Aller au contenu
Roman

Inception

Messages recommandés

Inception

 

inception-poster.jpeg

 

En salles depuis le 21 juillet. De Christopher Nolan, avec Leonardo di Caprio, Ellen Page, Joseph Gordon Levitt, Marion Cotillard, Ken Watanabe, Tom Hardy, Cillian Murphy et Michael Caine.

 

Donc voici le topic pour discuter du film, ce que vous en avez pensé, vos interprétations, etc !

Modifié par Roman

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est MONUMENTAL.

 

ATTENTION : pas de spoil à proprement parler mais je fais parfois référence à des scènes.

 

Le film n'est pas sans imperfections. Je trouve qu'il y a quelques longueurs pendant certaines fusillades ou poursuites, un peu en plein milieu du film, mais ce sentiment a ensuite disparu. Je trouvais juste ces scènes trop longues, elles commençaient à me peser. On peut également "griller" quelques chutes importantes, ce fut mon cas (le lien avec la 1ère scène, la toupie de la fin, la 1ère inception), mais malgré tout on se laisse surprendre par l'ensemble et ça ne gâche en rien le film.

 

Mais tout le reste est génial.

 

Le casting est énorme et on se demande un peu quelle place va pouvoir avoir chaque acteur. J'émettais même quelques doutes quant à l'intérêt d'en avoir recruté autant. Et bien non ! Le casting, tant le nombre d'acteurs que le choix des acteurs, est 100% justifié. Chaque acteur a vraiment sa place et propose un jeu parfaitement adapté. Alors oui, c'est plus dur pour certains rôles que pour d'autres, et évidemment Di Caprio illumine le film, mais les personnages plus secondaires ont tous un intérêt, jusqu'au chimiste. J'avais un peu du mal avec Cotillard au début, ne comprenant pas exactement son rôle et n'aimant pas le côté un peu femme fatale qui avait l'air de lui être donné, mais en fait ce n'était qu'une impression. Dès qu'on a plus d'éléments, on change de perception et le personnage devient intéressant.

 

Le concept est vraiment très bon, on rentre facilement dedans, on se laisse bien prendre et la réflexion tient la route. Rien de trop compliqué si on suit bien, même si apparemment mes voisins étaient largués. C'est sans commune mesure avec l'histoire de l'architecte dans Matrix 2 ou 3 par exemple :D

 

Par ailleurs, on trouve au fond dans ce film un certain mélange de genres. On trouve de l'action, on a une histoire qui hante le héros, une équipe qui est constituée pour accomplir une mission, une part de science-fiction du fait de l'idée de base (les rêves) mais qui s'inscrit dans un contexte très réaliste. On a quelques effets spéciaux que je ne comprenais pas dans les extraits, mais qui prennent toute leur place dans le film et qui rendent franchement bien (Gordon-Levitt dans l'hôtel quand la pesanteur a disparu, je pense à la scène dans le couloir qu'on voyait dans les extraits).

 

Je ne comprenais pas les critiques qui disaient qu'on n'avait rien vu de tel depuis Matrix. Et bien c'est exactement ce que j'ai ressenti pendant le film. Inception apporte une idée, un concept et y plonge le spectateur. Il a quelque chose d'innovant alors qu'en soi, chaque élément pris séparément a déjà été vu ailleurs. C'est vraiment l'ensemble qui donne cette impression.

 

Bref : génial ! C'est vraiment le film de l'année, voire de la décennie.

 

En revanche, je ne pourrais pas le revoir tout de suite. Je ne sais pas comment tu fais Roman !

Modifié par canard psychopathe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et la fin tu l'interprètes comment ?

 

Pour ma part, alors que je suis vraiment pas fana du concept "je retourne voir un film 5 jours après l'avoir vu une première fois", j'avais vraiment envie d'y retourner pour Inception, pour fouiner des indices sur la fin, comprendre les petites spécificités des rêves, etc. Et ça m'a bien aidé, je l'avoue ! J'ai pris autant de plaisir, voire plus que la première fois où on est allé le voir.

 

Je ne ferai pas une critique, Roman sait si bien le faire :dydy:

 

En revanche, j'ai plusieurs théories sur ce film :

 

 

- Le bon Happy end (ce serait ma fin préférée, pas la fin la plus subtile, la plus impressionnante, mais elle me rend heureuse) : Cobb a bien trouvé Saito perdu dans les limbes(qui est vieux parce que ça fait un moment qu'il est dans les limbes, cf. le fait qu'il soit mort avant), ils se réveillent (grâce à un "kick"), et tout est bien qui finit bien, il retrouve ses enfants (qui même s'ils sont dans la même posture, et quasiment habillés pareil que dans ses souvenirs, ont grandi) et cette fichue toupie qui vacille beaucoup avec la fin du film, finit par tomber.

 

- Ma deuxième fin préférée remet en question l'histoire du film en elle même !

Et si Inception n'était pas l'histoire de l'inception de Cillian Murphy, mais celle faite sur Dicaprio menée par ses amis, et Michael Caine ? Michael Caine, qui a poussé le recrutement d'Ariadne (qui ne cesse de vouloir aider, et comprendre son patron, et va même jusqu'à tuer Mall dans les limbes) voudrait faire oublier Mall à Cobb, lui faire comprendre qu'il faut lâcher prise. Dans cette version, les regards que chacun lance à Cobb à l'aéroport signifient moins "on a réussi la mission" que "ça y est, tu t'en est sorti", Inception devenant ainsi un drame humain teinté de science-fiction, dans lequel un groupe de personnes aide un ami à oublié un être disparu.

J'ai trouvé cette interprétation sur Allociné, elle me plait assez, c'est la version que Dicaprio approuve en tout cas.

Dans cette version, la fin est donc aussi dans le monde réel, en happy end et la toupie finit aussi par tomber.

Seule chose qui me déplait avec cette interprétation : l'aspect bidon (donc) de la réconciliation entre Fischer et son père, qui m'a beaucoup touchée.

 

- Ma dernière théorie (celle que j'aime le moins, mais qui est sûrement aussi plausible) :

Dicaprio a retrouvé Saito, complétement perdu dans les limbes, et Saito qui traficote son pistolet à la fin de la scène, choisit de tirer sur Dicaprio, ce qui le plongerait dans un sous-niveau de limbes (sous une telle drogue, on n'est pas sûrs de quelle façon on peut sortir des limbes : kick ? mort ? ) ou il rêve de retrouver ses enfants et d'avoir réussi l'inception. En tout cas, cette version se passe dans le rêve.

 

Sinon, une dernière remarque : La toupie est le totem de Mall, quel est celui de Dicaprio ? Est-ce que puisque c'est le totem de Mall, il ne tomberait pas plutôt à chaque fois (simplement ce n'est pas montré à l'écran) ?

 

Bref, je suis toujours aussi perplexe par cette fin, qui est plus casse tête que celle de Shutter Island :D

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout à fait d'accord avec toi sur les 3 premiers points de ton spoil. J'ai ressenti un peu de tout ça à la fin, je pense qu'on peut partir très loin, notamment pour ton 2ème tiret, mais on ne nous donne aucun autre élément pour le conforter, alors que le film explique quand même tout assez bien pour ne pas perdre en route trop de spectateurs lents d'esprit :D

 

Bon point pour les fringues, je n'avais pas réalisé. Mais ça m'emmerde en fait cet "indice".

 

Moi non plus je ne comprends pas pourquoi Cobb a le même totem alors qu'on ne doit pas donner son totem.

Au fond, on s'en fout que la toupie tourne sans cesse : pourquoi les rêves de Di Caprio devraient entraîner la même chose que ceux de Mall ? C'est lorsque Mall rêvait que sa toupie tournait sans cesse. De même, il a touché la toupie de Mall, mais alors qu'ils rêvaient tous les deux, dans les limbes. Bref, tout ça est assez bizarre en fait.

 

 

Je n'ai pas envie d'interpréter la fin, car je n'ai pas envie de savoir, ça va me frustrer, vu que je ne saurai jamais :lol:

Et comme tu le dis, on a au moins 3-4 solutions possibles, car ce n'est pas juste

"la toupie tourne-t-elle sans fin ou non ?"

. Il y a plein d'options.

 

ps : J'ai lu la critique de télérama car j'ai vu sur allociné qu'elle était assez moyenne. Mais quel con ce Louis machin ! Les éléments qu'il soulève sont justifiés, mais il en arrive à la conclusion que c'est juste pourri, moins bien que Matrix à l'époque et carrément soporiphique. C'est quand même un peu fort. Au fond, il reproche le côté film d'action, qui est le 1er genre auquel se raccroche ce film, à Inception. Moi aussi je trouve que ça canarde trop dans tous les sens, mais ce n'ets pas "ça" qui me dérange, juste que ce soit parfois trop long. Mais ce film est un film d'action avant tout, donc ça ne me dérange pas plus que ça.

Modifié par canard psychopathe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ma review donc.

 

Jai adoré ce film, vraiment adoré comme rarement jai adoré un film, je le trouve fascinant, inquiétant, intelligent. Cest le blockbuster parfait, qui réussit à mêler grosses scènes dactions et passages quasiment dignes de films « intellos » (cest très bavard par moments) sans quon sennuie. Enfin, oui, il y a quelques longueurs, Canard a raison, sur 2h30 y a des petits passages de moins bien, mais jamais rien qui nuise au film dans son ensemble.

 

Ca commence avec un Dicaprio à la dérive, ramassé sur une plage et amené devant un vieillard. Scène sibylline quon comprendra plus tard mais qui pose tout de suite le ton du film. Transition, Cobb (Dicaprio) en meilleure forme explique à Saito (Ken Watanabe) la teneur de son travail, accompagné de son collège Arthur (Joseph Gordon Levitt). Saito, plus tard, impressionné par le talent de Cobb, le recrutera pour accomplir un travail jugé impossible : linception.

 

Et cest tout ce que je dirai de lhistoire sans spoiler, pour le reste de ma critique peut-être que jévoquerai des passages du film, donc plutôt à lire après lavoir vu.

 

ATTENTION SPOILS !!!

 

Dès la première scène, le film ma accroché. Jai été plongé dedans, véritablement happé par le concept. Ce qui ma tant plu avec ce film, cest quen cette période de reprises et de remakes effrénée, Nolan a su accoucher dune idée originale géniale (en puisant certes dans différents registres ; reste que lidée de base elle est nouvelle) et, surtout, la mise en scène dune manière brillante.

 

Visiblement, il aurait pris 10 ans pour rédiger le scénario de son chef duvre. Ça donne une bonne indication de la complexité du truc, complexité qui nest jamais exagérée, le film est assez didactique, prend le spectateur par la main et explique bien les différentes étapes. Cest le réalisateur qui est ici véritablement détenteur du fil dAriane dans le labyrinthe quest son film, et il prend un malin plaisir à nous balader sans jamais nous perdre. La réalisation, je lai trouvée vraiment sans faille : peut-être que ça aide de mettre en scène son propre scénario (je ne doute pas un instant quen lécrivant, Nolan réfléchissait sans cesse à la manière de le montrer à lécran), mais en tout cas, la narration est extrêmement fluide, avec deux grosses parties dans le film : la préparation avant le coup, et la réalisation de linception. Tout le passage préparatif aurait pu sembler horriblement chiant. Il nen est rien, en commençant par un passage de Cobb exerçant son travail (employé par Cobol Inc., il doit voler une idée à Saito par le procédé de lextraction, en utilisant le subtil montage dun rêve dans un rêve), Nolan nous plonge tout de suite dans le bain. Le reste suit de manière assez fluide, selon un schéma pas forcément original : nouveau défi lancé au protagoniste principal, soit disant impossible, rencontre avec la figure paternelle (ici campée par Michael Caine qui a la faculté, désormais, dapparaître dans une scène et de passer pour la personne la plus sage du film, cest assez génial), recrutement de léquipe, différentes difficultés à surpasser… Sauf quici, toutes ces étapes, on a limpression de les découvrir pour la première fois. Le concept nous fascine : implanter une idée dans lesprit dune personne. Le recrutement se fait selon des critères particuliers : qui pourra créer une drogue capable de maintenir une personne dans un état de sommeil profond, qui pourra se glisser dans la peau de personnes que la personne dont on fouille le subconscient connaît réellement, etc. La découverte de larchitecte, donc un peu la pierre dangle du projet, se fait par le biais dune scène où elle découvre les possibilités que lui offre un rêve (une scène magnifique dans Paris avec un usage deffets spéciaux que je trouvais bidon (lusage, pas les FX en eux-mêmes) dans la BA, mais qui prend tout son sens dans la scène). Cette phase du film est parsemée des ingrédients traditionnels quon trouve dans un blockbuster, avec une espèce de petite rivalité entre deux des personnages (Eames et Arthur, mais mignonette la rivalité quand même), des petits passages drôles (découlant de cette petite rivalité, le coup de Saito qui dit avoir racheté une compagnie aérienne, ça fait mouche)… Bref, un cahier des charges dont Nolan ne sest pas départi mais quil remplit avec beaucoup de brio et sans que lhistoire en pâtisse. Car pendant toute cette phase, Ariadne découvre petit à petit la véritable histoire de Cobb, ses regrets qui le rongent, et les dangers que pourraient potentiellement causer ces remords. Un trame plus inquiétante, avec une Marion Cotillard en sorte de fantôme hantant les rêves de Cobb, se dessine en marge de lhistoire principale, et dès ce moment, on comprend que linception ne sera quun prétexte à Cobb pour exorciser ses propres démons (cest pour moi le véritable intérêt de lhistoire).

 

Et puis, sans forcément crier gare, on y va. Nolan décide quil est lheure de commencer, alors on le suit. Rapidement, on est plongé dans le premier rêve, dont lintérêt principal sera de nous faire comprendre que cette mission nest pas comme les autres, que le composant chimique créé pour loccasion les empêchera de se réveiller en cas de mort, et les enverra directement dans les limbes, endroit décrit comme du subconscient à létat brut capable de ravager un esprit et de renvoyer, in fine, une coquille vide dans le monde des vivants. Lheure est grave, donc. Dautant plus quAriadne réalise que les problèmes de Cobb sont pires que ce quelle croyait, et que plus ils iront profondément dans les rêves, plus ils se rapprocheront de la source de ses troubles, et donc plus ils seront en danger.

 

Le deuxième rêve, celui dArthur, se déroule dans un bel hôtel où les personnages, pour arriver à leurs fins, doivent rapidement improviser et changer leur plan initial. Plus vite que prévu, ils plongent dans la troisième et dernière strate du rêve, celle qui permettra le dénouement final tant pour le réceptacle de linception que pour Cobb. La fin, jy reviendrai ensuite.

 

Je le disais, jai trouvé la réalisation impeccable. La photographie est soignée, le film est bien monté, cest de la belle ouvrage, un film pro et clean. Nolan ne se départit certes pas de certains passages obligés comme les scènes daction. Mais même elles, elles auraient pu me souler, alors que jai pris du plaisir à les regarder, jétais vraiment tendu lors de la scène de la poursuite en voiture (parce que jétais déjà attaché aux personnages, que je ne voulais vraiment pas quil leur arrive du mal) et jai tout simplement adoré celle dans lhôtel, lorsque Arthur se bat contre les sbires du subconscient de Fischer, alors que dans la première strate du rêve, la voiture fait des tonneaux, ce qui conduit à une des changements de gravité étranges dans la seconde partie du rêve. Ces mêmes passages quon voyait dans la BA sans forcément les comprendre deviennent dun coup géniaux. Jétais vraiment époustouflé par tout ce passage.

 

Alors Canard la dit, cest vrai quil y a un emprunt à beaucoup de genres différents : SF, fantastique, action (cest tout de même avant tout un blockbuster ce film), drame… Mais cest un cocktail qui marche vraiment bien, sans la moindre fausse note, et ce grâce à un travail impeccable du chef dorchestre de tout ce bazar.

 

Par ailleurs, jai adoré le concept du film. Avoir lidée quon pourrait naviguer dans les rêves, quon pourrait voler des pensées, quon pourrait en implanter, quon pourrait, comme le dit Cobb à un moment, changer la quintessence dune personne par ce procédé… Jai adoré le postulat du film, et sa mise en uvre est subtile, pas bâclée (chaque fois quon se dit quil pourrait y avoir un trou dans le scénario, Nolan a deux pas davance sur nous et le comble avec un élément qui soulève deux fois plus de questions). Certaines idées sont vraiment pas mal, comme celle dutiliser le camion qui tombe du pont comme un véritable compte à rebours ce qui exprime bien la complexité du temps dans les rêves. Dailleurs, toute la réflexion sur les rêves, je lai trouvée vraiment intéressante, je pense que pas mal de trucs mont échappé (malgré deux déplacements déjà :D), et que je pourrai encore en retirer pas mal de choses.

 

Dit plus simplement, Nolan relève selon moi haut la main le défi de réaliser un film qui va sadresser à tous, qui va plaire, qui va attirer des millions et des millions de spectateurs en salles, mais en proposant à ces mêmes spectateurs un scénario pas stupide et simpliste, mais qui stimule lintellect. Du grand cinéma, pour moi.

 

Rien dans le film nest à jeter : les décors sont magnifiques, les costumes sont impeccables, les effets spéciaux sont tous excellents, à ce sujet cest un peu un « back to the basics » dailleurs. Trop souvent dernièrement des films veulent juste faire étalage des nouveaux moyens technologiques, dans Inception jamais na-t-on limpression que les effets spéciaux prennent le pas sur lhistoire. Au contraire, ils sont là pour lagrémenter et lexpliciter. Cest très agréable.

 

Les acteurs sont eux aussi irréprochables. Comme Canard, je me demandais comment un tel cast allait être géré (même si le nom de Michael Caine sur laffiche est trompeur, il na pas un grand rôle du tout). Dans le film, chacun trouve sa place, chacun a son utilité et son petit moment de gloire. Joseph Gordon Levitt, en espèce de bras droit armé de Cobb, je pensais que ça le ferait pas du tout. Pourtant, dans ce rôle de tueur froid, il sen sort vraiment bien et dégage une super classe. Ellen Page na pas un rôle forcément difficile, mais elle tient bien tête à Dicaprio, leur binôme marche super bien. Cillian Murphy, moi jai un gros a priori positif sur tout ce que fait ce mec, et là ça na pas manqué : je lai trouvé excellent dans ce rôle de pantin manipulé par les autres personnages, linception est un véritable voyage initiatique pour lui, et il arrive à bien faire passer à lécran toute la tension dramatique résultant de ses rapports difficiles avec son père. Leur « réconciliation » à la fin est très touchante. Dicaprio… que dire sur ce mec ? Cest pas comme sil avait quoi que ce soit à prouver, jai récemment rejeté un coup dil sur sa filmo, elle est vraiment impressionnante : il a déjà tourné avec de grands réalisateurs et eu des rôles géniaux. 2005, dans ma tête, était un tournant pour lui, avec ce rôle dHoward Hughes où il avait été excellent (même si je sais quil avait été très bon dans dautres films avant cela, cest avec Aviator que pour moi il a pris une nouvelle stature). En 2005, il est passé du rang de jeune espoir à acteur confirmé. En 2010, peu pourront nier quil a acquis la stature dun grand acteur. Ses deux rôles, dans Shutter Island dabord, puis dans Inception, sont assez proches au final, mais il arrive à irradier le film (là je parle dInception) de son charisme et de son talent. Son jeu est dune finesse incroyable (javais relevé deux petits passages : le premier, lorsquil descend dans lascenseur avec Ariadne et lui montre un de ses plus gros regrets, ses enfants qui ne se retournent pas, il dit « I just wanted to see their beautiful… beautiful faces », la pause lorsquil dit cela est vraiment bouleversante jai trouvé ; et tout le passage quand sa femme veut se suicider, je lai trouvé bouleversant, nen faisant jamais trop), le film naurait vraiment pas fonctionné si lacteur campant Cobb navait pas fait passer une telle intensité. A 34 ans, chapeau.

 

Jai aussi été très enthousiasmé par la musique de Hans Zimmer, oppressante par moments, frôlant lonirisme (ce qui est très à-propos) à dautres… elle correspond juste parfaitement à lambiance du film, épouse ses différentes ambiances, et comprend quelques thèmes vraiment marquants.

 

Bref, je sais pas trop quoi dire dautre. Jai adoré, tout simplement adoré. Cest parce que ce genre de films peuvent sortir que je continue daller au cinéma. Canard, tu demandais comment je pouvais faire pour lavoir vu à des intervalles aussi proches… bah en fait le revoir une troisième fois ce soir maurait pas gêné du tout. On me proposerait dy aller demain, je foncerais. Jai limpression que plein de trucs peuvent encore être vus, découverts, et jadore le fait quil ny ait pas de vraie fin, quil y ait plein dinterprétations. Javais pas forcément pensé à celle qua retranscrite Choupii, à laquelle Dicaprio adhère, selon laquelle Cobb aurait été le sujet de linception orchestrée par Michael Caine. Cest une jolie fin, mais cest pas mon interprétation, qui est un peu plus basique jimagine : pour moi, la fin nest pas heureuse, il ne sest jamais réveillé et est encore dans les limbes (ou alors un nouveau niveau encore plus profond que les limbes, peu importe). Mais au final, peu importe linterprétation quon fait du film, cest pas vraiment elle qui compte, cest tout le voyage quon fait pendant 2h30 dans ce chef duvre du cinéma.

 

« Come back to reality », dit le personnage de Michael Caine à Cobb à un moment. Moi, à la fin du film, javais plus envie de revenir à la réalité, je voulais rester là et en prendre plein les yeux. Reality isnt enough for me anymore…

Modifié par Roman

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de voir le film.

 

J'ai été déçu. Il faudrait que je le voie une seconde fois pour vraiment confirmer cette impression. Je m'attendais à un truc vraiment plus poussé et, surtout, plus prenant (me demandez pas en quoi, je suis pas scénariste, c'est seulement une impression générale :pamoi:).

 

L'idée est assez originale, mais n'est pas assez exploitée à mon goût. On aurait pu aller beaucoup plus loin, ça va beaucoup trop vite dans l'utilisation des différents "concepts" exposés (rêve, projection, limbes, etc.).

 

Mais, sinon, ouais, on est d'accord, il y a des effets spéciaux trop cool de la mort qui tue. Su-per :baloo:.

 

Ce qui manque vraiment au film selon moi, c'est la musique. C'est vide, mais vide à un point.

 

On nous sort seulement "Non, je ne regrette rien" de Piaf, qui, cela dit, colle parfaitement au film, mais ça en reste là. Ah, non, ya aussi des gongs aux moments importants et tendus :youpi:

 

 

En ce qui concerne tes hypothèses de fin Choupiinette, j'avais pas du tout pensé à la deuxième, et ça colle assez bien. J'en étais resté à la première.

 

J'ai beaucoup de mal à comprendre ce que vous trouvez de magistral ou fantastique à ce film. :mmh:

Modifié par blinis

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour changer, je viens aussi de voir le film. Et j'en suis globalement ravi. Pour une fois que le billet valait son prix !

 

Alors j'oscillerai entre la position générale et celle de Blinis. Oui, ce film est excellent. Mais probablement, aurait-il pu l'être encore plus. Un problème de riche. Tout le monde a bien résumé le film, ses enjeux et la qualité générale des protagonistes et techniciens. Donc je ne vais revenir que sur une déclaration de Roman.

 

Mais au final, peu importe l’interprétation qu’on fait du film, c’est pas vraiment elle qui compte, c’est tout le voyage qu’on fait pendant 2h30 dans ce chef d’œuvre du cinéma.

 

Pour le coup, je ne suis pas du tout d'accord avec toi Roman, mais alors pas du tout. J'ai réellement l'impression que selon la fin que l'on choisit ou imagine, le film gagne ou non en saveur. Pour ma part, je n'aime pas la fin 1 et 3 auxquelles fait référence Choupiinette ; la deuxième me paraissant beaucoup plus inventive et ingénieuse. Si on voit ce film, le vit, pour finalement le conclure par une fin attendue et simplette, c'est réellement dommage. Ceci n'étant qu'un avis, bien évidemment.

 

Cependant, je veux surtout revenir sur un aspect indirect de ton propos. D'après toi, c'est le voyage cinématographique qui compte et non l'arrivée en tant que telle. Pourquoi pas, ça se défend très bien comme position. Mais dans ce cas-là, il aurait fallu faire "réellement" un film contemplatif. Et c'est ici le seul reproche que je ferai à cette formidable réalisation. Inception aurait gagné à rester dans l'inaction permanente, voire l'errance. A mon sens certains concepts n'auraient pas du être expliqués ou alors rester volontairement flou. Perdre encore plus le spectateur, le désarçonner constamment, voilà l'objectif que poursuivait ce film. Pourtant, il reste trop teinté d'actions et d'explications à mon goût. Or, remplacer l'action par de la musique (cf. Blinis) aurait vraiment pu apporter quelque chose. Ce côté Blockbuster est encore trop présent à mon grand regret.

 

En somme, Christopher Nolan livre à son spectateur un film vraiment magnifique et bien pensé du début à la fin. Mais il aurait aussi pu nous livrer une oeuvre expérimentale à part entière plus approfondie dans sa globalité ou volontairement obscure et inaccessible. Après tout dépend des goûts de chacun et de son rapport à l'oeuvre. Il reste qu'il faut absolument aller le voir. Happy End.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Roman, tu racontes tout le film en fait ! :D

Faudrait peut-être prévenir un peu plus que ce que tu as fait en début de post, même si c'est évident que dans un sujet consacré au film, on fait moins attention.

 

Je suis extrêmement surprise, Blinis : tu es la 1ère (et la seule) personne à non seulement ne pas avoir trouvé le film MAGISTRAL ou MONUMENTAL, mais en plus à n'avoir carrément pas accroché.

 

Justement, les effets spéciaux n'ont rien d'extraordinaire et je ne les appréciais pas dans la BA, mais alors pas du tout ! Alors que dans le film, je les trouve à la fois simples et parfaitement adaptés, ce qui me permet même d'en apprécier particulièrement certains.

 

Je suis d'accord avec toi Arturo, il aurait pu être "mieux", car ce film est loin d'être parfait. Les longueurs dans certaines scènes d'action, le fait qu'on explique trop de choses au spectateur qu'on prend pour un gros crétin alors qu'en parallèle certains éléments plus anodins sont parfaitement louches et ne trouvent aucune explication (je bloque sur l'utilisation par Cobb du totem de sa femme...), etc.

 

Je trouve aussi qu'il aurait pu aller plus loin. Mais malgré tout, comme Roman, ce film me convient parfaitement tel qu'il est et c'est à la fois le concept mais également son côté accessible qui feront de lui un classique comme Matrix ou le Parrain : cad un énorme succès, un film grand public, mais en même temps un film que les cinéphiles peuvent citer.

Modifié par canard psychopathe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Blinis, je comprends pas comment tu peux penser qu'on aurait pu aller plus loin dans l'exploitation de l'idée, car tout y est (il m'a même fallu le voir deux fois, pour comprendre toutes les subtilités de la confection d'une strate de rêve, de l'inception/extraction, des rêves partagés, des "kick", des paradoxes, des totems, du temps, des limbes, et j'en passe....). Dans le côté SF du rêve, l'idée est exploitée à son max' d'un point de vue totalement objectif je pense(vraiment, je vois pas comment aller plus loin sans que ça fasse gros fouillis tout moche), mais c'est aussi une réflexion générale sur le rêve, sur nos rêves (par exemple sur l'étrangeté des rêves; le fait de tomber au cœur de l'action quand on rêve; mais surtout le fait que lorsqu'on sort d'un rêve intense, l'idée/sensation qui en résulte reste pendant un moment gravé dans la mémoire, presque inconsciemment, et peut conditionner nos choix : franchement à qui cela n'est pas déjà arrivé ? )

 

Quand à la musique, moi j'ai kiffé la BO (j'ai entendu des spectateurs dire à la fin du film qu'ils allaient l'acheter d'ailleurs). Les "gong" auxquels tu fais référence, c'est le thème musical des limbes (présent à chaque fois que les limbes apparaissent dans le film, comme à la première scène). Hans Zimmer a fait un bon boulot à mon sens, surtout la musique de la scène de fin qui vaut son pesant de cacahuète.

Modifié par Choupiinette

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Arturo : J'ai failli poster sur ce point, en fait j'ai oublié (il était tard, mon truc était long :D), mais à mon avis, Nolan aurait pas été déçu de faire un film plus space, mais il a opté pour le côté blockbuster pour des raisons matérielles j'imagine, pour avoir les moyens de mettre en scène pleinement sa vision du truc. Mais quand tu vois ses premiers films, tu vois que c'est un mec qui aime bien laisser beaucoup de choses suggérées (aspect qui est ici parfois présent quand même je trouve). Mais l'aspect blockbuster et parfois didactique poussé à l'extrême m'a franchement pas dérangé et n'a pas nui à mon "voyage". Moi j'ai adoré toute la réflexion, j'avais le cerveau qui tournait pendant tout le film, je me pose encore plein de questions, et les différentes interprétations du film font que chaque fois je le reverrai avec un regard différent (ce que je trouve génial). C'est ce qui me plaît, t'as pas UNE fin, et par conséquent t'as pas UN film, enfin c'est l'impression que j'en ai !

 

@ Canard : je vais mettre un plus gros disclaimer en début de post !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On va pas te donner non plus le mode d'emploi de l'extraction/inception, c'est déjà assez bien expliqué (au moment du recrutement d'Ariadne, pendant la préparation des niveaux où Ariadne guide le chimiste, Arthur et le fossaire et leur explique l'architecture, etc.).

Je vois pas comment le traiter plus en profondeur sans que ça fasse "mode d'emploi", ni comment complexifier les choses sans que ça fasse "gros fouillis illogique".

 

Mais si t'as des exemples précis de ce que tu aurais aimé voir fouillé, ou davantage expliqué, ça m'aiderai peut-être à comprendre ta réflexion, parce que là, autant il y a des critiques à faire à ce film (lenteur à débuter notamment), autant celle là je comprends mal son fondement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et plus vite que ça :sarko:

 

Enfin je comprends que le côté blockbuster déplaise, je suis conscient que vu l'idée de base, il était possible de faire un film plus "intello", mais plus j'y réfléchis, plus j'suis content que Nolan ne l'ait pas fait. Peut-être qu'il y a eu des considérations matérielles pour ce choix (t'as pas ce cast, ce budget pour le film, ce marketing, cette distribution, sans à côté pouvoir garantir au studio que tu vas faire un max d'entrées, et pour ça il faut que ça soit labelisé blockbuster), mais j'pense qu'il y a peut-être eu une certaine envie de Nolan de partager son film avec le plus de gens possible, de le rendre accessible à tous, et ça me plaît, c'est avant tout ça le cinéma !

 

En revanche, j'ai réécouté la BO hier soir, et je la trouve vraiment très belle, la musique m'avait beaucoup marquée lors de mon premier visionnage, pareil lors du deuxième, et même sans le film, la musique est très jolie je trouve.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je rejoins blinis sur ce film.

 

j'ai vu aujourd'hui donc inception... et bien j'en suis sortie déçue! à part, la qualité des acteurs, la beauté des scènes .. l'histoire me laisse dubitative. pourquoi? je ne suis pas réfractaire au monde onirique traité par le cinéma. mais là, je n'ai vraiment pas accroché. non pas que ce soit compliqué à comprendre car tout est très bien expliqué et certes, on peut s'imaginer pas mal de fins possibles et c'est bien. mais le sujet n'a pas été traité à fond. étrangement, je vois plus ce thème être traité par une série ... plusieurs histoires, plusieurs dénouements à chaque fois .. car là, j'avais l'impression que ça tournait en rond, qu'il y avait plein de loooongs moments censés être bouleversants ... mais ça n'avançait pas!

 

très beau film, mais qui en rentre pas dans les annales à mon goût.

Modifié par lincoln

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai trouvé le film vraiment bien mais paradoxalement la plupart des scènes d'action ralentissaient le film plus qu'elles ne le rythmaient.

 

ATTENTION SPOIL !!!

 

C'est surtout à la fin avec la bagnole qui tombe au ralenti/ le mec qui pose les charges dans l'ascenseur/ et l'attaque de la forteresse dans la neige que le film devient trop long ... Les scènes d'actions sont lourdes et peu réalistes avec par exemple : le coup du faussaire qui butte à peu près 150 gardes (en gros il se fait la forteresse à lui tout seul) et dès que tu vois un plan sur lui il est entrain de faire des glissades dans la neige en mitraillant tous le monde ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais y'avais un sujet à traité ?

 

Une réalisation assez énorme, c'est clair. Un scénario complexe mais un peu gros, qui n'a comme seul objet que de servir la réalisation. Des scènes d'actions qui m'ont aussi parut parfois bien inutiles.

 

En revanche je n'ai pas été déçu. Au contraire, je sors plutôt agréablement surpris (j'avais annoncé que je n'irai pas le voir la première fois que j'ai vu la bande annonce). Je rejoins Lincoln sur la place à donner à ce film. C'est un bon thriller. Pas un chef d'oeuvre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.