Diplômes universitaires

Image M2

Vous trouverez sur cette page des informations sur le DU Collège de Droit, de Common Law ainsi que sur les autres DU.

Le DU « Collège de Droit »

§1 : Qu’est-ce que le Collège de Droit ?

Le Collège de Droit (CdD) est un diplôme d’université (DU) qui s’ajoute au cursus normal tout en restant bien à part (Les points obtenus dans un DU ne comptent pas pour votre moyenne de licence). Rappelons à ce sujet que l’inscription à un DU n’étant pas comprise dans le cursus normal, il faut ajouter une somme d’environs 200 euros par an aux frais d’inscription à l’université.

Le CdD est composé de trois filières : internationale, microéconomie / gestion, et fondements du droit. Si les trois filières sont enseignées en L1 avec environs 1h30 – 2h hebdomadaires par matière, il faut ensuite en choisir une seule au titre d’environs 3h hebdomadaires.

En L1 : Le CdD est constitué d’une centaine de personnes qui sont réparties en trois groupes correspondant aux trois équipes. Les séminaires du CdD se font soit tous groupes réunis, soit dans le cadre des groupes (Qui sont également les groupes de TD du cursus normal)

En L2 : Les élèves du CdD sont divisés en fonction de la filière choisie.

En L3 : Vraisemblablement comme en L2

Chaque année, des conférences sont organisées dans le cadre du CdD concernant des sujets variés. Elles regroupent alors les élèves de toutes les promotions du diplôme.

Il faut une moyenne de 13 aux épreuves et du collège de droit et de l’année pour être autorisé à poursuivre le cursus. Une commission peut exceptionnellement autoriser des étudiants ayant moins de 13 de moyenne à leur année à poursuivre le collège de droit l’année suivante.

§2 : Comment intégrer le Collège de Droit ?

En L1 : Pour intégrer le CdD dès la première année de licence, il y a deux possibilités :

Soit être titulaire d’une mention TB au BAC mais du fait du nombre de mentions TB en hausse constante, cela ne garantie plus une acceptation obligatoire. Dans ce cas de figure le futur étudiant devra passer un concours en début d’année afin de savoir si sa candidature est retenue.

Soit être titulaire d’une mention B au BAC. Il faut alors obligatoirement passer un concours avant la rentrée.

En L2 : Il est possible d’intégrer directement le CdD en L2, car des places se libèrent à la fin de la première année. Pour cela une bonne moyenne en L1 est requise (Il semblerait qu’une moyenne d’environs 14 soit le minimum, mais l’université ne donne aucune information à ce sujet). Cette année, la scolarité a envoyé une lettre aux étudiants susceptibles d’intégrer le CdD en deuxième année, mais ceux qui ne l’ont pas reçu et qui pensent pouvoir intégrer le cursus peuvent sans doute également se manifester, car au-delà des résultats, la motivation est très importante.

En L3 : Il est également possible d’intégrer le CdD directement en troisième année, mais de façon très rare et justifiée par des circonstances particulières ; tout cela afin d’éviter de donner un diplôme qui aura été fait par certains en trois ans et par d’autres en une année seulement.

§3 : L’association du Collège de droit

Une association a été crée durant l’année 2009-2010 par des élèves du CdD, dans le but d’augmenter la cohésion des différentes promotions du CdD par des soirées, la mise en place d’un site Internet et peut-être d’un parrainage entre les promotions à l’image de celui mis en œuvre par Assas.net, l’augmentation des conférences etc. ainsi que de promouvoir le CdD à l’extérieur : dans des cabinets d’avocats, les lycées, mais aussi à l’intérieur même de notre université, auprès de l’administration.

Pour plus d’infos : leur page facebook

§4 : Présentation des filières (Par l’association du CdD)

Filière économie /gestion :

La deuxième année de la filière microéconomie et gestion se centre sur trois matières : la microéconomie, le marketing et la finance d’entreprise (gestion).

Le cours de microéconomie est annuel, tu débuteras par étudier les bases qui permettront aux non-initiés de se familiariser avec la microéconomie et aux autres de se rafraichir la mémoire. Que les rats de bibliothèques préparent leurs mouchoirs, la démonstration (théorique) de la disparition de l’imprimerie sera faite ainsi que la fermeture des antiquaires du boulevard Saint Antoine ! Ce cours vous expliquera aussi ce qu’il faut faire si vous gagnez au loto avec une alternative : toucher 20 millions d’un coup ou 1 millions pendant 20 ans, vous aurez la réponse l’année prochaine !

Pour la partie gestion : le premier semestre est consacré au marketing avec deux intervenants passionnants et impressionnants par leur parcours. Vous apprendrez à déchiffrer une marque grâce au prisme et voyagerez au travers des marketings expérientiels.

Le 2ème semestre vous amène au cœur de la finance, bilan et compte de résultats n’auront plus de secret pour vous, vous saurez mettre à jour les caractéristiques d’une entreprise en 2 coup d’œil, chaine de coffee shop à Amsterdam, service de massage à domicile ou industriels fabricants de textile ! Votre esprit désormais avisé saura aussi si cette start-up internet vaut le coup d’être rachetée !

Bref une année riche qui permet d’élargir son champ de vision au-delà de la sphère juridique.

Si tu n’es pas une calculette ambulante, prendre cette filière est tout à fait possible car il suffit de savoir comprendre des schémas et faire des additions et soustraction. Seul le cours sur l’actualisation des valeurs monétaires demande un peu de raisonnement mathématique mais ça ne concerne qu’1h30 sur une année.

Filière fondements du droit :

Habitués maintenant que vous êtes aux raisonnements binaires, la filière Fondements du Droit du Collège de Droit ne dérogera pas à la sacro-sainte règle ! Du moins sur la distribution des cours avec d’abord 1h30 de philosophie morale d’Aristote aux contemporains en passant par Kant et l’utilitarisme. Passées les premières brumes, le dilemme de la planche et autres problèmes moraux n’auront plus de secrets pour vous. Vous aimez Lost et 24H, ce cours est fait pour vous ! Avec M. Philippe de Lara, le Professeur Denis Baranger et des intervenants de grande qualité intellectuelle (EHESS), vous étudierez ainsi le moteur de nos actions et tenterez de répondre à « Comment dois-je agir ? » Vous trouviez le droit trop désincarné, ce cours s’il ouvre l’esprit rattache surtout le droit à la vraie vie.

Après le raisonnement moral, le cours de culture juridique repose la logique pour laisser place à la contemplation. Le professeur Jean-Sébastien Borghetti encadrera les débats autour d’un sujet, d’un duo d’élèves le présentant, d’un intervenant extérieur (universitaire, avocat ou consultant) et de vous bien sur. Après une mise en jambe avec le sadomasochisme (devant la Cour EDH s’entend), vous aborderez les rapports Doing Business, l’éthique des affaires, le droit nazi, la torture, la drogue… Par cette peinture impressionniste du monde juridique, vous aurez une meilleure appréhension des rapports entre droit, éthique et économie. Trois mondes différents mais qui se rejoignent plus souvent qu’on ne le croit. Et peut-être vous découvrirez vous une vocation !

Enfin si vous vous inquiétez pour les examens, sachez que le cours de culture juridique est sanctionné par une note d’oral (une grande partie votre exposé et le reste par vos interventions) plutôt clémente et par une épreuve standard en fin d’année en ce qui concerne la philosophie, c’est donc totalement accessible !

Filière internationale :

Nombreux sont ceux qui ont choisi la filière internationale suite à la première année du tout nouveau collège de droit, peu en ont été déçus. A raison de 3 heures de cours par semaine, l’année s’est déroulée de la manière suivante : des intervenants d’universités étrangères renommées dispensaient des cours relatifs au droit correspondant à leur spécialité. Nous avons ainsi eu le plaisir d’approfondir nos connaissances tout aussi bien en droit continental qu’en droit de la common law, mais encore en des droits plus particuliers comme les droits musulman ou chinois. En tant qu’étudiante de cette filière, je me dois de souligner la qualité des intervenants qui nous ont été présenté et conseille ainsi la filière internationale à tous ceux qui recherchent une vision plus large du droit comme vous le connaissez aujourd’hui. Les comparaisons entre différents droits sont enrichissantes et complémentent les cours reçus en deuxième année de droit.

Et comme je sais bien que ce qui inquiète le plus est l’examen final, celui-ci s’est révélé accessible et nombreux sont ceux à avoir été accepté en troisième année du collège de droit. L’examen consistait en une série de questions relatives à 3 des cours eu pendant l’année. La prise de note est essentielle mais l’entraide a été très importante et chacun a ainsi pu avoir accès à la totalité des cours avant l’examen. Il n’est donc pas nécessaire de s’inquiéter pour ce dernier.

Le DU « Civilisation et droits de Common Law »

Le diplôme universitaire de « Common Law » introduit les étudiants en deux ans à ce système juridique par l’étude de l’histoire, des techniques de raisonnement, des « case » fondatrices de la Common Law entre autres. Les élections, le système politique actuel de la Grande Bretagne sont également abordés.

Ce diplôme vise trois objectifs principaux : permettre aux élèves de découvrir et maîtriser l’anglais juridique ; apporter une autre vision du droit, et en particulier du droit continental en permettant une ouverture sur le droit international et enfin effectuer l’année de licence ou de maîtrise en Angleterre ou en Irlande via les programmes d’échange Erasmus.

Mais l’admission n’est pas sans difficultés. Il vous faudra fournir un dossier à la scolarité en plus de votre inscription en cursus normal. Un très bon niveau d’anglais, écrit et oral, est requis.

En effet, les cours de Common Law sont dispensés en anglais par deux professeurs du King’s College (Londres). Un bon niveau de langue est donc nécessaire, mais rassurez-vous, il n’est pas obligatoire d’être totalement bilingue ! Les professeurs distribuent des polycopiés de chacun de leurs cours pour en faciliter la compréhension.

De même, les TD sont assurés en anglais, et les examens se déroulent dans la langue de Shakespeare. Au premier semestre, il fallut cette année répondre par écrit en anglais à cinq questions portant sur le cours en deux heures. Au second semestre, l’examen fut oral et cette fois-ci, il portait sur l’ensemble du programme. Dans cet exercice périlleux, l’élève tire son sujet au hasard, puis il doit s’exprimer dessus, en anglais toujours, pendant environ 15 minutes.

Enfin, au cours de l’année, le chargé de TD incite souvent les élèves à faire un exposé oral (souvent sur une « case » ou de la jurisprudence) devant la classe. Ce sont des occasions pour montrer votre motivation ! Et parfois cela peut jouer au moment du passage en L2. Mais le travail personnel ne s’arrête pas là, les notes de cours et les recherches personnelles occupent une place cruciale pour affronter les examens de la fin d’année.

Par ailleurs, l’organisation du diplôme se résume ainsi : les TDs et les conférences s’alternent une semaine sur deux, à raison de 3 heures chacun.

Vous l’aurez compris, si ce DU est riche en découvertes et en perspectives, un excellent niveau de langue est requis !

Les autres DU

En plus du DU de « Common Law », Paris II propose plusieurs autres diplômes universitaires sur le même modèle.

Le DU « Civilisation et droit espagnols »

En deux ans, les étudiants seront introduits au droit et à la culture juridique espagnols, en partenariat avec l’Université Autonome de Barcelone.

Après une sélection sur dossier s’appuyant sur les connaissances linguistiques, les résultats et bien sûr la motivation, l’étudiant se verra enseigner le droit constitutionnel et première année et le droit civil l’année suivante, dans le plus pur espagnol. Un enseignement linguistique complètera l’enseignement juridique pendant tout le diplôme.

Diplôme en poche, l’admission dans les programmes d’échange Erasmus/Socrates vers l’Espagne est grandement facilitée. A vous l’auberge espagnole !

Le DU « Civilisation et droit italiens »

Ce diplôme peut être obtenu en deux ou trois ans. Dans sa version courte, il permet, comme pour les autres DU de droits étrangers, un accès facilité au programme Erasmus vers l’Italie. Dans sa version avancée, il vise le double Master (M1 et M2) droit français et italien en partenariat avec l’Université de Rome « La Sapienza », grâce à un enseignement plus approfondi du droit et de la culture juridique italiens.

Les critères d’admission sont identiques au DU « Droit espagnol » : les connaissances linguistiques, les résultats académiques et la motivation du candidat seront pris en compte.

Elle vous ouvrira les portes sur un programme intense donnant lieu à un examen oral et écrit, portant en première année sur les cours de culture juridique (histoire institutionnelle et politique italienne et vie politique), de terminologie juridique et enfin de langue italiennes ; et en deuxième année, uniquement sur le droit et la langue italiens.

Le DU « Civilisation, langue et droit allemands »

En deux ans, ce DU a pour objectif d’améliorer la maîtrise de la langue allemande, et d’apporter une culture juridique européenne aux étudiants désireux de partir grâce aux programmes Erasmus/Socrates en Allemagne.

Accessible principalement aux premières années de licence, des places sont parfois disponibles pour les étudiants en formation juridique supérieure. N’hésitez donc pas à présenter votre dossier si vous êtes intéressés, même après la L1 ! Un entretien peut également vous être demandé pour évaluer la motivation et les aptitudes, notamment linguistiques, du candidat.

Après une première année consacrée à l’introduction au droit et à la terminologie juridique allemands, les étudiants s’intéresseront au droit civil allemand dans la langue de Goethe. Un enseignement linguistique complètera ce programme.

Quant à l’évaluation, les TDs portant sur l’enseignement linguistique donneront lieu à une note de contrôle continu, accompagnée d’une épreuve écrite en cours d’année ainsi que d’un examen final pour clôturer l’année.


/! ATTENTION :
Pour réussir dans ces trois diplômes, comme en « Common Law », mieux vaut être réaliste : en plus d’un excellent niveau dans la langue étudiée, il faut pouvoir supporter une charge de travail supplémentaire importante. Mais n’hésitez pas à vous lancer, ces formations sont très appréciées sur le marché du travail.

Share This