Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Drummond'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Hall d'Assas
    • L’actualité de l’association et d’Assas
    • Tribune Libre
    • Actualité et Politique
    • Culture et Dépendances
    • Petites Annonces
  • Grand Amphi
    • Licences et capacités
    • Masters
    • AES - Eco Gestion
    • Diplômes d'université
    • Etudier à l'étranger
    • Insertion professionnelle
  • Le coin B.U
    • Polycopiés
    • Fiches et méthodologie
    • Annales

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Interests


Filière


Année d'études

3 résultats trouvés

  1. Compte rendu Master 2 Droit des affaires et fiscalité Dirigé par le Professeur Drummond C’est un master 2 qui est professionnel : il ne permet donc pas de faire une thèse, d’aller beaucoup en bibliothèque pour approfondir un sujet donné, etc. C’est un master généraliste qui vise à former des stagiaires puis des collaborateurs opérationnels pour les grands cabinets d’avocats d’affaires de la place de Paris. Enseignements Le master est construit autour de trois axes : - Droit des contrats - Droit des sociétés et techniques sociétaires - Droit fiscal è Chaque matière sera approfondie en 44 heures. L’approche est à la fois académique et professionnelle avec des interventions en tandem alliant un universitaire et un professionnel. 9 « petites matières » (le volume horaire de certaines de ces matières peut rester conséquent) - Analyse financière - Droit du travail - Droit de la concurrence - Contentieux des affaires - Fiscalité internationale - Restructurations - Droit des opérations financières et boursières - Deux cours en anglais : droit anglo-américain des contrats, droit boursier américain Méthode de travail - Chaque semaine, il y a un dossier à préparer avec des travaux en groupe fréquents. - Le « deal » : c’est un séminaire animé chez White & Case par deux anciens du master. Les étudiants répartis en un groupe acheteur et un groupe vendeur négocient. Ceci familiarise les étudiants avec le process qui va du début de la négociation jusqu’au closing. Stage –avril-juin - Portefeuille de stages important. - 15 premiers jours du M2 : tous les matins, un petit déjeuner dans les cabinets partenaires. Ceux-ci exposent leurs spécificités à chacun des étudiants et tentent de les séduire. Conditions d’admission - Au moins deux mentions à 13 pour pouvoir arriver jusqu’à l’entretien. è 60 candidats sont sélectionnés pour l’entretien, puis 25 sont finalement retenus pour intégrer le diplôme. - Entretien : le jury composé du professeur Drummond, d’un avocat ou directeur juridique et du président de l’association des étudiants vérifie la motivation de l’étudiant, sa curiosité intellectuelle, son ouverture d’esprit, la cohérence de son projet professionnel… Qualités : dynamisme, ouverture d’esprit, intérêt pour l’actualité économique et financière (questions possible lors de l’entretien). Questions possibles à l’entretien : stages, CV, etc. Il faut être au point sur les entreprises, cabinets dans lesquels on a fait des stages. Exemple de profils intéressants : excellents cursus universitaire, sportifs de haut niveau, engagements associatifs, etc. On « donne beaucoup » dans ce master. CONCLUSION : il faut savoir ce qu’on va faire de ce diplôme. Ce n’est pas du tout une fin en soi, et il faut en avoir conscience. Une année à l’étranger ? Ce n’est pas rédhibitoire. Il faut cependant être dans les meilleurs de la promotion et dans une université au moins aussi bonne qu’Assas. Une année de césure avec des stages ? Il s’agit plutôt d’un plus et il est toujours bien d’avoir de l’expérience. Anglais ? Maintenant que tout le monde a accès à l’anglais (séries télévisées et autres médias), une bonne maîtrise del’anglais n’est plus réservée aux élèves privilégiés. Quelques questions pourront être posées en anglais lors de l’entretien. Il faut donc être opérationnel. L’accent quant à lui n’a aucune importance. Il faut cependant oser s’exprimer en anglais, qui reste une langue essentielle pour trouver un stage, une collaboration, etc. Il n’est pas possible de passer le CRFPA en parallèle du M2, mieux vaut donc travailler son anglais durant l’été du M1 au M2 pour se débarrasser de ses inhibitions. QUESTIONS Q1 : Les lettres de recommandation sont-elles utiles ? Elles peuvent l’être,mais ne sont pas nécessaires. . Q2 : Est-il vraiment possible de mettre le M2 droit des affaires et fiscalité et le M2 droit des affaires de M. Synvet simultanément en premier choix ? Est-ce préjudiciable aux yeux du Professeur Synvet ? Oui, il est possible de mettre les deux en premier choix. L’un n’influence pas l’autre. Les dossiers non retenus en M2AF sont examinés pour le M2 recherche. Q3 : Le poids de notes est-il hiérarchisé selon les années ? Les notes de M1 ne comptent pas plus mais certaines matières (droit du crédit, droit des sociétés, droit des obligations/contrats spéciaux) seront regardées avec attention. L’homogénéité du dossier est importante. Il est bon d’expliquer pourquoi on a pu avoir un « accident » dans sa lettre de motivation. Q4 : Est-ce qu’avoir fait ses deux premières années dans une autre faculté est préjudiciable? Non, pas du tout. Beaucoup viennent directement d’ailleurs et il n’y a pas de quotas d’étudiants parisiens. Dans la promotion actuelle, seuls deux ou trois élèves ont fait l’intégralité de leur cursus à Paris II. Il y a beaucoup de majors d’autres facultés, d’étudiants d’écoles de commerce, etc. Q : Partenariat avec l’Essec ? On peut être admissible directement à l’Essec avec un score correct au TAGE MAGE et en anglais, sous réserve de passer l’entretien. Pourtant, il y a des années où personne ne profite de cette opportunité. Q5 : Des élèves sortant de magistères peuvent-ils être retenus ? Le magistère de Paris II ? Non, ils suivent déjà une formation à part. Pour les magistères d’autres universités, ceci est tout à fait possible et peut représenter un atout. Q6 : Ne pas avoir fait de stage est-il rédhibitoire ? Non. Cela dépend des raisons avancées par le candidat pour expliquer cette absence de stage. Il est vrai que trouver un stage peut être très compliqué pour certains, et le Professeur Drummond en a conscience. Q7 : Un stage en fin de M1 est-il intéressant à mentionner ? Oui. Il est d’ailleurs probable que le candidat soit interrogé sur la façon dont l’entretien s’est déroulé, ainsi que sur le début de son expérience. Q8 : Y a-t-il une liste d’attente ? Oui. il est arrivé que un étudiant se désiste, gêné par le fait de ne pas pouvoir passer le CRFPA. Nota bene : il est possible d’aller voir le Professeur Drummond avec son dossier pour évaluer le dossier (pour savoir si on peut aller jusqu’à l’entretien). Il faut oser postuler, ne surtout pas s’autocensurer. Il n’y a d’ailleurs pas grand chose à perdre, et le jeu en vaut la chandelle. Informations pratiques : les entretiens auront lieu le lundi et mardi de la première semaine de juillet. Les résultats seront affichés le mardi soir. Une décision devra être prise extrêmement rapidement par le candidat.
  2. Présentation du Master Droit des affaires et fiscalité : Mme le Professeur Drummond Quelles sont les caractéristiques principales du Master ? Premier caractère important du Master 2 Droit des affaires et fiscalité : il s’agit d’un master généraliste de droit des affaires. On y étudie trois grandes matières que sont le droit des contrats, le droit des sociétés et le droit fiscal. Ces matières font des étudiants d’excellents juristes de droit des affaires. De plus, gravitent autour de ces trois matières fondamentales neuf autres disciplines qui vont compléter la compréhension des étudiants de l’environnement juridique de l’entreprise comme le droit fiscal international, le droit des marchés financiers, le droit de la concurrence, le droit du travail ou le droit anglo-américain des contrats. Deuxième caractère important du Master : c’est un master professionnalisant. Autrement dit, c’est un master dans lequel les intervenants interviennent en tandem : un universitaire et un praticien. C’est un master interpénétré de pratique et d’académique. A cela s’ajoute un stage de trois mois obligatoire qui permet de mettre en relief cet enchevêtrement. Comment l’année se déroule-t-elle ? Elle se déroule avec une prérentrée, assez tôt, aux alentours du 15 septembre. Cette prérentrée dure trois semaines et s’axe sur une actualisation des connaissances. Commence ensuite l’année véritable se décomposant en dix-huit semaines de cours et trois mois de stage. C’est un master dans lequel on travaille. Autrement dit, il est très exigeant en terme d’emploi du temps et un effort soutenu est exigé tout au long de l’année. C’est d’ailleurs ce qui fait la qualité du master : les étudiants sont bien meilleurs en en sortant qu’en y entrant, la sélection ne fait pas toute la qualité du master. Concrètement, en termes de travaux, une importance considérable est donnée aux travaux en équipe et à la simulation, aux travaux en situation, notamment avec la mise en place du « deal », un séminaire de négociation en « situation réelle » chez White & Case. Ces travaux de groupe rapprochent les étudiants de la promotion. Cet esprit de corps est un aspect très important du master qui ne correspond ainsi pas à des étudiants individualistes. Quels sont les débouchés du master ? C’est un master qui ouvre aux grands cabinets d’affaires de la place de Paris. Il faut accepter de jouer le jeu de ces cabinets, les étudiants du master sont très convoités. Le monde de ces cabinets lui-même est particulier, il faut avoir envie de vivre une telle expérience et en connaître la nature. A titre de formation, durant les trois ou quatre premières années suivant le master, il faut être conscient qu’il faudra se surpasser au sein de ces cabinets, c’est une formation en soi, le master mène à cela. Après ces quatre années c’est la liberté, et cet outil est un tremplin formidable, des anciens étudiants ont monté leur cabinet, d’autres ont rejoint de grandes entreprises, tous sont sortis grandis de cette expérience. Conditions d’accès au Master : 1ère Etape : le dossier. Il faut deux mentions dans le cursus, c’est impératif. Peu importe l’année d’obtention de ces mentions, mais elles sont nécessaires. Il n’y a aucun autre pré-requis, les options ne sont par exemple pas prises en compte. Le fait de ne pas parler anglais est un problème mais un problème auquel on peut facilement remédier. 2ème étape : l’entretien. Suite à la présélection sur dossier, sont convoqués les soixante meilleurs étudiants. A partir du moment où les étudiants sont convoqués ils sont tous mis sur un pied d’égalité, c’est à eux de persuader le jury de l’entretien composé d’un avocat, d’un étudiant de la promotion précédente et de Madame Drummond. Qu’est-ce qu’y est analysé durant cet entretien ? La curiosité, la motivation, le tempérament du candidat. L’étudiant pourra être interrogé sur ses stages par exemple (même si le stage n’est pas obligatoire pour l’admission) ou sur tout autre point de son dossier voire sur l’actualité financière. 3ème étape : A l’issu de ces entretiens, 20 étudiants sont généralement sélectionnés et une difficulté demeure quant aux cinq derniers. Pour ces derniers étudiants, la différence se fera à nouveau au regard du dossier universitaire. Enfin, ce Master se choisit en premier choix. Il y a un accord passé avec le Master 2 Droit des affaires recherche de Monsieur Synvet. Ainsi, dans son dossier, l’étudiant peut préciser qu’il souhaite être présenté au Master de Monsieur Synvet si Madame Drummond ne retient pas sa candidature. Cet aménagement ne compte que pour un premier choix. Il faut également noter que cette voie n’est pas plus défavorable au candidat que de placer le Master de Monsieur Synvet en premier choix. En effet, seule la qualité du dossier sera appréciée, comme pour tout autre étudiant. Questions : Un diplôme certifiant le niveau d’anglais est-il exigé ? Non. Mais il faut garder à l’esprit que l’anglais est aussi important que les résultats académiques. Par exemple, les entretiens de stages ont lieu dès septembre et une partie de ces entretiens se déroule en anglais. Peut-on passer le barreau en septembre ? Non. Madame Drummond ne veut pas que les étudiants passent le Barreau en septembre car ils se priveraient alors de la possibilité d’être pleinement efficaces dans le Master. Il suffit de passer le Barreau l’année d’après. Il est plus intéressant de passer l’été à améliorer son anglais. Un départ en Erasmus est-il rédhibitoire ? En principe oui, notamment s’il a empêché de participer au cours de droit des sociétés ou au cours de droit du crédit. Que peut-on faire après le Master ? Passer le barreau et rejoindre vite un cabinet ou une entreprise. Le Master débouche sur la vie professionnelle ; certains étudiants choisissent toutefois de continuer leurs études avec un LLM à l'étranger ou de profiter du partenariat avec l’Essec : en sortant du Master les étudiants sont admissibles de plein droit à l’ESSEC à condition d’avoir le niveau requis d’anglais et d’avoir réussi le Tage Mage avec un score correct.
  3. M2 Droit des affaires et fiscalité Mme le Professeur Drummond Rencontre du 25 mars Présentation du Master 2 par le Professeur Drummond : Le Master est présenté très précisément sur le site de Paris 2 et, surtout, sur le site de l’association des étudiants : http://www.affaires-fiscalite.com/ que je vous conseille vivement d’aller voir. Je ne soulignerai donc que deux spécificités de ce master. La première est qu’il s’agit d’un Master généraliste de droit des affaires qui repose sur trois grands piliers : le droit des contrats, le droit des sociétés et le droit fiscal. Cette généralité m’apparaît indispensable pour pouvoir traiter intelligemment les questions transversales posées aux cabinets d’avocats d’affaires et pour pouvoir évoluer en terme de carrière. Autour de ces trois piliers, les autres matières permettent de bien appréhender l’ensemble du droit de l’entreprise : ce sont, le droit du travail, le droit de la concurrence, le droit des marchés financiers, la fiscalité internationale, le contentieux fiscal, les restructurations… deux grands cours sont donnés en anglais en groupes de niveau : droit boursier américain et droit anglais des contrats. Le deuxième élément important, c'est le caractère professionnel du Master. Beaucoup de séminaires sont fait par des professionnels - les meilleurs avocats interviennent dans le Master -, et sont conçus à partir de cas rencontrés dans leur pratique professionnelle. Ce Master ne correspond pas à des étudiants qui auraient la volonté de continuer en doctorat. Cela ne veut pas dire que les questions ne sont pas approfondies. En droit des contrats, l’entraînement à la rédaction des contrats est très exigeant et suppose un approfondissement certain de la matière. En droit des sociétés, on est dans des problématiques également assez sophistiquées. Le processus de sélection Il faut au moins deux mentions et quatre ans de droit en France car il faut avoir fait un an de TD de droit de sociétés et un an de TD de droit fiscal. Il faut un bon cursus universitaire. On regardera en particulier les notes en droit des obligations, en droit civil du crédit, en droit des sociétés. Après la sélection sur dossier, 60 étudiants sont appelés pour passer un entretien. Au moment où l'on passe l'entretien, le dossier ne joue plus et tous les étudiants sont remis sur un pied d'égalité. Celui-ci a lieu devant un jury constitué par un ancien étudiant (en général le président de l'association du master), un avocat ou un directeur juridique d'une grande entreprise et le Pr Drummond. Quelques uns passent en 5 minutes, d'autres entretiens peuvent durer plus longtemps. Qu'est-ce qu'on cherche à voir pendant l'entretien ? D'abord, si les membres du jury ont envie de travailler avec l'étudiant pendant un an, si l'étudiant a une chance d'être pris par un cabinet d'avocat, on apprécie l’envie, la motivation, l’énergie de l’étudiant, son ouverture d’esprit, sa curiosité intellectuelle, son potentiel… Il faut que l'étudiant soit curieux. Il sera interrogé sur son CV, quel dossier il a été amené à traiter en stage, sur l'actualité, etc. Les notes du deuxième semestre de Master 1 comptent. Cela peut avoir un impact le jour de l'entretien. Il y a la possibilité de cocher une case sur une feuille jointe au dossier pour que le dossier soit transmis au master recherche du Pr Synvet. Si l'on n’est pas sélectionné dans le master 2 droit des affaires et fiscalité, cela ne constitue pas un handicap pour le master recherche du Pr Hervé Synvet. Il n'y a aucun quota. Ni fille/garçon, ni français/étranger, ni Assas/province. Interventions des étudiants du Master 2 : - Très souvent, la promotion est séparée en groupes de travail, soit pour la résolution de cas, soit pour des simulations de séance devant une cour d'appel ou devant l'autorité des marchés financiers, soit encore pour ce que l’on appelle le Deal : jeu de rôle de négociation pour l’acquisition d’une entreprise, menée sous l’égide de deux avocats et poursuivi sur 5 séances. - C’est un aspect qu'on oublie souvent : on est 24 et on est beaucoup amenés à travailler en groupe. Il faut donc aimer ça ou avoir envie d'apprendre à le faire. Travailler en groupe est parfois compliqué car, au cours de ces études de droit, on travaille surtout individuellement. C'est un excellent entraînement car pour les cabinets d'avocats, c'est vraiment essentiel. - Ceux qui ont le goût de la recherche ne seront pas déçus car il y a beaucoup d’approfondissements théoriques dans ce qu'on fait (en droit des obligations par exemple). - On est vraiment amenés à connaître le milieu des avocats d’affaires et ce master permet véritablement de se familiariser avec le monde des avocats. Pendant les 15 premiers jours du master, on est reçus chez les cabinets partenaires et les avocats expliquent les spécificités du cabinet et se présentent auprès des étudiants du master. - Pas d'inquiétude si on n’a pas l'impression de faire partie de l'univers du droit des affaires. Ce Master nous forme et, si on aime le droit et l'économie, il faut foncer. Question des étudiants et réponses de Mme le Professeur Drummond : Comment se combinent enseignements dispensés par des universitaires et enseignements dispensés par des professionnels ? En terme de répartition entre les enseignants universitaires et professionnels, c'est à peu près équivalent. Les universitaires et les professionnels interviennent souvent en tandem, notamment en droit des contrats et en droit des sociétés. Quand il y a un professionnel qui intervient sur une question particulière, un universitaire est là pour donner de la cohérence à l'ensemble. Il y a des matières qui ne sont enseignées que par des professionnels (droit des marchés financiers par exemple) et d'autres uniquement par des universitaires (droit du travail par exemple). Ce qui est important dans ce master, c'est que l'on va avoir un enseignement véritablement inscrit dans la pratique. Faut-il avoir un certain niveau d'anglais pour postuler ? Le fait de ne pas bien parler anglais est-il rédhibitoire ? Si on est mauvais en anglais, ce n'est pas rédhibitoire mais il faut s'y mettre pendant l'été (prendre des cours, partir, etc). Ce n'est pas un critère pour la sélection à l’entretien, mais, si le niveau d'anglais est faible, cela peut faire la différence au moment de l'entretien. En tout état de cause, l’étudiant doit prendre les moyens d’atteindre un niveau d’anglais convenable avant le début du stage, l'anglais est un prérequis pour les cabinets d'avocat. Est-ce pénalisant de préparer le CRFPA cet été ? Pr Drummond : Ce n'est pas compatible de passer le CRFPA à la rentrée avec le master. La rentrée du M2 a lieu début septembre. Or, le travail du M2 est très exigeant donc on ne peut pas faire les deux. Il peut y avoir des exceptions quand l'étudiant a un profil particulier (s'il est plus âgé parce qu'il est normalien ou vient de l'ESSEC, etc). Mais pour les étudiants en droit, c'est un non sens de passer le CRFPA pendant le M2, ils pourront le passer l'année suivante. Étudiant du Master : L'année universitaire de Master 2 ne ressemble en rien aux quatre précédentes. L'approche est complètement différente. Elle est lourde mais elle est également source de plaisir intellectuel, si on passe à côté de ça parce qu'on passe le CRFPA, on peut être frustré. Par ailleurs, ce master permet une autre vision du droit, notamment en droit des obligations avec Alain Ghozi, qui peut donner un enrichissement notamment en vue de passer le CRFPA. Enfin, pendant l'été qui suit le master, les étudiants préparent souvent le CRFPA en groupe. Peut-on on faire ce Master 2 après celui de droit privé général ? La réponse de principe est non ; il peut y avoir des exceptions dans des cas très particuliers. Y a-t-il un mémoire à préparer ? Non. Il y a un rapport de stage sur une question particulière vue en stage ce qui donne quand même l'occasion de rédiger sur une question de droit particulière. Cette question est proposée par l'étudiant et approuvée par le professeur. Peut-on faire un stage dans une matière qui n'a pas de lien avec le droit des affaires, type propriété intellectuelle ? Non, il faut rester dans le cœur du Master. Y a-t-il des étudiants qui sont en stage en droit pénal des affaires ? Oui, le contentieux des affaires est une discipline à part entière du master et très prisée par les étudiants. Quelles sont les dates d'entretien et de résultat ? Ils auront lieu pendant la première semaine de juillet. La réponse est donnée le soir même du deuxième jour d'entretien. Ceux qui sont retenus à l’entretien sont informés une quinzaine de jours avant. Pour les lettres de recommandation, comment sont-elles appréciées ? La première sélection se fait à partir du dossier universitaire. A ce stade, le seul critère est les résultats obtenus pendant les 4 années de droit. Après, il y a l’entretien pendant lequel on cerne la personnalité de l’étudiant, les stages effectués, le niveau d’anglais… les lettres de recommandation peuvent être utiles pour des dossiers sur lesquels on hésite. Sur la forme de l'enseignement, est-il toujours pratique ou y a-t-il des enseignements théoriques ? Cela dépend des matières. En droit des sociétés, on travaille sur des dossiers ou des cas et on a une semaine pour le préparer. En droit des obligations, c'est plus dans un esprit de recherche. Pour le droit fiscal, c'est devenu pour l'essentiel des études de cas également.
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.