Aller au contenu

Messages recommandés

M2 Droit des affaires (recherche)

Rencontre du 4 avril 2013

 

 

 

Présentation du Master par Alice Théret, Présidente de l’Association du Master

 

C’est un Master Recherche, il y a peu d’heures de cours mais beaucoup de travail personnel de préparation. Quatre matières sont enseignées :

 

Deux matières fondamentales obligatoires :

– Droit des sociétés enseigné par le Professeur Synvet

– Activité des entreprises qui était enseigné par le Professeur Ghozi, mais celui-ci doit prendre sa retraite à la fin de l'année.

 

En droit des sociétés, le Professeur Synvet choisit un thème spécifique par an pour le cours magistral : la corporate governance l'an passé, le contrôle cette année.

 

Activité des entreprises est un cours large aux thématiques nombreuses. A titre d'exemples, cession de créance, nantissement de créance, titrisation, compte courant, la protection du vendeur, le déséquilibre significatif… sont abordés.

 

Ces deux matières fondamentales sont traitées en parallèle, et de manière plus approfondie, dans des enseignements méthodologiques (EM). Les étudiants sont répartis en deux équipes, l'une suivie par le Professeur Synvet (droit des sociétés) et le Professeur Torck (activité des entreprises, l'autre par le Professeur Cohen (droit des sociétés) et le Professeur Ghozi (dernière année en activité des entreprises).

 

Deux matières optionnelles à choisir parmi :

Propriété industrielle, Droit international privé Droit du travail, Droit pénal des affaires, Droit européen des affaires, Droit des assurances, Droit des opérations financières (= cours droit des marchés financiers de M1), Droit bancaire, financier et monétaire international, Droit maritime, Droit fiscal des affaires, Entreprises et commerce international, Comptabilité de l'entreprise privée, Droit de la concurrence et de la distribution, Droit des affaires et relations de travail.

Certaines n'ont pas été proposées depuis plusieurs années : droit européen des affaires et droit maritime.

 

Il s'agit de choisir les matières que l’on préfère, il y a des combinaisons conseillées mais pas imposées qui sont indiquées sur le site de l'université. Beaucoup prennent comptabilité et fiscal. D’autres commencent à se spécialiser en droit bancaire et financier. La matière Droit des affaires et relations de travail a été récemment créée, elle est très intéressante dans le contexte actuel des restructurations d'entreprises.

 

La sélection est réalisée uniquement sur dossier, la lettre de motivation est donc à soigner tout particulièrement. Elle doit faire deux pages manuscrites (deux versos sur deux feuilles différentes), une page à l’ordinateur. Au niveau du contenu, il faut indiquer pourquoi on veut faire ce master, dans quelles conditions, dans quel but.

 

S'agissant des débouchés, bien que le master soit intitulé recherche, il y a peu de thèses à la sortie.

Beaucoup profitent du partenariat avec l’ESSEC qui permet l'admissibilité automatique pour un Master Spécialisé (un an) ou pour le parcours grande école (trois ans). Cela permet d'être directement sélectionné pour passer la sélection à l'oral. D’autres s’orientent vers un M2 professionnel plus spécialisé derrière, comme le Master 2 droit bancaire et financier (MDBF) ou le Master 2 de droit fiscal.

Mais il s'agit d'un master très professionnalisant, il est parfaitement possible de s'insérer directement dans le monde du travail.

 

 

Questions des étudiants – Réponses d’A.Théret (présidente) et de Y. Lahlou (secrétaire général)

 

- Est-il possible de combiner un stage en même temps que le Master ?

 

Le stage est facultatif l'été à l'issue du master. Pendant l'année, le Professeur Synvet le déconseille et préfère que les étudiants se concentrent sur le master.

 

 

- Qu’en est-il des départs à l’étranger ?

 

Concernant les Erasmus, les départs à l’étranger, il y a beaucoup de dossiers internationaux dans le Master, c’est un point à mettre en valeur. De même si on a un diplôme de niveau de langue en anglais, c’est bien à ajouter au dossier.

 

- Est-ce que les résultats du second semestre sont regardés ?

 

Il faut les déposer à la scolarité dès leur obtention et ce sera pris en compte pour la sélection qui est assez tardive (autour du 10 juillet).

 

- Les lettres de recommandation sont-elles utiles ?

 

Les lettres de recommandation ne sont pas très utiles pour ce Master. On peut en joindre toutefois.

 

- Au niveau des notes que faut-il ?

 

Globalement, il faut au minimum une mention. La progression est prise en compte. S'agissant des matières importantes pour le dossier, il y a notamment le droit des sociétés, le droit des obligations, le droit des affaires en M1.

Sont particulièrement appréciés pour la sélection les doubles parcours et les profils internationaux.

 

- Et si on n’a pas fait tout le cursus à Assas ?

 

Le parcours à Assas est un élément appréciable mais ça n’est absolument pas un critère, il y a beaucoup d'étudiants d’autres universités dans le Master.

 

- Une année de césure dans le cursus pose-t-elle problème ?

 

Ce sera à justifier dans la lettre de motivation. Elle peut être intéressante si elle a permis un départ à l'étranger, un stage particulièrement enrichissant...

 

- Pour le report de Mme Drummond, est-ce qu'il fonctionne vraiment en pratique ?

 

La sélection au Master de Madame le Professeur Drummond est effectuée en amont de celle du M2 droit des affaires ce qui permet d'assurer la transmission des dossiers au Professeur Synvet. Il faut bien penser à indiquer son souhait de présenter également sa candidature au master du Professeur Synvet et à joindre une seconde lettre de motivation.

 

- Pour travailler dans le secteur bancaire et financier, faut-il faire le M2 Professionnel Droit Bancaire et Financier derrière ou est-ce que ce Master suffit ?

 

Il vaut mieux faire le MDBF derrière, car c'est la formation reine pour ce domaine concurrentiel. ²

 

- Est-ce que les stages sont valorisés ?

 

Oui c’est valorisé, mais ce n’est pas un prérequis. Ce qui compte essentiellement c'est la qualité du dossier universitaire.

 

- Comment se passent les EM ?

 

Ils durent deux heures, un thème par séance en principe. On choisit un exposé dans l’année sur lequel on passe pendant 30/40 minutes. On a une note de contrôle continu avec la participation, l’exposé et un galop.

 

S'agissant des partiels des matières fondamentales, une se passe en exposé-discussion l'autre à l’écrit pendant cinq heures.

 

- Est-ce que l'admission au MDBF est facilitée par le passage au M2 droit des affaires ?

 

Les deux masters sont dirigés par le Professeur Synvet. Ce dernier n'est donc probablement pas insensible, pour la sélection des étudiants au MDBF, aux bons étudiants provenant du Master droit des affaires qu'il connaît déjà. La sélection au MDBF comprend un entretien, certains membres du jury font partie du corps professoral du Master droit des affaires (le Professeur Torck ou le Professeur Mattout). Ce peut être un avantage pour les étudiants provenant du Master droit des affaires. Le MDBF est conçu comme un deuxième M2, c’est une suite logique à un premier master plus généraliste.

 

- Est-ce qu’on peut assister à plus de matières complémentaires ?

 

On peut y aller en auditeur libre avec l'accord des professeurs concernés, mais on ne peut pas s’inscrire administrativement.

 

- Est-ce qu’on peut passer le barreau pendant le M2 ?

 

Oui c’est tout à fait possible. Cette année, près de la moitié du master a obtenu le CRFPA à la session de 2012. Cela permet par ailleurs de faire valider le Master 2 au titre du PPI de l'EFB.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.