre les 2 situations ?

 

C'est là où on nous ne sommes pas d'accord : la situation de fait ne me choque pas, les gens sont libres de faire ce qu'ils veulent dans l'intimité de leur chambre à coucher tant qu'ils ne heurtent personne. C'est d'ailleurs pour cette raison que les trouples ne sont pas interdits et je ne vois pas quel Etat respectant un minimum la liberté individuelle pourrait le faire. Il s'agit donc bien de la situation de droit qui pose problème (la polygamie).

Mais redescendons sur terre 30 secondes : personne ne parle de mariage à trois en France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.