Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Rencontres avec les directeur'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Hall d'Assas
    • L’actualité de l’association et d’Assas
    • Tribune Libre
    • Actualité et Politique
    • Culture et Dépendances
    • Petites Annonces
  • Grand Amphi
    • Licences et capacités
    • Masters
    • AES - Eco Gestion
    • Diplômes d'université
    • Etudier à l'étranger
    • Insertion professionnelle
  • Le coin B.U
    • Polycopiés
    • Fiches et méthodologie
    • Annales

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Location


Interests


Filière


Année d'études

1 résultat trouvé

  1. M2 Droit des affaires et fiscalité Mme le Professeur Drummond Rencontre du 25 mars Présentation du Master 2 par le Professeur Drummond : Le Master est présenté très précisément sur le site de Paris 2 et, surtout, sur le site de l’association des étudiants : http://www.affaires-fiscalite.com/ que je vous conseille vivement d’aller voir. Je ne soulignerai donc que deux spécificités de ce master. La première est qu’il s’agit d’un Master généraliste de droit des affaires qui repose sur trois grands piliers : le droit des contrats, le droit des sociétés et le droit fiscal. Cette généralité m’apparaît indispensable pour pouvoir traiter intelligemment les questions transversales posées aux cabinets d’avocats d’affaires et pour pouvoir évoluer en terme de carrière. Autour de ces trois piliers, les autres matières permettent de bien appréhender l’ensemble du droit de l’entreprise : ce sont, le droit du travail, le droit de la concurrence, le droit des marchés financiers, la fiscalité internationale, le contentieux fiscal, les restructurations… deux grands cours sont donnés en anglais en groupes de niveau : droit boursier américain et droit anglais des contrats. Le deuxième élément important, c'est le caractère professionnel du Master. Beaucoup de séminaires sont fait par des professionnels - les meilleurs avocats interviennent dans le Master -, et sont conçus à partir de cas rencontrés dans leur pratique professionnelle. Ce Master ne correspond pas à des étudiants qui auraient la volonté de continuer en doctorat. Cela ne veut pas dire que les questions ne sont pas approfondies. En droit des contrats, l’entraînement à la rédaction des contrats est très exigeant et suppose un approfondissement certain de la matière. En droit des sociétés, on est dans des problématiques également assez sophistiquées. Le processus de sélection Il faut au moins deux mentions et quatre ans de droit en France car il faut avoir fait un an de TD de droit de sociétés et un an de TD de droit fiscal. Il faut un bon cursus universitaire. On regardera en particulier les notes en droit des obligations, en droit civil du crédit, en droit des sociétés. Après la sélection sur dossier, 60 étudiants sont appelés pour passer un entretien. Au moment où l'on passe l'entretien, le dossier ne joue plus et tous les étudiants sont remis sur un pied d'égalité. Celui-ci a lieu devant un jury constitué par un ancien étudiant (en général le président de l'association du master), un avocat ou un directeur juridique d'une grande entreprise et le Pr Drummond. Quelques uns passent en 5 minutes, d'autres entretiens peuvent durer plus longtemps. Qu'est-ce qu'on cherche à voir pendant l'entretien ? D'abord, si les membres du jury ont envie de travailler avec l'étudiant pendant un an, si l'étudiant a une chance d'être pris par un cabinet d'avocat, on apprécie l’envie, la motivation, l’énergie de l’étudiant, son ouverture d’esprit, sa curiosité intellectuelle, son potentiel… Il faut que l'étudiant soit curieux. Il sera interrogé sur son CV, quel dossier il a été amené à traiter en stage, sur l'actualité, etc. Les notes du deuxième semestre de Master 1 comptent. Cela peut avoir un impact le jour de l'entretien. Il y a la possibilité de cocher une case sur une feuille jointe au dossier pour que le dossier soit transmis au master recherche du Pr Synvet. Si l'on n’est pas sélectionné dans le master 2 droit des affaires et fiscalité, cela ne constitue pas un handicap pour le master recherche du Pr Hervé Synvet. Il n'y a aucun quota. Ni fille/garçon, ni français/étranger, ni Assas/province. Interventions des étudiants du Master 2 : - Très souvent, la promotion est séparée en groupes de travail, soit pour la résolution de cas, soit pour des simulations de séance devant une cour d'appel ou devant l'autorité des marchés financiers, soit encore pour ce que l’on appelle le Deal : jeu de rôle de négociation pour l’acquisition d’une entreprise, menée sous l’égide de deux avocats et poursuivi sur 5 séances. - C’est un aspect qu'on oublie souvent : on est 24 et on est beaucoup amenés à travailler en groupe. Il faut donc aimer ça ou avoir envie d'apprendre à le faire. Travailler en groupe est parfois compliqué car, au cours de ces études de droit, on travaille surtout individuellement. C'est un excellent entraînement car pour les cabinets d'avocats, c'est vraiment essentiel. - Ceux qui ont le goût de la recherche ne seront pas déçus car il y a beaucoup d’approfondissements théoriques dans ce qu'on fait (en droit des obligations par exemple). - On est vraiment amenés à connaître le milieu des avocats d’affaires et ce master permet véritablement de se familiariser avec le monde des avocats. Pendant les 15 premiers jours du master, on est reçus chez les cabinets partenaires et les avocats expliquent les spécificités du cabinet et se présentent auprès des étudiants du master. - Pas d'inquiétude si on n’a pas l'impression de faire partie de l'univers du droit des affaires. Ce Master nous forme et, si on aime le droit et l'économie, il faut foncer. Question des étudiants et réponses de Mme le Professeur Drummond : Comment se combinent enseignements dispensés par des universitaires et enseignements dispensés par des professionnels ? En terme de répartition entre les enseignants universitaires et professionnels, c'est à peu près équivalent. Les universitaires et les professionnels interviennent souvent en tandem, notamment en droit des contrats et en droit des sociétés. Quand il y a un professionnel qui intervient sur une question particulière, un universitaire est là pour donner de la cohérence à l'ensemble. Il y a des matières qui ne sont enseignées que par des professionnels (droit des marchés financiers par exemple) et d'autres uniquement par des universitaires (droit du travail par exemple). Ce qui est important dans ce master, c'est que l'on va avoir un enseignement véritablement inscrit dans la pratique. Faut-il avoir un certain niveau d'anglais pour postuler ? Le fait de ne pas bien parler anglais est-il rédhibitoire ? Si on est mauvais en anglais, ce n'est pas rédhibitoire mais il faut s'y mettre pendant l'été (prendre des cours, partir, etc). Ce n'est pas un critère pour la sélection à l’entretien, mais, si le niveau d'anglais est faible, cela peut faire la différence au moment de l'entretien. En tout état de cause, l’étudiant doit prendre les moyens d’atteindre un niveau d’anglais convenable avant le début du stage, l'anglais est un prérequis pour les cabinets d'avocat. Est-ce pénalisant de préparer le CRFPA cet été ? Pr Drummond : Ce n'est pas compatible de passer le CRFPA à la rentrée avec le master. La rentrée du M2 a lieu début septembre. Or, le travail du M2 est très exigeant donc on ne peut pas faire les deux. Il peut y avoir des exceptions quand l'étudiant a un profil particulier (s'il est plus âgé parce qu'il est normalien ou vient de l'ESSEC, etc). Mais pour les étudiants en droit, c'est un non sens de passer le CRFPA pendant le M2, ils pourront le passer l'année suivante. Étudiant du Master : L'année universitaire de Master 2 ne ressemble en rien aux quatre précédentes. L'approche est complètement différente. Elle est lourde mais elle est également source de plaisir intellectuel, si on passe à côté de ça parce qu'on passe le CRFPA, on peut être frustré. Par ailleurs, ce master permet une autre vision du droit, notamment en droit des obligations avec Alain Ghozi, qui peut donner un enrichissement notamment en vue de passer le CRFPA. Enfin, pendant l'été qui suit le master, les étudiants préparent souvent le CRFPA en groupe. Peut-on on faire ce Master 2 après celui de droit privé général ? La réponse de principe est non ; il peut y avoir des exceptions dans des cas très particuliers. Y a-t-il un mémoire à préparer ? Non. Il y a un rapport de stage sur une question particulière vue en stage ce qui donne quand même l'occasion de rédiger sur une question de droit particulière. Cette question est proposée par l'étudiant et approuvée par le professeur. Peut-on faire un stage dans une matière qui n'a pas de lien avec le droit des affaires, type propriété intellectuelle ? Non, il faut rester dans le cœur du Master. Y a-t-il des étudiants qui sont en stage en droit pénal des affaires ? Oui, le contentieux des affaires est une discipline à part entière du master et très prisée par les étudiants. Quelles sont les dates d'entretien et de résultat ? Ils auront lieu pendant la première semaine de juillet. La réponse est donnée le soir même du deuxième jour d'entretien. Ceux qui sont retenus à l’entretien sont informés une quinzaine de jours avant. Pour les lettres de recommandation, comment sont-elles appréciées ? La première sélection se fait à partir du dossier universitaire. A ce stade, le seul critère est les résultats obtenus pendant les 4 années de droit. Après, il y a l’entretien pendant lequel on cerne la personnalité de l’étudiant, les stages effectués, le niveau d’anglais… les lettres de recommandation peuvent être utiles pour des dossiers sur lesquels on hésite. Sur la forme de l'enseignement, est-il toujours pratique ou y a-t-il des enseignements théoriques ? Cela dépend des matières. En droit des sociétés, on travaille sur des dossiers ou des cas et on a une semaine pour le préparer. En droit des obligations, c'est plus dans un esprit de recherche. Pour le droit fiscal, c'est devenu pour l'essentiel des études de cas également.
×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.