Aller au contenu

Chupito

Members
  • Compteur de contenus

    1 179
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5

À propos de Chupito

  • Rang
    Membre
  • Date de naissance 13/04/1986

core_pfieldgroups_1

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

core_pfieldgroups_2

  • Gender
    Female
  • Location
    Montreal
  1. Chupito

    Revue de presse

    Non, il s'est contenté de suivre le choix des lycéens car ce projet avait une forte majorité mais c'est sa décision. Le processus était : soumissions par des artistes, pré-sélection de 15 projets par des experts et personnalités de l'Élysée et du gouvernement, vote des lycéens pour retenir 3 projets, choix ultime parmi les 3 par Hollande. (Source : http://mondephilatelique.blog.lemonde.fr/2013/02/13/timbre-marianne-de-francois-hollande-cest-officiel-les-15-finalistes/) Reste à savoir si il savait ou non. Ça aurait pas été con non plus de se renseigner à un moment quelquonque du processus.
  2. Chupito

    Topic séries - Des séries et des hommes

    HIMYM j'ai craqué peu après le double épisode de la demande en mariage ; ça diminuait de plus en plus en qualité mais pour moi ils ont touché le fond avec cet épisode. Downtown Abbey je compte m'y mettre parce que les séries que j'ai découvertes grâce à ce topic m'ont bien plu pour l'instant.
  3. Si tu reconnais cela alors tout va bien mais la conséquence logique serait donc d'arrêter d'en parler, surtout si c'est pour recracher des clichés sans amener d'argument sur le sujet (qui est à l'origine le mariage et l'adoption par les couples de même sexe). Pour le reste, c'est bien dommage que tu considères les tâches ménagères comme dégradantes mais tant mieux pour toi si tu as réussi à t'en débarrasser. Par contre, je vois pas bien pourquoi tu en parles dans ton paragraphe sur les féminismes vu que ça n'a aucun rapport avec le schmilblik.
  4. Je passe sur le reste parce que bon... mais ça fait plusieurs fois que tu parles de "féministes vs corvées ménagères dégradantes"; ça a l'air de te tenir à cœur mais tu sais Flashy, la raison pour laquelle tu vois une incohérence entre être féministe et avoir une femme de ménage c'est parce que tu n'as vraiment rien compris aux féminismes.
  5. Beaucoup d'opposants à cette loi - pas nécessairement toi - raisonnent comme si cette loi allait priver tous les enfants concernés d'un papa et d'une maman pour leur donner à la place un papa et un papa ou une maman et une maman, ce qui est selon eux moins bien. Or dans la réalité, la quasi-totalité des adoptions seront vraisemblablement des adoptions de l'enfant du conjoint i.e. des cas où l'enfant est élevé par un parent et son beau-parent du même sexe et ne peut donc pas être adopté par un papa et une maman. Autrement dit, on parle d'enfant qui même en l'absence de loi n'auront pas un papa et une maman. Pour eux, c'est hors-sujet de savoir si "un papa, une maman" c'est mieux. Pour ce qui est des autres cas d'adoption, rappelons d'abord que l'adoption par les célibataires existe donc tous les enfants adoptés n'ont pas le droit à "un papa, une maman". De plus, ce qui se passe dans les pays la permettant déjà et ce qui se passe pour les célibataires laisse à penser qu'elles seront très peu nombreuses et que les couples de même sexe passeront généralement après les couples homme-femme sauf cas particuliers. Ces enfants seraient donc adoptés par "un papa, un papa" ou "une maman, une maman" plutôt que de rester plus longtemps en orphelinat ou autre structure d'accueil ou à la limite par "seulement une maman" ou "seulement un papa". On est là encore pas en train de les priver "d'un papa et d'une maman".
  6. Faut aussi prendre en compte la situation actuelle de ces enfants et non pas faire comme si c'était un papa / un papa ou une maman / une maman à la place de un papa / une maman.
  7. Dans une société démocratique comme la notre, qui a pour devise "liberté, égalité, fraternité" et dont l'un des principes fondamentaux et fondateur est l'égalité, il n'y a pas à apporter de justification particulière à la liberté ou à l'égalité. On a pas à donner de raison pour laquelle les noirs, les cathos ou les homos peuvent se marier. C'est au contraire lorsque l'on veut déroger à ces principes de liberté et d'égalité, lorsque l'on veut empêcher une catégorie de citoyens d'avoir accès à certains droits, qu'il faut apporter une justification valable. En l’occurrence, je considère que les opposants à ce projet de loi ne l'ont pas fait.
  8. Chupito

    Topic séries - Des séries et des hommes

    C'est une série qui me tente bien mais j'aurais apprécié de ne pas connaître des événements de la fin de la S3 avant même d'avoir commencé la série. On peut utiliser la balise spoiler pour ce genre de choses.
  9. Chupito

    Very low pass rates = very high rank in France?

    SophieC, Gadabrielle have answered your main question but I would like to give you a piece of advice if I may. If you plan to spend one or several semester living in France, you will need to learn and use at least a little bit of French, unless you plan on not mingling with French people and returning to the US thinking how unpleasant living in Paris was and how "rude" the French were to you. Maybe you already planned to do so but this is not obvious from your attitude here. As you might have noticed, Assas is a francophone university and this forum is francophone too, yet, you did not hesitate to post here in English, without even asking if this is acceptable here or if people can and want to exchange in that language, when someone answered you that he does not speak English, you did not try to provide a translation for him (even in very broken French if you are a beginner) or at least apologize for the inconvenience, you simply ignored his comment. If you adopt the same attitude in your travel in Paris, some people will consider that to be very discourteous and will respond rudely in return. I understand that you probably did not do this on purpose but I am just giving you a friendly heads-up as to the reactions you will encounter. On a more academic level, you have to realise that the professors in Assas speak rather fast and a lot of them do not provide any kind of notes so even if they tend to be more lenient with exchange students and even if other students will be willing to help you, you will need a fairly good knowledge of French in order to pass. @Jean : Résumé du topic : Il voulait savoir si le niveau à Assas est bon vu qu'aux US un fort taux d'échec est signe de fac de merde. SophieC et Gadabrielle lui ont expliqué que c'est parce que le système est différent en France. J'ai posté pour souligner qu'il devrait faire des efforts pour parler un minimum français s'il a l'intention de s'intégrer et j'ai donné l'exemple de son attitude ici qui va être considérée comme peu courtoise pour certains. Édit : il a posté une réponse entre-temps mais peut-être qu'il a compris qu'il pourrait faire un minimum d'effort de traduction pour pas exclure ceux qui ne parlent pas anglais.
  10. Tout à fait d'accord avec Rumpel sur l'argument du "c'est une pente glissante; il ne faut pas permettre le mariage gay parce que cela conduira nécessairement à ...". Je pense qu'il ne faut pas confondre corrélation et causalité. De plus, il n'y a pas de corrélation forte entre pays et états permettant les mariages entre couples de même sexe et pays et états permettant la GPA. De nombreux pays et états permettent la GPA alors qu'ils ne permettent pas les mariages entre couples de même sexe; à l'inverse, certains pays et états permettent les mariages entre personnes de même sexe mais interdisent la GPA.
  11. Ton affirmation initiale était qu'un tiers à la conception ne peut jamais être le père ou la mère de l'enfant, que la filiation et la parenté au sens juridique ne sont que des liens entre l'enfant et son auteur. Au sens juridique du terme, c'est faux puisque la loi reconnait qu'un tiers à la conception peut-être le père ou la mère dans 3 cas différents (adoption, IAD, possession conforme au titre). Encore une fois, je ne précise pas cela nécessairement comme argument en faveur de l'adoption ou de la PMA pour les couples homosexuels ; c'est uniquement un fait que je constate. Effectivement, on peut dire que d'une certaine manière, la parenté biologique est "première" en droit en ce sens que c'est seulement si les parents biologiques font défaut que l'on recourt à des parents adoptifs et c'est seulement si le couple ne peut devenir parents biologiques qu'on permet le recours à l'IAD - le raisonnement ne marche pas pour la possession conforme au titre où l'on privilégie la parenté sociologique alors qu'un parent biologique est disponible. Toutefois, dans ces cas, la loi choisit d'établir un lien de filiation entre l'enfant et le tiers - le législateur n'a pas choisit de procéder par délégation d'autorité parentale comme tu le proposes spécifiquement pour les conjoints de même sexe - et elle reconnait que ces formes de filiation sont égales. Tu trouves cela invraisemblables car tu restes concentré sur la parenté biologique, sur les liens du sang par préférence à la parenté juridique et à la parenté sociologique. C'est un choix acceptable au demeurant même si je ne le partage pas ; pourrais-tu donner les raisons pour lesquels les liens du sang ou la vraisemblance de liens de sang doivent primer selon toi (même si entre nous, un homme seul qui adopte ou un couple blanc qui adopte en Asie ou en Afrique ne préservent pas la vraisemblance des liens de sang) ? Quels avantages l'existence ou la vraisemblance de liens du sang donnent-ils à l'enfant (en particulier à l'enfant qui ne peut être élevé par ceux à qui il est lié ou pourrait vraisemblablement être lié par les liens du sang) ou si l'intérêt de l'enfant ne prime pas, à la société ? En revanche, si l'on prend la parenté au sens juridique, c'est-à-dire si l'on admet que le parent peut-être soit le géniteur, soit l'adoptant, soit le membre d'un couple dont la femme a eu recours à l'IAD alors il n'y a rien d'invraisemblable ou de contraire aux apparences à ce qu'un enfant puisse avoir deux pères ou deux mères si la loi ouvre l'adoption et/ou l'IAD aux couples de même sexe. De même si on prend la parenté au sens sociologique du terme comme étant celui ou celle qui assume le rôle social de parent auprès de l'enfant, qu'il en soit ou non le géniteur, alors il n'y a rien d'invraisemblable à ce que deux hommes ou deux femmes assument ce rôle. L'idée des partisans de l'adoption par les couples de même sexe n'est pas de faire croire qu'une nuit d'amour entre deux hommes ou deux femmes a produit un enfant dont ils sont les pères ou les mères ; l'idée est qu'un père ou une mère n'est pas toujours le géniteur de l'enfant. Et c'est un peu HS mais je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut, je pense que mentir à l'enfant sur son origine est une mauvaise idée. Si on ne fait "qu'étendre" le mariage comme on le prétend, en toute logique, la présomption de paternité ne peut jouer dans un mariage entre deux femmes, l'article 312 du Code Civil visant spécifiquement le mari. Si la PMA n'est pas ouverte aux couples de même sexe, alors il n'y a aucune raison de créer une sorte de présomption de maternité pour l'épouse de la mère. La présomption de paternité repose en effet sur la vraisemblance que l'enfant est issu d'une relation sexuelle entre les époux et cette vraisemblance n'existe pas dans un couple de femmes. Je ne suis pas pour l'IAD dans les couples homosexuels, ni spécialement contre d'ailleurs, je suis simplement réservée sur le sujet. Cepandant, je ne comprend pas pourquoi tu dis que la PMA est ICI conçue comme un moyen d'obtenir des enfants. Pourquoi cette précision de "ici", c'est-à-dire dans le cadre d'un couple de même sexe ? La PMA avec ou sans donneur dans les couples de sexe différents n'a t-elle pas pour but d'obtenir des enfants, de répondre à un désir d'enfant ? Serait-ce triste uniquement dans le cas de couples de même sexe ? Pour moi, en matière d'adoption, la question est bel et bien celle du meilleur intérêt de l'enfant. En l'absence de parents biologiques pouvant les élever, quelle est la meilleure situation que nous pouvons de manière réaliste offrir à ces enfants ? Les couples de même sexe peuvent-ils tenir aussi bien le rôle de parent adoptif que les couples de sexe différent et les célibataires ? Sont-ils une meilleure solution que de laisser ces enfants dans leur condition actuelle (placement en famille d'accueil, orphelinat...) ? Aucune autre question et certainement pas celle de l'apparence de filiation biologique ne saurait primer l'intérêt de l'enfant à mes yeux en matière d'adoption. On est un peu HS mais c'est déjà le cas; la chirurgie de réassignation sexuelle n'est pas obligatoire, c'est le caractère irréversible du changement qui est pris en compte. Par ailleurs, le gouvernement avait promis que le retrait de la liste des maladies mentales de longue durée ne s'accompagnerait pas d'un déremboursement et certains militants LGBT étaient heureux, d'autres avaient une opinion plus en demi-teinte ou étaient carrément contre, craignant que le gouvernement ne reviennement rapidement sur sa promesse de non-déremboursement. A priori, pour l'instant, la transition est toujours remboursée à 100% dans le cadre du protocole de soins.
  12. Non, la filiation au sens juridique du terme n'est pas limitée au lien unissant l'enfant à son père ou à sa mère biologique. D'un point de vue juridique, un tiers à la conception peut-être le père ou la mère. C'est le cas notamment lorsqu'il y a eu recours à la PMA avec donneur ou à l'adoption. Le code civil va même jusqu'à privilégier la parenté sociologique à la parenté biologique dans le cas de la possession d'état conforme au titre d'au moins 5 ans en interdisant de remettre en cause la filiation ainsi établie, même en présence d'une preuve scientifique de l'absence de lien de filiation biologique. Je défends pas spécialement son argument mais je trouve ça un peu simpliste et peu conforme à la réalité sociale de dire que le beau père (ou compagnon de la mère) reste toujours le beau-père et que le père (ou géniteur) reste toujours le père. Le mot père (ou mère ou parent) a plusieurs sens : - au sens biologique, évidemment, tu as parfaitement raison, le compagnon de la mère biologique ne deviendra jamais un père et le père biologique même séparé de la mère restera toujours le père; - au sens sociologique, en revanche, un beau-père peut parfaitement être le père de l'enfant de sa conjointe. Quant au géniteur, il y a beaucoup de situations dans lesquelles le géniteur est absent de la vie de l'enfant, parfois jusqu'à en perdre son qualificatif de père (au sens social), soit par ses propres choix de vie ou ceux de la mère (lorsqu'elle ignore qui est le géniteur par exemple), soit par l'effet des règles de droit (anonymat du don de gamète, déchéance de l'autorité parentale), soit par les circonstances de la vie (décès). - la définition juridique recouvre parfois la réalité biologique, parfois la réalité sociale et souvent les deux à la fois. Tel que dit plus haut, juridiquement, le compagnon de la mère biologique pourra devenir le père dans certains cas, soit par adoption, soit d'entrée de jeu par le mécanisme des articles sur la PMA. C'est un peu contradictoire les parties en gras. Tu peux penser que c'est un non-sens, il n'en demeure pas moins que le mariage civil existe en France depuis plus de 220 ans et c'est une institution quasi-universelle. Libre à toi de penser qu'on aurait dû laisser aux religions le terme de "mariage" (je ne vois pas bien pourquoi puisqu'aucune ne peut se targuer d'avoir inventé le concept du mariage); c'est une réalité incontournable que ce n'est pas ce qui a été fait. Aujourd'hui, de manière bien établie en France et répandu à travers le monde, le mariage n'est pas l'apanage exclusif des religions et il est possible de se marier sans s'engager devant Dieu, qu'on y croie ou non. Je ne vois pas trop ce qu'on accomplirait aujourd'hui en leur "rendant" ce mot. C'est un mot qui existe depuis fort longtemps et qui recouvre des institutions existant dans pratiquement tous les pays du monde. Je suis désolée si ça t'attriste mais tu ne peux pas lui attacher un seul sens, figé dans le temps et qui n'évoluerait pas. Le sens du mot mariage a déjà évolué à maintes reprises y compris au gré des lois : au moyen âge, il est devenu un sacrement ; après la révolution, il est devenu civil et non plus exclusivement religieux ; au 20ème siécle, il est devenu égalitaire et il a cessé d'être permanent... et ce ne sont que des exemples. À notre époque même, il recouvre des réalités très variés : il est évident que le mot mariage n'a pas le même sens quand on parle d'une union où le consentement de l'un des partenaires n'est pas nécessaire, d'une union qui peut être dissoute en un claquement de doigt, d'une union entre plus de deux personnes... Pourtant, c'est bien le mot mariage qui est utilisé pour qualifier toutes ces unions. C'est une illusion de penser que c'est possible d'attacher un seul sens, figé dans le temps à tout jamais (temps que tu fixes arbitrairement à aujourd'hui ou à il y a 10 ou 220 ans) et que le refus d'ouvrir le mariage aux couples de même sexe accomplira ce but. D'ailleurs, certains dictionnaires ont d'ores et déjà ôté la référence aux sexes différents à la définition du mariage ou ont ajouté une mention quant au mariage entre personnes de même sexe et ce, sans attendre l'élection de Hollande. Le débat actuel est de savoir si l'institution juridique qu'est le mariage en France doit être ouverte aux couples de même sexe mais le mot lui-même de mariage est déjà utilisé ce mot pour caractériser l'union de deux hommes ou deux femmes mariés dans les pays le permettant. Édit : Cela dit, si ça peut faire plaisir à certains ou calmer les tensions, je serais d'accord pour qu'on remplace le mot "mariage" par le mot "union civile" ou "clafoutis" ou "schtroumph" dans le code civil. Mais pas par "ornythorinque" parce que c'est dur à écrire. Et pour tout le monde. Simplement, je ne pense pas que ça permettra de sauvegarder "le sens" du mot mariage.
  13. Très franchement, je comprends pas ce qu'il veut dire Jospin, dans le cadre du débat sur le mariage entre personnes de même sexe. Ses propos sont très flous. À propos de l'adoption ou de la PMA, je vois mais à propos du mariage, non. Pour le reste, il y a des abrutis et des intolérants des deux côtés; je ne pense pas que ça apporte grand chose de les citer ici.
  14. Mon raisonnement n'est pas qu'une part significative de mariage ne procréeront pas pour un certain nombre de raisons. Simplement, je reprends l'argument maintes fois entendu "les couples de même sexe ne devraient pas pouvoir se marier car ils ne peuvent pas procréer", or je constate que les personnes avançant cet argument ne voient aucun problème à ce que les couples de sexe différents qui ne peuvent pas procréer se marient. C'est donc bien que le critère réel est le fait d'être de même sexe et non l'impossibilité de procréer. Dans ce contexte, l'argument "impossibilité de procréer" ne tient pas à mes yeux. De plus, il y avait plusieurs arguments dans le passage que tu as cité. Il ne suffit pas d'écrire "le but de toute entreprise est de réaliser des profits" pour que cela soit vrai, encore faut-il le démontrer. S'agissant du but de l'entreprise, pas la peine de me le démontrer car j'admets ce postulat mais s'agissant du but de tout mariage qui serait de procréer, la démonstration n'a pas été faite de façon satisfaisante pour moi. Pour le premier paragraphe, il y a eu un certain nombre d'arguments évoqués contre le mariage et l'adoption par les couples de même sexe; certains sont homophobes, d'autres non. Tu as le droit de ne pas être convaincue par ces arguments mais ce n'est pas une raison pour dire que tous les opposants au mariage ou à l'adoption par les couples de même sexe sont intolérants et fermés d'esprit. Pour le second, ça serait intéressant de citer ces études; on est pile dans le sujet. C'est intéressant effectivement et les réponses le sont également même si pas très convaincant à mes yeux. Pour les autres pays, je ne sais pas mais au Canada, la question de la polygamie se pose depuis bien plus longtemps que l'admission des unions civiles entre personnes de même sexe et elle se pose différemment puisque l'argument premier des partisans de la décriminalisation de la polygamie est la liberté de religion.
  15. Pour moi, au contraire, ce sont des questions certes liées mais différentes et qui n'appellent pas nécessairement une seule et même réponse. On peut très bien concevoir de permettre aux couples de même sexe de se marier sans leur permettre d'adopter, leur permettre d'adopter sans leur permettre de recourir à la PMA ou leur permettre de recourir à la PMA sans autoriser la GPA. Le projet de loi actuel ne prévoit pas de changer les conditions de l'adoption par le conjoint. S'agissant de l'adoption plénière, elle resterait ouverte uniquement dans les cas où il y a un seul parent dans le décor (autre filiation non établie, autre parent décédé + grands parents décédés ou pas intéressés, autre parent déchu de l'autorité parentale). L'adoption simple est possible même si l'adopté a deux parents vivants (qui doivent consentir s'il est mineur) mais c'est valable pour toutes les adoptions simples; ce n'est pas une spécificité de l'adoption par le conjoint, qu'il soit homo ou hétéro. Tout dépend de la définition d'une discrimination que tu retiens. En l'occurence, il y a bien une différence de traitement entre deux groupes : les couples de sexe différents peuvent se marier, adopter et recourir à la PMA avec don de gamêtes alors que les couples de même sexe ne le peuvent pas. Selon ces définitions, il y a donc bien une discrimination quant au mariage et quant à la PMA et cette discrimination est d'ordre légale et fondée sur le genre / la sexualité. La question est plutôt de savoir si ces distinctions sont justifiées ou non puisque toute discrimination n'est pas nécessairement injuste. Quant au mariage, pour moi, cette discrimination est tout à fait injustifiée. La seule justification plausible que j'ai entendue est que tout mariage devrait avoir pour objectif de fonder une famille mais cela ne tient pas à mes yeux car on ne m'a pas apporté la preuve que tout mariage devrait effectivement avoir cet objectif aujourd'hui, qu'on ne m'a pas expliqué pourquoi on permet à des dizaines de milliers de couples hétérosexuels qui manifestement ne pourront pas fonder une famille de le faire et car il est probable que les couples de même sexe pourront fonder une famille à l'avenir. Quant à l'adoption, je ne suis pas convaincue non plus. L'intérêt de l'enfant est l'argument mis en avant et c'est à mes yeux le critère le plus important. Vivre auprès de leurs parents biologiques qui s'aiment et qui les aiment est effectivement la meilleure option à mon avis mais malheureusement, cette option n'est pas disponible. Je pense donc qu'il faut comparer la situation des enfants adoptés par des couples homosexuels si cela était permis à la situation dans laquelle sont ces mêmes enfants actuellement et je ne pense pas qu'une adoption par un couple de même sexe soit moins bien que ces autres situations. Par ailleurs, l'argument "il faut un père et une mère" est remis en cause par le fait que l'adoption par une personne seule est permise et je ne pense pas que ça soit nécessairement vrai. Quant à la PMA avec gamêtes, je suis beaucoup plus mitigée. Je n'ai pas vraiment d'avis là dessus. Qaunt à la GPA, je suis résolument contre et je ne pense pas qu'il y ait de discrimination émanant de la loi puisque cette interdiction s'applique à tous les couples. L'effet indirect est effectivement que les couples homme-homme ne pourront recourir à la PMA mais ce n'est pas la loi qui les en empêche mais plutôt la nature puisqu'ils ont le droit de recourir aux mêmes procédés que les autres couples. C'est vraiment une anecdote, cette femme est maire d'une commune de moins de 1000 habitants, elle n'est une figure proéminente ni du PS, ni du gouvernement, ni du camp pro-mariage. À mon avis, elle a voulu se faire un coup de pub, avec succès puisqu'elle était une illustre inconnue il y a encore une semaine. Ce mariage n'aura pas lieu et c'est un événement isolé. Je trouve dommage par contre que tu aies jugé bon de relever cette connerie d'une maire du camp pro-mariage entre personnes de même sexe mais que tu ne mentionnes pas les maires du camp anti-mariage qui ont déclarés qu'ils refuseraient de procéder à des mariages entre personnes de même sexe si la loi passait. Certains d'entre eux se revendiquent pourtant du principe de "désobéissance civile" et s'inscrivent donc dans la même logique de "passage en force au mépris du processus législatif".
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.