Aller au contenu
Flashy

Mariage homosexuel et adoption par les couples homosexuels

Messages recommandés

Le Gouvernement aussi. Ce qui est plus préoccupant.

Qu'un individu n'y voit qu'une grosse fiesta, normal.

Mais l'Etat? C'est inquiétant.

Qu'il propose la modification de l'article 220 du Code Civil, comme cela a pu être fait, cela aussi est inquiétant.

Vouloir ne pas informer les époux sur le régime du mariage, notamment le régime des dettes, au motif que "ça gâcherait la fête", j'en reste ébahi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La fête, ce n'est qu'un plus, c'est pas la seule chose que je retiens.

 

Mais pourquoi se marie-t-on ?

Finalement, maintenant, le mariage retrouve un peu ses fonctions anciennes : on se marie par intérêt. Par rapport à l’organisation du patrimoine, des enfants, de la protection de la femme surtout dans des cas de situations fragiles, le mariage protège mieux.

Ça n’empêche pas que les gens s’aiment et veuillent fonder un couple. On se marie beaucoup pour établir le fait de l’existence d’un couple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais Flashy, on ne tombera jamais d'accord: pour moi ces histoires de "un papa une maman", ça schlingue pour moi les vieux discours rétrogrades sur la nature de la femme, le rôle de la femme, et le rôle de l'homme, comme si ces rôles n'avaient pas été créés en grande partie par la culture et la civilisation humaines. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si nombre de féministes et pas des moindres sont en faveur du mariage homosexuel. Le mariage de 1804 qui visait comme le disait Léon Blum à unir une jeune fille vierge à un homme d'âge mur, ça ne m'a jamais inspirée, et Dieu merci, le XXe siècle y a mis fin. Mais c'est une évolution logique, due à un changement des mœurs, pas à un vague complot libertaire. Peut-être que le ciel va s'effondrer sur nous: mais je pense surtout que les gens s'y feront, ce qui tombe bien puisque dans leur majorité, les Français étaient favorables à ce projet de loi. Et s'ils ne l'étaient pas, il est étonnant qu'ils aient voté deux fois (à la présidentielle et aux législatives) pour un parti politique qui s'était engagé à réaliser cette réforme. Et peut-être qu'ils ne comprennent pas la question que les sondeurs leur posent, mais il ne faut peut-être pas prendre les gens pour plus cons qu'ils ne sont.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien oui l'homosexualité a été traquée pendant des siècles en occident, mais elle a également été vu comme une orientation sexuelle parfaitement banale pendant des siècles egalement, durant la période antique. Cla ne prenait pas la forme de notre mariage moderne, qui même dans sa version civile este n héritage du christiannisme, mais certaines cités qui voyaient l'homosexualité comme une chose admise et même souvent comme un passage obligatoire ne connaissaient pas non plus 'notre' mariage pour les couples hétérosexuels non plus (sparte par exemple).

 

Et je ne parle que de l'Occident la...

 

Depuis quelques décennies à nouveau l'homosexualité est vue comme une chose sinon banale, au moins tolérée. Doit on refuser une évolution du droit parce que l'église souhaite conserver son modèle de société?

Modifié par Franz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui est vrai dans ce que dit Nina Chabal c'est que la conception du mariage de 1804 est désuette depuis belle lurette. Voir ressortir l'argument comme quoi Portalis en 1804 avait dit dans son avant-projet du code civil machin truc bidule etc ... Ca n'a aucun sens juridique, pire, c'est ignorer la souplesse du droit civil.

Depuis maintenant plus de 50 ans (Tournant 68 ?) le mariage est contracté par amour et plus comme le Code Civil l'envisageait il y a 200 ans. Dès lors le mariage par "amour" est parfaitement rentré dans les moeurs ce qui a radicalement modifié la substance théorique du mariage civile. C'est ce qu'on appel il me semble une coutume, contra legem peut être même, mais bel et bien une coutume qui a sa force en droit puisqu'elle est répétée, continue, fréquente et parfaitement répandue dans l'opinion publique.

Donc en soit, mariage par amour, ça tient la route juridiquement et moralement.

 

Par contre ce qui me laisse plus sceptique c'est de considérer que "un papa et une maman" c'est un vieux truc désuet qui rappel les justifications d'antan pour garder les femmes au foyer. Les "lois" de la biologie font que pour faire un gosse faut un homme et une femme ce qui à mon avis n'est pas un hasard. C'est indirectement une consécration pour la structure familiale composée d'un homme et d'une femme, qui sera et restera toujours mieux - pour élever un enfant j'entends - que celles de deux hommes et de deux femmes. Bah oui, c'est comme ça et quelles que soient les arguments farfelues qu'on essaiera de pondre pour montrer l'inverse, ça restera dans les esprits comme tel puisque ça reste la seule option viable - et naturelle - pour procréer.

 

J'insiste donc sur le fait que les couples hétérosexuels resteront avant tout prioritaire pour l'adoption sur les couples homosexuels. Après tout on nous a rétorqué sur l'adoption que ça ne "ferait perdre de droit à personne", or j'insiste, si on met en concurrence des familles homo et hétéro, c'est indirectement faire perdre des droits aux familles hétéros.

Donc la structure familiale : "un papa, une maman" reste celle à privilégier, mais dès qu'il n'y aurait plus de couples hétérosexuels en attente pour l'adoption la priorité reviendrait aux couples homosexuels (sur les célibataires). Puisque après tout, c'est toujours mieux pour l'enfant d'avoir deux personnes qui l'aiment que l'orphelinat.

Modifié par LMW

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un acte juridique ne peut avoir pour fin l'amour. L'amour, comme l'amitié, est hors droit. Il ne peut s'agir de "reconnaître l'amour", de lui donner "une existence officielle" ou que sais-je. L'amour peut relever du religieux ; pas du droit. Il serait bienvenu de ne pas perdre ça de vue, dans une société où, l'air de rien, l'Etat a vocation à s'insinuer dans plus en plus de domaines.

 

Quant à "un papa, une maman", Nina_Chabal fait l'amalgame entre le caractère bilinéaire et conforme à l'altérité sexuelle en principe de la filiation, et la soumission de la femme à l'homme ou que sais-je. C'est une technique rhétorique bien connue, quoiqu'un peu trop visible ici.

Deux parents de sexe différents peuvent avoir un enfant et être égaux au sein du couple. A moins que l'horizon du féminisme soit les couples de même sexe, lesbiennes de préférence?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est incroyable tout ça. En 100ans on nous a déraciné, détraditionnalisé, laicisé, on vient d'où qui sommes nous, elle est ou notre identité ? On vit dans des villes, individualisés mais contraint par la force du vent social qui nous dicte comment on s'habille, mange, boit ou avec qui on couche.

On parle pas mal de l'antiquité pour justifier une chose ou une autre mais on ne peut pas comparer notre société d'individus perdus et indécis qui n'ont ni famille ni paradis. Avant on ne vivait pas pour satisfaire son amour - ses besoins sexuels propres, c'est un détournement que de dire que les grecs acceptaient l'orientation homo ou bisexuelle, car le but n'est pas le plaisir ni l'amour ni la conviction d'appartenir au sexe opposé, en tout cas on nous le décrit comme une pratique surtout masculine, au plus fort guerrière et cela à un but, renforcer les liens de proximité car ils le savent et ne le nient pas et c'est le but, le sexe lie mais on ne parle pas d'amour.

L'amour lui est réservé aux dieux, l'amour est réservé aux traditions à la morale, l'amour est réservé à la pensée, c'est une Idée qui n'a pas une existence publique comme aujourd'hui c'est un lien de la personne avec l'immatériel.

 

Mais du coup pourquoi ne peut on pas comparer ? On vit dans une société totalement individualisée, qui a perdu un déterminant très important qu'est la religion. Aujourd'hui parler de la religion est devenu totalement secondaire, tertiaire elle est coupée de la réalité (régression au Vatican) mais pourquoi oublie t on qu'elle a tempérée toutes, absolument toutes les sociétés passées. Si on peut parler de cultures et traditions variées qui acceptaient ou non l'inceste, tel ou tel type de mariage ou je ne sais quoi d'autre, la religion, elle est toujours le fondement de la culture et de la tradition.

Mais actuellement il n'y a plus cette fondation qui à mon sens fait notre identité, notre communauté élargie, les valeurs de morale ou de vie. C'est pour cette raison que l'homme est aujourd'hui seul et perdu, capable de marchander son identité déjà diminué, attaquée depuis l'intérieur. On n'a plus de dénominateur commun autour duquel on peut se rassembler, faire front.

 

L'homosexualité est un concept, je le disait plus haut, une invention récente pour deux raisons, on a développé la "sexualité" dans les travaux de psychologie du XIXè siècle plus tard cette sexualité s'est rattachée à la pratique sexuelle et puis avec la dépénalisation de pratiques homosexuelles ont crée ce mot d'homosexualité au XXè siècle. Mais qu'est ce que c'est l'homosexualité aujourd'hui, c'est un mouvement de revendication de droits et l'angle d'attaque et connue depuis longtemps, on ne vous arrache rien, on veut simplement la reconnaissance.

Mais voyez le cheminement des étapes, d'un acte répréhensible par la peine de mort, à la maladie puis la reconnaissance comme une pratique enfin à la tolérance et maintenant à la reconnaissance de la normalité.

Non seulement on fait un saut d'abstraction historique et culturelle phénoménal mais la normalité est reconnue par le "mariage" un élément religieux transcendant toutes les religions. C'est d'une ironie incroyable. incroyable parce que la victoire est sur tous les fronts toutes tranches confondus sont entièrement convaincus par la simple formule toute faite de la création de droit qui ne retire rien a personne...

 

Mais on retire, encore et encore, c'est un mouvement plus fort qui va bien au delà des homosexuels, ou autre, c'est le déracinement. On ne jure plus qu'au son de la télé, on ne mange plus que mcdo mais encore une fois tout cela va au delà, remarquez le développement de la peur, de l'insécurité de la montée du FN, des mouvements radicaux, ce n'est pas une question d'immigrés ou de chomage, en tout cas pas seulement mais c'est surtout de transformation sociales qui ne sont ni adaptés ni acceptés par la population.

 

Aujourd'hui on se rassemble autour du pseudo problème du mariage pour tous, mais au fond on le sait tous très bien que c'est une question secondaire sans aucune importance puisque bien qu'on crée un droit on la société devra lui donner son décret d'application. et c'est loin d'arriver, deux hommes qui s'embrassent dans la rue ne sera pas décent bien que dans leur droit, au fond c'est ça le problème, on veut rendre public ce qui est privé, la pratique sexuelle ne regarde pas le public point. L'un des gays les plus connus n'a pourtant jamais, jamais divulgué le nom de son partenaire, ni nom, ni photo pourtant on sait depuis longtemps qu'il est homo et depuis peu il y a des rumeurs de mariage ??? (je parle de Delanoë) - ou Roger Karoutchi qui a eu besoin de faire un "coming out" évenmentiel.

Voila la vérité : la normalité n'est même pas reconnue par les hommes politiques de surplus eux mêmes homosexuels. Comment veut on me convaincre ?

On doit faire un référendum c'est totalement inutile et contre productif d'aller dans la rue, manifester inutilement comme des opposants politique mais il faut aller manifester son attachement à notre culture et utiliser enfin ce référendum à initiative populaire !!!!

Mais il est important que la question ne soit pas : êtes vous homophobes ? (je n'ai pas peur, mais je ne trouve pas ça normal) parce que aujourd'hui ceux qui sont contre sont traités de la sorte, très simplement, c'est limite un crime d'avoir une opinion divergente.

Alors posons une question VRAIE, une question qui touche vraiment au fond du problème : l'homosexualité est elle une forme normale de couple ou est ce juste une pratique sexuelle ?

Si c'est une forme normale de couple alors la question de vie privée ou pas ne se pose pas, le mariage peut être envisagé sans problème et la je m'y soumettrai. Mais si c'est une pratique sexuelle, alors c'est une question de vie privée.

Simplement pour prouver que l'homosexualité est choquant (à differents degrés) imaginez les mêmes questions en remplaçant avec le mot hétérosexuels, ça devient juste drole, voir même ridicule parce que l'hétérosexualité est normale non pas par la loi ou la mode mais parce que c'est une identité.

 

 

 

Ceux qui pensent que le mariage n'est qu'une fête, ils ont raison, et c'est très bien comme ça, venez à un mariage juif, oh allez à un mariage grecque, c'est le fête de la religion, c'est la fête de la culture, la fête de la tradition. Le rappel de nos valeurs, c'est le rappel de l'amour pour son prochain, de l'importance du lien qui se crée, un lien perpétuel qui n'a pas pour vocation à être rompu.

Mariage à la mairie ? oui bien d'accord avec Martine Segalen, c'est simplement une commodité fiscale, un mariage par intérêt.

Modifié par funnylove100

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est-à-dire qu'il va falloir m'expliquer concrètement hein, ce que ça change d'avoir un homme et une femme plutôt que deux hommes ou deux femmes. On a compris que pour faire un gamin de façon naturelle, il fallait un homme et une femme, merci. Mais franchement pour l'éducation et la construction du gamin, il va falloir m'expliquer ce que ça change. Parce qu'on ne peut pas croire que vos deux mères sont réellement vos deux mères? Pendant toute ma jeunesse, les gens ont toujours eu du mal à croire que ma mère était ma mère parce qu'elle n'était pas de la même couleur de peau que moi, ça m'a fait une belle jambe. Parce qu'un homme et une femme c'est ontologiquement différent? Peut-on sérieusement soutenir aujourd'hui que les différences biologiques entre les hommes et les femmes sont de nature à justifier une altérité extraordinaire? L'évolution de la législation en matière familiale vise justement à gommer la répartition traditionnelle des rôles, jusqu'au rapport Grésy qui vise à étendre aux hommes comme aux femmes de façon égale le congé parental. Comme le démontre très bien Elisabeth Badinter, tous ces arguments différentialistes n'ont été en général que des arguments visant à promouvoir la discrimination et l'inégalité entre les hommes et les femmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc il faut détruire l'altérité dans le couple parental, là où elle est jugée absolument essentielle...pour les élections cantonales?

 

C'est quoi ce foutage de gueule?

 

Et on sait que l'évolution de la législation en matière familiale vise très justement à dénier la réalité de différences entre hommes et femmes. Renommer l'école maternelle, changer les règles de grammaire, imposer le scrutin binomal aux élections cantonales, imposer le mariage gay et la filiation fictive, endoctriner les enfants dès le CP avec des théories sociologiques à base de "Papa porte une jupe", défendre en sous-main la PMA et la GPA : tout est égal à tout, ou rien ne vaut rien, qu'importe, le progrès est en marche. Peu importe la logique, peu importe l'idée que la filiation est aussi une question liée au sexe, d'où un régime différent...en fonction du sexe !

 

Car oui, distinguer en fonction du sexe sur les questions liées au sexe est légitime, et même logique. Ce sont les distinctions dans les domaines non liés au sexe qui sont illégitimes (au travail, par exemple). Vouloir faire croire à l'indifférenciation dans la cellule familiale est d'une affligeante stupidité, non pas parce qu'elle est impossible mais parce que cela ne pourra se décréter à coups de lois. Certes, la rééducation de la population est aussi dans le projet socialiste -la révolution culturelle, le grand bond en avant, qu'importe le nom qu'on donnera à cela-, à coups de programmes scolaires et de lois réglementant les opinions permises.

 

Je n'aime pas cette nouvelle religion qu'on veut m'imposer.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nan, tu n'as pas compris. Personne ne t'impose rien du tout. Il y a des gens très heureux dans des familles traditionnelles à l'ancienne, j'en suis moi-même issue. Chacun vit son projet familial et parental comme il l'entend tout simplement: je ne vois pas le problème à avoir des Marcel et Sophie et leurs deux enfants à côté de Robert et Gérard et leur petite fille Sylvia. On n'impose rien du tout à personne: il y aura juste juxtaposition de différents modèles familiaux. Sur les différences entre hommes et femmes, j'attends impatiemment les arguments de fond qui justifient que la femme soit considérée comme la plus apte à élever son gosse (comme le démontrent les prises de congé parental, le nombre de femmes au foyer, le nombre de temps partiels pour raisons familiales), de même que les éléments scientifiques démontrant que la femme a à la maison un rôle très différent de celui de l'homme: la femme est sans doute naturellement plus aimante, plus tendre, et le père est là pour fouetter, je suppose?

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc pour toi, les personnes qui n'ont pas de religion n'ont pas le droit de se marier ? de s'unir officiellement ?

C'est ça que je n'arrive pas à comprendre.

 

Tu te confonds tout seul, le mariage avant d'être une union officielle est surtout et avant tout une union religieuse.

Tout le monde a droit de se faire reconnaitre une union officielle si c'est permis par la loi mais appeler cette mascarade un "mariage" puis lui coller "pour tous" c'est pas bien.

 

@@Nina_Chabal : Bon tu peux à certains moment te sentir blessée mais on conteste pas ta filiation en justice à ce que je sache. Ta situation n'a rien d'extraordinaire.

 

Peut-on sérieusement soutenir aujourd'hui que les différences biologiques entre les hommes et les femmes sont de nature à justifier une altérité extraordinaire?

 

Pardon? c'est d'une évidence objective. L'altérité est de constat. Tout autant que la famille c'est pas seulement les parents mais leurs parents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais tout simplement parce que l'homoparentalité, la parentalité tout court d'ailleurs, est une escroquerie intellectuelle qui n'a aucune existence? Et qu'on veut nous imposer, en substituant ce concept à celui de parenté, l'air de rien?

 

Parce qu'en opérant cette substitution, on change la définition de ce qu'est être parent?

 

Que cela concerne tout le monde?

 

Et que chacun a son mot à dire?

 

Que je récuse l'existence de la parentalité, et par là le statut de parent du "parent social"? Quelque soit son orientation sexuelle par ailleurs. Que s'il veut l'autorité parentale, ce parent social, qu'on la lui donne, mais qu'on ne nous dise pas que A=B?

 

Parce que cette famille traditionnelle à l'ancienne est vue comme l'ennemi à abattre? Comme toute tradition? L'Etat étant le seul horizon de chacun, les lois de la République étant les seules règles acceptables, et les religions des choses à éliminer car concurrentes d'un Etat jaloux? (D'où la conception "moderne" de la laïcité, conçue comme arme)

 

Que vouloir nous faire croire que les "modèles" familiaux sont tous équivalents est une supercherie intellectuelle? Comment peut-on prétendre qu'une famille monoparentale est égale à une famille traditionnelle en terme de chances pour l'enfant? Qu'être divorcé, c'est être un modèle? Que faire un enfant toute seule soit un modèle? Oui, on peut s'en sortir malgré cela. Mais ce n'est pas égal. Affirmer l'égalité ici, c'est être dans la croyance.

 

Parce que bourrer le crâne des enfants dès le CP, ce n'est pas les instruire ou se fonder sur la libre adhésion d'individus libres et raisonnables à une idée, mais les endoctriner le plus tôt possible? Que cet endoctrinement est parfaitement condamnable lorsqu'il s'agit de catéchisme ou autre, mais digne de la plus grande admiration lorsqu'il s'agit d'enseigner les "vérités" socialistes?

 

Parce qu'il y a bel et bien une idéologie dangereuse mise en oeuvre, qui se cache derrière de bons sentiments mais n'est qu'une forme dégénérée de fascisme?

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nan, tu n'as pas compris. Personne ne t'impose rien du tout. Il y a des gens très heureux dans des familles traditionnelles à l'ancienne, j'en suis moi-même issue. Chacun vit son projet familial et parental comme il l'entend tout simplement: je ne vois pas le problème à avoir des Marcel et Sophie et leurs deux enfants à côté de Robert et Gérard et leur petite fille Sylvia. On n'impose rien du tout à personne: il y aura juste juxtaposition de différents modèles familiaux. Sur les différences entre hommes et femmes, j'attends impatiemment les arguments de fond qui justifient que la femme soit considérée comme la plus apte à élever son gosse (comme le démontrent les prises de congé parental, le nombre de femmes au foyer, le nombre de temps partiels pour raisons familiales), de même que les éléments scientifiques démontrant que la femme a à la maison un rôle très différent de celui de l'homme: la femme est sans doute naturellement plus aimante, plus tendre, et le père est là pour fouetter, je suppose?

 

Mais tout le problème c'est cet argumentaire ou oui on n'impose rien a qui que soit mais on change les définition de la famille. Depuis quand on parle de modèle familiale ? depuis quand on a le choix de la famille ? La famille s'impose, les respect des anciens, le respect des parents, l'héritage de la famille.

 

Je ne dis pas que l'enfant d'un couple homo sera moins heureux mais c'est pas normal et c'est tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais tu ne vois pas une différence de nature entre ce soi-disant fascisme et la société d'hier qui enfermait les homosexuels en prison, interdisait aux femmes de travailler et les exécutait quand elles allaient se faire avorter? Met-on aujourd'hui les différents Hubert et Marie-Chantal en prison pour vivre comme ils vivent? Interdit-on aux gens d'élever leurs gamins comme ils le souhaitent? Non. Seulement aujourd'hui, on apprend les gens à accepter les autres comme ils sont, qu'ils soient homosexuels, transexuels ou autres. Pour le fait de dire que c'est égal, ça dépend de la morale et de la philosophie de chacun, mais la loi, elle, ne fera plus de distinction entre ces différentes familles, tout simplement. Pour le reste, on ne vit plus en 1912, bon sang: la nature a ses règles, c'est cool. Mais l'adoption existe depuis des siècles: on choisit sa famille dans ce cas non? La contraception est légalisée en France depuis 1967, je choisis bien quand je veux des gosses, ou si j'en veux. La nature, c'est bien mignon, mais à suivre ses règles, on ferait encore houba houba dans les arbres.

Modifié par Nina_Chabal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ajoute que je viens d'apprendre que Christiane Taubira a convoqué 200 procureurs pour leur délivrer la bonne parole.

 

Laquelle?

 

La surpopulation carcérale, attentatoire à la dignité humaine?

L'insécurité, qui augmente en cette période de crise?

Le manque de moyens de notre Justice, si souvent décriée?

 

Non.

 

Sur l'homophobie.

 

Christiane Taubira, ministre des homosexuels, me convaint qu'au fond, Boutin ne dit pas vraiment des conneries.

 

EDIT :

 

il y a une différence entre utiliser la loi pénale pour sanctionner des pratiques sexuelles, et les ériger comme modèles identique aux autres. Surtout quand cette pseudo-identité passe par une substitution de définition qui concernera tout le monde. Personne n'empêche un homosexuel d'élever un enfant. Elever un enfant, ce n'est pas être parent. Un beau-père élève ses beaux-enfants. Devient-il père? Non.

La confusion "parent social" = parent n'est pas innocente, ni évidente.

 

La question n'est pas celle de la Nature, mais aussi de la culture, qui ne se décrète pas. A vouloir régenter les définitions et les conceptions les plus intimes, l'Etat dépasse largement ses prérogatives. A la base, il s'agissait de nous expliquer que tout cela n'était rien qu'une petite adaptation de notre droit à la "réalité", aux moeurs. Au final, ces "moeurs" sont loin d'être unanimement partagé. Il existe deux France, visiblement ; l'Etat a choisi la sienne. Il ne faudra pas s'étonner que l'autre moitié, rejeté hors de l'Etat, ne se décide à des mesures fortes pour rappeler son existence.

 

NB : et si l'idée c'est que chacun se construit sa société dans son coin, selon ses désirs, alors oui, c'est bien du libertarisme.

Modifié par Flashy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu te confonds tout seul, le mariage avant d'être une union officielle est surtout et avant tout une union religieuse.

Tout le monde a droit de se faire reconnaitre une union officielle si c'est permis par la loi mais appeler cette mascarade un "mariage" puis lui coller "pour tous" c'est pas bien.

 

 

Bon, déjà, il serait bien de voir que je suis une femme avant de répondre à quelqu'un.

Aujourd'hui, comme je l'ai dit, je connais très peu de couple qui se sont mariés à l'église ou autre, mais seulement à la mairie, et c'était selon moi loin d'être une mascarade. Oui, le mariage découle de la religion, mais personnellement, j'ai dépassé ce stade de croire en une religion, reste que cependant, je trouve le mariage très beau, c'est prouver à l'autre, devant tout le monde, et de façon officielle, que l'on s'unie, qu'on sera fidèle l'un envers l'autre, qu'on s'aime, etc ... Et qu'on ne me dise pas que l'on peut avoir cela avec le pacs, je trouve que le pacs, ça a un côté vraiment très contrat, je trouve ça un "vulgaire", ou "moche", de plus, cela se fait au tribunal quand même, je trouve ça bien triste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vous ne pourrez pas vous entendre, il voit tout ce débat sous le prisme de sa religion, il semble voir l'homosexualité comme une maladie mentale et le mariage civil comme une mascarade, alors vous ne risquez pas de vous entendre sur le mariage gay...

 

Limiter les pratiques antiques à des relations quasi guerrières entre hommes est très réducteur. Mais je pense qu'il est important de faire le parallèle avec l'antiquité: c'est quand l'Eglise a pris de l'importance que les pratiques homosexuelles ont été criminalisées, et c'est maintenant qu'elle a une importance moindre que les droits des homosexuels sont reconnus. Il y a un parallélisme qui dépasse bien largement F. Hollande, la gauche ou même la France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, déjà, il serait bien de voir que je suis une femme avant de répondre à quelqu'un.

Aujourd'hui, comme je l'ai dit, je connais très peu de couple qui se sont mariés à l'église ou autre, mais seulement à la mairie, et c'était selon moi loin d'être une mascarade. Oui, le mariage découle de la religion, mais personnellement, j'ai dépassé ce stade de croire en une religion, reste que cependant, je trouve le mariage très beau, c'est prouver à l'autre, devant tout le monde, et de façon officielle, que l'on s'unie, qu'on sera fidèle l'un envers l'autre, qu'on s'aime, etc ... Et qu'on ne me dise pas que l'on peut avoir cela avec le pacs, je trouve que le pacs, ça a un côté vraiment très contrat, je trouve ça un "vulgaire", ou "moche", de plus, cela se fait au tribunal quand même, je trouve ça bien triste.

 

Pardon, oui c'est évident que tu es une femme. Pour ce qui est du mariage et de la religion, pour comprendre le mariage et sa profondeur il faut comprendre la religion, c'est une cérémonie spéciale, très belle qui dure plusieurs jours chez nous (je suis juif). Et si tu vois le Pacs comme un truc "moche" alors dis toi que je vois le mariage à la mairie de la même manière, si on compare.

Mais au dela de la beauté de la chose, le mariage emporte une morale et une culture qui elle est radicalement opposé à la mode homosexuelle qui s'immisce sur un terrain qui ne lui appartient pas à force de détournement de la logique et surfant sur cette vague d'égalitarisme qui veut donner plein de droits à tout va à qui montre la plus petite envie.

 

Edit suite aux réponses :

 

Oui mais je fais un tout, je ne nie pas le monde tel qu'il est et évolue mais je ne supprime jamais l'autre coté de mon identité. Celle qui me dépasse, celle de mes parents, de mes grands parents, et ça depuis des centaines d'années de leçons et d'erreurs.

 

*Le reproche que je peux vous faire c'est de nier tout un passé et ne considérer que votre identité temporelle qui est si petite.

Modifié par funnylove100

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il suffit de regarder pour voir que je suis une femme, c'est marqué sous mon pseudo mais bref --"

 

On ne s'entendra définitivement pas, tu reste vraiment bloqué sur la religion alors que pour moi, elle n'a pas lieu d'être. Elle n'est plus nécessaire aujourd'hui pour rendre un mariage (peut importe le nom mais pourquoi le changer alors que dans les autres pays, il garde ce nom malgré son ouverture aux homosexuels) profond, beau, une cérémonie spéciale comme tu dis si bien.

Personnellement, j'ai une morale, mais celle ci n'est pas basée sur la religion, pourtant, je ne me trouve pas immorale, et je suis plutôt une personne qui respecte les règles, les autres, etc .... Alors pourquoi un homosexuel serait à ce point immoral, certes, il n'a pas les mêmes pratiques sexuelles, mais il ne fait de mal à personne, il ne viole personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vous ne pourrez pas vous entendre, il voit tout ce débat sous le prisme de sa religion, il semble voir l'homosexualité comme une maladie mentale et le mariage civil comme une mascarade, alors vous ne risquez pas de vous entendre sur le mariage gay...

 

Limiter les pratiques antiques à des relations quasi guerrières entre hommes est très réducteur. Mais je pense qu'il est important de faire le parallèle avec l'antiquité: c'est quand l'Eglise a pris de l'importance que les pratiques homosexuelles ont été criminalisées, et c'est maintenant qu'elle a une importance moindre que les droits des homosexuels sont reconnus. Il y a un parallélisme qui dépasse bien largement F. Hollande, la gauche ou même la France.

 

 

M. Franz, je pense que tu es pessimiste. Tu es le porte voix de l'argumentaire des temps modernes, et c'est bien drole. Le prisme de la religion est un "mauvais" prisme, présenter une pratique de l'antiquité qui ne ressemble pas à celle d'aujourd'hui parce que les fondement sont pas les mêmes et du coup je suis réducteur ^^ . Votre comparaison binaire de la réduction de l'église et des droits attribués aux homosexuels est opportuniste puisque l'Eglise n'a jamais tenu les homosexuels comme cible car dans le temps ce n'était pas un phénomène de société mais l'évidence d'un trouble mental. Mais d'un autre coté les homosexuels nient totalement la religion mais c'est compréhensible puisqu'aujourd'hui ni leur famille ni la religion ne les accepte.

Mais je suis d'accord F.Hollande est dépassé dans ce sujet, on dépasse la politique, c'est un problème de notre société qui est en devenue une machine a créer des libertés et des égalités pour des pratiques bizarres au nom soit de l'égalité soit de la vie privée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.