Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Broyelle'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Hall d'Assas
    • L’actualité de l’association et d’Assas
    • Tribune Libre
    • Actualité et Politique
    • Culture et Dépendances
    • Petites Annonces
  • Grand Amphi
    • Licences et capacités
    • Masters
    • AES - Eco Gestion
    • Diplômes d'université
    • Etudier à l'étranger
    • Insertion professionnelle
  • Le coin B.U
    • Polycopiés
    • Fiches et méthodologie
    • Annales

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Interests


Filière


Année d'études

2 résultats trouvés

  1. M2 DROIT MULTIMEDIA, INFORMATIQUE M2 DROIT DE LA COMMUNICATION — DIRIGÉS PAR MME. BROYELLE ET M. PASSA I. Master 2 Droit et multimédia informatique Le M2 s’appellera bientôt Droit du numérique. Il existe depuis la fin des années 1990. Il est connu sous le nom du M2 DMI. A. présentation du M2 par M. Passa Le M2 commence mi-septembre et s’achève fin février. Il n’y a pas de chevauchement entre les cours et les stages. Il y a un stage obligatoire en cabinet. Ce stage est de 3 mois minimum (entre février et fin septembre). Un mémoire de M2 doit être préparé. 1. Les conditions d’accès Il faut des notes assez satisfaisantes. Par exemple, avoir 12 de moyenne sur toutes ses années académiques assure une entrée dans le M2. Toutefois, le profil de l’étudiant est regardé intégralement (intérêts pour le M2, Il y a 150 dossiers de candidats environ et il y a 25 étudiants actuellement dans le M2). Les étudiants d’Assas ne sont pas privilégiés par rapport aux étudiants d’autres universités. La lettre de motivation est importante. Elle doit être sincère (sans en faire trop), soignée. Il faut faire au plus efficace. 2. Les enseignements https://www.u-paris2.fr/fr/node/1379/pdf(page 3, dédiée au programme). 3. Les débouchés Beaucoup d’anciens étudiants du M2 travaillent en entreprise (exemple : BNP Paribas, la CNIL), dans des cabinets d’avocats etc... Il y a des besoins de juristes spécialisés aujourd’hui dans le droit. B. questions / réponses avec les étudiants Y-a-t-il des événements avec le M2 ? Oui, il y a des colloques, des événements organisés avec les partenaires du M2. Beaucoup d’intervenants extérieurs sont présents. Faut-il avoir fait un stage préalable à l’entrée dans le M2 ? Non, M. Passa privilégie le dossier de l’étudiant. Passer le CRFPA en septembre pose problème ? Non, les étudiants peuvent passer leurs examens en même temps. Quelle est la place de l’anglais dans les enseignements du M2 ?Il y a un cours d’anglais juridique en lien avec le droit du numérique. Un avocat enseignait l’anglais l’année dernière par exemple. Est-ce que ce M2 est un M2 « premier choix » ? Non, le directeur de M2 regarde d’abord les dossiers des premiers choix. S’il y a déjà 35, 40 dossiers sélectionnés en premier choix, il y a forcément un risque de mettre ce M2 en second choix. Les résultats du second semestre comptent-t-ils ?Oui, les dossiers des candidats sont complétés au fil de l’année. Certaines notes sont-elles regardées en particulier ? On regarde tout le dossier mais on regarde les notes en lien avec les enseignements du M2 pour reconnaître l’intérêt de l’étudiant. Par exemple : la note d’oral de propriété intellectuelle en M1 à Assas, la note de droit international public/ privé en M1. Quel M1 de droit faut-il avoir fait avant ?Ce n’est pas vraiment important dès lors qu’il y a un bon dossier. II. Master 2 Droit de la communication A. présentation du M2 C’est un M2 bi disciplinaire : il y a des matières publiques et privées. C’est un M2 professionnel et recherche mais le parcours est unifié. C’est principalement un M2 qui concerne les médias. Il y a un stage obligatoire à partir de fin février également et un mémoire de M2 doit être préparé (v. plus haut : comparable au M2 DMI). 1. Les conditions d’accès Elles sont comparables au M2 DMI. Le M2 portant sur un secteur particulier de l’activité économique et juridique : il faut prouver son intérêt pour les matières enseignées. Il n’y a pas d’entretien pour l’accès au M2. Souvent, les réponses des directeurs de M2 sont données avant le week-end du 14 juillet. La capacité d’accueil est de 25 mais elle n’est pas fixe, s’il y a 30 bons dossiers : il n’y a pas de limitations. 2. Les débouchés Les institutions qui s’occupent de droit de la communication : au CSA en tant que chargé de mission, des entreprises comme les médias, journaux (radios, télévision etc). B. questions / réponses Les étudiants d’Assas sont-ils privilégiés ?Non, les étudiants de toute la France sont en concurrence. Avoir fait un M2 avant pénalise les étudiants ?Non, il est possible d’avoir fait un M2 avant et demander le M2 DMI ou Droit de la communication dès lors qu’il y a une certaine cohérence entre les deux. Par exemple : on peut avoir fait le M2 Propriété intellectuelle de M. Gautier avant. Dans les deux masters, il y a un voyage d’étude qui crée une bonne entente entre les étudiants. Les associations des deux M2 organisent des événements.
  2. M2 Administration et politiques publiques M. Surel et Mme Broyelle Rencontre du 19 mars Il s’agit d’un M2 aux caractéristiques particulières, puisqu’il regroupe à la fois du droit et des sciences politiques, ce qui vise à l’analyse des politiques publiques. Dans sa structure interne, ce Master 2 est aussi particulier dans la mesure où il regroupe une branche recherche et une branche professionnelle, car il résulte de la fusion entre deux masters : le master recherche de sociologie administrative du Professeur Chevallier et le master professionnel Administration et gestion publique du Professeur De Forges. Les cours fondamentaux sont communs aux deux branches : il s’agit des enseignements de Mme Broyelle, de M. Surel et de M. Chevallier. La branche professionnelle et la branche recherche se distinguent au niveau des matières optionnelles : au deuxième semestre, les étudiants de la branche professionnelle doivent faire un stage et une démarche de projet et sont envoyés en mission dans des structures partenaires (cette année, certains étudiants travaillent notamment avec le cabinet du ministère du droit des femmes), alors que les étudiants de la branche recherche ont un mémoire à rendre. Questions des étudiants et réponses des directeurs du Master : Quelle place est faite aux juristes dans ce master plus politiste ? Les juristes trouvent-ils leur place ? Il y a du droit et il y en aura de plus en plus, pas en quantité mais en qualité. Il s’agit d’un master pluridisciplinaire, il y a un aspect juridique qui sera aussi institutionnel, on va renforcer l’aspect juridique pour que les acquis en droit ne soient pas perdus. Il y a tout de même une majorité de personnes ayant fait une formation juridique. On recherche la diversité. Par rapport au droit, il va falloir dépasser le cadre institutionnel car formellement les étudiants ont pu voir comment cela fonctionne, les cours de droit sont inspirés nécessairement d’une politique, c’est toujours une mise en œuvre d’une politique. Ce master vise à faire la jonction entre les cours juridiques et les politiques publiques. Le master est profilé sur l’après, en général les étudiants se dirigent vers des carrières dans la fonction publique ce qui nécessite d’avoir une connaissance juridique mais aussi une connaissance fine de la façon dont cela fonctionne notamment quant aux effets de concurrence, aux rapports avec les groupes d’intérêts... Il s’agit de savoir anticiper sur leurs attentes des futurs employeurs. Quels sont les critères de sélection ? C’est un Master demandé, nous recevons entre 340 et 350 dossiers. Il y a des critères « classiques » académiques qui s’attachent aux résultats, mais nous prenons aussi en compte les motivations exprimées dans le CV et dans la lettre de motivation, dans laquelle il faut indiquer pourquoi choisir ce master et pas un autre et son objectif professionnel. Certains étudiants ont une moyenne plutôt bonne sans être exceptionnelle, mais ont de bonnes notes dans les matières en rapport avec la science administrative et leur lettre de motivation était convaincante et bien formatée. On veille à avoir des profils différents : il peut y avoir des étudiants ayant fait de l’histoire ou de l’économie mais dont la motivation parait cohérente. En général, on retient cinquante étudiants, pour une promotion de quarante étudiants au final (vingt dans chacune des deux branches). On examine en priorité les dossiers des étudiants ayant placé le Master en premier choix, mais on garde une dizaine de places pour ceux qui l’auraient mis en deuxième choix. La proportion des étudiants venant d’Assas varie, mais on veille à ce qu’ils représentent à peu près la moitié de la promotion. Qu’est-ce qu’une moyenne « honorable » ? Une moyenne de 10 ou 11 paraît un peu juste, mais la moyenne est pondérée selon les universités. « Brutes », les moyennes ne signifient pas grand-chose. En général, une moyenne de 12 ou 13 est une moyenne honorable. Au moment de la sélection, avez-vous connaissance des résultats de l’ensemble de l’année de M1 ? Normalement oui. Si non, il faut envoyer les résultats du deuxième semestre, qui seront alors ajoutés au dossier. La première sélection se fait-elle uniquement avec les notes du premier semestre ? La première sélection a lieu vers fin juin - début juillet, afin d’avoir les notes du second semestre. Trois types de décision peuvent être prises : l’acceptation du dossier, le refus ou une proposition de balancement de la branche professionnelle à la branche recherche. La branche recherche n’exclut pas nécessairement le stage, qui est possible s’il est lié à la thématique de recherche, mais il ne sera pas noté, l’évaluation se fera uniquement sur le mémoire. Ce master n’est-il pas le même que celui dispensé à l’Institut de Sciences Politiques, notamment en termes de contenu ? Les cours dispensés à Sciences Po sont les mêmes d’un point de vue thématique mais les exigences sont différentes, ils ne sont pas formatés de la même manière. Les matières peuvent être substantiellement différentes, même si on commence à s’approcher du même état d’esprit mais ce n’est pas un vrai « doublon ». Cela apporterait quelque chose de faire les deux ? Certains étudiants ont fait les deux en double cursus ou de manière différée. Le master de Sciences Po maximise l’accès aux prépas de Sciences Po pour les concours. Quel type de concours passent les étudiants en général ? Ils passent en général les concours des tribunaux administratifs. D’autres font des prépas supplémentaires car le master n’est pas une préparation aux concours. Le Master va être reformaté pour coller davantage à l’esprit des concours, mais ce n’est pas l’esprit principal du Master. Vers quel type de profession se destinent en général les étudiants ? C’est très varié. Certains étudiants sont devenus collaborateurs d’élus, et notamment d’élus locaux, certains sont entrés au service d’une administration sur une base contractuelle, d’autres ont travaillé au sein d’agences administratives. Généralement, il s’agit de carrières dans la fonction publique ou qui en sont proches. Certains ont aussi fait de la recherche, d’autres sont devenus journaliste ou ont travaillé au sein de cabinets de conseil en affaires publiques. Il s’agit de droit tourné vers l’administration et son fonctionnement, ce n’est pas un master cloisonné sur les règles juridiques et qui n’est pas réservé au concours. Ce master constitue-t-il une plus-value pour le concours des tribunaux administratifs et des Cours administratives d’appel ou est-il plus judicieux de faire un Master 2 plus juridique ? Ce n’est pas incompatible, mais ce n’est pas la meilleure façon de le préparer car c’est vraiment du droit pur. Le but est de ne fermer aucune porte, de continuer d’utiliser le droit comme apport de Politique publique mais aussi le conserver comme matière pure pour ne pas se fermer de porte. Les étudiants qui l’ont passé avaient d’autre cours et étaient en stage au Conseil d’Etat, ils avaient donc une certaine pratique. On peut orienter son M2 en fonction de ce que l’on souhaite. N’y a-t-il pas une limite d’âge à 25 ans pour passer les concours ? Cette information est à vérifier, mais normalement, la limite d’âge a été supprimée. Il me semble que deux étudiants plus jeunes aient passé le concours il y a deux ans. Dans tous les cas, le Master ne coupe pas du droit, tout est fait pour que cela ne se produise pas. Peut-on faire autre chose à côté, par exemple des stages, au regard du travail personnel qui est à fournir sans compromettre sa réussite ? La maquette du Master permet de l’adapter aux souhaits de l’étudiant, il peut ainsi être orienté davantage vers le droit ou davantage vers les sciences politiques. Par exemple, le stage est requis au second semestre mais certains étudiants s’arrangent pour avoir un stage au premier semestre. En règle générale, plus on fait de choses, mieux on arrive à s’organiser, les expériences se complètent et les étudiants arrivent à s’organiser pour pouvoir assister aux cours et mettre en pratique l’enseignement dispensé en cours pendant le stage. De plus, la plupart du temps, les étudiants suivent des cours par ailleurs pour passer le concours. Certains étudiants passent-ils le CFRPA ? Oui, certains le font. Comment s’organise la notation ? Cela varie. Au premier semestre, s’agissant d’un enseignement plus classique, l’évaluation se fait à l’écrit, alors qu’au second semestre, des séminaires sont organisés, ce sont des exercices plus pratiques durant lesquels il s’agit de faire des notes de cabinet, des jeux de rôle pour comprendre la logique de compromis inhérente à une politique publique qui est un milieu très conflictuel. Il peut aussi y avoir des présentations d’articles. Dans tous les cas, il faut toujours avoir 10 de moyenne pour obtenir son diplôme. Pour les étudiants de la branche professionnelle, y-a-t-il une soutenance du rapport de stage ? Oui, pour la démarche de projet, il y a une soutenance. En juin il y a une journée en présence des tuteurs qui ont suivi et ce sont ceux qui font l’évaluation. Le stage est sur le second semestre mais la démarche de projet dépend de la structure d’accueil, certaines veulent commencer tôt ils ont besoin de commencer le projet rapidement. Un stage en cabinet d’avocat n’est pas impossible tant que cela touche aux politiques publiques. C’est aux étudiants de trouver le stage mais s’il n’est pas trouvé, le master est toujours sollicité et une solution sera trouvée Certains anciens étudiants demandent des stages. Un réseau se constitue pour avoir une meilleure information, montrer quelle sont les trajectoires professionnelles mais aussi pour nourrir le contenu. Quel âge exactement a le Master ? Dans sa structure actuelle, le Master a quatre ou cinq ans. Auparavant, la branche professionnelle et la branche recherche étaient séparées. Faut-il vraiment montrer sa motivation dans la lettre de motivation ? Est-ce dommageable de ne pas avoir de projet arrêté et précis ? On va rechercher quelles sont les motivations de l’étudiant, comment il présente son parcours et comment ce master pourrait répondre à ses attentes. La lettre de motivation peut être tournée vers un bilan des études. Par exemple, un étudiant qui a fait de l’associatif ou qui a travaillé au sein d’une collectivité est intéressant. Il faut mettre en avant tout ce qui peut faire la différence. Il faut également s’interroger sur les raisons qui nous poussent à faire ce master et pas un autre. Un contenu particulier est-il exigé dans le CV, telle que par exemple une expérience associative ? Le parcours associatif n’est pas exigé, il faut seulement mettre les informations les plus pertinentes et les plus sincères qui pourraient être intéressantes. Il n’y a pas d’exigences particulières, on veille à avoir des profils différents. Tout ce qui pourrait faire une différence est à mettre en avant. Dans la lettre de motivation, il expliquer pourquoi on veut faire ce Master. Un engagement politique peut également être mis en avant. L’idée est que le parcours et le discours soient cohérents et qu’ils s’ajoutent à des résultats académiques convaincants. Faut-il préciser dans la lettre de motivation quelle branche est visée ? Oui, c’est demandé de toute façon demandé dans le dossier. Y a-t-il un quota pour chaque branche ? La plupart des dossiers que nous recevons demandent la branche professionnelle plutôt que la branche recherche. On tente d’avoir un équilibre, cette année il est atteint mais ce n’est pas forcément le cas tous les ans. Il n’y a pas de numerus clausus, cela dépend de la nature des demandes et des profils proposés. Le choix de la branche peut-il est préjudiciable ? La branche recherche empêche-t-elle de passer les concours ? Non, la branche recherche laisse davantage de temps, la branche professionnelle n’est pas l’unique branche pour passer les concours, les deux conviennent. La branche recherche ne vise pas nécessairement à faire une thèse, on peut faire un mémoire plus professionnalisant dans un domaine particulier, sur des institutions particulières, on peut le calibrer un sujet pratique. Il faut être actif et réfléchir dès le début du M2 à la manière dont on veut l’orienter, il faut que ce soit clair vers octobre ou novembre, mais des réunions seront évidemment organisées pour encadrer et aider les étudiants. Il n’y a que trois cours en communs, auxquels s’ajoute un large choix de matières qui va sans doute s’agrandir l’année prochaine (avec par exemple l’ajout du cours de procédure d’élaboration de la loi). Il y aura peut-être aussi des professeurs étrangers invités qui donneront des cours, notamment sur l’Europe. Faut-il nécessairement faire un stage dans une institution française ? Non, si vous avez a l’opportunité d’aller à l’étranger c’est très bien, mais il faut nous prévenir rapidement pour s’organiser pour l’évaluation des cours. Y a-t-il des destinations qui seraient plus « cotées » que d’autres ? Non, cela dépend du cursus que l’on veut faire. Si on a eu des relations particulières avec une destination, si on veut travailler dans une institution à l’étranger et que l’on a la possibilité de partir, c’est une belle opportunité. Le M2 vise avant tout à faciliter l’insertion dans la vie professionnelle. Pour la démarche de projet, y-t-il une liste imposée ou peut-on en proposer ? Oui, il y a une liste car la démarche de projet est pilotée par un tuteur pour suivre les étudiants, car il faut qu’il y ait un suivi pour que la mission ait du sens. Jusqu’à présent il n’y a pas eu de démarche de projet initiée par les étudiants, mais si on connait par ses contacts quelqu'un qui serait intéressé, il peut être proposé et ajouté.
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.