Aller au contenu
Flashy

Mariage homosexuel et adoption par les couples homosexuels

Messages recommandés

Baloo: dans la série des homos-qui-se-croient-représentatifs-de-tous-ceux-qui-n'ont-de-commun-avec-eux-que-leur-orientation-sexuelle (à ce propos, j'adorerais qu'on me refile une tribune demain pour expliquer à mes concitoyens ce que veulent toutes les femmes, parce que j'en suis une CQFD) il ne fallait pas chercher si loin: Xavier Bongibault est bien assez divertissant.

 

Flashy: 67% de CSP+ favorables, 72% d'employés et 69% d'ouvriers (sondage IFOP 2012, le plus grand nombre d'antis se retrouve chez les inactifs et particulièrement les retraités). Voilà pour ta curiosité et tes idées reçues. :)

 

PS: et pour la PMA chez les homosexuelles les cadres sup sont devant les retraités mais derrière les ouvriers en terme d'adhésion. Putain de bobos d'ouvriers option gauche caviar!

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rumpel : pourquoi ? tu n'es pas d'accord avec elle ?

 

Nina : l'autorisation de l'IVG pallie à un problème existant.

Je ne vois pas en quoi l'adoption, la PMA et la GPA pallient à un problème existant.

Quelle situation de fait pose réellement problème ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et effectivement Chupito, je n'ai rien compris au féminisme.

 

Si tu reconnais cela alors tout va bien mais la conséquence logique serait donc d'arrêter d'en parler, surtout si c'est pour recracher des clichés sans amener d'argument sur le sujet (qui est à l'origine le mariage et l'adoption par les couples de même sexe).

 

Pour le reste, c'est bien dommage que tu considères les tâches ménagères comme dégradantes mais tant mieux pour toi si tu as réussi à t'en débarrasser. Par contre, je vois pas bien pourquoi tu en parles dans ton paragraphe sur les féminismes vu que ça n'a aucun rapport avec le schmilblik.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rumpel : pourquoi ? tu n'es pas d'accord avec elle ?

 

Non et l'intégralité de mes amis homos seront sans doute d'accord avec moi pour conseiller à cette femme de se tourner du côté des hippies plutôt que des couples de même sexe si elle tient absolument à parler au nom d'une "communauté".

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vivement que le business de la création de familles puisse arriver en France. On est tellement en retard ! Le Moyen-Âge ! La création de bébés, pour donneurs d'ordres divers et variés, et la constitution de familles homoparentales contre monnaie sonnante et trébuchante, c'est l'avenir les amis.

 

http://http://www.ctfertility.com/international

 

Ou comment s'aligner sur les pays les moins-disants, quelque soit la matière.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le seul truc qui me fait plaisir moi c'est que dans 10, 20 ou 30 ans, les anti-mariage pour tous seront considérés comme des pro-apartheid... Donc qu'ils se continuent à bien se montrer... Leurs enfants et leurs petits-enfants en seront très fiers...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette vidéo baloo, c'est intéressant même si son caractère isolé aurait tendance à amoindrir les possibilités d'esprit critique si le discours de Pierre Levy-Soussan ne regorgeait pas de pistes en ce sens :)

 

Le problème de ce monsieur étant d'une part l'utilisation péremptoires de postulats qui ne sont en rien argumentés, et d'autre part le fait qu'il distille sans cesse des éléments de réflexion personnelle qui relèvent certainement de ses convictions de citoyen mais en rien de son expérience professionnelle.

 

J'aimerais revenir sur certaines parties de son discours:

 

-L'idée que l'enfant sait qu'il vient d'ailleurs mais qu'il a besoin d'une histoire crédible et cohérente que ses fantasmes lui permettent de construire. Plus généralement la notion de "qui fait sens".

 

J'ai du mal à comprendre en quoi une histoire fantasmée peut être plus crédible ou cohérente que l'histoire réelle de l'enfant, surtout si on part du principe que l'enfant connaît cette dernière (rapportée par ses parents donc).

De quelles histoires requière-t-on une crédibilité ou une cohérence? De celles qui sont inventées ou de celles dont on soupçonne qu'elles pourraient ne pas être vraies.

Pourquoi organiser un mensonge sur l'origine de l'enfant en parallèle de son histoire réelle?

Il me semble que les travaux théoriques en la matière + les témoignages des enfants concernés par ces histoires fantasmées, nous poussent au contraire à infléchir notre pensée et notre droit vers plus de vérité et moins de mensonges.

Si la créance de la société envers l'enfant à naître est le droit à la connaissance de ses origines, pourquoi chercher plus cohérent et plus crédible que sa véritable origine, cohérente et crédible par nature puisque réelle.

 

- Le point Beaucoup de parents adoptifs s'entendent dire "Pourquoi vous faites l'amour alors que vous pouvez pas avoir d'enfant?"

 

Wait...what? Quel genre d'enfant pose cette question? dans quelle genre de famille? A quel âge?

Si un gosse de 5 ans pose ce genre de question je m'inquièterais plus de la place accordée dans sa famille au sujet de la sexualité que d'éventuels soucis de représentation fantasmée. Je ne sais pas pour vous mais à cet âge (et même maintenant), la sexualité non procréative de mes parents n'était pas vraiment dans le top 3 de mes priorités.

 

- Les références au droit romain:

Malhabiles selon moi. L'adoption y était conçue comme un outil successoral et on était bien au contraire loin d'une confusion et de mensonges entre filiation adoptive et biologique.

 

- Sur la suppression des termes père mère du code civil et l'horreur inspirée par le terme de parentalité:

Ce mec vit, comme beaucoup d'opposants et pour une raison totalement dénuée de toute logique, dans la crainte fantasmée de la neutralité sexuelle. La suppression de ces termes ne concerne pas tous les articles, ça c'est une chose. Par ailleurs, le terme de "parents" (il le dit lui-même) n'inspirait aucun soupçon de neutralité avant que le débat sur le projet de loi ne survienne.

Enfin, WTF cet argument consistant à énoncer d'un air d'annonciation d'apocalypse "l'importance des moooots" (oui on sait, et personne n'en a le monopole). L'importance des mots c'est que projet de loi ou non, les gosses appelleront toujours leur père papa et leur mère maman et ce sera même écrit dans leur paperasse d'Etat civil et c'est pas pour les quelques centaines de milliers de gosses de familles homoparentales qui devront s’évertuer à trouver des déclinaisons de "maman" bien moches type mamoune que tout à coup la terre entière va se mettre à raisonner en termes de parent 1 parent 2 ou que JouéClub cessera sa dichotomie bleu/rose dans ses catalogues (Ouf, sauvés!).

 

- Sur les études qui montrent que le bébé qui fait la distinction entre le père et la mère et qu'il a des interactions spécifiques avec chacun d'entre eux alors qu'il n'est pas encore né.

J'adorerais qu'on me montre une étude où un bébé PMA (dans couple homo) n'a pas des besoins/battements de coeur/réactions différentes selon la voix qui lui parle (voix de la mère qui le porte/voix de l'autre mère). Si pas de différence je conseillerais fissa un dépistage surdité.

 

- Sur la catastrophe "A temps égal, parent égal"

Manifestement il ne lit pas beaucoup de jugements de divorce et ne connaît pas grand chose au travail des juges. Je crois que le nombre de familles monoparentales masculines (donc où l'homme a la garde principale des enfants) est à moins de 15%.

Apprendre la différence entre la loi et son application réelle dans nos tribunaux.

 

- Le comble MEGA JOKE de l'universalité psychique homosexuelle en péril PAR UNE LOI POUR LES HOMOS (LOLILOL!)

Zut. Mon scepticisme à l'égard des théories freudiennes épuisées à l'extrême vient de transparaître.

 

- Le chiffre omagad sur le nombre de célibataires utilisant la PMA par rapport aux couples et sur le fardeau universel de la différence des sexes (super blague inside "elle aime pas le foot")

Déjà, pourquoi cet argument alors qu'on sait pertinemment que si on parle PMA et adoption dans ce débat c'est PRÉCISÉMENT parce que la condition pour celles-ci est le statut marital du couple? Genre mariés. Comme dans "pas célibataire".

Quant à l'argument "trop relous les homos à pas jouer le jeu de se taper une personne du sexe opposée"... Ahurissant.

 

In fine, moi qui cherchais depuis longtemps un argumentaire valable contre ce projet, je me trouve déçue (comme je l'avais sans doute été en l'entendant pour la première fois à l'occasion des auditions de l'AN).

D'autant plus qu'un Serge Hefez travaillant sur le même corpus théorique mais aussi avec des familles homoparentales réelles (à la différence de Lévy-Soussan semble-t-il) arrive à des conclusions totalement divergentes.

Au-delà des faiblesses théoriques, l'intuition me pousse à croire que si dans d'autres pays et depuis des années, des enfants s'épanouissent dans des contextes familiaux homoparentaux c'est que ça ne peut pas être pire qu'un contexte hétéro par nature.

Et puis l'hypothèse première de cette place essentielle de la scène primitive qui revient en psychanalyse me laisse sceptique. Qu'elle serve à expliquer les névroses je me l'explique. Qu'elle serve à justifier une absolue nécessité du bien être ab initio ...beaucoup moins.

Modifié par Rumpel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le seul truc qui me fait plaisir moi c'est que dans 10, 20 ou 30 ans, les anti-mariage pour tous seront considérés comme des pro-apartheid... Donc qu'ils se continuent à bien se montrer... Leurs enfants et leurs petits-enfants en seront très fiers...

 

:baloo:

 

Quand t'auras un truc intelligent à dire toi...

 

 

 

Rumpel :

 

Ouep je suis pas ultra convaincu non plus par cette video... mais moi je n'y connais rien en psycho, et je n'avais jusqu'alors jamais rien lu ou vu allant dans le sens inverse. Mais tu me parles de Hefez, je vais aller voir.

 

En revanche, ce n'est là que la base de l'argumentaire des anti je pense.

En gros je résumerai l'argumentaire comme ceci :

1) ok pour le mariage (sans l'adoption).

2) contre l'adoption car pour l'enfant c'est mieux d'avoir un père et une mère. Pas forcément vrai apparemment, mais ça me semble pas totalement aberrant, homophobe ou religieux non plus comme argument.

3) la peur de la suite : PMA + GPA. On retrouve là une perte de valeurs et de repères. J'assimilerai ça à la peur de la suite de 68 : on ne s'interdit rien. A mon avis ils ont raison de penser que la PMA et la GPA viendront. A mon avis également, ils ont raison de s'inquiéter. Mais à court terme on ne se rendra pas compte de grand chose donc... on prend le risque ou pas ? Apparemment oui.

 

4) arguments religieux, colère de dieu, fin du monde, etc... / arguments homophobes (homo pas capables d'élever des enfants, etc).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

- Sur la suppression des termes père mère du code civil et l'horreur inspirée par le terme de parentalité:

Ce mec vit, comme beaucoup d'opposants et pour une raison totalement dénuée de toute logique, dans la crainte fantasmée de la neutralité sexuelle. La suppression de ces termes ne concerne pas tous les articles, ça c'est une chose. Par ailleurs, le terme de "parents" (il le dit lui-même) n'inspirait aucun soupçon de neutralité avant que le débat sur le projet de loi ne survienne.

Enfin, WTF cet argument consistant à énoncé d'un air d'annonciation d'apocalypse "l'importance des moooots" (oui on sait, et personne n'en a le monopole). L'importance des mots c'est que projet de loi ou non, les gosses appelleront toujours leur père papa et leur mère maman et ce sera même écrit dans leur paperasse d'Etat civil et c'est pas pour les quelques centaines de milliers de gosses de familles homoparentales qui devront s’évertuer à trouver des déclinaisons de "maman" bien moches type mamoune que tout à coup la terre entière va se mettre à raisonner en termes de parent 1 parent 2 ou que JouéClub cessera sa dichotomie bleu/rose dans ses catalogues (Ouf, sauvés!).

 

Ca me fait penser à Béatrice Bourge qui dénonçait l'ouverture d'une crèche expérimentale à Saint-Ouen où on laissait les enfants "choisir leur sexualité". En réalité on les laisse choisir à quoi ils veulent jouer au lieu de forcer toutes les petites filles à jouer aux poupées...

 

J'ai joué aux poupées une fois dans ma vie d'enfant, je montais aux arbres, à cheval, je me promenais dans la forêt, je passais mon temps avec mes cousins tous garçons à creuser dans le sable. Je suis aujourd'hui hétéro, je m'intéresse au maquillage, je veux des enfants et je n'ai jamais été entre deux chaises concernant ma sexualité, je me suis jamais demandé si j'étais une fille ou un garçon.

C'est quoi ce délire ? Les enfants n'ont pas besoin de marqueurs sexuels partout pour savoir ce qu'ils sont! Et si questions sur l'identité sexuelle il y a, les adultes peuvent y répondre dans ce cas. Pas besoin de "prévenir" en forçant les gamines à jouer à la barbie...

 

Je me serais sentie sacrément mal si on m'avait empêchée de jouer "comme un garçon", quelle injustice ça aurait été! Laisser une fille jouer aux petites voitures, mon dieu quelle horreur, mais par contre la forcer à jouer à des trucs qu'elle n'aime pas, NP! Belle valeurs éducatives...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais cru comprendre que justement on ne les laissait pas faire comme ils voulaient, mais on les incitait à faire différemment, ce qui change tout à mon avis :)

Modifié par baloo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tous les jeux, de la dinette au bricolage en passant par le football, sont proposés de manière indifférenciée aux filles comme aux garçons. L’accent est mis sur les jeux de construction, auxquels tous les petits sont associés, afin de favoriser les échanges entre eux et permettre à chacun de développer ses potentialités comme il en a envie, sans être enfermé dans un rôle pré-déterminé

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/08/a-saint-ouen-la-lutte-contre-le-sexisme-debute-au-berceau_1757421_3224.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Baloo, tu oublies aussi la définition du mot "parenté" dans notre droit.

 

Quand Christiane Taubira dit que "l'enfantement ne fait pas la mère", c'est

 

1) faux

2) révélateur

 

Faux en ce que oui, l'accouchement fait en principe la mère. Pour contester une filiation maternelle, il "suffit" de prouver qu'elle n'a pas accouché.

Révélateur de la conception de la filiation : est parent celui qui veut l'enfant, qui l'aime.

 

On trouve de très nombreux argumentaires, de Michéa à Dufour, en passant par l'argumentaire de 40 pages du rabbin (qu'il n'a pas écrit au final, ce qui ne retire rien à la valeur des arguments développés), les arguments de l'Evêque de Paris, les arguments de Soussan, les arguments développés dans la Revue de Droit de la Famille (janvier 2013), les arguments développés par de nombreux blogueurs sur bien des aspects (de la filiation au traitement des médias, en passant par la théorie politique (ultra-individualisme) qui sous-tend le projet).

On trouve également le Défenseur des Droits, les CAF, l'UNAF et le Conseil d'Etat pour tempérer sérieusement l'enthousiasme pour ce projet.

 

Si tu cherches vraiment des argumentaires, je peux te fournir une vingtaine de liens pour ton édification.

Je te mets par contre au défi de réussir à faire pareil au niveau "pro". A part partir du postulat que c'est pour l'égalité, donc que c'est bien, cela reste relativement court. Le seul argumentaire développé que j'ai pu voir l'a été ici, par Chupito.

 

EDIT : j'ajoute que l'adoption sert surtout, ici, à servir les intérêts financiers de groupes de production d'enfants (comme CT Fertility) en permettant de créer des enfants sans père ou sans mère, adoptable à l'envi.

L'autorité parentale suffisait. On a voulu créer des liens de filiation fictifs, en tordant le sens des mots. Soit.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais je suis d'accord avec toi Flashy pour dire nombre de pros se focalisent sur l'égalité ou la légitimité de leurs revendications tirée de l'évolution de la société. C'est assez simple en effet et ne repose pas sur une expertise juridique, ni sur de longues considérations philosophiques. Et alors?

Il en était de même pour la légalisation de l'avortement : des femmes avortaient dans l'illégalité et donc dans des conditions désastreuses sans pour autant qu'on les considère vraiment comme des meurtrières. On n'est pas allé chercher plus loin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'agissant de la phrase de Taubira ("l'enfantement ne fait pas la mère"), elle veut simplement dire qu'une femme peut être mère d'un enfant sans avoir accouché, ce qui semble assez évident compte tenu des possibilités d'adoption qui existent en France.Elle rend compte d'une dénaturalisation. Cette dénaturalisation existe au moins depuis qu'on fait la distinction entre mère biologique et mère adoptive. Le fait que cette phrase ait pu choquer les antis rend bien compte de leur conception des institutions que sont le mariage ou l'adoption : ils en ont une vision strictement naturalisante alors même que la réalité de ces institutions aujourd'hui en France s'y oppose. Les enfants ne sont pas tous élevés par un couple hétérosexuel mais aussi par des parents divorcés, des couples homosexuels, des célibataires, sans violer la loi et sans que cela se passe mal. C'est cet aveuglement qui est le noeud du problème à mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les parents divorcés sont un très bon exemple, à mon avis, de l'importance de la conception.

 

Les parents sont ceux qui ont conçu : c'est-à-dire la mère qui a accouché/le père qui a reconnu l'enfant sans que la preuve biologique contraire ait été apporté (chose qui suffirait à détruire le lien de filiation).

 

Ils restent parents même après la fin du "couple parental". Le beau-père n'est pas le père ; la belle-mère n'est pas la mère. La responsabilité de l'enfant continue de reposer sur ceux qui ont conçu.

 

Je note aussi que jamais la technique n'a autant permis d'atteindre un tel degré de certitude sur l'identité du père.

 

Attention : je ne dis pas qu'on devrait faire un test de paternité pour tous. Je constate simplement l'importance de la preuve biologique en la matière, qui témoigne quand même d'une place importante de cet aspect-là en la matière. La filiation "homoparentale" me semble être une incongruité, ou quelque chose de parfaitement différent. Or, doit-on avoir des filiations différentes en fonction de l'orientation sexuelle? Cela me semble étrange (tout comme me semble étrange l'idée d'avoir des livrets de famille différents en fonction de l'orientation sexuelle...).

 

Cet esprit de "l'amour doit régner" me semble aussi étrange. Le lyrisme, c'est très gentil, mais très concrètement je ne comprends pas pourquoi on a supprimé le rappel, lors de la cérémonie, que les époux sont tenus solidairement. "Faut pas gâcher la fête" me semble une très mauvaise réponse : oui, le mariage est une fête, mais c'est aussi une institution -d'où une certaine solennité, qui implique parfois deux ou trois choses pas agréables- et un contrat -et je pense qu'on doit être bien informé sur les obligations découlant dudit contrat-.

Etait-ce nécessaire, dans le cadre du mariage homosexuel?

 

Le projet de loi est bourré de ces petites incongruités. Sur le nom de famille, par exemple (quel rapport, d'ailleurs, avec le reste du projet? Je sais pas si c'est un cavalier législatif, mais le Sénat a bien fait de remanier ça...). Ou par rapport au droit international privé.

 

Sinon, un projet qui se propose de changer la société -rien que ça- devrait peut-être avoir une assise philosophique claire et être béton au niveau argumentatif, non? J'ai survolé les rapports de commission au Sénat, ça me semblait assez faible sur pas mal de points. Après, il est vrai que peu de propositions ou de projets bénéficient d'un vrai travail de recherche. C'est souvent très partisan. Il est regrettable que ce soit ici aussi le cas.

 

Sinon, je vais voir ce soir les liens que tu proposes.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est là où je ne suis pas d'accord : le projet de loi ne prétend pas du tout changer la société mais au contraire conformer le droit à ce qui existe déjà. Il s'agit d'une ratification des comportements amoureux existants, pas d'une prescription. L'homosexualité est bien acceptée en France, ce n'est plus une tare et les enfants élevés par des couples homos ne souffrent pas plus que les autres donc on leur octroie les mêmes droits que les hétéros, c'est tout.

Je trouve que c'est une conception assez saine du droit qui ne doit jamais venir d'en haut mais se doit au contraire d'être le reflet de la société et de ce qui est communément accepté.

Tu crois qu'il y avait une assise philosophique solide pour la pilule, l'avortement, le droit de vote des femmes, la majorité à 18 ans ou même l'abolition de la peine de mort? Non, des considérations politiques et sociétales surtout. On peut contester une loi pour des raisons "philosophiques" mais fonder une loi sur un système philosophique me semble hasardeux.

 

Je ne comprends pas ton point sur la filiation : en quoi 2 couples homosexuels auront une filiation différente ou devrait en avoir une différente de celle de couples hétérosexuels qui adoptent?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Flashy, le mariage gay a été légalisé il y a plus de dix ans au Québec et aux Pays-Bas et ça n'a pas l'air d'avoir "transformé" leur société...

 

Et tu verras que ce soir après le vote de la loi et je l'espère, les premiers mariage pour tous en juin, que cela ne va pas "transformer" la société...

 

Et pour tout te dire, ça ne va pas "transformer" la société mais ça ne va pas "transformer" ta vie... Il n'y aura pas le moindre impact dans ton quotidien...

 

Ca n'aura aucun impact sur ton mariage avec une femme, sur tes enfants... Tu n'auras perdu aucun droit...

 

Cela aura juste un impact sur les personnes homosexuelles qui auront à coeur de se sentir ni meilleures ni moins biens que les autres, de construire leur union dans la durée et à apporter un minimum de sécurité aux enfants qui seraient nés avec ou sans cette loi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La vente d'organes non plus n'impacte en rien mon quotidien.

 

Je ne perds aucun droit.

Les autres y gagnent un droit.

 

C'est formidable !

 

Question : peux-tu m'expliquer, concrètement, comment naissent ces enfants dans ces couples homosexuels?

 

Pour moi :

 

1) Ils viennent d'une première union hétéro : ils ont déjà un père et une mère

2) on convient avec un ami de la procréation, et qu'il/elle va abandonner l'enfant

3) on fraude la loi et on va à l'étranger, où on achète auprès de grands groupes divers forfaits permettant de produire l'enfant de son choix

 

Super. Voilà ce qu'il s'agit de "régulariser".

 

Dès lors qu'on admet qu'il s'agit bien d'un changement majeur de société -ce qui est affirmé par les promoteurs-, alors on ne peut pas dans le même temps nier qu'on puisse en discuter -ce qui implique aussi de pouvoir disconvenir respectueusement-.

 

Ensuite, cela concerne bien tout le monde :

 

-qu'est-ce que c'est qu'être père?

-qu'est-ce que c'est qu'être mère?

-qu'est-ce que c'est qu'être "fils" ou "fille de"?

 

Ces questions sont posées par l'homoparentalité. Elles concernent tout le monde. Ce n'est pas anodin.

 

Un système à la kafala m'apparaît plus logique. Plus je pense à l'adoption plénière, plus ça me chiffonne.

 

 

Le mariage gay est une diversion, et vise avant tout les hétérosexuels : http://www.theatlant...ingle_page=true

 

To Wolfson, the fight for marriage was about making gays full participants in American life and fully human in the eyes of their fellow citizens. "This was something that would transform non-gay people's understanding of who gay people are," he told me. "It would help people understand gay people as fully rounded human beings, with the hopes and dreams and human aspirations we all have." Other gay-rights struggles were mainly about convincing people to overlook sexual orientation, in employment or medical care or military service. Marriage is about what makes gay people who they are: their relationships with others of the same sex. In ratifying marriage for gays and lesbians, society would be ratifying the core of their identity -- their love for one another.

 

Il s'agit donc d'améliorer la vie des homos en changeant les hétéros. Incidemment : les problèmes des homos viennent des hétéros. Il faut donc les changer.

De plus, on notera que le coeur de l'identité d'un homosexuel, c'est son homosexualité.

Cool.

 

Lisez tout l'article, vous comprendrez la logique. C'est propre aux USA, mais je relève que la stratégie consiste très précisément à se concentrer sur le mariage et à esquiver tout ce qui concerne l'homoparentalité.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Flashy,

 

Tu sais bien que l'adoption va concerner très peu d'enfants, en Belgique ou la loi a été votée il y a plusieurs années, on en récence une poignée...

 

Pour l'origine de ces enfants:

1) Oui effectivement il y a un père et une mère et la le statut des beaux parents (pas dans cette loi) peut-être utile hétéro comme homo.

2) Insémination (don de sperme), autorisée en Belgique en Espagne.

3) GPA, ici la fraude concerne autant les hétéros que les homos

4) L'adoption, de rares pays acceptent l'adoption par des couples homosexuels... (souvent des fratries ou des enfants difficilement adoptables en raison de l'âge...). Des nourrissons à adopter il y en a peu dans le monde... En revanche des enfants de 6 ans et plus qui pourrissent dans des orphelinats y en a malheureusement trop... Rue89 avait rencontré un couple qui avait adopté une fratrie de 3 enfants brésiliens de 8 à 5 ans et depuis des années ça se passait bien... L'adoption avait été assez facile car tout simplement, ces enfants étaient difficilement adoptables...

5) D'autres cas extrêmement rares, union hétérosexuelle et décès d'un parent puis couple homosexuel, insémination d'une homosexuelle célibataire puis adoption par son amie...

 

C'est principalement dans ces deux derniers cas que la loi est heureuse...

 

Après, pour moi le fait que deux homosexuels aient un enfant... Pourquoi pas? En tant qu'homosexuel de bientôt 30 ans, je n'en veux pas et plus le temps avance, moins j'en veux... Les instants que je passe avec mes neveux et nièces suffisent à mon bonheur...

 

En revanche le critère qui pour moi va au delà de la sexualité des parents, c'est surtout les moyens dont disposent les parents... Effectivement j'ai des doutes sur les perspectives qu'a un enfant qui nait de deux parents chômeurs non-qualifiés, smicards, caissière ou ouvrier, homos comme hétéros... Quelle vie vont-ils offrir à ces enfants indépendamment de l'amour qu'ils peuvent donner à ces enfants? La réelle discrimination entre les enfants est là...

 

En revanche, un couple de médecin/avocat, homos ou hétéros, ou autre catégorie professionnelle supérieure sera, à mon sens, plus apte à offrir une perspective de vie à des enfants et un avenir, à lui payer des études et une certaine éducation...

 

Après chaque cas est particulier et oui l'argent ne fait pas le bonheur mais comme on dit il y contribue beaucoup...

 

Je vois plus de l’égoïsme et de l'irresponsabilité dans un couple de smicard (peu importe la sexualité) qui veut avoir un enfant que dans celle d'un couple de cadres/professions libérales fut-il homo...

Modifié par ju-risk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il s'agit donc d'améliorer la vie des homos en changeant les hétéros. Incidemment : les problèmes des homos viennent des hétéros. Il faut donc les changer.

 

 

"This was something that would transform non-gay people's understanding of who gay people are"

Il s'agit de changer la conception que se font les hétéros des homos et non de changer les hétéros...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.