Aller au contenu

Roman

Panthéon ASSAS.NET
  • Compteur de contenus

    12 381
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    18

Roman a gagné pour la dernière fois le 5 octobre 2011

Roman a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Roman

  • Rang
    You made Dawson cry...
  • Date de naissance 01/04/1987

core_pfieldgroups_1

  • MSN
    thelourdais@tele2.fr
  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

core_pfieldgroups_2

  • Gender
    Male
  • Location
    La casita de Tomàs
  1. Roman

    Topic films - Plein les bobines

    Moi c'est justement ces deux éléments qui ont fait que j'ai pas accroché : j'ai trouvé le rythme du film, surtout dans sa première partie, très inégal, voire bancal. C'est un peu mieux dans la seconde partie. Ensuite, j'ai absolument pas trouvé ça bien filmé, c'était même franchement moche par moments. Un pas en arrière par rapport au premier réalisé par Matthew Vaughn, malheureusement. Sinon, enfin vu The Conjuring de James Wan. Vu mon amour pour le genre de l’horreur, et plus spécifiquement pour les films de maison hantée, j’attendais celui-ci depuis un bon moment avec impatience. Même si je ne suis pas fan de tout ce qu’a fait James Wan, son film précédent, Insidious, avait été un superbe moment au cinéma avec quelques très bons moments de peur et les habituels sursauts aux moments clés, malgré une seconde partie de film un peu décevante. The Conjuring arrivait avec une pub assez démente pour un film de genre, énormément de critiques positives et beaucoup d’épithètes flatteurs tels que « meilleur film d’horreur de tous les temps » et « jamais été aussi terrifié au cinéma. » Ces exagérations dignes des pires Marseillais ont un double effet, positif d’une part parce que ça permet de se construire une vraie anticipation à l’approche du film, mais aussi négatif parce que les attentes peuvent facilement être trop élevées et le film décevoir. Alors, verdict ? Le film débute avec Ed et Lorraine Warren, un couple de « démonologistes » (elle étant par ailleurs une medium), donnant une conférence dans une université au sujet d’un des cas sur lesquels ils ont travaillé au centre duquel se trouvait une poupée au look maléfique. C’est une jolie manière de débuter le film avec un classique du genre (la poupée effrayante) qui était également, j’imagine, un petit clin d’œil au public pour ceux ayant vu Dead Silence (un autre film de James Wan, pas exceptionnel par ailleurs). De manière plus importante, ça nous montrait dès l’entame les Warren en action, leur approche pragmatique des situations auxquelles ils sont confrontés et à mille lieues des charlatans, et permettait de poser quelques principes importants au regard de l’existence de démons et de présences inhumaines. Le film est d’ailleurs très cohérent à cet égard, ce qui est agréable. On découvre ensuite les membres de la famille Perron qui viennent d’emménager dans leur nouvelle maison à Harrisville, Rhode Island, une maison dont ils ne savent rien puisqu’ils l’ont achetée aux enchères à une banque. Bien entendu, on n’est pas dans une comédie romantique, et vous savez bien ce qui vient ensuite : des activités paranormales se multiplient dans la nouvelle demeure des Perron, affectant les parents ainsi que les 5 filles de la famille. Absolument terrifiés, ils décident de contacter les Warren qui sont peut-être les seules personnes en mesure de les aider. Présenté comme le « film d’horreur le plus terrifiant de l’histoire du cinéma », The Conjuring est un très bon film. Ce n’est pas seulement un film de genre très plaisant (c’est cela aussi), c’est une réussite de tous points de vue. James Wan est arrivé sur le devant de la scène avec Saw et pourrait donc facilement être associé au sous-genre du torture porn, mais il paraît évident après Dead Silence, Insidious et maintenant The Conjuring qu’il est bien plus heureux avec ses films d’épouvante et de fantômes ; en tout cas, c’est là qu’il est très bon et, plus important, il s'améliore de film en film. Là où son film précédent baissait un peu le pied lors du dernier acte, celui-ci est de manière constant très bon et effrayant. Il est très doué pour faire monter la tension et créer une atmosphère d’angoisse et de terreur. C’était déjà le cas avec Insidious, dont la première partie était incroyablement agréable à regarder pour les amateurs comme un vrai retour aux meilleurs exemples du genre, et c’est également le cas. Il faut toutefois l’admettre : James Wan ne réinvente rien, il prend simplement une formule qui existe depuis, allez, 40 ans, et la fait fonctionner à merveille. Et très franchement, il n’y a pas besoin de réinventer quoi que ce soit, parce que ça fonctionne. Ça fonctionne parce que le sentiment de peur prégnante est vraiment là, grâce à une très belle photographie, quelques excellents plans (il utilise notamment des mouvements de caméras assez originaux qui marchent bien), une super musique et de très bonnes interprétations. Patrick Wilson et Vera Farmiga sont les deux qui crèvent l’écran dans le rôle du couple Warren, ils les rendent très crédibles avec des performances très sobres qui donnent une vraie impression de vécu pour le couple et ce qu’ils ont traversé (grâce également à quelques flashbacks). Ils réussissent parfaitement à donner vie au couple Warren à l’écran, et au sortir de la séance on espère vraiment qu’il y aura une suite, parce que c’est un duo qui fonctionne et dont on a envie d’en découvrir plus. Il faut aussi souligner que le reste du casting, que ce soit les parents de la famille Perron ou leurs 5 filles, sont très bons dans leurs rôles et parviennent dès le début à créer un sentiment d’unité, on arrive à croire dès le début que c’est une famille soudée ce qui rend leurs épreuves plus tard dans le film encore plus insoutenable. Si on veut chipoter, on pourrait peut-être regretter la performance un peu pataude (du moins au début) du détective présent pour les assister, dans le rôle incontournable du sceptique de service, dans une espèce de parodie de Seth Rogen, mais il se fond dans le rôle à mesure que le film avance et s’en sort in fine plutôt bien. De toute façon, on parle là d’un rôle secondaire, donc ça n’a pas grande importance. Alors, film le plus effrayant de tous les temps ? Probablement pas, mais en même temps, tout film d’horreur réussi et qui fait vraiment peur est immédiatement appelé « film le plus terrifiant de l’histoire du cinéma », donc pas vraiment de surprise à ce niveau là. Mais ça a peu d’importance : le film est effectivement effrayant mais de manière plus important, c’est un très bon film, nonobstant sa place en tant que film de genre, qui vise juste à tous les niveaux et qui parvient à nous garder impliqués jusqu’à la toute dernière scène. Ça deviendra à mon avis un classique des films de maison hantée, un qui vieillira bien avec le temps et qui deviendra un incontournable parmi les amateurs du genre. Donc, tout compte fait, mission accomplie James Wan !
  2. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Justement, là où certains personnages étaient attachants (Marshall et Barney surtout), je trouve qu'ils ont réussi à complèter péter ce côté sympatoche au cours des deux dernières saisons, et je trouve la majorité des personnages franchement antipathiques désormais. J'ai une espèce de fascination morbide pour cette série, qui a réussi à prendre une formule simple qui aurait du durer 3 ou 4 saison maximum, à l'étirer au maximum et à faire des personnages des pâles reflets de ce qu'ils étaient à l'origine. Barney par exemple est l'un des personnages développés avec le moins de cohérence à la télé ces dernières années je trouve (je parle même pas de Ted ou de Robin, qui n'ont jamais vraiment eu de personnalité dans cette série de toute façon). Mais effectivement, quand t'as "investi" autant de temps dans une série, c'est frustrant de ne pas aller jusqu'au bout, ce qui explique que ses audiences aient tenu (pareil de mon côté, alors que je trouve la série franchement nulle depuis un bon moment).
  3. Roman

    Topic films - Plein les bobines

    Pour Jobs, j'ai surtout du mal à imaginer Kutcher portant ce rôle à vrai dire. Elyseum toujours pas, les retours que j'en avais eus m'ont un peu refroidi, alors que j'avais bien aimé District 9. Mais j'ai eu une autre volée de retours ce weekend, beaucoup plus positifs, donc je me tâte. Mais honnêtement, là, entre The Conjuring, World's End, et Magic Magic qui me tente bien, je doute que j'aurai le temps d'aller le voir, donc ça attendra probablement la sortie en BluRay. J'ai vu Kick-Ass 2 au cinéma ce weekend et j'ai trouvé ça assez faiblard. Enfin ça se regarde gentiment, mais passé la surprise du premier volet, la plupart des ressorts qui en faisaient un film assez kiffant sont éculés et marchent moyennement. De plus, l'entame du film est très brouillonne, comme s'ils ne savaient pas exactement dans quel sens ils allaient s'orienter. Ils ont essayé d'intégrer l'histoire de Hit Girl qui "veut s'intégrer aux groupes de filles de son âge", l'idée de ce sentiment d'appartenance, mais franchement Chloé Moretz ne joue pas si bien que ça. Dans le premier ça passait très bien parce que son personnage se résumait à dire des gros mots et défoncer des criminels, c'était rigolo, là on lui demande un peu plus de subtilité dans son jeu et c'est assez bof. Je suis curieux de la voir dans le remake ricain de Morse d'ailleurs, paraît qu'elle jouait bien dans celui-là. Le film est assez sombre sinon, avec quelques morts vraiment étranges (qui font qu'on dépasse le simple côté "c'est des persos sans identité qui se font trucider mécaniquement" qui permettait une certaine distanciation avec cette violence). Par ailleurs, là où Matthew Vaughn avait dans le premier volet signé quelques superbes scènes mémorables (la prise de l'entrepôt par Big Daddy, la scène avec le stroboscope), là on n'a rien d'aussi marquant, et les scènes d'action sont assez brouillonnes, au niveau des effets de caméra elles m'ont fait penser aux plans rapprochés des bastons dans Batman Begins (c'est pas un compliment). J'imagine que la scène de l'affrontement final se veut "épique" mais bof, là encore. Il reste quelques moments assez sympathiques et le personnage de Jim Carrey qui est assez marrant (dommage qu'on n'en voit pas plus d'ailleurs), mais sinon ça casse pas trois pattes à un canard je trouve.
  4. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Bah HIMYM est une sitcom un peu bateau, facile d'accès, et les premières saisons étaient quand même pas mal du tout. Maintenant, ça a décliné depuis facile 4 saisons et son succès reste le même, ça vraiment j'ai du mal à piger. AD j'ai pris pas mal de temps à rentrer dedans à vrai dire, et ça "prend son envol" progressivement. La saison 2 est la meilleure pour moi, avec quelques épisodes énormissimes. The Office, pour ses saison 2 à 5/6 (je me rappelle plus trop), c'était effectivement assez monstrueux, mais c'est dans un ton très différent avec pas mal d'humour slapstick (qui passait très bien par ailleurs). Et puis comme tu le soulignes, avoir Carrell dans son cast, ça aide à mort... Mais ça me surprend que tu trouves pas les acteurs d'AD géniaux : Jessica Walters et Jeffrey Tambor sont exceptionnels à la tête de cette famille dysfonctionnelle, j'adore Will Arnett et Portia de Rossi dans leurs rôles, je tiens David Cross (Tobbias) pour un vrai génie, et je trouve que même les gamins (Michael Cera et Alia Shawkat) sont très bons. Idem pour Tony Hale dans le rôle de Buster, qui est un personnage que j'aime beaucoup et qui évolue pas mal au fur et à mesure des saisons. Reste Jason Bateman, qui joue un des seuls persos plus ou moins normaux, et qui a un bon sens du timing comique à mon avis. Pas le génie de Steve Carell, c'est certain, mais le rôle ne l'exige ni ne le demande pas, à vrai dire. Faut aussi dire que je me suis beaucoup attaché aux personnages avec les saisons et les situations qui passaient, pas impossible que si j'en avais parlé au milieu de la saison 1, j'aurais pas eu le même discours dithyrambique. Peut-être que ça évoluera pour toi, peut-être pas, mais en tout cas si ça te plaît pour l'instant, a priori tu devrais bien accrocher jusqu'à la fin de la saison 3. La saison 4, c'est une autre paire de manches, tu verras bien !
  5. Roman

    Topic films - Plein les bobines

    C'est marrant, je le trouve tout sauf impersonnel son film, mais les goûts et les couleurs... Et j'ai trouvé très drôles les échanges entre Ron Perlman et Charlie Day pour le coup (pas les 2 scientifiques, juste le petit et le mec aux bottes d'or) mais là encore c'est ultra subjectif ! Quant à Battleship, je suis d'accord avec toi, j'avais d'ailleurs posté une très longue review sur ce film à l'époque que je trouve particulièrement réussi et moi aussi le second degré me paraît évident. Mais on en a pas mal parlé sur un autre forum sur lequel je poste, et là bas y a un paquet de cinéphiles qui sont très dubitatifs quant à la démarche de Peter Berg. Impossible de savoir à vrai dire, c'est une question de ressenti, moi ça m'a plu parce que j'ai trouvé ça intelligent et bien tourné en tant que foutage de gueule de tous les blockbusters US, mais si effectivement tu le perçois pas sous cet angle, soudain tu risques de moins l'apprécier...
  6. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Oui je pense que tu as raison pour Sorkin, mais je t'avoue que ça ne me dérange pas outre mesure. Enfin en tout cas je préfère ça à un scénar bancal ou mal écrit. Dévore Arrested Development, vraiment. Je me suis fait les 4 saisons il y a un mois, j'ai regretté d'avoir attendu aussi longtemps. C'est une sitcom à mille lieues du reste, avec un souci de la cohérence et du détail assez fabuleux qui donne des running jokes très réussies. Rajoute à ça une écriture chiadée (la série mérite à mon sens d'être revue, plein de choses ont un double sens une fois que tu connais le dénouement de situations ultérieures) et un casting au top (TOUS les personnages sont drôles et développés), et tu as tout simplement une des meilleures sitcoms qui soit. A noter que la 4e saison, produite des années après les 3 premières (les 3 premières datent du milieu des 2000s, la 4e est sortie cette année) n'a rien à voir en termes de structure avec les précédentes, elle a été produite par Netflix et gagne à être regardée sur une durée assez courte, car elle mélange les points de vue d'un épisode à l'autre et ne prend tout son sens qu'après un visionnage complet. Pour celle-ci, un revisionnage est d'ailleurs obligatoire, beaucoup des blagues ne pouvant être comprises qu'après avoir tout vu. Du coup ça a pas mal été critiqué, mais force est de constater que c'était extrêmement ambitieux de procéder comme ça, j'ai trouvé ça brillant et j'ai adoré la saison. Et si tu as aimé Arrested Development, et que tu es en manque après avoir tout vu, enchaîne sur Archer, la meilleure série animée à l'heure actuelle, qui est selon son créateur "James Bond meets Arrested Development". Ca raconte l'histoire de Sterling Archer, "espion le plus dangereux au monde", et de toute l'équipe d'Isis, l'agence pour laquelle il travaille, gérée par sa mère (superbe relation oedipienne, avec Malory Archer à qui Jessica Walters, la mère dans Arrested Development, prête sa voix... et ses traits, à vrai dire) et qui emploie une ribambelle de personnages névrosés et décalés. Archer est une sorte d'OSS 117 encore plus trash, visiblement très bon dans ce qu'il fait mais incroyablement nombriliste. Ils ont fait 4 saisons pour l'instant et une 5e est prévue (Dieu merci), et on retrouve dans l'écriture la finesse d'Arrested Development, le souci de cohérence, les running gags et une très belle direction artistique, ce qui ne gâche rien. Voilà deux séries avec lesquelles tu peux en principe prévoir de bons fous rires !
  7. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Ouais avec Sorkin, y a quand même une partie 'suspension of disbelief' qui est incontournable, et ça vaut pour les films qu'il a scénarisés que j'ai vus : Moneyball, Charlie Wilson, Social Network. En vrai, on croit pas que ce nerd de Jesse Eisenberg soit capable de sortir tant de citations quotables à la minute, ni que le sénateur playboy campé par Tom Hanks soit en mesure d'avoir une telle vision sur la géopolitique de 20 années à venir, ni que le petit grassouillet Jonah Hill soit si efficace pour défendre sa cause, mais ça passe globalement plutôt bien. Social Network par exemple, j'ai pas à un moment décroché du film parce que je trouvais ça trop bien écrit. Juno en revanche, j'ai pas accroché parce que c'était risible de pouvoir s'imaginer que cette ado soit aussi cool, et parce que Diablo Cody manque tout de même cruellement de subtilité (ce qui n'est pas le cas de Sorkin quand même). Mais après, comme je l'ai dit, j'ai pas vu West Wing, donc impossible de me faire un avis là dessus. Ce que tu en dis me surprend pas des masses, mais m'empêcherait pas forcément d'apprécier le truc. Tu as vu Arrested Development toi ? Parce que ça c'est une série foutrement bien écrite.
  8. Roman

    Topic films - Plein les bobines

    J'ai eu cette conversation avec Blackbâtard sur un autre forum, au sujet de Battleship, je suis pas particulièrement d'accord pour les opposer : "Maintenant, Pacific Rim et Battleship c'est pas à mon avis le même projet, et on a pas mal débattu en ces pages de Battleship, dont certains doutent du second degré. Si le film a été réalisé juste en voulant livrer un blockbuster de commande, franchement c'est un étron le truc. Si effectivement Peter Berg a voulu la jouer fine, alors c'est bien joué, et c'est intelligent. C'est pour ça que le film m'a plu, mais impossible de savoir vraiment. Et c'est un peu le problème avec le second degré et le fait d'être ironique ou sarcastique, c'est une posture assez facile à adopter finalement. Ce que fait Del Toro est beaucoup plus sincère et plus personnel, il se départit à mon sens de l'aspect purement 'blockbuster de commande' pour livrer un film qui n'est pas un simple Michael Bay copycat. Et c'est assez agréable, encore plus si on connaît les films de kaijus à mon avis (que je ne connais pas du tout). Les personnages sont globalement ratés, mais l'univers en revanche est pour moi très réussi, mais effectivement si on n'entre pas dans le monde de Del Toro et qu'on reste sur le pas de la porte, c'est certain qu'il y a tout un aspect du film qui le rend sympathique dont on passe à côté (c'est pas une critique hein, simplement un constat)." En revanche, de l'humour il y en a, ne serait-ce qu'avec les personnages de Charlie Day et Ron Perlman.
  9. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Pas particulièrement d'accord pour Mad Men, mais bon c'est extrêmement subjectif. Sur House of Cards, je sais pas si on est en désaccord à vrai dire. J'ai pas trouvé ça génial du tout, mais j'ai trouvé que la série était très agréable à regarder grâce à des interprétations excellentes et une mise en scène chiadée. Je suis assez d'accord pour dire que c'est pas original et que sur le même thème on a fait mieux par ailleurs, et je te rejoins sur le personnage de la journaliste ambitieuse, pourtant plutôt bien jouée par Kate Mara, j'ai trouvé le personnage plutôt faible et pour le coup pas assez crédible. Les dialogues sont un peu inégaux sur l'ensemble de la saison, même si le phrasé de Spacey en rattrape certains (qui, pris hors contexte, paraissent assez faibles) ; mais on a également l'inverse, avec quelques échanges vraiment savoureux et bien écrits. Donc pas une série exceptionnelle probablement, mais quand même super agréable à mater, notamment grâce à la mise en scène digne des meilleurs thrillers politiques. Ah et un point qui la faisait sortir du lot malgré tout, c'est lorsque Spacey s'adresse directement à la caméra ("bringing down the fourth wall" en anglais) qui permet quelques très beaux moments. Mais dans le genre, rien que les deux de la BBC que j'ai citées (The Thick of It et State of Play) sont plus réussies à mon sens, ceux qui ont vu la saisons originale de House of Cards estiment qu'elle était supérieure, et j'entends invariablement du bien de The West Wing, donc je veux bien croire qu'elle vaille le détour également.
  10. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    Two Broke Girls, c'est sincèrement une des pires séries qu'il m'ait été donné de voir. Enfin j'ai pas regardé plus d'un demi épisode hein, mais c'était suffisant. Sinon, pour le "classement" posté un peu plus haut, c'est pas les 101 meilleures séries, mais les 101 séries les mieux écrites, ce qui explique certains choix : Mad Men, c'était évident que ce serait dans le haut du panier, l'écriture est superbe. De même, Arrested Development qui est une sitcom bien moins populaire que HIMYM ou Friends accorde un soin assez incroyable à l'écriture, et par là-même justifie sa place assez haut. Je l'aurais même mise plus haut, avec une 4e saison assez époustouflante de ce point de vue là, même si elle n'a pas convaincu tous les fans. Dans le même genre, la série d'animation Archer a un style similaire mais n'a pas réussi à se faire de la place, alors qu'elle est objectivement mieux écrite que Friends par exemple. Je suis simplement surpris que The Wire soit pas plus haut, Sopranos et The Wire sont généralement citées comme étant les plus réussies de ce point de vue là. Toujours pas vu Sopranos, mais The Wire, c'est fantastique. A contrario, des séries que j'aime bien regarder comme The Shield ou Game of Thrones, je sais pas ce qu'elles foutent là : The Shield, c'est génial parce que c'est prenant et haletant, mais c'est pas vraiment la qualité de l'écriture qui opère sa magie, les dialogues sont même parfois assez bof. Et Game of Thrones, c'est surtout l'effet de popularité à mon avis. Bon j'ai pas tout vu (et je doute que quiconque ait vu toutes ces séries d'ailleurs), mais comme tout classement, on pourrait en discuter sans fin ! En série politique, House of Cards était très réussie notamment grâce au duo Spacey/Wright vraiment fantastique, une belle mise en scène et un côté déjà addictif. Vivement la suite ! Dommage qu'il y ait eu un petit creux au milieu (l'épisode où il retournait dans son université là, c'était vraiment bof), mais sinon du très bon. Dans le genre politique, il paraît que l'originale de House of Cards (série BBC de 1990) était encore plus réussie. Pas encore vue pour ma part, mais c'est sur ma liste. "The Thick of It" (produite par la BBC) est à voir absolument pour les amateurs de citations cultes, c'est par le créateur du film "In the loop" avec en personnage central le verbeux Malcolm Tucker (un des plus beaux personnages de série TV tout court, tout simplement), ça va à mille à l'heure, c'est vulgaire, drôle, intelligent et très satisfaisant. La dernière saison permet notamment d'aller plus loin dans l'analyse des personnages et plus largement dans la critique du clientélisme politique et du rôle des médias en politique, et permet à Peter Capaldi (Malcolm Tucker) de livrer quelques très beaux moments à l'écran. Et dans un genre plus sérieux et plus proche de House of Cards, on avait "State of Play" (toujours par la BBC, gage de qualité) en 6 épisodes, avec du côté des acteurs connus James McAvoy et Bill Nighy. Sinon, Breaking Bad a repris, et c'est toujours aussi bon. Cette fin de série s'annonce monumentale.
  11. Roman

    Topic films - Plein les bobines

    Encore un film hollywoodien sur comment les gentils Blancs ont aidé à vaincre le racisme aux US ? C'est à moitié une remarque ironique, et à moitié une vraie question, parce que ça me surprendrait vraiment pas. Sinon en vrac puisque je passe une fois tous les 3 mois : - complètement d'accord avec TH sur Springbreakers, un des plus "beaux" films qu'il m'ait été donné de voir cette année. Ce que j'en avais dit sur un autre forum : "je sais pas si on en avait parlé en ces pages, mais en tout cas j'ai été agréablement surpris. C'est pas du tout le film que vendaient les bande-annonces, et auquel je m'attendais, donc j'ai été un peu pris de court. Harmony Korine livre un film très critique de la jeunesse américaine, formellement construit comme une suite de clips vidéos qu'on croirait diffusés sur MTV, amoncellement de plans vides qui soulignent bien la vacuité et le désoeuvrement de cette jeunesse qui va chercher... quelque chose lors de ces spring breaks orgiaques déconnectés de toute réalité. Tout le film est construit comme un rêve dont les protagonistes s'éveillent progressivement. Il y a un propos très nihiliste, et même si le film est assez sombre et pas forcément facile à regarder, je l'ai trouvé bien plus intéressant que ce à quoi je m'attendais. Et j'ai trouvé les performances des acteurs vraiment époustouflantes, James Franco en tête." - Movie Project (Movie 43 en VO) : deux ados veulent faire un sale coup au jeune frère de l'un d'entre eux. Pour le distraire, ils lui inventent une histoire de film interdit par toutes les législations du monde, "Movie 43", et lui demandent de trouver ça dans les limbes d'internet (c'est un méga nerd). Au fur et à mesure de ses recherches, ils tombent sur une succession de vidéos sans queue ni tête (et sans aucun lien logique). Voilà, c'est le film. C'est une catastrophe. Succession de courts-métrages dont certains sont plutôt drôles, le film lui-même est vraiment très mauvais, tant le prétexte du début est nul. Le casting était impressionnant (en vrac, Hugh Jackman, Naomi Watts, Liev Schreiber, Johnny Knoxville, Sean William Scott, Halle Berry, Stephen Merchant, Emma Stone, Richard Gere, Anna Faris, Chris Pratt, Kieran Culkin, et j'en oublie certainement) mais les scénaristes auraient du passer une journée de plus dans la salle des rédacteurs pour essayer au moins de donner une impression de suite dans ces sketches (là on a le sentiment d'un énorme épisode de Saturday Night Live, et encore, sans le côté live justement). Un film très fainéant, à éviter. - Pacific Rim : on a eu ce que Del Toro nous avait promis. Un joli blockbuster visuellement assez beau avec toujours cette patte Del Toro qui fait qu'il se démarque d'un Michael Bay ou d'un Jerry Bruckheimer. La grande force du film a été d'humaniser les Jaegers à mon sens, avec un spectateur qui arrive à se figurer derrière les milliers de tonnes de métal en mouvement les personnages connectés par le pont neural. A côté de ça, le film a beaucoup de qualités (esthétiques notamment, recherche d'une vraie identité pour chaque combat, scènes d'action époustouflantes) qui font que c'est à mon sens un blockbuster vraiment réussi. Il manque de finesse au niveau des interprétations et de l'écriture ce qui est dommage, mais il ne méritait pas le flop connu outre-atlantique. J'espère qu'au box office mondial il fera assez pour justifier une suite, Del Toro a plein d'idées visiblement. En tout cas j'avais regretté de le rater en 3D, paraît que c'était chouette. Ah et sinon, j'ai trouvé agréable de voir un blockbuster fait avec la seule idée de divertir les foules, sans seconde lecture géopolitique ou tenants trop dramatiques. J'ai eu une conversation sur un autre forum avec un type qui maintenait que pour lui, il y avait plein de thèmes politiques dedans, mais pour ma part j'ai trouvé que Del Toro se départissait complètement de cet aspect, et ça m'a plu (même si je suis le premier à défendre les thèmes traités dans The Dark Knight par exemple). - Monsters U était sympatoche, assez rigolo et toujours aussi beau (on se répète quand c'est Pixar, mais ils font du travail admirable). Il manque le génie de leurs meilleurs films (Up!, Toy Story 3...) et j'avoue en avoir oublié 90% à vrai dire, mais j'ai passé un bon moment au cinéma. Le court-métrage diffusé avant était sublime en revanche. - Insaisissables, j'ai été enthousiasmé par l'histoire pendant une majeure partie du film, mais ça m'a laissé un goût d'inachevé. Enfin plutôt, j'ai trouvé la fin vraiment bâclée. Et comme dans ce type de film, le twist final c'est 50% du film (à une ou deux vaches près, c'est pas une science exacte hein), bah ça laisse un mauvais goût en bouche. Et du coup, les autres défauts du film me viennent de plus en plus à l'esprit quand j'en parle, notamment cette mise en scène tape à l'oeil assez dégueulasse de Louis Leterrier, et ça influe sur mon souvenir du film. En en ressortant, j'avais plutôt aimé mais été un poil déçu, 2 semaines plus tard, je suis beaucoup moins enthousiaste. Enfin, ça fait passer le temps, c'est pas un méchant film. Strawberry Fields a raison de citer The Prestige et Ocean's Eleven, puisque Insaisissables se voudrait la jonction entre ces deux films, en quelque sorte, mais les deux sont bien plus réussis. The Prestige notamment, qui est un film à découvrir absolument pour ceux qui ne l'ont pas vu, et à revoir pour les autres. - WWZ : ça j'avais trouvé carrément nul pour le coup. Les incohérences de scénario et les situations ridicules m'ont fait sortir du film, et là où la force du bouquin de Brooks était de nous donner l'impression que ça pouvait être vrai, ici je n'ai jamais réussi à prendre le film au sérieux, on a été nombreux dans la salle à rigoler à des moments où on n'était pas forcément censés le faire... Et 2h de films de zombies sans la moindre goutte de sang, bof. - Sinon je plussune Blinis plus haut sur le fait d'attendre The Conjuring pour un film qui fait peur ou de se mater Insidious (surtout pour la première partie particulièrement réussie), paraît que James Wan a fait très fort sans révolutionner le genre (en même temps, comment ?). Lui qui était initialement associé plutôt au torture porn avec Saw semble plutôt se plaire dans des films de maison hantée donc j'attends The Conjuring avec impatience. Et Sinister, dans le même genre, était plutôt réussi, avec notamment une musique d'ambiance vraiment prenante. Et j'ai rattrapé un retard de plusieurs années en voyant les deux Gremlins, films que j'ai adorés. Le 2 notamment est fantastique, mais dans les deux opus, Joe Dante a réussi à intégrer un côté subversif vraiment très rigolo, et les films sont parfaitement rythmés. De vrais classiques qui méritent leur statut de films cultes. Sinon pas vu The Lone Ranger qui me tentait pas particulièrement, mais je trouvais rigolo et assez courageux de se lancer dans une telle entreprise, tout a été tourné en décors réels (et pas en studio), alors que faire ça avec des images de synthèse aurait été plus simple, et surtout moins onéreux. Ils devaient espérer donner une dimension épique au truc (qui existe peut-être d'ailleurs, j'en sais rien et j'irai pas voir le film), mais j'ai l'impression que beaucoup de personnes avaient décidé que ce film se planterait depuis des mois avec une campagne médiatique plutôt ratée, et une presse assez assassine outre atlantique. Et globalement, y a simplement eu trop de blockbusters ces derniers temps, c'était peut-être le côté extravagant de celui-ci qui en faisait "la goutte qui fait déborder le vase" (lire les articles sur comment 2015 va être la pire année du ciné hollywoodien et va conduire à l'implosion du système des blockbusters tel qu'on le connaît).
  12. Roman

    Les meilleurs cinémas à Paris ?

    Y avait ce topic sur le même thème Sinon je confirme pour le MK2 Bibliothèque, fantastique salle, si ce n'est que c'est faux qu'il n'y a "jamais grand monde", elle est blindée le weekend et les jours fériés à partir du milieu d'après-midi. Mais aux séances un peu plus tôt, ou en semaine, c'est parfait. En revanche, même si j'aime bien la petite épicerie/librairie à l'intérieur, les prix pratiqués y sont scandaleux.
  13. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    How I met me paraît toujours aussi faible, avec des personnages toujours aussi peu attachants, et des scénarios toujours aussi prévisibles. Le dernier épisode ne dérogeait pas à la règle (si on parle du double épisode, dont la première moitié était carrément à jeter, et la 2e assez naze aussi). Ca fait un moment que la série est devenue une caricature d'elle-même, globalement depuis qu'ils ont essayé de faire évoluer le personnage de Barney. J'espère bien que la saison 9 sera la dernière, j'ai pas envie de laisser tomber maintenant que j'ai regardé toutes les autres, mais c'est de plus en plus pénible à regarder. En revanche, la saison 2 de Homeland était vraiment pas mal, avec un excellent finale (malgré quelques épisodes au milieu de la saison un peu moyens), et on nous régale chaque semaine avec le personnage le plus inutile de la TV, le fils de Brody. La dernière saison de Dexter était correcte également, c'est toujours aussi mal écrit depuis la saison 5, mais au moins la trame centrale était assez intéressante avec un twist final qui redonne un second souffle à la saison (même si le twist lui-même était assez mal amené je trouve). American Horror Story est probablement la saison que je prends le plus de plaisir à regarder en ce moment, c'est pervers à souhait avec des performances d'acteurs excellentes, et Fringe est en train de très très bien gérer sa saison finale, avec notamment un épisode magnifique centré sur Walter Bishop (John Noble, qui n'en finit pas de me souffler avec sa performance dans ce rôle) y a deux semaines. Y a moyen qu'ils finissent très forts et qu'ils bouclent une très belle série bien comme il faut. Ah et je me re-mate tous les Community en ce moment, je prends moins de plaisir qu'au premier visionnage sur pas mal d'épisodes, mais sur les épisodes particuliers, ceux où ils parodient un genre, un film, une série... je kiffe, y a un paquet d'épisodes qui deviendront cultes. J'attends avec impatience la reprise en février !
  14. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    C'est prévu, mais je revois The Wire également parce que Choupii ne l'avait pas encore vue. Y a trop de séries de toute façon, pas le temps pour tout !
  15. Roman

    Topic séries - Des séries et des hommes

    The Wire j'ai déjà regardé l'intégrale, je suis en train de la revoir. C'est effectivement pour moi en haut de liste, de par la profondeur de l'analyse qui est faite au cours des 5 saisons. Maintenant c'est pas une série "catchy" dans le sens où le rythme est relativement lent, où il faut être patient, mais c'est clairement un must. Complètement d'accord pour X-Files, cf. plus haut où j'ai dit tout le bien que j'en pensais. Et je savais pas que Gillian Anderson était une punk ! Dans les séries que je pourrais conseiller, les ayant vues, y aurait : - The Shield - Homeland - The Walking Dead - Dexter (les premières saisons sont top, jusqu'à la 4) - Community - Parks and Rec (ces deux dernières sont nickel pour des sitcom de 20 minutes, dans des genres très différents) - The Office (incroyablement drôle jusqu'à la fin de la saison 7, puis grosse chute niveau qualité) Les 4 premières, c'est vraiment du très bon divertissement, avec beaucoup de cliffhangers et de retournements de situation, et par conséquent plus accessibles je trouve. Six Feet Under et Sopranos, je n'ai pas encore vu. Breaking Bad, j'en ai vu une saison et demi, j'ai beaucoup aimé ce que j'ai vu, et il me tarde de m'y remettre. Oz et The Wire sont plus profondes comme séries, moins faciles d'accès je dirais, mais en termes de séries, c'est ce qui s'est fait de mieux.
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.